Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Jordan Spieth est-il le nouvel Arnold Palmer ?

Jordan Spieth est-il le nouvel Arnold Palmer ?

En remportant dimanche, le Valspar Championship à Innisbrook, un tournoi de golf du PGA Tour, le jeune américain est devenu le quatrième golfeur depuis 1940 à remporter deux épreuves du circuit d’avant d’avoir eu 22 ans. Son aisance, sa maturité, et son fighting spirit rappelle un certain Arnold Palmer…

Sommaire de l'article consacré à Jordan Spieth

  1. La victoire avec la manière
  2. Une fin de partie haletante, et une maîtrise du petit jeu incroyable
  3. En route pour le Masters d’Augusta
  4. Le plus jeune golfeur du top-10 mondial

La victoire avec la manière

A quelques semaines du Masters d’Augusta, nous sommes obligés de nous intéresser au profil du jeune texan, qui depuis quelques mois s’est plus que fait un prénom sur le circuit américain professionnel.

Annoncé comme le nouveau prodige du golf américain, Jordan Spieth est bel et bien en train de confirmer qu’il incarne la relève des Woods, Mickelson, Furyk, Toms et autre Stricker.

Membre de l’équipe américaine de Ryder Cup défaite à Gleneagles, Spieth est avec Rickie Fowler la meilleure chance de succès de son pays pour l’avenir, non pas seulement pour sa précocité, mais aussi et surtout pour ce qu’il montre sur le fairway.

Sa victoire au Valspar a été une belle démonstration de ce qu’il sait faire à ce jour. A savoir parfaitement gérer la pression d’un dernier tour, et d’un play-off tendu.

Plus que simplement apprendre à terminer un parcours, et à gagner, il a fait preuve d’autorité, et c’est en cela qu’il donne de l’air à Arnold Palmer, la légende du golf aux Etats-Unis.

Affichant une confiance, une gestuelle de leader, et des poings serrés sur chaque coup gagné, mais aussi en gérant très intelligemment les coups ratés, signe de maturité, et un exemple à suivre pour tout joueur de golf qui souhaite se dominer, et dominer les éléments.

Une fin de partie haletante, et une maîtrise du petit jeu incroyable

Son dernier tour joué en 69 émaillé de quatre birdies pour deux bogeys a été un parfait exemple de gestion d’une partie de golf avec ses hauts et ses bas.

Par exemple, au 17, on n’aurait jamais pu penser qu’il se sortirait du mauvais pas dans lequel son fer 6 l’avait plongé.

En expédiant sa balle très à droite du green de ce par 3, il a alors dit à son caddie « Pourvue qu’elle soit sur un bon lie et pas dans une pente ».

Pas de chance, la balle était bel et bien sur un mauvais lie et dans une pente !

Pour s’en sortir, il a été obligé de sortir un magistral flop shot qui s’est posé parfaitement sur le green et a roulé pour s’arrêter à quelques centimètres du trou, et ainsi, sauver le par.

Rebelote au 18, ou le jeune homme a tapé un autre flop shot pour se poser tout près du drapeau après une sortie de bunker manquée qui aurait pu lui coûter le par dont il avait besoin.

Au sortir de sa partie, Spieth pouvait lâcher « Un retour de dingue ».

Vainqueur de Patrick Reed qui se forge de plus en plus une image de « méchant » sur le tour pour son attitude très controversée, et Sean O’Hair, un revenant à ce niveau de la compétition, Spieth et ses deux adversaires du jour ont donné une leçon de petit jeu qui aurait impressionné jusqu’au regretté Seve Ballesteros.

En route pour le Masters d’Augusta

Bien que ce tournoi ne soit pas l’un des plus gros rendez-vous de la saison, le scénario du dernier tour a été captivant.

De ce match à trois, même si le dénouement a tardé, Spieth a toujours semblé être la force dominante.

Il est rentré dans le cercle des vainqueurs en sauvant admirablement deux pars improbables pour se hisser en play-off, et ensuite, au bout de trois trous de play-off, crucifier Reed et O’hair d’un putt magistral de 9 mètres pour birdie.

De très bon augure pour lui en vue du prochain Masters, car si il compte devenir le prochain Arnold Palmer, il lui faudra d’autres victoires autoritaires dans de plus grands tournois, et notamment les majeurs.

De plus, il en a au moins déjà la modestie.

Interrogé sur son dernier putt, il a admis avec le sourire avoir eu de la chance. « Cela devait être mon jour ! »

Face Rory McIlroy qui a 25 ans va tenter de compléter un premier grand chelem, le jeune Spieth démontre pleinement que les jeunes premiers sont en train de prendre les commandes du circuit.

Bubba Watson, du haut de ses 36 ans, essaiera bien de remporter une troisième veste verte en l’espace de quatre ans, mais souvenez-vous l’an passé, son principal rival avait bien été le jeune Spieth, alors si celui-ci est encore plus armé et confiant, il pourrait bien être un sérieux prétendant.

Leader après les neuf premiers trous du dernier tour, il n’avait finalement lâché prise qu’au retour pour une nette victoire de Watson, alors sans adversaire.

En 2015, Jordan pourrait bien être plus difficile à décrocher.

Pour les américains, le parcours d’Augusta est le test ultime ! Et de l’avis général, le jeune golfeur semble avoir atteint la maturité nécessaire pour répondre présent.

Le plus jeune golfeur du top-10 mondial

Alors qu’en France, on crie au génie concernant Victor Dubuisson, et à raison, Spieth qui est encore plus jeune a déjà intégré le top-6 mondial des meilleurs golfeurs.

La victoire au Valspar l’a fait passer du dixième rang à ce classement qui est à ce jour, son meilleur au Official World Golf Ranking.

Il est bien entendu le plus jeune joueur du top-10 mondial, et donc le véritable prodige du moment, vainqueur de quatre tournois (deux hors PGA Tour) et ayant déjà dépassé les 10 millions de dollars de gains sur le circuit.

Après des années de domination de Tiger Woods, les américains se prennent à rêver à son successeur, et encore plus, si ce dernier leur rappelle Arnold Palmer.

Pour rappel, Palmer a gagné à 62 reprises sur le PGA Tour (5ème plus haut score de tous les temps), et a notamment remporté le Masters à quatre reprises, ce qui a contribué à forger sa légende.

Passe pro en 1954, il remportait son premier Masters seulement quatre ans plus tard, ce à quoi Spieth est aujourd’hui en quête, et semble-t-il capable de faire.

Rendez-vous au Masters…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1779
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.