Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Jordan Spieth – Dustin Johnson : Duel en or à New-York

Jordan Spieth – Dustin Johnson : Duel spectaculaire à New-York

La saison 2017 du PGA Tour touche à sa fin. Jordan Spieth et Dustin Johnson, multiples vainqueurs de tournois auront été les grands animateurs de cette année spectaculaire. Dimanche, au cours du quatrième tour du Northern Trust Open près de New York, les deux hommes se sont livrés un match d’anthologie, pour aller jusqu’à un trou de play-off. Rarement dans l’histoire moderne du golf professionnel, deux golfeurs d’un tel niveau ont été aussi performants au même moment. Difficile de les départager…

Découvrez nos formules d'abonnements

Un play-off de golf est peut-être aussi injuste qu’une série de pénalty à l’issu d’un match de football.

Dimanche, le duel entre Jordan Spieth (nouveau numéro 2 mondial) et Dustin Johnson (numéro 1 mondial) était particulièrement indécis. Les deux golfeurs ont été si bons dans leurs registres qu’il était difficile de les distinguer.

Le sort a finalement basculé en faveur de Dustin Johnson à la suite d’un meilleur engagement sur le 19eme trou.

Les play-offs de la Fedex Cup : Théâtre d’une fin de saison captivante

A la suite d’un léger remaniement du calendrier du PGA Tour et de la Fedex Cup, le Northern Trust Open disputé près de New York sur le parcours de Glen Oaks, est devenu la première épreuve des play-offs de la Fedex Cup en 2017.

Il s’agit de la onzième édition de cette « finale » de la saison régulière de golf aux Etats-Unis, composée de quatre tournois éliminatoires, pour arriver à seulement 30 joueurs sur la dernière manche.

A ses débuts, la formule avait été critiquée, et était légitimement critiquable, car elle n’était assimilée qu’à de l’argent en plus pour le meilleur joueur, et une façon maladroite de dynamiser la fin de saison post-majeur.

A l’époque, le meilleur golfeur du moment était Tiger Woods.

Avec le recul, Tiger n’a pas tant dominé la formule, car cette dernière n’a cessé d’être modifiée pour justement éviter la domination d’un seul et même joueur. Culture du sport américain oblige !

La formule a fini par séduire avec le temps, finissant même par être reprise par le tour européen.

Les 125 meilleurs golfeurs de l’année avaient donc rendez-vous pour une première épreuve d’une série de quatre qui se ponctuera au Tour Championship à Atlanta dans un mois.

A l’issue du tournoi, seulement 100 golfeurs auront le droit de poursuivre l’aventure jusqu’à la semaine suivante au Dell Technologies Championship à Boston.

Spieth, le premier à se mettre en position de gagner

Sur ce parcours long de 7346 yards, par-70, Jordan Spieth a fait preuve d’une belle maîtrise tout au long de la semaine, leader serein après 54 Trous.

spieth-jordan-putting-pga.jpg

Dans pareille situation, Spieth s’était déjà imposé à 5 reprises sur 5 tentatives.

Avec 100% de chances de l’emporter, le jeune américain, titré en juillet sur The Open à Birkdale confirmait bien qu’il était l’un des grands hommes de l’année, pas rassasié et désireux de reprendre la place de numéro un sur le tour.

C’était sans compter sur le retour à son meilleur niveau de l’actuel numéro un mondial, Dustin Johnson, qui depuis son accident dans un escalier avant le Masters, n’avait pas encore retrouvé son « mojo ».

La question était d’ailleurs plutôt « quand » que « comment » ?

Le retour de Dustin Johnson : driving et putting au top

DJ a une nouvelle fois démontré en quoi il pouvait être le meilleur golfeur du moment.

Ce serait un peu réducteur d’affirmer que le meilleur driver du monde affrontait le meilleur putter !

Entre les deux meilleurs golfeurs du monde, on peut avoir envie de caricaturer… de simplifier…

Pourtant, à ce niveau de jeu (Johsnon a joué 66 dimanche et Spieth 69), les deux américains sont très complets dans tous les domaines.

Cependant, pendant l’unique trou de play-off, c’est bien la puissance de Dustin qui a éteint le talent incroyable de Spieth, putter en mains.

Si vous avez assisté au spectacle, les 9 derniers trous du duel Johnson-Spieth a été l’un des plus beaux de l’année.

D’une part, il est rare que les deux meilleurs joueurs d’un tournoi soient associés ensemble dans la même partie, et même la dernière.

D’autre part, il est rare que les deux meilleurs joueurs du monde soient performants en même temps.

A titre de comparaison et pour saisir le caractère exceptionnel de l’événement, notez que sur 300 tournois joués en commun, Tiger Woods et Phil Mickelson, l’alpha et l’omega du golf mondial pendant 2 décennies ne se sont retrouvés dans cette situation qu’à 5 reprises !

Deux trajectoires… des enjeux différents

Spieth avait beau avoir trois coups d’avances sur Dustin Johnson avant le premier trou de la journée, et même 5 après 5 trous disputés dimanche. DJ a prouvé que c’était insuffisant à son meilleur niveau.

Surtout que le texan a quelque peu contribué à ouvrir la porte et donné une occasion en or pour DJ avec un double et un bogey sur la fin de l’aller.

De janvier à mars, le numéro un mondial de 32 ans a dominé le golf mondial comme rarement, ou plutôt comme un certain Tiger Woods.

Malheureusement, une chute aussi idiote que malvenue l’a privé d’une belle saison de majeur, soit d’avril à août.

Dans la forme de sa vie, espérons pour lui qu’il ne regrettera pas ce rendez-vous manqué avec son histoire...

Surtout que depuis quelques semaines, DJ retrouve peu à peu tout ce qui a fait sa force, et un numéro un mondial difficilement contestable.

dustin-johnson-putting-pga.jpg

Plus que Spieth, Johnson avait besoin d’une victoire impactante pour relancer sa saison, et affirmer sa suprématie.

Jordan a réussi son année !

Certes, il n’est pas encore numéro un mondial. Sa deuxième place au Northern Trust Open lui offre d’ailleurs la seconde place mondiale devant le japonais Matsuyama.  

A 24 ans, le natif de Dallas a remporté un majeur, le tournoi de Pebble Beach (AT&T Pro-Am) et le Travelers. Même battu par Johnson ce dimanche, sa saison n’aura pas un goût d’inachevé.

Pour Dustin, il en allait autrement. Du fait de son forfait au Masters, et d’un été trop discret, cette victoire acquise au terme d’une journée sans bogey, et pour reprendre trois coups à un Spieth à son top, permet d’illustrer à nouveau en quoi, Johnson est le meilleur golfeur du monde.

Les moments clés d’un mano à mano passionnant

Avec 4 birdies sur les 10 derniers trous, Johnson s’est mis en position de revenir sur son jeune rival.

Dès les trous du retour, les deux hommes se sont portés en tête à -11, et donc en situation potentielle de play-off avant l’heure.

A ce moment précis, Spieth savait que les trous à venir allaient offrir des solutions de birdies à son puissant adversaire. Il lui fallait impérativement en faire tomber d’autres pour rester le plus longtemps possible à sa hauteur.

A -13 sur les trois derniers trous, chaque green était l’occasion d’un play-off prématuré.

Pendant plusieurs minutes, les deux hommes se sont rendus coups par coups.

Au 17, tous les deux dans le bunker, Spieth a envoyé sa balle à plus de 5 mètres du trou quand DJ se posait tout près. A ce moment précis, le moindre putt manqué coûtait assurément la victoire finale.

Avec 16% de réussite sur de tels putts, Spieth a pourtant encore montré qu’il était le meilleur putter du monde sous pression. En rentrant un putt aussi incertain à ce moment décisif, la pression changeait de camp.

Le « cool » ou nonchalant Dustin Johnson lâcha son départ au 18 ! Impossible d’attaquer le green de ce par-4 en deux. Pourtant bien placé sur son troisième coup pour attaquer un green surélevé, son coup de wedge se posa à plus de 5 mètres.

C’était au tour du numéro un mondial d’avoir un putt difficile quand Spieth moins long sur le tee avait réussi à mieux se placer pour le par.

En arrivant sur le green, DJ compris qu’il allait voir un sacré putt à rentrer pour rester dans la course. Son langage corporel ne trompait pas sur la difficulté qui l’attendait.

Après de longues minutes à examiner le trou sous tous les angles, DJ tapa son putt en pente et de biais tout en douceur pour que la balle finisse gentiment sa course dans le trou.

Ouf ! Face au meilleur putter du monde, DJ pouvait encore espérer…

Après 72 trous disputés, les deux meilleurs joueurs du monde étaient tout bonnement ex-aequo.

Sur le premier trou de play-off « officiel », un drive monstrueux de Johnson (341 yards)  lui donna près de 80 yards d’avance par rapport à son rival. Bien qu’un trou se gagne sur le dernier putt, c’est bien cette différence de distance qui a décidé de l’issue du tournoi.

Johnson-Spieth : Un match qui a de l’avenir

On retiendra de ce duel que Dustin Johnson a battu Jordan Spieth à son propre jeu : le putting.

Dimanche, ce n’était que la seconde fois que le duo était réuni dans une même partie sur un tournoi du PGA Tour, et on a déjà hâte de les revoir ensemble.

Et notamment en President’s Cup, où cette fois, les deux hommes seront associés, et non pas opposés.

D’ici là, nous aurons encore le droit à trois « matchs » au cours des prochaines semaines avec les 3 derniers tournois de la saison pour décider du vainqueur de la Fedex Cup.

Johnson vient de remporter une manche…Spieth n’a sans doute pas dit son dernier mot.

Alors que Rory McIlroy et Jason Day semblent hors du coup, et sans enterrer trop vite Matsuyama, le duel Johnson-Spieth devrait nous réserver de beaux scénarios, en attendant peut-être Jon Rahm et Justin Thomas, les deux autres phénomènes de la saison.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 869
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.