Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Jon Rahm: Le nouveau Ballesteros vainqueur du Farmers Insurance Open 2017

Jon Rahm: Le nouveau Ballesteros vainqueur du Farmers Insurance Open 2017

Ces 12 derniers mois, on a beaucoup parlé de Bryson DeChambeau ou encore Romain Langasque, probablement les meilleurs joueurs de leur génération au niveau amateur, et désormais professionnels. L’espagnol Jon Rahm qui a passé la majorité de sa formation de golfeur d’élite aux Etats-Unis est pourtant le premier à remporter un tournoi du PGA Tour. Ce week-end, une petite lumière de génie et d’esprit offensif a semblé flotté au-dessus de lui…L’empreinte de Seve ?

Découvrez nos formules d'abonnements

De Ballesteros à Jon Rahm, la passation de témoin réussie du golf espagnol

Ballesteros a été l’un des plus grands golfeurs de l’histoire moderne. Dans la foulée de ses grandes victoires en majeurs ou en Ryder Cup, Seve a fait de l’Espagne une place forte du golf européen, et même mondial.

Dans ses traces, José Maria Olazabal, son ami, a connu un succès très similaire bien qu’il fût difficile pour le disciple de surpasser le maître.

Quelques années plus tard, un nouveau prodigue venu de Catalogne, El Nino, Sergio Garcia fit trembler la terre, et en particulier, le PGA Tour.

Principal rival de Tiger Woods au début des années 2000, véritable phénomène de puissance et de talent, Sergio Garcia qui était promis à un brillant avenir n’arriva pas, en tout cas jusqu’à présent à conquérir un majeur.

A ce jour, il est sans doute le meilleur golfeur de la génération 2000-2010 à ne pas y être parvenu, la faute à un tigre passant par-là, ou à un Padraig Harrington dans la forme de sa vie à Carnoustie en 2007.

Depuis Ballesteros, l’Espagne a toujours un grand joueur par génération.

Avec plus ou moins de réussite, les golfeurs du pays de Cervantès auraient pu remporter quelques majeurs en plus.

En 2017, Sergio Garcia est toujours le leader naturel de son pays.

Depuis les années 2000, il a toujours été très proche des cinq premières places mondiales, et encore aujourd’hui numéro quinze mondial devant Rafa Cabrera-Bello, moins connu, moins charismatique, et moins victorieux, mais un golfeur et un compétiteur redoutable.

A 37 et 32 ans, sans les enterrer trop vite, d’autant que l’apogée d’une carrière golfique se fait entre 30 et 40 ans, un nouvel espoir pointe le bout de son nez, Jon Rahm.

Alors que Garcia et Cabrera-Bello ont des physiques d’esthètes, ce nouveau phénomène a quelque chose de beaucoup plus « brut ».

Si les deux autres sont plus toréadors, il est plus « taureau » sans lui faire injure.

Pour preuve son magnifique finish sur le 18 du parcours de Torrey Pines, ce qui lui a valu un eagle, et surtout sa première victoire sur le PGA Tour… à seulement 22 ans, et quelques mois après être passé professionnel.

Un coup de golf d’anthologie qui rappelle le génie de Seve

Sur le 18, au milieu du fairway, il attaque le green avec un bois de parcours (15 ou 19°) pour tenter d’accrocher un bout de green très bien défendu par un plan d’eau frontal, et un bunker sur la gauche.

Sa balle « fly » le green mais arrive à se stopper sur le bord du green en montée juste avant le rough.

A 18 mètres du drapeau, il n’était certes pas en position idéale pour l’eagle, mais dispose au moins une occasion de se rapprocher d’un birdie qui l’aurait mis un peu plus à l’abri pour la victoire.

Sans doute le but recherché…

Son putt en décida autrement. Sur une pente avec plusieurs « breaks », sa balle va rouler, rouler, rouler jusqu’à décider au dernier moment de rentrer dans le trou pour un eagle spectaculaire.

Un de ces coups qui font la légende de son auteur comme le chip de Tiger au Masters d’Augusta en 2005 que tout golfeur a au moins une fois dans sa vie…

Plus que les cartes de scores ou les victoires sur le PGA Tour, souvent, ce sont des coups comme celui-là qui marquent la mémoire collective.

L’attaque est au cœur d’une stratégie victorieuse sur le circuit américain.

D’ailleurs sur les huit premiers du Farmers Insurance Open 2017 disputé à Torrey Pines, un tournoi sur lequel Jason Day, Rickie Fowler ou encore Tiger Woods n’ont pas réussi à passer le cut, six des huit premiers au leaderboard sont venus de derrière avec de belles cartes sous le par dans la dernière journée.

Autrement dit, le vainqueur ne pouvait être qu’un joueur capable de jouer très bas sur le dernier tour.

Justin Rose, leader en début de tournoi, ou Brandt Snedeker ou Tony Finau n’avaient pas assez d’avances pour résister à l’avalanche de cartes très en-dessous du par, à commencer par celle de Jon Rahm en seulement 65, ce qui lui a permis de coiffer au poteau le revenant Charles Howell III plus à pareil fête depuis des mois, et finalement second ou le taiwanais CT Pan, surprenant troisième.

Des outsiders, c’est bien Rahm qui a commis la plus grosse ultime attaque, notamment sur les derniers trous.

Auteur d’un eagle au treize, il avait dès lors émargé en tête du tournoi, mais c’est bien son birdie au dix-sept qui fit de lui un leader solitaire.

Son eagle sur le dix-huit a achevé la concurrence à la manière d’un Ballesteros de la grande époque.

Tout comme Seve, il n’hésite pas à attaquer en toute occasion.

Pour preuve, justement, sur le treize, son drive surpuissant avait trouvé un bunker de fairway sur la droite. Au lieu de faire comme n’importe quel golfeur sensé, et se replacer sur le fairway pour le coup suivant, et tenter le green en régulation dans l’espoir de s’approcher au plus près du drapeau pour un éventuel birdie.

Il regarda son cadet Adam Hayes, et les deux hommes s’accordèrent pour une attaque du green avec un hybride 4 !

Sa balle s’immobilisa à 5 mètres du trou avec comme perspective un putt pour eagle.

Interrogé au sujet de ce coup génial, Rahm admit qu’il s’agissait d’un état d’esprit agressif tout à fait espagnol, et sans doute inspiré du propre jeu de Ballesteros.

Rahm, de meilleur amateur du monde à meilleu golfeur du monde ?

Depuis 1957, c’est la première fois qu’un primo participant remporte le Farmers Insurance Open. La dernière légende à y être parvenu n’était autre qu’Arnold Palmer !

Phil Mickelson l’avait lui-même prédit ! Attention à Jon Rahm !

Il n’est d’ailleurs pas le seul Mickelson à avoir suivi de près la jeune carrière de Rahm.

Son frère, Tim Mickelson a été son entraîneur au sein de l’université Arizona State avant de devenir aujourd’hui son manager, sans doute conscient de son incroyable talent.

Ancien numéro un mondial amateur, deux fois vainqueur du prix Ben Hogan, Jon Rahm n’est pas aussi glamour que Bryson DeChambeau, il n’est pas aussi « D’Artagnan » que Romain Langasque, mais des jeunes devenus pros ces derniers mois, il est peut-être le plus redoutable de tous pour l’avenir.

Déjà vainqueur d’un grand tournoi, il s’est déjà très rapidement acquitté de cette tâche qui peut devenir très pesante, surtout sur les épaules d’un grand espoir.

Pour Tim Mickelson, il n’a aucune faiblesse dans son jeu actuel. Tous ses compartiments de jeu sont solides !

Désormais, pour totalement convoquer l’esprit du mage Seve Ballesteros, il ne lui reste plus qu’à marcher sur ses traces à Augusta, le lieu qui adoube les héros.

Cela tombe bien, sa victoire à Torrey Pines lui permet de rentrer dans le top-50 mondial, et lui offre une invitation pour le Masters 2017 en avril prochain…

Esprit de Seve es-tu là ? 

Crédit photo : Courtoisie de TaylorMade

Le sac de Jon Rahm 

  • 2017 M2 Driver / 10.5* / Aldila Tour Green TX 75
  • 2017 M1 Bois de parcours 15* / Aldila Tour Green TX 75
  • 2017 M1 Bois de parcours / 19* / Graphite Design Tour AD DI 8x
  • Fers P750 Tour Proto / 5-9, PW / Project X 6.5
  • RSi TP UDI #4 / Project X 6.5
  • Milled Grind Wedges / 52, 56 & 60 / Project X 6.5
  • Spider Tour Red Putter
  • Balles TP5x 
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1173
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.