Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

JO 2016: Et si Victor Dubuisson changeait de nationalité ?

dubuisson-monaco_mini.jpg

A moins de trois ans du retour du golf aux Jeux Olympiques de Rio, une situation inédite, mais de plus en plus lancinante se produit dans le concert des nations…le choix du pays représenté par les golfeurs !

La question de la nationalité revient de plus en plus souvent dans le domaine des compétitions par équipes, ou les épreuves qui impliquent un devoir de représentation.

Le golf est beaucoup moins habitué à ce type de sujets, pourtant beaucoup plus fréquents dans un sport comme le football, où le débat sur les binationaux avait défrayé la chronique en 2010-2011, notamment aux sujets de jeunes espoirs du football français, qui avaient opté pour représenter leurs pays d’origines (En Afrique) plutôt que leurs pays d’adoptions, qui avait assumer le coût de leurs formations, à savoir la France.

Plus récemment, les propos de Karim Benzema sur RMC, attaquant, joueur formé à l’Olympique Lyonnais, transféré au Real Madrid, et porteur du maillot bleu de l’équipe de France a relancé ce débat sur fond d’identité, de nationalité et d’intégration :

« L’Algérie, c’est mon pays. La France, c’est juste pour le côté sportif. »

Belle image d’intégration, et beau message pour tous ceux qui œuvrent pour pacifier les tensions communautaristes en France.

Golf, JO et questions de nationalités

Grâce à dieu, les golfeurs sont nettement moins cyniques,  plus courageux et plus diplomates que certains footballeurs.

Pour autant, les mêmes questions se posent, et appellent des réponses qui seront commentés, interprétés, critiqués, et sujets de tensions.

C’est dans ces circonstances que des golfeurs comme Rory McIlroy ou Graeme McDowell, sujets de sa majesté, mais surtout natifs de l’Irlande du Nord, vont devoir se prononcer pour Rio 2016.

De manière plus inattendue pour le grand public, et un peu plus connu pour les observateurs, Victor Dubuisson, golfeur français, originaire des Alpes-Maritimes se pose les mêmes questions !

A moins de 25 ans, le nouveau héros du golf français pourrait s’engager en faveur de Monaco dans le cadre des Jeux Olympiques, et d’autres compétitions de golf supposant une représentation.

A l’heure actuelle, la fédération française de golf n’invalide pas cette hypothèse, qui ferait sérieusement son chemin dans la tête du joueur, et des pourparlers seraient en cours avec la principauté.

Cependant, ce cas est assez unique, et reste du domaine des choix personnels de Victor Dubuisson, et notamment sa relation avec le milieu du golf français.

Nous ne pensons pas nécessaire de donner un avis sur un choix, qui finalement ne regarde que lui, et peut obéir à des motivations plus complexes, pour en tirer un fait plus général.

Simplement, le titre de l’article a été volontairement choisi pour provoquer l’intérêt et le débat.

L’information n’est pas fausse, et même plus que plausible.

Si elle s’avérait se vérifier dans les prochains mois, ce serait bien triste pour tout le monde.

Pour le joueur, ce serait acter une situation de mise à l’écart par rapport à la France du golf, ce que personne n’imagine, et ne souhaite. D’autant que le grand public n’est pas forcément au courant de ce qui se trame, et pourrait ne pas comprendre.

Même si cette situation pourrait lui permettre de faire passer un message : Ok, maintenant je gagne, tout le monde m’aime bien ! Avant, ma façon de m’entrainer et mes choix étaient commentés de manière négative…Drôle de revirement !

Précisons que ce ne sont pas ces propos, mais notre pure hypothèse.

Pour le golf français, ce serait un terrible coup dans un environnement, qui se cherche désespérément un leader sportif pour relancer l’intérêt de ce sport auprès du public.

Bien ou pas, les français sont très sensibles aux champions. La victoire de Noah à Roland-Garros en 83 avait entrainé une forte hausse des licences tennis, tout comme la victoire des bleus en 98 au Mondial de football.

Pour l’instant, rien n’est fait, ne nous attardons pas sur cette situation, mais regardons comment les britanniques gèrent le problème, très loin du comportement outrancier d’un Benzema, le problème communautariste en moins.

Que va-faire McDowell : To Choose or not to choose ?

Revenu de la Coupe du Monde de golf qui s’est déroulé à Melbourne en Australie, Graeme McDowell est tancé de questions au sujet de son avenir, et surtout son choix de bannière à défendre pour les Jeux Olympiques de Rio.

McDowell à l'heure du choix !

En Australie, McDowell a fait équipe avec Shane Lowry sous le drapeau Irlandais, ce qui pourrait bien préfigurer de son choix pour les JO.

Natif d’Irlande du Nord, McDowell a déjà représenté l’Irlande par le passé dans plusieurs compétitions par équipes.

Pourtant, pour les jeux, McDowell pourrait légitimement choisir son pays, l’Irlande du Nord qui participera à la compétition tout comme l’Angleterre, l’Ecosse, et le Pays-de-Galles, tous représentant de la Grande-Bretagne.

McDowell, tout comme Rory McIlroy sont dans une position peu enviable, à savoir choisir un pays, et risquer de froisser un des deux camps.

« C’est vraiment un sujet très sensible au niveau politique et religieux qui se pose pour Rory et moi depuis quelques années, et pour lequel, nous ne prenons pas de plaisir à répondre. »

Précisant « C’est un vraiment difficile de choisir un camp car d’un côté ou de l’autre, nous allons faire des malheureux.»

Pour s’enlever une épine du pied, et s’éviter de choisir, les deux golfeurs ont demandé au comité international Olympique de décider quel pays ils devraient représenter.

D’une certaine manière, en jouant pour l’Irlande lors de la Coupe du Monde, il semble bien que McDowell se soit déjà fait une raison, et soit prêt à représenter cette nation aux JO.

« J’imagine que le fait que je joue pour l’Irlande lors de la Coupe du Monde va automatiquement impliquer que je représente ce pays aux JO, selon les règles du comité Olympique. »

Précisons que McDowell a déjà représenté l’Irlande à  quatre reprises en Coupe du Monde avant de devoir se prononcer sur un tel choix.

« Une partie de moi-même serait soulagé de ne pas avoir à prendre cette décision. »

On est loin du discours maladroit de Benzema, et ce n’est pas seulement une question de tact et de fair-play tout britannique, c’est peut-être une question d’éducation et de respect ?

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2655
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.