Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Jimmy Walker remporte l’US PGA Championship 2016

La pluie à Baltusrol. Photo Mark Newcombe - visioningolf

Si les fortes pluies ont perturbé cet US PGA Championship, Jimmy Walker est sorti de l’anonymat du PGA Tour en tenant tête à Jason Day dans un final passionnant pour la dernière journée, et ainsi remporter son premier titre en Majeur à Baltusrol.

Menant le tournoi du jeudi au dimanche, et poussé dans ses retranchements jusqu’à l’issue du dernier trou par Jason Day, Jimmy Walker n’a pas lâché. Le Texan de 37 ans classé 48e joueur mondial, conclu sans au seul bogey et 3 sous le Par, pour tenir à distance le numéro un mondial, l’australien Jason Day.

Découvrez nos formules d'abonnements

Avec deux des cinq meilleurs joueurs du monde, Jason Day et Henrik Stenson, lui donnant la chasse, Jimmy Walker a été en mesure de les tenir à distance dans ce qui était pour lui une journée marathon de 36 trous à Baltusrol.

Et pour un final aussi haletant que celui que nous avaient offert Henrik Stenson et Phil Mickelson au dernier British Open.

Jimmy Walker a commencé sa semaine avec un 65 (5 sous le Par) pour prendre la tête du tournoi, et avec un 66 le lendemain pour rester en tête à mi-course en compagnie de l’américain Robert Streb.

Jimmy Walker n'a pas joué samedi, lorsque la menace d’orages violents ont obligé les organisateurs à interrompre le tournoi, mais il est revenu avec 49 autres joueurs le dimanche matin pour la troisième manche.

Il a remis une carte de 68 pour garder une avance d'un coup sur le champion Jason Day, qui lui avait joué 67 le samedi après-midi.

Jason Day, qui avait déjà réalisé successivement trois tours en 67 pour être à 9 sous le Par au départ du dernier tour, n’était qu’à un coup de Jimmy Walker, mais il n’a pas été en mesure de rattraper l'Américain, et ceci malgré un Eagle pour conclure sur le 18.

Deux bogeys sur ses trois premiers trous et Jason Day est retombé à 8 sous le Par, il a ensuite enchaîné avec trois birdies en sept trous pour passer à 11 sous le Par. Et bien qu'il ait fini avec un Eagle, les six Pars qui l'ont précédé se sont avérés trop pénalisants pour lui permettre de rejoindre Jimmy Walker.

Pourtant, quelle pression sur Jimmy Walker, quand il regarda son concurrent le plus sérieux, Jason Day, faire cet Eagle sur le dernier Par 5, et l’obligeant à faire au moins un Par pour conserver son avantage, et il l’a fait…

« Parfois, les choses ne viennent pas facilement », a déclaré Jimmy Walker, qui venait de jouer 36 trous en raison de la météo du samedi. « Je ne vais pas vous mentir, ce fut une bataille toute la journée. Il n'y avait rien de facile aujourd’hui, pas plus que sur la semaine, et jusqu’au dernier trou ».

Jimmy Walker. Photo Mark Newcombe - visioningolf

Jusqu’à cet US PGA Championship 2016,  Jimmy Walker, sans être un inconnu, n’avait jamais encore explosé sur le PGA Tour, il vient de démontrer qu’il est bien digne d'un titre en Majeur.

Après des années laborieuses sur le circuit Nationwide, il finit par s’installer sur le PGA Tour avec une série de 25 Cuts consécutifs à partir des saisons 2012 et 2013.

Une première victoire à l'Open Frys.com en 2013, suivie pendant un temps par sa position à la tête du classement de la FedEx Cup, et une 10e place au classement mondial.

Jimmy Walker avait jusqu’à présent bataillé pendant cette saison 2016, en particulier dans les grands événements où il a enchaîné les Cuts non passés, comme à l’US Open et au British Open.

Il était retombé de la 10e place au classement mondial à la 48e avant cette semaine à Baltusrol.

Le deuxième jour a sûrement été la clef de ce Championnat PGA

Cette deuxième journée a commencé de façon un peu étrange au Baltusrol Golf Club, et pour se terminer avec de nombreuses surprises.

Avec la pluie qui tombe sans cesse pendant la nuit dans le centre de New Jersey et avec encore plus d’intensité le vendredi matin, la question se posait de savoir si ce second tour aurait vraiment dû commencer à l'heure prévue.

Mais le départ a été donné, avec des piscines dans les bunkers et des flaques d'eau sur les fairways.

Une demi-heure après que les premiers groupes soient partis, le jeu a été interrompu pendant 40 minutes à cause de l’orage.

On a demandé aux joueurs de rester sur place sur le parcours, on a alors vu Jordan Spieth et Sergio Garcia, se blottir ensemble sous des abris de fortune pour rester au sec. Ce n’est certes pas les meilleures conditions pour scorer dans le cadre d’un majeur.


Il y avait des aiguilles de pin sur les greens et des flaques d'eau d’ici de là. Il y a eu les excuses du PGA of America, et un mea culpa dans un championnat majeur, c’est assez rare…

Il y a eu Phil Mickelson qui a fait un triple boggey sur le trou N°1 « c’est juste horrible » a t’il déclaré ensuite. Et le golfeur actuellement le plus redoutable du monde, Dustin Johnson, manquant le Cut, tout comme Rory McIlroy, Sergio Garcia et notre Victor Dubuisson national.

Et puis il y a aussi le  N° 1 mondial Jason Day nous rappelant pourquoi il est numéro un mondial.

Et dans la lumière douce d'une soirée d'été idyllique, Robert Streb un joueur de 27 ans qui joue 63 dans un grand Majeur, le positionnant en tête du tournoi, à neuf sous le par, à égalité avec Jimmy Walker à la mi-temps de ce 98e Championnat PGA.

On ne pouvait pas imaginer Robert Streb à cette place à l’issue du deuxième jour.

Si en 2015 il a remporté le McGladrey classique, depuis il a raté neuf Cuts, et n’ait jamais parvenu dans un seul top 10. Et ce jour là, 8 birdies sur ce parcours de Baltusrol…

On n’avait pas non plus vu venir Jimmy Walker. Il a déjà gagné cinq fois sur le PGA Tour, mais il n'a pas fait un top 10 depuis mars dernier.

Sa dernière victoire, c’était il y a seize mois, à l'Open du Texas Valero. Jimmy Walker avait pris la tête à Baltusrol dès le premier tour, avec un  -5  pour un score total de 65.

Parmi les joueurs qui on pu profiter de conditions un peu plus favorables de ce deuxième tour, Jason Day a fini par se souvenir qu’il était N°1 mondial et après un double-bogey sur le 7, il a enchaîné avec 7 birdies sur les 8 trous suivants.

Un troisième et un quatrième tour inhabituels pour un Majeur 

Les officiels du tournoi ont été critiqués samedi pour ne pas réagir pendant les heures avant le départ, et pour avoir utilisé à la fois les départs depuis le trou N°1 et le trou N°10, suite aux conditions de jeu dangereuses, ce qui a provoqué une confusion inhabituelle pour les deux derniers tours.

En raison de l’interruption du samedi, le tour final a commencé une heure après que les leaders aient pris le départ de leur troisième tour. Il ne pouvait pas avoir de réparation du parcours pour le tour final.

Et compte tenu des conditions de jeu et des prévisions météo, les responsables ont adapté les règles pour une première fois dans un championnat majeur, les joueurs pouvant lever, nettoyer et placer leur balle.

L’US PGA Championship clôture les Majeurs pour cette année 2016 

Derrière Jimmy Walker  et Jason Day, Daniel Summerhays a terminé à 10 sous le Par et seul troisième, ce qui lui vaut une invitation au Masters de l'année prochaine. Branden Grace, Hideki Matsuyama et Brooks Koepka sont quatrième, à égalité à 9 sous le Par.

Henrik  Stenson après un double bogey sur le 15, a terminé à égalité au septième rang, avec Martin Kaymer et Robert Streb que l’on n'attendait pas aussi haut sur ce classement, malgré son fabuleux début de tournoi.

Jordan Spieth, qui a remporté deux majeurs et a terminé dans le top-4 dans les quatre majeurs l'an dernier, a terminé à égalité en 13e position.

Grégory Bourdy peut s’enorgueillir d’une belle et méritée 18e place, alors que son compatriote français, Victor Dubuisson n’avait pas passé le Cut. Régulier sur les quatre tours après avoir joué 69-68-69-69, Grégory Bourdy démontre à nouveau qu’il a bien sa place au plus haut niveau du golf mondial.

Les Majeurs sont terminés pour cette année 2016, et pour la première fois depuis 2011, les quatre Majeurs de l'année auront été remportés par des joueurs dont c’était la première victoire en Majeur.

L’anglais Danny Willett a remporté le Masters en Avril, l’américain Dustin Johnson a gagné l'US Open en Juin, alors que le Suédois Henrik Stenson a remporté il y a deux semaines le British Open.

Butch Harmon, l’entraîneur de Jimmy Walker va enfin pouvoir déboucher la bouteille de Château Margaux que Jimmy Walker lui avait offerte en paiement de ses premières leçons, et qu’il s’était engagé à ne pas ouvrir jusqu’à ce que son élève remporte un Majeur.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1232
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.