Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Jimmy Walker: Le meilleur golfeur du début de saison 2014?

Le nouveau Jimmy Walker

Auteur de trois victoires sur le PGA Tour, le texan Jimmy Walker est actuellement en tête du classement de la Fedex Cup 2014, et pratiquement assuré de faire partie de la prochaine équipe américaine de Ryder Cup. Mais qui est vraiment Jimmy Walker, et quel est le secret de son succès ?

Professionnel depuis 2001, Jimmy Walker n’avait jamais gagné sur le PGA Tour avant cette saison.

Vainqueur du Frys Open en Octobre 2013, un tournoi comptant pour la saison 2014, puis du Sony Open, début janvier 2014, le natif d’Oklahoma City vient tout juste de remporter le AT&T National Pro-Am de Pebble Beach pour s’installer solidement en tête du classement de la Fedex Cup.

Déjà sacré meilleur joueur du mois de janvier sur le PGA Tour, Jimmy Walker, coaché par le célèbre Butch Harmon est en passe de devenir la nouvelle star du golf américain.

A 35 ans, il n’est pas un jeune prodige comme Jordan Spieth qu’il a justement dominé pendant le dernier week-end de compétition en Californie.

C’est plutôt l’histoire d’un joueur qui a progressé constamment et qui arrive au sommet de son art, en particulier dans certains compartiments du jeu où il crée la différence avec tous les autres golfeurs du tour, comme par exemple, le  nombre de putts gagnés par tour, catégorie statistique qu’il domine sur le PGA Tour, et qui explique en partie pourquoi il gagne autant en ce moment.

Trois victoires en si peu de temps, ce n’est pas le fruit du hasard, et même des statistiques dignes d’un Tiger Woods, qui l’an passé avait remporté cinq victoires pour être le joueur le plus titré de 2013.

L’origine d’une transformation

Butch Harmon, le mythique coach de golf a déjà été lié aux succès de Tiger Woods et Adam Scott, ses plus célèbres élèves sur le tour. Désormais, son nom est associé à celui de Jimmy Walker alors que dans le même temps, Lee Westwood qui coure toujours après une première victoire en majeur, vient de remercier son coach Sean Foley, pourtant considéré comme l’un des meilleurs coachs américains.

Un tandem coach-pro qui fonctionne contre un tandem qui divorce, encore une différence clé entre un golfeur qui gagne, et un qui ne gagne plus.

Butch Harmon : le meilleur coach US

Pourtant, Butch Harmon ne revendique pas de modification sur le swing de son protégé. Simplement une prise de conscience de son potentiel, Harmon a travaillé sur le mental de Walker, et plus particulièrement sur sa pensée.

On connaissait les talents d’Harmon pour façonner les swings, moins son talent de coach mental.

Si Westwood n’a donné que huit mois à Foley pour le convaincre qu’il était l’homme de la situation, avant de le révoquer, et de dire qu’il n’aimait pas sa façon d’entrainer.

Walker a immédiatement déclaré sa flamme à Butch « You are the man ! ».

Et pourtant les premiers mots du plus célèbre des coachs de golf ont été « dure à cuire » au sujet du texan, ce que ce dernier a immédiatement pris pour un compliment « Quand vous entendez le meilleur coach vivant vous dire que vous êtes un dure à cuire, vous vous mettez à y croire. Je pense que ma confiance est venue de là. »

En dehors du parcours, Harmon a poussé Walker a croire en lui.

Témoin privilégié de cette transformation, Erin, la femme du joueur rencontrée en 2004 alors qu’elle était volontaire sur un tournoi du Web.com tour « Qu’est-ce qui est différent maintenant ? C’est essentiellement lié à Butch Harmon. Il est la raison. Il n’a pas eu à beaucoup changer le swing de Jimmy. Il avait déjà de bonnes bases héritées de son coach précédent. » Avant de poursuivre « Le fait d’avoir Butch avec lui, de pouvoir l’appeler à n’importe quel moment, le fait qu’il le veuille dans son écurie de joueurs…tout cela a contribué à rendre Jimmy plus confiant. »

De son côté, Walker déclare au sujet de son coach « ll m’envoie des textes de motivations. Il va plutôt droit au but. C'est ce que j’aime chez lui. Tout tourne autour du fait de gagner. »

Jimmy Walker : le meilleur swing de sa génération ?

En 2004, Walker était un jeune talent promis à un bel avenir. Plusieurs blessures au dos et aux épaules ont ralenti sa progression vers les victoires que son swing semblait lui promettre.

En 2012, il approcha Harmon pour lui demander de l’aide. A ce moment-là, Harmon n’avait pas de places dans son écurie composée de quatre joueurs sur le tour.

Ne pouvant l’accompagner sur les tournois, Harmon travailla néanmoins avec le texan dans son école à Las Vegas.

En moins d’un an, il se rendit compte du potentiel de Walker, et décida finalement de le prendre complètement sous son aile, en tant que membre à temps complet de son team.

Un choix qui de l’extérieur pouvait paraître surprenant pour le coach n°1. Prendre un golfeur d’un âge déjà avancée n’est pas coutume à ce niveau de la compétition.

Qu’est-ce que Butch Harmon a vu ?

« J’ai vu un très grand talent. Mais je n’étais pas sûr qu’il en ait justement conscience. »

Et plus que de travailler sur le swing, Harmon a mis le joueur en confiance  « Jimmy avait besoin de croire en lui plus que d’autres choses. Nous avons travaillé sur son swing, mais il était surtout important de lui montrer à quel point, il pouvait être bon sur le terrain. »

« Il n’a pas bu la moindre potion magique ! » poursuit Erin. « Avoir confiance en soi peut être un chemin relativement long. Le fait de gagner un premier tournoi a validé une partie de ce chemin, et ensuite, cette confiance peut vous faire faire de grandes choses. »

Jimmy Walker : La prise de conscience

En 2013, les premiers effets de la méthode Harmon se sont fait sentir avec la meilleure année du golfeur sur le tour, avec notamment une 28ème place à la money list.

Cette saison, Harmon l’a mis au défi de faire encore mieux.

« Nous n’avions pas gagné. Pourtant c’est ce que nous voulons. C’est pour cela que nous jouons au golf. Tout est une question de victoire. »

Résultat, Walker a gagné pour son premier tournoi de la saison. Une première victoire en 188 départs sur le PGA Tour pour un joueur qui a semble-t-il reçu un gentil coup de pied aux fesses.

Chose qu’Harmon sait faire, tout comme il sait faire un calin à son poulain quand celui-ci en a besoin.

Sans doute le secret d’une relation coach-joueur qui fonctionne. Ce qui devrait inspirer un certain Lee Westwood…

En dehors de l’aspect purement mental, Walker a construit ses succès sur sa meilleure maitrise des par-4 et des par-5, catégorie où il boxe avec les meilleurs du circuit.

Très long frappeur (6ème sur le circuit américain pour la distance au drive), il est le quatrième meilleur joueur du circuit pour le nombre de birdies, car en plus, il est dans le top-10 des meilleurs putters entre 1,5 et 4,5 mètres.

Long frappeur, bon putter, confiant dans son jeu, Walker est logiquement le meilleur golfeur du PGA Tour en ce début d’année 2014.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2050
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.