Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

JB Holmes: De la table d'opérations à la victoire sur les greens !

JB Holmes : De la table d’opérations à la victoire sur les greens !

Quel soulagement pour cet américain de 32 ans ! Après six ans sans gagner de tournoi de golf sur le PGA Tour, son gagne-pain, et surtout une opération du cerveau, JB Holmes est de retour dans la vie active de golfeur professionnel, et de la plus belle des manières.

Le fait de remporter le Wells Fargo Championship, disputé le week-end dernier à Charlotte aux USA n'aurait pas nécessairement justifier à elle-seule un long article de notre part, mais l'histoire de son vainqueur méritait d’être racontée !

Au cours du premier tour du PGA Championship 2011, JB Holmes sent bien que quelque chose ne va pas, et ce n’est pas qu’une question de score.

Sa carte de 80 est certes déjà éliminatoire et lui enlève toute chance de passer le cut de ce dernier majeur de la saison, mais elle sanctionne plusieurs mois d’un profond malaise qui l’étreint.

Pris de vertiges depuis déjà plusieurs mois, il décide d’abandonner et de consulter.

Finalement, on lui diagnostic la maladie de Chiari, une malformation très rare de la structure du cervelet.

Il s'agit d'une discordance entre la taille du crâne et celle du cerveau, qui aboutit à une mauvaise position du cervelet.

C'est une maladie qui peut passer inaperçue, mais aussi être à l'origine de maux et handicaps considérables...

Dans le cas de l’américain, l’espace osseux en bas et à l’arrière de son crâne était plus petit que la normale, ce qui poussait son cervelet et vers le bas.

La pression en résultant pouvait lui provoquer différents symptômes comme des étourdissements, des faiblesses musculaires, des engourdissements, des problèmes de visions, des maux de têtes, et des problèmes d’équilibres et de coordinations.

De sérieux handicaps pour un golfeur, qui plus est professionnel !

Très rapidement, JB Holmes décide de se faire opérer, et d’interrompre un temps, sa carrière de golfeur professionnel.

« Je savais que quand on dit aux gens que l’on va se faire opérer du cerveau, cela provoque toutes sortes de réactions et de peurs, mais en fait, cette opération présentait peu de risques, et se réalisait en moins de deux heures. Et surtout, elle présentait un taux de succès très élevé. J’ai été très soulagé quand j’ai enfin pu mettre un nom sur mon état, le comprendre, et savoir que je pourrai pleinement récupérer, retrouver une vie normale et rejouer au golf. »

Opéré le 1er septembre,  ces ennuis médicaux ne font en fait que commencer !

Un mois après l’opération, les chirurgiens s’aperçoivent qu’il est en fait allergique à l'adhésif utilisé sur la plaque de titane fixée à la base de son crâne.

Son état s’aggravant, il est héliporté depuis son domicile à l’hôpital Johns Hopkins de Baltimore pour être réopéré.

Finalement, remis sur pied, il reprend sa carrière en janvier 2012 au Farmers Insurance Open, soit quatre mois seulement après sa première opération.

Un retour qui ne s’est pas forcément passé comme il l’aurait espéré.

En raison d’autres petites blessures aux coudes et aux chevilles, il ne disputa que six tournois du PGA Tour 2012.

Poissard ! Quelques semaines après être sorti de l’hôpital, il y retourne pour une cheville cassée…après une séance de rollers !

Dans le cas des golfeurs blessés en cours de saison, le PGA Tour prévoit une exemption médicale qui permet à un golfeur présentant un empêchement d’exercer sur le tour, la possibilité de ne pas perdre son droit de jeu, en attendant de récupérer pleinement ses capacités.

Finalement, sa victoire de dimanche au Wells Fargo Championship lui permet de mettre bien loin derrière lui toutes ces considérations liées à son état physique !

Un pur cogneur qui se remet d’un K-O !

Bien connu par les golfeurs, JB Holmes fait partie de cette nouvelle génération de golfeurs apparus au milieu des années 2000, qui se sont fait un nom à travers la puissance de leurs drives, dépassant justement très régulièrement la barre des 300 yards, à savoir 275 mètres.

De la même veine que Bubba Watson ou Camillo Villegas, JB Holmes est donc plus un cogneur qu’un golfeur raffiné.

Sa philosophie et sa technique se rapprochant d’un John Daly. A savoir « tape fort devant, et réfléchis après ! »

Au classement des joueurs les plus longs, JB Holmes terminait jusqu’à présent très souvent second juste derrière Bubba Watson et pour moins de 5 mètres.

Bien sûr la technique du frappe fort et tais-toi n’a rien de nouveau !

Cependant, les nouveaux drivers du marché facilitent grandement cette stratégie golfique qui réduit considérablement la taille des trous, et d’une certaine façon, la difficulté des parcours.

Un état de fait  qui n’est pas forcément bien vue par tous, notamment ceux qui aiment le golf comme un sport de précision.

Sa victoire de dimanche ne doit rien à personne, et est un encouragement pour tous ceux qui ont lutter contre la maladie ou sont en rémission.

Depuis trois ans, JB Holmes qui aurait pu avoir un parcours à la Bubba Watson, et d’ailleurs peut toujours l’avoir, s’est relevé de pépins physiques à répétitions aux coudes, aux chevilles, et donc au cerveau pour tenter de redevenir l’un des cinquante meilleurs golfeurs du monde.

« Cela a été une longue marche en avant pour redevenir compétitif. J’ai eu des hauts et des bas, mais cela a finalement été une expérience qui m’a beaucoup apprit de la vie. Maintenant, c’est important pour moi d’en apprécier le résultat, de rester à ce niveau et de me faire plaisir »

Fidèlement supporté par Cleveland et Srixon, ces sponsors se félicitent de son retour au premier plan, d’autant qu’il a longtemps été considéré, comme un des grands espoirs de ce sport.

JB Holmes a dominé le champ de joueurs pour la distance au driving cette semaine avec la balle Srixon Z-STAR™…Une victoire qui fait donc beaucoup d’heureux, et dont vous pouvez découvrir quelques images sur srixon.com/thejourney/

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2374
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.