Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Interview exclusive de Brian Bazzel au sujet des nouveaux clubs TaylorMade 2018

Interview exclusif de Brian Bazzel au sujet des nouveaux clubs TaylorMade 2018

A l’occasion de la présentation à la presse des nouvelles gammes TaylorMade 2018, le 6 décembre dernier, j’ai eu la possibilité d’interviewer en exclusivité pour un média golf français, Brian Bazzel, vice-président de la création produit, soit le grand patron des ingénieurs et concepteurs de clubs pour la marque américaine. Au cours de cet entretien, je l’ai interrogé sur les nouveautés à venir, mais plus largement sur sa philosophie concernant le design des clubs, et les perspectives à venir du marché des équipements, toujours en légère récession, malgré quantités d’innovations.

Découvrez nos formules d'abonnements

Présent à Londres au Mercedes-Benz World, un bâtiment à la gloire de la marque automobile allemande, Brian Bazzel avait pour la première fois, la charge de la présentation complète des nouveautés TaylorMade.

Présent depuis 17 ans au sein de la marque, il a longtemps dirigé le département bois de parcours.

Depuis les départs de Sean Toulon et Benoît Vincent, c’est tout naturellement qu’il est monté en grade pour reprendre le flambeau.

En février dernier, au moment de mon séjour-reportage à Carlsbad, siège des principales marques, nous nous étions seulement croisés.

Je ne voulais donc pas manquer l’occasion de l’interroger.

Après l’avoir mis en confiance, en lui fournissant à l’avance une série de 7 à 8 questions, je l’ai tout de même légèrement, et de manière polie, pousser vers quelques questions délicates.

Il a fait preuve d’un grand professionnalisme, mais à en juger par le petit ouf de soulagement qu’il a poussé aux termes de l’entretien, certaines questions l’ont challengé, et c’est bien entendu le but.

Sans faire de la vantardise, pour vous lecteur, le but n’est pas de lire l’énième discours bien huilé de l’ingénieur qui vous explique comment son nouveau club va plus loin que plus loin.

Si je ne cherche pas des questions inhabituelles pour lui, on perd tous notre temps. Vous jugerez.

Toutefois, vous noterez à quel point c’est un habile communicant et qu’il déroule parfaitement son discours.

world-mercedesbenz.JPG

Bonjour Brian, cela fait 17 ans que vous travaillez chez TaylorMade. Sean Toulon et Benoît Vincent ont récemment quitté l’entreprise. Vous êtes désormais aux responsabilités. Quelle est votre vision personnelle de l’ingénierie des clubs de golf ? En quoi croyez-vous ?

Et bien, je crois en beaucoup de choses que Gary Adams, notre fondateur, avait déjà en tête. C’est lui qui a créé TaylorMade, mais c’est aussi lui qui a été à l’origine du bois métal tel que nous le connaissons.

Nous essayons de regarder en permanence comment nous pouvons aider les golfeurs à être meilleur. En tout cas meilleur aujourd’hui par rapport à hier…Et nous faisons cela à travers l’innovation avec par exemple les sleeves d’ajustements pour le loft, les poids ajustables… Nous regardons visuellement comment un driver peut évoluer.

Notre équipe est dédiée au fait de trouver ces nouvelles solutions.

Je pense que nous vivons une époque intéressante chez TaylorMade, et dans l’environnement du golf.

Nous recevons beaucoup de données. Nous pouvons vraiment étudier les golfeurs à un niveau que nous n’avions jamais pu atteindre auparavant.

Bien entendu, il ne s’agit que de jouer au golf. Cependant, nous avons désormais des outils que nous n’avions pas avant.

Aujourd’hui, vous présenter la technologie Twist Face comme une innovation exceptionnelle. Quels en seront les principaux bénéfices ?

Voilà, j’ai justement un modèle de twist face dans ma poche.

brian-twist-face-mini.jpg

Il s’agit d’une version large de la twisted face.

A l’origine les faces dites Bulged roll ont été dessinées pour compenser les coups tapés décentrés. C’est là que le « gear effect » se matérialise pour ramener les balles vers le centre du fairway.

Cependant, au travers des études, on constate que les golfeurs n’amènent pas le club à l’impact square dans tous les cas.

En réalité, ils tapent un peu partout sur la face.

Avec les données que nous avons récoltées, conscients que les golfeurs ne tapent pas toujours au centre, avec la twist face, nous avons essayé de ramener la balle vers le centre, pour des coups tapés plus rectilignes, et non pas basés sur ce que ferait un robot, mais bien sur la frappe d’un humain.

En ce sens, c’est une innovation assez incroyable.

Les faces dites bulged roll sont là depuis plus d’une centaine d’années.

Avoir un produit tel que celui-ci, pour aider tous les golfeurs, sans distinctions de niveaux, est la plus belle rupture technologique que TaylorMade pouvait faire.

face-taylormade.png

Cela veut dire que vous êtes la seule marque à disposer d’une telle technologie ?

Oui, absolument, c’est une technologie brevetée. A l’avenir pour les compétiteurs dans le domaine du driving, il faudra se poser la question du comment pouvoir faire ceci, car cela va devenir un « basic » pour un club de golf.

Du coup, espérez-vous obtenir la même domination en termes de parts de marché avec ce nouveau driver par rapport à celle que vous avez connu par le passé, et notamment avec le R1 ? Et comment les joueurs du tour peuvent vous aider dans cette optique ?

Oui, j’espère que nous allons connaître une forte croissance. Le système twist face va bénéficier à tous les golfeurs. Je ne serai donc pas surpris que nos parts de marchés grimpent. Je sais que dans certaines régions, nous avons déjà 50% de parts de marchés. Le fait d’aller au-delà de 50% est déjà très difficile à imaginer.

Je crois surtout que cela va faire progresser le jeu. Peut-être que des gens qui ont arrêté de joueur vont se remettre à jouer. Le fait que cela soit plus facile à jouer pourrait être significatif.

Concernant les joueurs du tour, nous avons dans notre staff 5 des meilleurs joueurs du monde. J’ai eu l’opportunité de leur montrer les nouveaux drivers M3 et M4, la nouvelle twist face, le nouveau système Hammerhead, le rail Y-Track…

Quoi qu’il en soit, au-delà du fait qu’ils ont été intéressés pas ces nouvelles technologies, ils les ont surtout validés.

Quand Dustin Johnson tape un coup en pointe haute, et peut voir la balle rester dans les airs, et rester droite, c’est complètement vendu.

Pour lui, toucher juste un fairway de plus par partie est déjà un big-deal.

Pour un golfeur moyen, cela pourrait être la différence entre taper un coup hors limite, et taper un coup qui reste jouable.

Cette année, on peut voir que le marché des équipements de golf est au mieux stable, voir légèrement récessif. Pourtant, à travers les ventes de voyages de golf, on peut voir que les golfeurs ont un peu d’argent à dépenser. Comment l’industrie du matériel, votre industrie pourrait réenchanter les golfeurs, et relancer les ventes de matériel ?

Bon d’abord, je pense que nous faisons tout ce que nous pouvons, pour que de plus en plus de personnes jouent ce jeu que nous aimons tous.

Pour nous, cela ne signifie pas seulement apporter de superbes innovations que les gens auront envie d’essayer. Mais c’est aussi de faire en sorte, et notamment avec la gamme 2018, que les joueurs, notamment les 5 meilleurs, parlent de ces technologies, parlent aux autres golfeurs.

Je pense que les golfeurs ont envie de le voir, de parler de choses plus réelles.

Regardez ! Tiger Woods est de retour dans le jeu. Si Tiger continue à bien jouer, je suis sûr que pleins de gens auront envie de jouer davantage.

Pensez-vous que le fitting augmente le cycle de vie des produits, et finalement, réduit la rotation des ventes ? C’est une bonne chose pour le consommateur, mais finalement, un peu moins pour les marques ?

Oui à l’évidence, le marché des équipements est plutôt stable depuis deux ou trois ans, et même légèrement récessif.

Cependant, le noyau dure des golfeurs continue à jouer beaucoup au golf. Je pense que nous pouvons continuer à faire croître cet aspect des choses.

Récemment, vous avez changé d’actionnaire. Est-ce que cela va changer votre façon de concevoir des clubs de golf ? Peut-on s’attendre à trouver un TaylorMade différent dans les années à venir ?

Oui, nous avons un nouvel actionnaire qui est super. Ils ont acheté la marque parce qu’ils aiment réellement la marque. Ils aiment les produits que nous faisons. Ils ont de l’expertise en production.

Je pense que nous pouvons certainement nous améliorer un petit peu, mais notre nouvel actionnaire nous fait confiance sur le fait que nous connaissons les golfeurs depuis longtemps. Ce n’est pas leur expertise.

Me concernant, je ne pense pas que cela va trop affecter ma façon de dessiner des clubs de golf.

Nous allons surtout essayer d’être un tout petit peu plus efficace.

bazzel-inno.jpg

Comment voyez-vous TaylorMade dans les 5 prochaines années ? Selon votre point de vue d’ingénieur ?

Je pense, j’espère, que nous allons aider le jeu à croître, que plus de gens se mettront à jouer au golf, et que nous continueront à pousser des innovations.

Que tous les ans, des gens me demandent « Quelle sera la suite ? » « Qu’est-ce que vous pouvez inventer de meilleur que ce que vous avez déjà ? »

Depuis 17 ans que je travaille dans l’entreprise, ils ont pratiquement dit cela tous les ans. Et pourtant, tous les ans, nous avons réussi à les surprendre.

Twist face est un nouvel exemple de cela. Ils n’avaient aucune idée que la twist face allait arriver, et que cela allait les aider à mieux jouer.

Donc, pour les 5 prochaines années, j’espère surtout pouvoir surprendre et ravir de plus en plus de consommateurs.

En tant que golfeur qui joue entre 11 et 15 d’index, si j’avais à hésiter entre les P790 et les nouveaux M3, que me recommanderiez-vous ?

Ouh, ça c’est une question difficile ! Ce sont deux clubs incroyables. Le P790 risque de vous coûter un peu plus. Si vous êtes orienté sur la question du prix, il faut vous orienter plutôt sur le M3. Les deux clubs ont des points communs.

Le M3 est un club moulé d’une seule pièce. Le dessin de la semelle est un peu plus cambré, donc si vous jouez dans des conditions plus variables au niveau du gazon, le M3 pourrait être un peu meilleur en tant que club-improvment pour vous.

Le P790 présente une semelle plus plate, et un look qui va plaire davantage aux « players ». Si l’aspect esthétique est important pour vous, alors je vous conseille le P790.

Maintenant, les deux produits ont un look fantastique, ils sonnent vraiment bien, et le touché est génial dans les deux cas.

Le M3 embarque la technologie RIBCOR. Cela pourrait bien être un choix difficile.

Justement, pourriez-vous me dire quelques mots à propos de la technologie RIBCOR ?

C’est une grosse innovation technologique pour nous.

Nous dessinons des clubs distances depuis des décennies.

M4-Iron-3quarter-Heel-Cutaway-Composite.jpg

Je pense en particulier au premier fer Burner. Je pense que vous avez sans doute parlé avec Benoît de notre façon de rendre les faces de plus en plus fines, plus flexibles…

Quand vous commencez à faire cela, vous commencez à changer le son, et même à en faire quelque part une sorte de bois métal.

Maintenant, le problème avec un fer distance, c’est qu’il y a beaucoup d’énergie perdue.

Nous voulons gagner en distance. Nous voulons projeter la balle plus haute. Et nous voulons générer un vol de balle plus rectiligne. RIBCOR nous permet justement de faire toutes ces choses, tout en faisant en sorte que le son et le touché soient spectaculaires.

Je peux vous dire que nous faisons cela depuis dix ans. Maintenant, avec la combinaison des faces slots, de la speed pocket et désormais le RIBCOR, c’est vraiment un game changer. C’est vraiment un superbe fer.

Merci Brian pour votre temps…

En réalité, sur l’ensemble de l’interview, Brian a été moins à l’aise sur les questions concernant le caractère récessif du marché, et le fait que le fitting allonge la durée de vie des produits.

Cette deuxième question n’était pas au programme, et l’a clairement déstabilisé. Il me le redira en off après que la caméra ait été coupée.

C’est le signe que nos amis ingénieurs sont d’excellents communicants. Une fois la machine lancée, Brian Bazzel déroule son argumentaire avec beaucoup de facilité, et de conviction.

Même moi, sur le moment, je dois admettre que je bois ces paroles.  Avec le recul, sur la question des ventes de matériel de golf, il ne répond pas complètement à la question, ou évite le piège du « vous faites des meilleurs clubs et pourtant les gens ne les achètent pas plus ».

Sur la question du fitting, il élude aussi. 

Posté par le dans Interviews
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 379
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.