Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Voyages golf

IGTM 2017 : Les golfeurs français dépensent plus pour leurs voyages de golfs

IGTM 2017 : Les golfeurs français dépensent plus pour leurs voyages de golfs

A l’occasion de la 20eme édition de l’IGTM (International Golf Tourism Market), je me suis rendu à Cannes (11 au 14 décembre) pour le rendez-vous incontournable des métiers du tourisme golfique. L’occasion de vous faire découvrir les enjeux de la profession, comment les resorts et parcours de golf se placent pour vous accueillir et/ou attirer une clientèle internationale principalement représentée par de puissants tour-opérateurs. Plus de 600 acteurs du tourisme mondial étaient réunis pour accueillir 350 acheteurs de séjours, et une centaine de journalistes de la presse golfique internationale. Bien que l’événement se tenait sur la croisette, l’anglais était de mise… Reportage « inside » dans le lieu où s’imaginent vos futures vacances de golf. A ce propos, les golfeurs français ont nettement augmenté leurs dépenses en 2017.

Découvrez nos formules d'abonnements

Un salon très professionnel

L’IGTM se distingue de beaucoup de salons professionnels pour la qualité excellente de son organisation. Plusieurs semaines avant l’événement, après avoir passé un système d’accréditation stricte (seulement deux médias français étaient présents dont jeudegolf.org), j’ai été invité à planifier les rendez-vous de manière argumentée.

Impossible de venir à l’IGTM pour flâner. Les 600 acteurs de la profession n’ont pas de temps à perdre. Les rendez-vous s’enchaînent à un rythme d’un meeting toutes les vingt minutes.

Cette organisation un peu stricte facilite pourtant les échanges, et garantit un niveau d’accueil et de professionnalisme très supérieur par exemple à celui que l’on peut trouver au Salon du Golf français.

Le fait que vos interlocuteurs soient prévenus de votre arrivée et du rendez-vous les rend plus disponibles, et plus efficaces. Je dirai même plus accueillant.

La qualité de l’accueil : Le point clé du secteur

L’accueil ! C’est la clé du métier ! Toutes les destinations sont réunies en un seul lieu pour se livrer la même bataille : Celle de l’attractivité !

Alors que l’IGTM se déplace de pays en pays au gré des éditions, (pour la première fois cette année à Cannes), de nombreux acteurs du marché français avaient fait le déplacement, dont certains pour la première fois comme UGOLF, ou d’autres qui sont des piliers et locomotives du tourisme golfique français comme le Golf du Médoc, présent chaque année depuis plus de dix éditions.

Il faut effectivement avoir une véritable stratégie tournée vers l’accueil de visiteurs internationaux pour rentabiliser les dizaines de milliers d'euros de coûts pour planter un stand au Palais des Festivals.

La Ryder Cup à l'honneur

La France était donc plus en nombre sur cette édition, avec en toile de fond la Ryder Cup à Paris en septembre 2018.

Du Nord de la France au plus au sud avec le Domaine de Murtoli, chaque stand français avait pour mission de faire passer le message suivant : Oui, la France peut être une destination de golf, et une terre d’accueil.

La plupart des acteurs mondiaux le découvrant. Henri Martinet du golf du Médoc a très bien résumé la situation « En France, historiquement, nous jouons sur nos parcours. De ce fait, nous étions moins voués à aller chercher des clients étrangers. En Turquie, au Portugal ou même en Espagne, les locaux ne jouent pas sur leurs parcours. »

Effectivement, nous avons un certain retard à combler sur nos voisins ou proches concurrents en matière de tourisme golfique, finalement beaucoup plus dépendants de l’extérieur que de la demande intérieure.

Ceci étant, à l’image de la présence de UGOLF sur l’IGTM, comme me le témoignait, le directeur du golf de Cély, il faut arrêter de se mentir, le marché français est plus que stable, et n’offre plus de perspective de croissance pour l’instant.

Plus d’un golf sur deux peine à équilibrer les comptes annuels dans l’hexagone. Le fait qu’il n’y ait pas réellement de possibilité d’augmenter le chiffre d’affaires pousse nos parcours à changer d’attitude vis-à-vis du marché international.

Une concurrence mondiale et surtout ibérique

Les poids lourds du secteur sont bien entendu l’Espagne et le Portugal, challengé par le Maroc, l’Italie et le Royaume-Uni, en particulier par l’Irlande et l’Ecosse.

Les stands portugais en nombre à l'IGTM

A l’inverse, à en juger par la fréquentation des stands, on sent que les destinations Tunisie et Turquie sont mises à mal par l’actualité politique.

L’IGTM a beau être un rendez-vous mondial. La majorité des exposants et des visiteurs viennent d’Europe. Les américains et les asiatiques sont surtout dans les rangs des acheteurs.

La Floride porte l’étendard de l’Oncle Sam alors que Donald Trump a envoyé des émissaires pour ses parcours du Doral et d’Aberdeen. Un stand plutôt en marge du salon.

Au contraire, c’est bien l’Europe qui est au cœur des allées du salon.

L’Europe qui attire justement de plus en plus les golfs-trotteurs français.

Les français retrouvent des couleurs

Ils et elles ont justement augmenté leurs budgets de +13% en 2017 selon une nouvelle étude de Sports Marketing Surveys.

Sur les douze derniers mois, la moyenne du coût des vacances golfs a été de 1777 euros pour un panel de 9500 golfeurs et golfeuses assidus.

Les français réalisent des séjours d’une moyenne de 5,7 jours en comparaison des allemands avec 6,9 jours en moyenne pour 2041 euros dépensés, les champions du tourisme golfique, qui eux, ont augmenté de 25% leur budget par rapport à 2012.

Contrairement aux idées reçues, les Britanniques sont les moins dépensiers avec un budget moyen de 946 euros en diminution de 12% par rapport à 2012.

Etonnamment, sur les stands français, quand on parle de clientèle, les français n’ont pourtant pas toujours bonne presse.

Parfois jugés pingres et barbants par rapport aux belges, et autres nationalités, cela ne se retrouve pas tant que ça dans les chiffres… à l’étranger. Et bien entendu, on m’a demandé de ne pas reproduire ces propos…

Le golfeur français est donc un bon voyageur comme le souligne Peter Grimster, directeur des expositions de Reed Travel Exhibitions « Alors qu’au Royaume-Uni et en Suède, les dépenses ont légèrement baissé au cours des cinq dernières années, les résultats soulignent les opportunités à saisir pour les voyagistes. En effet, il existe un public de golfeurs et golfeuses passionnés, notamment en France et en Allemagne, qui continuent à consacrer des sommes considérables à leurs vacances golfiques ». 

L'Italie face à la concurrence de l'Espagne

Cette étude indique aussi que l’Espagne reste la destination privilégiée de tous les marchés, 14 % des personnes interrogées ayant choisi ce pays pour leurs vacances golfiques au cours des 12 derniers mois. La deuxième destination la plus populaire des golfeurs et golfeuses du Royaume-Uni, de la Suède et de la France était le Portugal, tandis que les personnes interrogées originaires d’Allemagne préfèrent l’Autriche : 13,4 % d’entre elles ont choisi ce pays pour un séjour golfique en 2017.

Sur le salon de l’IGTM, les stands espagnols et portugais sont en Force, et même difficiles d’accès.

De nouveaux services apparaissent

Le marché est tellement florissant que de nouvelles offres émergent, et notamment un service de conciergerie qui propose de s’occuper de tout votre voyage pour vous, golfeur ou non-golfeur.

Alexandre Alves de Portugal Golf et Luxury Tourism m’a présenté son nouveau service dédié à des groupes de 8 à 14 personnes, des packs sur mesures pour 8 jours et 7 nuits, de Porto à Lisbonne, principalement consommés par des quinquas en couple, à la recherche de « all inclusive » du parcours de golf à l’hôtel, en passant par les guides touristiques ou les cadets, le tout pour 3000 euros la semaine.

Plus le marché se développe, et plus les offres peuvent monter en gamme.

Toujours plus de nouvelles destinations à découvrir

L’étude commandée par l’IGTM a aussi demandé aux golfeurs et golfeuses de choisir des destinations golfiques émergentes : ils ont cité l'Afrique du Sud, et la Thaïlande. Sur les golfeurs et golfeuses britanniques interrogés, 39,1 % ont identifié la Turquie comme marché émergent clé, et plus de 24 % des personnes interrogées en Suède et en Allemagne ont choisi l’Afrique du Sud comme possible destination future. 

Les tour-opérateurs découvrent la destination France

Pour Peter Grimster « C’est une étape du Circuit européen depuis plusieurs années, mais il est intéressant de constater que l’Afrique du Sud continue sa progression en tant que marché clé pour les golfeurs et golfeuses d’Europe. Un nombre croissant de destinations sud-africaines étant présentes lors de l’édition 2018 de l’IGTM, je suis ravi de voir que l’IGTM continue à parfaitement représenter l’industrie du tourisme golfique mondial. »

Un bilan plus que positif pour le tourisme golfique mondial

C’est donc dans un contexte positif et enthousiaste que s’est tenu ce salon à la gloire des resorts et tour-opérateurs en quêtes de nouvelles offres attractives et de distinctions.

Alors que l’an prochain, l’IGTM aura lieu en Slovénie à Ljubjana, la cérémonie des IAGTO Awards, toujours à Cannes, a consacré les Flandres comme région à découvrir de l’année, la plus importante des distinctions remises par l’organisme dans le cadre de l’auditorium Louis Lumière où on remet habituellement la Palme d’Or, et devant 1300 professionnels.

Région à découvrir voulant dire région encore sous-cotée et propice à un fort développement futur, à condition d’être mise en lumière. C’est tout le rôle de l’IGTM que d’assurer le renouvellement.

Avant de parler de renouvellement, trois resorts ont été consacrés comme les meilleurs de l’année 2017 : Aphrodite Hills Resort à Chypre, Pebble Beach Resort en Californie, et Fancourt en Afrique du Sud, trois des références mondiales pour les golfeurs.

Pour la France, en année de Ryder Cup, un potentiel à exploiter

Dans ce grand concert des nations, la France, en cette année de Ryder Cup joue bien évidemment gros. Paul Armitage défend les couleurs du golf National. Keith Pelley est venu spécialement en faire la promotion. Tous les stands français sont à l’unisson et aux couleurs de l’événement.

De mémoire de « festivaliers », on n’a jamais vu autant de français à l’IGTM.

Jusqu’à cette année, Terre-Blanche, Médoc, Evian étaient bien seuls.

La French Team sur le pont

Les resorts français espèrent faire venir les américains avant et après la rencontre USA-Europe.

Clairement, la Ryder Cup est une vitrine pour inscrire la destination dans la durée. Une destination pas vraiment connue et qui ne veut pas jouer que sur la carte golf.

Au Médoc, on veut emmener les golfeurs dans les vignes, sur des tables de tri du raisin, faire toucher du doigt l’expérience Médoc…

A Murtoli, on veut parler du patrimoine corse, d’agro-tourisme.

En Occitanie, on veut parler de patrimoine culturel, du Pont du Gard, de Carcassone…

Dans le nord, on parle links avec Wimereux ou Le Touquet. Le Nord étant d’ailleurs la deuxième destination française en termes de green-fees consommés par des étrangers, et la première pour les britanniques.

Partout, on vante la rapidité des liaisons de Paris vers le Nord, le Sud, l’Est ou l’Ouest, alors que selon Henri Martinet (Médoc), l’expérience du train, du TGV est plutôt méconnue par les américains plus enclins à prendre l’avion ou la voiture.

Toutefois, rien ne garantit encore à cette heure que la Ryder Cup suffira à débloquer la France comme destination golfique dans l’esprit des tour-opérateurs américains, et après l’événement.

La France a encore du chemin pour s’installer durablement dans l’esprit des touristes du monde entier, et la concurrence promet d’être très relevée.

Cependant, la France a de nombreux atouts à faire valoir, à commencer par son patrimoine culturel et gastronomique. Tous les exposants étaient unanimes sur ce point.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 784
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.