Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

HSBC Women’s Champion: Stacy Lewis repart à l’assaut

Welcome Back Stacy Lewis !

La saison du LPGA Tour ne fait que commencer, que l’un des plus gros événements de la saison démarre ce jeudi à Singapour avec le HSBC Women’s Champion, un tournoi qui avait souri en 2013 à l’américaine Stacy Lewis, en route vers la place de numéro un chez les filles.

Surnommé le majeur asiatique, ce gros tournoi du LPGA Tour fait escale au Sentosa Golf Club qui sera pour quatre jours la capitale du golf féminin mondiale.

La saison s’annonce encore plus passionnante qu’en 2013 avec plus de tournois, des dotations en hausse, et un niveau de jeu plus relevé que jamais.

L’an passé, Inbee Park avait dominé les majeurs, et manqué de peu, de réaliser un incroyable grand chelem.

A tel point que nous pouvions penser qu’elle serait seule à régner sur le golf féminin, mais c’était sans compter sur Stacy Lewis, 29 ans, et Suzann Pettersen, qui allaient toutes deux remporter chacun un majeur, et lutter jusqu’à la fin pour le titre de meilleure golfeuse du monde.

Sur le LPGA Tour 2014, les choses ont déjà commencé, mais le rendez-vous de Singapour marque le véritable départ de la saison.

Et des trois meilleures golfeuses du monde, avant le coup d’envoi, c’est bien l’américaine qui est à l’honneur !

Tenante du titre, Lewis repart cette saison avec la même ambition “devenir numéro un”, statut qu’elle a touché du doigt pendant seulement quelques semaines en 2013, avant d’être dépassée par le phénomène Inbee Park.

La défense de son titre s’annonce compliquée car elle fera face aux deux autres stars du tour, Inbee Park et Suzann Pettersen ayant confirmé leurs participations, les filles étant plus respectueuses que les garçons du calendrier du tour.

women-champion.jpgEn effet, Giles Morgan, patron des opérations marketing chez HSBC a justement fait une sortie dans les médias, ou plutôt une charge contre Tiger Woods, accusé de manquer régulièrement à l’appel pendant le tournoi masculin équivalent à cette épreuve.

Morgan déplorant que le tour ne faisait pas respecter l’obligation des joueurs à se tenir présent sur les tournois à forte dotation et enjeux du calendrier, préférant jouer des exhibitions à ces mêmes dates.

Pas sûr que ces réprimandes suffisent à réconcilier l’américain avec l’épreuve. Si la méthode est contestable, en revanche, il est vrai que si les meilleurs joueurs ou joueuses font défaut, il ne faudra pas se plaindre de voir les sponsors laisser tomber.

De ce point de vue, Inbee Park est donc beaucoup plus dans la “ligne du parti”

De son côté, Stacy Lewis ne s’est sans doute même pas posée la question dans la mesure où elle défend son titre.

Cependant, en fin de saison dernière, nous l’avions laissé fâché avec le public asiatique, et plus particulièrement chinois, qu’elle avait critiqué pour son trop bruyant soutien en faveur de Shanshan Feng, pendant l’Open de Chine.

Visiblement, c’est du passé, et la joueuse Mizuno semble plutôt heureuse de l’accueil qui lui a été réservée sur le  parcours de Serapong.

Et l’américaine de relativiser la concurrence entre elle, Inbee Park et Suzann Pettersen, en ajoutant Karrie Webb, Jessica Korda, Anna Nordqvist au statut de prétendante pour la victoire finale.

Elle pourrait aussi ajouter Lydia Ko, le jeune prodige du golf féminin, et la scène serait complète de golfeuses très talentueuses, et toutes capables de gagner cette saison.

Lexi Thompson, Paula Creamer et Nathalie Gulbis apprécieront, les américaines semblant plus en retrait pour le moment, mais tout à fait en mesure de contester la hiérarchie mondiale actuelle.

Avec une dotation de 1,4 millions de dollars, le tournoi attire encore cette année, un champ de joueuses particulièrement relevé en plus de filles déjà nommées ci-dessus.

Depuis la première édition en 2008, les dix meilleures golfeuses du moment ont toujours répondu présentes.

Karine Icher : la meilleure tricolore joue souvent placée

A défaut de remporter un tournoi sur le LPGA Tour depuis son retour de congé matérnité, la française a réalisé un très bon exercice 2013 avec plusieurs belles places d’honneurs, comme sur l’Open du Canada qu’elle a terminé à la seconde place, empochant le chèque du vainqueur, puisqu’elle avait été devancée par Lydia Ko, alors encore amateur.

En forme et en réussite dès le début de cette saison 2014, comme en atteste son podium en Australie,  Karine Icher devrait profiter de l’étape à Singapour pour confirmer, et se rapprocher encore du top-20 mondial.

Karine Icher à la recherche de la victoire sur le LPGA TOUR

Très à l’aise au putting sur le parcours du Victoria Golf Course, c’est pourtant sur le driving que la française est attendue.

Elle a spécialement travaillé avec un nouveau coach, Brian Mogg, cet aspect de son jeu pour gagner en consistance et en distance.

Estimant que c’est dans ce compartiment du jeu qu’elle devait le plus réduire l’écart avec les meilleures, et pouvoir enfin remporter un tournoi.

Avant l’explosion du phénomène, Victor Dubuisson, Karine Icher pouvait légitimement être considérée comme la meilleure chance française sur le Tour professionnel.

Elle peut d’ailleurs continuer à être considérée comme la meilleure à ce niveau de la compétition, au même titre que Victor, ce qui fait deux français dans le top-30 mondial.

Si Dubuisson affronte essentiellement des américains et des anglais, Karine doit quant à elle, faire face à un contingent sud-coréen : Des machines à putter au mental sans faille !

Justement, le driving peut constituer un bon moyen de faire la différence.

Inbee Park : éviter la décompression Tseng

Du chinois ? Le golf féminin est trusté par les golfeuses asiatiques. Préparez-vous à retenir leurs noms.

En 2012, Yani Tseng, originaire de Taiwan dominait le golf féminin mondial, et puis plus rien.

Fin 2012, après sa victoire sur l’Evian Masters, Inbee Park était en fait en chemin vers la place de numéro un.

Après trois autres victoires en Majeurs (Kraft, Wegmans, et US Women’s Open), elle était devenue incontournable, sauf que sa deuxième partie de saison a été nettement moins prolifique.

Battue au British Open et sur l’Evian Championship, elle a suffisamment bien joué pour maintenir son avance sur le retour phénoménal de sa rivale la plus forte, la norvégienne Suzann Pettersen.

Suzann Pettersen à l'attaque du HSBC Women s Champions

Mais pas de quoi, impressionner !

Pour Inbee Park, la question est de savoir si elle va reprendre la main avec une victoire sur ce HSBC Women’s Champion, sorte de majeur asiatique, ou au contraire, décliner comme la précédente numéro une mondiale, Yani Tseng qui ne montre pas non plus de signes de retour en forme.

Plus encore que l’année passée, la saison 2014 qui commence à peine se montre très ouverte pour le titre de meilleure joueuse du monde…

Crédit photos : IMG

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1805
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeuse, je joue au golf en tant que loisir. J'apporte ma contribution en faveur des lectrices du site jeudegolf.org sur des sujets autour de la mode, des relations sociales, et de tout ce qui peut concerner les filles au golf !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.