Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

HSBC Golf Business Forum: Les grands enjeux du golf de demain

HSBC Golf Business Forum: Les grands enjeux du golf de demain

Sous l’impulsion d’IMG qui en a racheté les droits et le sponsoring d’HSBC, les grands décideurs du golf mondial se sont retrouvés à Abu Dhabi pour le Business forum du golf, du 28 au 30 avril, afin de dresser les principaux constats concernant le développement du golf dans le monde.

Le contexte du HSBC Golf Business Forum :

Plus de 260 représentants de l’industrie du golf en provenance de 30 pays se sont donnés rendez-vous au Westin Abu Dhabi Golf Resort & Spa pour partager leurs meilleurs retours d’expériences, et réseauter.

Cela a aussi été l’occasion de remettre un prix spécial Peter Dawson, directeur exécutif du Royal & Ancient qui quittera ses fonctions en septembre 2015.

Au chapitre des honneurs,  Jack Nicklaus, Arnold Palmer, Gary Player, Greg Norman, George O’Grady, directeur de l’European Tour, et Tim Finchem, son homologue pour le PGA TOUR ont tous été cités.

Concernant les séminaires marquants, l’industrie s’est penché sur la questions des médias avec la participation de la BBC  et la direction des sports de  Youtube sur « Comment passer du grand écran (TV) au petit écran (web-tv).

Au cours de cette convention, le patron d’ IMG, Guy Kinnings s’est félicité de l’implication de sa société dans le développement du golf dans le monde depuis 50 ans avec 500 personnes dédiées à temps complet.

Une convention sous le sceau du satisfecit général et l’auto-congratulation concernant la compilation de chiffres favorables, masquant au contraire, un déclin inquiétant du golf dans les pays développés, et en premier lieu, les Etats-Unis et l’Europe.

Des débats ont eu lieu sur le jeu de golf du 21ème siècle intégrant de plus en plus la technologie digitale avec notamment l’analyse de bases de données sur les performances, et le comportement des joueurs.

Les délégués ont également eu une présentation des toutes dernières tendances sur le développement global du golf par les principaux innovateurs du marché. 

Les conclusions du HSBC Golf Business Forum :

Aux termes des trois jours de débats, les têtes pensantes de l’industrie du golf ont statué sur la bonne santé du golf, principalement en raison du développement des nouveaux marches (pays émergents) tout en admettant que ce potentiel est conditionné à la capacité du secteur à innover, et à être mieux connecté.

En synthèse, trois thèmes sont ressortis au cours de cette convention 2014

-       La croissance du golf auprès des classes moyennes,

-       Le développement économique du secteur en parallèle avec la demande,

-       L’implication de plus en plus forte des golfeuses.

De manière générale, les leaders de l’industrie sont tombés d’accord pour affirmer que le développement du golf devra passer obligatoirement par l’innovation, et le fait que l’offre rencontre la demande des golfeurs d’aujourd’hui, et de demain.

Giles Morgan, Directeur des partenariats pour HSBC reconnait que pour que le golf continue à se développer, il ne faudra rien tenir pour acquis et être capable d’anticiper les changements d’attentes des golfeurs.

Giles Morgan : ne  rien tenir pour acquis et être capable d’anticiper les changements d’attentes des golfeurs.

Le cœur de cible : Apporter aux classes moyennes un service qualité/prix optimisé

Au cours de la convention, il a été globalement admis que la pénétration du golf dans les classes moyennes dépendrait d’une plus grande accessibilité des parcours de golf, avec l’affirmation plus forte du style de vie associé au jeu.

Prenant en exemple le cas brésilien qui connait depuis 10 ans un véritable boum sous l’impulsion de l’arrivée du golf aux jeux olympiques de Rio en 2016.

Sur ce sujet, Antony Scanlon, patron de la fédération Internationale de golf a mis en avant le fait que les Jeux Olympiques pourraient apporter une couverture médiatique de 3,4 milliards d'individus dans le monde pour le golf. "Je ne pense pas que cela va tout changer du jour au lendemain, mais c'est une opportunité que nous devrons faire fructifier.Trois semaines après la fin des JO, 75% des téléspectateurs auront vu un sport qu'ils n'avaient jamais vu auparavant !" 

Avant de poursuivre " Je pense que ce sera aussi une belle opportunité de démontrer que les hommes et les femmes sont égaux au golf !" 

En-dehors des JO, les conférenciers ont omis de parler des principales problématiques actuelles des classes moyennes : baisse de revenus, manque de temps, changement de valeurs familiales plus tournées vers les enfants, et découvertes d’autres loisirs jugés plus funs par les plus jeunes.

Autant de réelles menaces pour le développement du golf en l’état par rapport à une demande qui sous les effets de la crise a évolué.

Et il semble que même si les effets de la crise s’estompent dans les mois à venir, les changements d’attentes et de comportements pourraient bien durablement éloigner les classes moyennes occidentales du golf.

Il paraît tout de même incroyable que l’industrie puisse se satisfaire des bons résultats du golf dans le monde en compilant des chiffres entre d’une part une forte décroissance dans les pays développés, et une forte croissance dans les pays en développement.

Même les propos de Giles Morgan semblent présomptueux !

Considéré qu’il y a des acquis en 2014, alors que le golf n’a jamais autant reculé aux USA avec 4 millions de golfeurs en moins, ou en France, où le nombre de licences a reculé de 2%, semble ne pas être le terme de vocabulaire le plus adapté à la réalité de la situation.

Le golf se développe dans les pays émergents : l’arbre qui cache la forêt ?

Pour les conférenciers, le second driver de la bonne santé du golf passera par une meilleure consolidation des marchés émergents,  où l’empreinte économique des parcours de golf sert d’indicateur clé.

Le golf dans les pays émergents : surtout un indicateur du tourisme golfique

Par exemple, il y a actuellement 25 parcours de golf au Vietnam avec des projets pour porter ce chiffre à  65, ce qui donne une tendance plutôt à la confiance pour la croissance du golf dans le sud-est Asiatique.

Un chiffre qui contraste avec la fermeture de plus d’une centaine de golf aux USA, ce qui démontre plutôt un déplacement des golfeurs plus qu’une réelle croissance.

Dans la même veine, nombreux sont ceux qui vantent le développement du golf en Chine, et notamment HSBC, très impliqué en Asie, cependant, derrière les mots, la réalité des chiffres fait que le nombre de golfeurs chinois est certes en croissance à deux chiffres, mais l’échantillon se compte en centaine de milliers, alors que le Japon reste le pays numéro un dans cette partie du globe avec 15 millions de pratiquants.

Au rythme actuel, il faudra plusieurs décennies pour que la Chine devienne un acteur majeur en termes de nombre de golfeurs.

Les chiffres concernant l'ouverture de parcours en Chine cachent une réalité d'un fossé considérable entre d'une part, une certaine nomenklatura, et d'autre part, les classes moyennes émergentes, tout comme cela cache une ambition plus gouvernementale que populaire.

Certes, on dénombre 600 parcours en Chine, et l'ambition est de porter ce chiffre à 1500 pour soi-disant couvrir la demande actuelle.

En vérité, il y a autant de golfeurs chinois qu'en France (500 000), et si 600 parcours semblent plus que suffisants, 1500, cela s'apparente à la folie des grandeurs ou une anticipation plus qu'importante du nombre de golfeurs à venir !

Des pays comme le Vietnam ne peuvent certainement pas permettre un boom du golf, même si c’est toujours intéressant de constater de la croissance dans un des pays qui a longtemps été communiste.

Le développement du golf dans les pays émergents est plus un rattrapage d’un important retard, et le signe d’une globalisation plus qu’un motif de satisfaction pour évoquer la santé de notre sport.

L’avenir du golf est plus féminin !

Des trois indicateurs clés, c’est en fait le plus déterminant !

Qu’elles soient chinoises, brésiliennes, américaines, vietnamiennes, ou européennes, les femmes détiennent une grande partie de la future équation.

Qu’elles soient chinoises, brésiliennes, américaines, vietnamiennes, ou européennes, les femmes détiennent une grande partie de la future équation.

Il faudra les séduire en adaptant encore davantage le jeu et les parcours, tout comme l’offre autour du golf, et notamment dans les clubs.

De tous les chiffres avancés, un paraît indiscutable : en 2013, aux USA, on a dénombré un gain net de 260 000 golfeuses.

Un bon signe par les temps qui courent, et qui fait écho à la fin de plus en plus rapide et communiquée du « Men’s Only » qui a longtemps prévalu dans les clubs de golf les plus huppés.

Au contraire, ce slogan pourrait être remplacé par «  Women’s wanted » dans un contexte où si les valeurs des ménages ont changé pour plus de loisirs familiaux, et moins de plaisirs solitaires, pour que Monsieur joue au golf, madame devra être de plus en plus en phase avec ce souhait, ce qui impliquera une offre des clubs de golf tournée vers madame, la famille, et en fait les enfants.

C’est là que l’offre du golf a une carte à jouer comme style de vie !

Le fait d’aller au golf le week-end pourrait alors s’apparenter à un "week-end center parks" où tous les besoins de détentes et de loisirs seraient comblés dans un seul, et même endroit.

Finalement, un retour à quelque chose qui a déjà existé, tout du moins en France, les clubs VIP type Stade Français ou Racing où les membres pouvaient jouer au golf, mais aussi faire du tennis, aller à la piscine, etc. sauf que dans ce cas, et pour cibler les classes moyennes, l’offre devra être plus ouverte, et moins restrictive, bien au contraire.

Consciente des enjeux de développement, l’industrie du golf veut se développer tout en restant vigilante quant aux grands principes et traditions du golf, car malgré ce contexte fait d’opportunités et de menaces, il convient d’adapter l’offre golfique, mais pas nécessairement de dénaturer le golf, et ce qu’il est : un sport de loisir en pleine nature avec des valeurs de respects, et un challenge sportif.

Les délégués ont donc aussi convenu qu’ils leurs faudraient être encore plus interconnectés pour se parler plus, mieux, et plus vite.

En somme, la tendance future est à des parcours plus faciles d’accès (pas forcément que pour les routes…), et bon marché (pas forcément des clubs privés…), ce qui semble plus être des réponses à une activité sous pression, plus qu’à une activité qui se satisfait d’aller globalement bien dans le monde.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2255
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeuse, je joue au golf en tant que loisir. J'apporte ma contribution en faveur des lectrices du site jeudegolf.org sur des sujets autour de la mode, des relations sociales, et de tout ce qui peut concerner les filles au golf !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.