Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

HNA Open de France de golf 2017: Vous espérez une victoire française !

HNA Open de France de golf 2017: Vous espérez une victoire française !

Depuis 2011, et la dernière victoire de Thomas Levet, à un an de la Ryder Cup à Saint-Quentin-En-Yvelines, vous êtes nombreux à espérer une victoire d’un tricolore sur notre Open national. L’édition 2017 revigorée par l’arrivée des investisseurs Chinois d’HNA et la prise de contrôle de l’European Tour représente une étape clé de la saison (au calendrier des Rolex Series). Pour ce sujet, nous avons sondé les internautes sur l’attractivité du tournoi, son organisation, et les chances des bleus.…

Découvrez nos formules d'abonnements

Est-ce que l’Open de France de golf est un événement que vous suivez ? Avez-vous déjà suivi un tour sur place au golf National ? Comment jugez-vous l’organisation du tournoi français (accueil, parking, animation, village) ? Quels sont les trous que vous préférez pour suivre l’action ? Quel est votre favori pour l’édition 2017 ? Un français peut-il l’emporter ? Etc.

Ci-dessus, un échantillon des questions que nous avions préparé pour comprendre vos attentes et votre manière de « consommer » l’Open de France de golf, qui avant la Ryder Cup reste le plus grand événement golfique de l’année, sans faire offense à l’Evian Championship, majeur de golf féminin…

Par rapport à d’autres enquêtes que nous avons déjà mené, nous devons admettre que nous avons eu plus de mal à recueillir vos avis sur l’Open Français.

C’est déjà en soi une première information. Quand nous interrogeons les golfeurs sur la pratique après 50 ans, nous battons des records de réponses. La thématique en lien avec le golf professionnel a en fait beaucoup plus de difficulté à susciter l’enthousiasme.

Est-ce vraiment illogique ?

Selon tous les recoupements que nous avons pu faire par le passé, plus de 80% des golfeurs français jouent premièrement pour le loisir. Moins de 20% s’intéressent au golf pour l’aspect compétition, et par conséquence au haut niveau.

Fort logiquement, sur 400 000 licenciés, l’Open de France n’accueille bien entendu pas la majorité des golfeurs amateurs. De 10 à 30 000 personnes se rendent en fait chaque année au Golf National pour voir jouer quelques-uns des meilleurs joueurs Européens.

En soi, c’est déjà un beau chiffre d’affluence, mais ramené au nombre de pratiquants, c’est un peu moins de 8%.

Pour une majorité de golfeurs, l’Open de France n’est pas un événement qui les passionne. Dans cette logique, pour être objectif, Augusta n’accueille pas non plus 20% des golfeurs américains !

Ce que notre sondage révèle en revanche, c’est au contraire un fort attachement des fans de golf sportif.

Par rapport à notre sondage, la quasi-totalité des sondés ont répondu joué plus de 13 fois par an, soit au moins une fois par mois en moyenne. Ce n’est pas encore un facteur discriminant, mais les personnes intéressées par l’Open de France pratiquent beaucoup.

Conformément à ce qui a été avancé plus haut, seulement 11% ont déclaré être des golfeurs loisirs.

Autrement dit, pour une fois, sur un tel sondage, la majorité des répondants déclaraient être des golfeurs compétiteurs (60%).

Jusque-là, rien d’illogique, et pas de scoop, ceux qui suivent l’Open de France expriment un véritable intérêt pour le golf de haut niveau.

Dans cette logique, 76% des répondant ont admis avoir déjà suivi un tour de l’Open au Golf National.

Autre élément intéressant, notamment pour évaluer la qualité de l’organisation de l’Open français, 70% admettent même avoir déjà suivi d’autres tournois professionnels.

Justement, une de nos questions portait sur la qualité de l’organisation, de l’accueil et des animations. Pour ces fins connaisseurs, 62% considèrent que le tournoi français est plutôt bien ou très bien organisé.

Sur ce point, notre expérience d’autres tournois comme l’Omega European Masters ou le Genesis Open (PGA Tour) démontrent que l’organisation française est effectivement alignée sur celles d’autres grands tournois à travers le monde.

En termes de spectacles, les fans plébiscitent trois trous en particulier au moment de suivre l’action : le 18, le 16 et le 15.

Logiquement, le 18 ressort en tête pour sa forme de stade, et surtout son statut de trou final qui peut décider de l’issue du tournoi.

Le green en île ajoute au spectacle et au suspense.

Pour un peu la même raison, le 15 qui jouxte le 18 propose aussi un sacré challenge golfique avec un départ étroit et une arrivée exigeante au-dessus d’un plan d’eau assez important à passer.

finish-15-open-france.JPG

Finalement, trois des quatre derniers trous du golf national présentent de l’eau et un placement idéal pour ceux qui ne veulent pas faire des kilomètres pour voir un maximum d’actions.

Le 17 n’est pas cité. Pas d’eau, et un positionnement finalement un peu décalé par rapport à l’enchaînement 15, 16 et 18 qui peuvent être suivis sans trop bouger.

A l’inverse, les trous 4, 6, 12 ou 14 ne sont pas ceux qui recueillent le plus de suffrages.

En termes de « consommation » du spectacle, vous êtes une écrasante majorité à vouloir suivre plusieurs parties (plus de 80%) au lieu de rester sur une seule partie (11%) ou sur un seul trou (6%).

Quand on vous interroge sur le favori de l’édition 2017, avant de donner un nom, vous êtes spontanément 35% à imaginer un français.

Plus précisément, en connaisseurs, les sondés imaginent qu’Alex Noren et Martin Kaymer sont les véritables favoris pour les internationaux.

alex-noren-open16.jpg

Le suédois est dans la forme de sa vie.

Entré dans le top-10 mondial après une saison 2016 tout bonnement exceptionnelle avec 4 victoires, même s’il n’électrise pas les foules comme un Jon Rahm, le déjà détenteur du BMW PGA Championship de Wentworth 2017 est effectivement un poids lourd du circuit européen.

Si nous étions bookmaker, il serait effectivement la plus petite côte à la vue de son nombre de victoires depuis 18 mois. Potentiellement ses chances sont élevées.

Il semble parfaitement assumer son statut de favori.

« Enthousiaste à l’idée de jouer le tournoi au Golf National à Paris. Un des meilleurs parcours dans le monde en même temps que l’un des plus difficiles. »

D’un point de vue statistique, Noren ne défraye pas la chronique cette année.

Avec seulement 54% de précision au drive, et une distance moyenne de 285 yards en 2017, la mise en jeu n’est pas son principal point fort.

Ceci dit, l’an passé, Jaidee a remporté l’Open sans gros problème par rapport à Rory McIlroy, le plus gros frappeur engagé.

Taper fort n’est pas un gage de succès à Paris, même si c’est un plus quand taper fort est associé à taper droit (Wiesberger en 2015).

Dans les faits, Noren ne surclasse pas vraiment les autres joueurs dans les différentes catégories statistiques de jeu cette année.

En revanche, il est capable de se surpasser sur 4 tours pendant un gros tournoi. Le putting (28,6) et le nombre de greens en régulation (70,5%) restant tout de même des points d’appuis dans son jeu.

kaymer-openfrance16.jpg

Pour Martin Kaymer, ce n’est pas réellement ces derniers résultats qui plaident en sa faveur, mais plutôt sa grande expérience du tournoi ainsi que son palmarès dans l’épreuve.

A 32 ans, l’ex numéro un mondial, plusieurs fois titrés en majeur se maintient dans le top-50 mondial. Il reste une référence du tee au green avec un driving plus précis et plus long que Noren. En revanche, son putting est un peu en panne cette saison avec une moyenne supérieure à 30 putts par tour.

Avec plus de putts rentrés, l’Allemand pourrait être aux avant-postes dans la mesure où sa moyenne de coups sur 18 trous est plutôt bonne (71,04 en 2017).

En revanche, et alors qu’il pourrait être considéré comme la véritable star de cet Open, vous n’êtes que 6% à faire de l’espagnol Jon Rahm votre favori.

Tête d’affiche, l’espagnol onzième mondial, n’est pas encore une star à vos yeux.

Seulement 11% des sondés ont envie de le suivre en tant que tel. Vous êtes plutôt 58% à vous montrer intéressé parce qu’il est une attraction.

En clair, ce n’est pas encore Rory McIlroy qui a lui seul avait électrisé l’édition 2016. Il sera d’ailleurs le grand absent de 2017.

18% n’ont d’ailleurs pas plus d’intérêt pour Rahm qui finalement est plus connu outre-Atlantique. Il paie peut-être le fait d’avoir relativement peu joué en Europe jusqu’à présent.

En réalité, vous êtes 82% à estimer qu’un français peut l’emporter cette année !

levy-open-france16.jpg

Un franc optimisme alors que depuis le début de la saison 2017, les résultats des tricolores sont en bernes, mis à part la victoire d’Alex Levy.

Vainqueur du Volvo China Open, un tournoi qui lui réussit, Levy réalise une saison dans ses standards.

Il lui manque encore plus de régularité du tee au green sur les gros tournois pour franchir un palier, notamment en majeur.

132eme du dernier US Open où il avait réussi à se qualifier, il n’a jamais réellement pu se mettre dans une dernière partie à Paris jusqu’à présent. Pas sûr que le tracé sinueux du National lui convienne parfaitement.

Néanmoins, pour les sondés, à la vue de sa récente forme, le numéro un français est votre numéro un dans 60% des cas, et très loin devant l’espoir Romain Langasque.

Après une mauvaise passe de plusieurs semaines sans cut, Langasque a joué le week-end au BMW International Open qui devance d’une semaine l’Open de France.

Un retour en forme au meilleur moment de la saison, nous entrons dans le « Money Time » du circuit européen.

Money time qui se combine avec plus d’épreuves réellement disputées sur le sol européen, et donc moins de longs voyages fatigants pour les français.

En début de saison, ces derniers passent leur vie entre l’Afrique du Sud, l’Asie, et un peu partout dans le monde.

A 27 ans, Victor Dubuisson ne peut plus être considéré comme un espoir.

dubuisson-open-france16.jpg

Alors que Jordan Spieth (23 ans) vient de remporter son dixième tournoi sur le PGA Tour, le français déchaîne toujours autant les passions autour de lui, mais donne l’impression de jouer que quand c’est absolument nécessaire.

Quand les journalistes fustigent son manque d’investissement, ils se font reprendre de volée par les proches et les hyper fans. En attendant, quand on pose la question à un public de fans de sports, ils ne sont que 6% à considérer Dubuisson en mesure de s’imposer cette année à Paris.

A la différence de Levy pour l’instant, « Dubush » s’est pourtant déjà montré capable de scorer bas sur ce parcours, et même jouer la gagne.

Au rythme d’un tournoi par mois, il semble loin de pouvoir se mêler à la bagarre sur un dernier tour.

En revanche, il arrive à se situer sous le par sur 4 tours (-5 à Munich et -2 à Wentworth).

« Frais » à Paris, et peut-être débarrassé d’un statut de favori, il pourrait se sentir plus à son aise, surtout sur un parcours qui semble complètement taillé pour son jeu.

Pour finir, nous vous avons interrogé sur l’attractivité du tournoi.

Si le plateau est en fait assez relevé avec notamment Noren, Rahm, Kaymer, Willett, ou encore Fleetwood, il manque un McIlroy, un Garcia, un Rose ou un Stenson, soit l’un des tous meilleurs golfeurs européens.

mcilroy-open-france16.jpg

L’an passé, McIlroy avait fait le bonheur du public parisien conscient d’avoir la chance de pouvoir suivre une telle star.

Avec une dotation considérablement améliorée, on aurait pu espérer un regain d’intérêt des stars du tour.

Pourtant, il est frustrant de constater que cela n’a pas eu d’impact sur ces quelques joueurs qui manquent encore à l’Open pour en refaire un tournoi « majeur » en Europe.

Vous êtes 75% à vous en émouvoir. S’agissant des raisons véritables, vos avis sont partagés.

30% considèrent qu’il faudrait une autre date pour attirer de meilleurs joueurs. 23% considèrent que le tournoi manque tout simplement de renommée.

17% espèrent que la prochaine Ryder Cup change la donne. Heureusement, vous n’êtes que 11% à considérer qu’il faudrait plus d’argent !

En revanche, personne ne remet en question le choix du parcours ou l’organisation.

En conclusion, l’Open de France passionne les… fans et indiffère la majorité des amateurs qui jouent au golf en loisir. Pour les fans, le tournoi est bien un rendez-vous important avec une bonne image en termes d’organisation, et de spectacle.

Il semble que ce soit la bonne année pour qu’un français gagne alors qu’il manque une star tandis que la dotation pourrait largement changer la couleur de la saison d’un de nos tricolores.

Levy étant le plus solide depuis le début de la saison, il est votre favori logique.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 823
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.