Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

HNA Open de France: Adrien Saddier en rouge vers la victoire?

HNA Open de France: Adrien Saddier en rouge vers la victoire?

Premier français au leaderboard samedi soir après un score fantastique de -3 lors du moving day au golf National, et dans des conditions météos dantesques, Adrien Saddier continue d’afficher une forme étincelante après plusieurs semaines de bonnes factures sur le Challenge Tour. Ce week-end, sur le grand tour, il démontre qu’il est à sa place parmi les meilleurs européens, et dimanche, à seulement quatre coups des leaders, il portera haut les couleurs françaises. Espérons qu’il portera une chemisette rouge pour l’occasion…

Découvrez nos formules d'abonnements

Saddier, la meilleure chance française au HNA Open de France...

Dimanche, 13h30, Adrien Saddier du golf d’Esery partira dans la partie 32 aux côtés d’Adrian Otaegui, leader du second tour qui aura laissé son fauteuil après trois bogeys concédés sur les six derniers trous de l’Open de France, ce samedi.

Aujourd’hui, c’était vraiment dur, pour avoir suivi les joueurs de près sur le terrain.

Par exemple, Otaegui, toujours lui, l’une des sensations de cette semaine, a vu son drive du 18 rester court et dans le rough, alors que dans la dernière partie, il n’avait plus à souffrir de la pluie, mais d’un vent soufflant de manière imprévisible.

Les joueurs ont franchement dû composer avec la double difficulté du parcours, et de la météo.

Tentant d’approcher en trois puisqu’il lui était impossible de prendre le green en deux, sa stratégie fut payante puisque son approche se posa tout près du mat.

Son putt de moins de 2 mètres échoua pourtant à trouver le fond du trou. Un exemple qui résume une journée où globalement tous les scores sont remontés.

Ils ne sont d’ailleurs que 15 sur 72, à avoir pu jouer sous le par samedi !

otaegui-rough-hna-open-france17.jpg

Pour Adrien Saddier, ce départ dans les dernières parties sera la récompense d’une très belle semaine à Paris avec trois tours solides.

Déjà en 68 sur le premier tour, le jeune français a réédité l’exploit lors du troisième dans des conditions dramatiquement plus difficiles.

Parti en fin de matinée, il aura pratiquement joué toute sa partie sous une pluie battante, et malgré cela, il a réussi à rendre une des meilleures cartes du jour.

Trempé de la tête aux pieds en ne restant que 30 minutes ce matin sur la partie de Gary Stal, j’ai pu constater à quel point, jouer dans ces conditions est un challenge mental.

stal-pluie.jpg

La notion de plaisir doit être bien compliquée ! Néanmoins Saddier a réussi à passer l’aller avec deux birdies pour aucun bogey.

Sur le retour, trois birdies pour deux bogeys ont suffi pour lui permettre de rendre une des meilleures cartes sous le par du jour.

Personne n’a pu faire mieux ! Andy Sullivan a bien imité le français avec une autre carte à -3, toutefois, en étant parti plus tard.

saddier-depart.jpg

Saddier a fait preuve d’un excellent jeu du tee au green, avec notamment 69% de fairways touchés, et derrière 67% de greens touchés en trois tours.

Même si le haut du leaderboard est encore occupé par une majorité de joueurs étrangers, principalement des suédois (Bjork, Noren, et Brodberg), des anglais (Fleetwood, Fisher, Warring, Beef et Westwood), des espagnols (Otaegui, et Rahm), les meilleurs français ne déméritent pas, et l’exploit semble encore possible pour le dernier tour.

Les scores laissent penser qu'il y aura embouteillage en tête du leaderboard dimanche, et encore beaucoup de joueurs peuvent s'imposer (au moins une vingtaine du leader Bjork jusqu'à Rahm en -3 total).

Saddier est le mieux placé des français pour aller chercher le trophée à quatre longueurs de Bjork, la sensation décrite dans le précédent sujet.

Ceci étant, Lorenzo-Vera, Havret et Stal, tous en -3 sont dans le coup, avec chacun une certaine constance depuis jeudi.

On regrettera seulement la mésaventure de Gregory Bourdy, pénalisé de quatre coups sur le 18, pour un drop dans la mauvaise zone, et par conséquence, signature d’une mauvaise carte.

La nuit promet d’être cauchemardesque pour un joueur qui jusqu’à présent pouvait lui aussi espérer un très bon résultat ce week-end.

bourdy-penalise.jpg

Il faudra retenir le positif. Le jeu est bien là sur un parcours qui reste un test de la saison.

Bourdy est septième au classement des fairways pris en régulation après 3 tours. Rageant !

Cette journée aura aussi été marquée par la sortie de Mathieu Pavon à l’endroit du journal l’Equipe et de son journaliste Pierre Michel Bonnot. Les pros français s’estiment injustement traités, et sans doute, pas assez soutenus.

Sans rentrer dans le débat ou prendre parti, les conditions de jeux ont été franchement difficiles ce jour, et pour tous les joueurs, français ou pas.

Alors que Paul Waring a planté le drapeau au 14 avec une approche magistrale à plus de 130 mètres pour signer birdie, et prendre la tête à -8. Derrière, deux double-bogeys au 15 et au 18 ont douché ses espoirs de leadership.

waring-putt14.jpg

Dimanche, il faudra rester concentré jusqu’au bout. Comme chaque année, la décision pourrait se faire du 15 au 18.

Point fort pour Saddier, depuis le début de la semaine, il n’a concédé que deux coups dans cette partie juge de paix du parcours.

Comme pour Bjork aujourd’hui, toute la question sera de savoir s’il peut tenir la pression d’une dernière partie, en plus de jouer devant son public.

Actuel cinquième de la Race To Oman, classement du Challenge Tour, Saddier est bien parti pour remonter dans l’élite golfique européenne. Il compte déjà deux podiums, dont le dernier en date au Danemark, une semaine avant d’arriver au Golf National.

Un succès à Paris demain pourrait précipiter son retour au premier plan et dans l'élite.

Plus de photos à venir...

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 581
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.