Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

HNA Open de France 2018: Sergio Garcia à la relance pour la Ryder Cup

HNA Open de France 2018: Sergio Garcia à la relance pour la Ryder Cup

Il n’était pas revenu en région parisienne pour disputer un tournoi de golf depuis sa victoire au Trophée Lancôme. C’était il y a déjà 18 ans. Depuis El Nino a fait du chemin, et notamment remporté le graal de tout golfeur, le Masters à Augusta. A 38 ans, il est l’une des trois principales attractions de ce 102eme Open de France au Golf National.  Après un premier tour joué un au-dessus du PAR, l’espagnol ne s’est pas laissé trop surprendre par le court, mais difficile tracé de l’Albatros. A la recherche de son meilleur jeu, il lui faudra faire encore mieux pour les tours à venir, notamment parce qu’il est en danger pour l’équipe européenne de Ryder Cup, un objectif majeur pour lui.

Découvrez nos formules d'abonnements

Premier Open de France pour Sergio Garcia

« C’est excitant d’être ici. Cela faisait longtemps depuis le Trophée Lancôme. Je suis excité de jouer ici sur ce parcours vraiment difficile. »

Si en conférence de presse, la veille du tournoi, Garcia se disait heureux de jouer ce difficile parcours, il a pu concrètement en apprécier la réalité dès le trou numéro 2, un par-3 de 178 mètres à jouer au-dessus de l’eau.

Avec un triple bogey d’entrée de jeu, l’espagnol a été cueilli à froid. Cependant, comme le grand champion qu’il est, il a su réagir très rapidement en rentrant par la suite quatre birdies sur dix trous joués.

Sa première partie sera finalement ternie par deux bogeys sur les trous 13 et 17 pour finalement jouer un coup au-dessus du par.

A ce stade, pas de dégâts, Sergio Garcia a pu jauger le parcours de la prochaine Ryder Cup.

« Le parcours est bon. Mercredi, les greens étaient un peu softs. Ils n’étaient pas encore très rapides. Sur les tees de départs, c’est un tout petit peu intimidant avec toutes ces herbes hautes. Il faut vraiment taper le plus droit possible. Ce sera un gros challenge. »

Challenge que l’espagnol n’a pas complètement relevé jeudi avec seulement 6 fairways pris en régulation (43% contre 79% pour son compatriote Jon Rahm).

Ces dernières années, la victoire s’est très souvent jouée sur le faible taux de bogey commis par le futur vainqueur.

Avec un triple, et deux bogeys, Garcia n’est pas encore dans le standard d’un vainqueur de l’Open Français.

Si sa mise en jeu l’a clairement pénalisé, son talent et sa grinta lui ont tout de même permis de prendre derrière 72% de greens en régulation

Si sa mise en jeu l’a clairement pénalisé, son talent et sa grinta lui ont tout de même permis de prendre derrière 72% de greens en régulation, soit le 12eme meilleur total du premier tour.

Et c’est vrai que tout près de lui sur le fairway, comme souvent, on ne sent pas de panique particulière.

Le jeune et impétueux El Nino a laissé la place depuis maintenant assez longtemps, à un golfeur plus mature, mais toujours capable de sortir des coups fabuleux, comme en atteste Thomas Levet aux commentaires sur le terrain pour une chaîne de télévision.

Parti juste derrière son jeune compatriote, Jon Rahm, il paraît pour l'instant un ton en-dessous.

Sur les greens, Rahm a rentré 28 putts quand Garcia en a utilisé 31 sur le premier tour. Par rapport au reste du champ de joueurs, Garcia développe tout de même un jeu pour accrocher un top-20.

Sans parler d’objectifs, l’espagnol est clairement à la recherche de son meilleur golf depuis son accident au Masters. Peu à peu, on sent qu’il pourrait bien profiter de l’Open français pour se relancer.

Au cours du deuxième tour, cette fois démarré le matin, Garcia a réussi à compiler la bonne agressivité pour cumuler trois birdies en douze trous, tout en limitant les erreurs.

Cette fois, il n’a lâché qu’un double bogey au 15. La partie est toujours en cours.

Il lui reste trois trous à jouer pour boucler le second tour.

Il semble largement en mesure de passer le cut, et se situer dans le top-10 du tournoi.

Toute la question va tourner autour du fait de limiter la casse sur ce parcours où un accident peut intervenir sur chaque trou.

Toute la question va tourner autour du fait de limiter la casse sur ce parcours où un accident peut intervenir sur chaque trou.

La Ryder Cup en point de mire

Bien qu’il soit surtout concentré sur l’objectif de la Ryder Cup, il profite de cette semaine pour continuer à travailler sur des changements sur son swing, et ce, dans le but de redevenir le plus compétitif possible.

Sur chaque tee de départ, sur chaque coup, dans sa routine, on peut le voir se tenir le bras droit contre la poitrine à l’aide de la main gauche.

Sur chaque tee de départ, sur chaque coup, dans sa routine, on peut le voir se tenir le bras droit contre la poitrine à l’aide de la main gauche. Chaque joueur a un peu son truc.

L’espagnol est visiblement concentré sur le fait de ne pas perdre la connexion bras droit buste pendant le backswing.

L’espagnol est visiblement concentré sur le fait de ne pas perdre la connexion bras droit buste pendant le backswing.

Le 19eme mondial, un classement inhabituel pour lui (il est sorti du top-10 après le Player’s) alors qu’il a connu une série de quatre cuts manqués, dont notamment deux en majeurs (Masters et US Open) a trouvé un petit répit quelques jours plus tôt en Allemagne, avec le BMW International conclu à la 12eme place.

A mi-saison, l’espagnol, bien qu’il n’en parle même pas, est en danger pour la prochaine Ryder Cup.

Il préfère parler des difficultés de son équipe de football fétiche, la Roja qui n’a pas démontré un niveau de jeu palpitant pendant les matchs de poules. Garcia reste un commentateur de football avisé.

Peut-être fait-il lui-même le parallèle avec son début de saison…

Sa présence cette année, était en fait obligatoire au cas où il aurait besoin d’une wild-card du capitaine pour faire partie de l’équipe. Un an plus tôt, ce scénario n’aurait jamais été envisageable. Le tenant de la veste verte était plus que légitime pour mener l’équipe européenne.

18eme du classement des points européens, et 12eme du classement des points mondiaux, Garcia est en ballotage défavorable.

Il est même à la limite d’être en balance avec le suédois Henrik Stenson, absent cette semaine à Paris.

Fisher, Olesen, Dunne ou Wallace peuvent encore lui ravir un strapontin, sans parler d’une surprise sur les deux mois qui restent.

Garcia a besoin de scorer. Quel endroit mieux que Paris pour envoyer un message à Bjorn?

Sergio a grillé beaucoup de jokers. Il va devoir impérativement accrocher plusieurs top-10 cet été pour se rassurer sur son niveau de jeu, et rassurer son capitaine.

Sergio a grillé beaucoup de jokers. Il va devoir impérativement accrocher plusieurs top-10 cet été pour se rassurer sur son niveau de jeu, et rassurer son capitaine.

Il a forcément en point de mire le prochain British Open à Carnoustie.

A ce sujet, à la différence de Justin Thomas peut-être plus diplomate ou moins Franc, il affirme sans détour que le parcours du National n’est pas un links ! Toutefois, dans son cas, préparation ou pas pour Carnoustie, il doit regénérer de la confiance. Autant cumuler les objectifs pour jouer à Paris cette semaine, préparer le British en Europe, et envoyer un messager à Thomas Bjorn !

Pour la Ryder Cup, interrogé à ce sujet, il reconnaît que le parcours sera plus avantageux pour l’équipe européenne, tout du moins sur le papier. Le terrain ne permettant pas l’expression la plus absolue de la puissance dixit Thomas Levet, les américains devront jouer plus de fers et de petits bois.

Plus que l’Open de France en lui-même, Garcia est bien focalisé sur la Ryder Cup dans une édition qui pourrait être marquée par la présence de trois espagnols : Jon Rahm, Rafa Cabrera-Bello et peut-être Sergio Garcia.

Comme Ian Poulter, l’homme aux 14 victoires sur le circuit européen serait un gros plus à Paris…Alors que deux ans plus tôt, on regrettait l’absence de Paul Casey à Hazeltine, l’équipe européenne n’aurait pas vraiment les moyens de se passer de l’un de ses plus gros pourvoyeurs de points.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 253
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.