Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

HNA Open de France 2017: La nouvelle tête d'affiche de l'European Tour

aso-ffgolf.jpg

La FFG a volontairement réservé la primauté de l’information au Figaro. L’Open de France de golf vient de se doter d’un nouveau partenaire de poids pour reprendre le flambeau d’Alstom, et à priori, pour aller même encore plus loin. Le projet semble ambitieux. Il s’agit de porter le plus vieux tournoi organisé en Europe Continentale au niveau des championnats du monde. Quels sont les enjeux liés à l’arrivée du groupe chinois HNA ? Est-ce une bonne nouvelle pour le golf en France ? Est-ce que cela va tirer le haut niveau ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Des questions mais déjà une réponse

Avant de poser de nombreuses questions, l’arrivée du groupe chinois HNA, en tant que partenaire titre de l’Open de France de golf apporte déjà une réponse très importante: l’équilibre financier de la fédération française de golf.

Au moment de faire la proposition pour obtenir la Ryder Cup en France en 2018, la fédération a dû prendre un certain nombre d’engagements, à commencer par celui de faire de l’Open de France, un tournoi d’envergure avec une dotation conséquente.

Doté encore cette année de 3.5 millions d’euros, l’Open de France est bien l’un des plus gros tournois disputés en Europe.

A titre de comparaison, le BMW International Open organisé en Allemagne la semaine précédente ne distribue que 2 millions d’euros.

Parmi les tournois de la saison régulière, seul l’Open d’Irlande supporté par la Rory Foundation fait mieux avec 4 millions d’euros.

open-france_20161108-150035_1.JPG

Clairement, l’Open de France peut se targuer d’être un tournoi important, et tout cela a été en partie rendu possible par le très bon partenariat formé avec Alstom, qui jusqu’en 2016, par la voix de son ex-président, Patrick Kron a supporté le tournoi.

Alstom étant une entreprise française portée sur le devant de la scène politique et économique par la nature même de son activité, son retrait en tant que sponsor, un an avant le terme de son contrat avec l’Open, a mis un sacré coup de pression sur la FFG, et justement, à moins de trois ans de la Ryder Cup à Paris.

Bien que les premiers commentaires sur les réseaux sociaux saluent le mérite de la fédération dans la nouvelle opération avec HNA, ce n’est pas à mettre totalement à son crédit.

L'European Tour monte au créneau pour sauver le soldat Open de France

La difficulté rencontrée par la France pour supporter un tel tournoi, quelque part en décalage avec la population golfique Française (seulement 0.7% de pratiquants en France) a aussi mis dans l’embarras l’European Tour, car c’est aussi son modèle qui est mis en cause.

Si la France a beaucoup investi pour recevoir la Ryder Cup, c’est aussi parce que l’European Tour a beaucoup reçu en échange.

Le circuit européen doit défendre son aura, sa légitimité, et même son existence dans un environnement toujours dominé par le PGA Tour, et en même temps, qui penche de plus en plus à l'Est.

Il se trouve que pour des raisons contextuelles, géographiques, et économiques, la France est au centre du jeu, et au moins jusqu’en 2018.

Contextuelle ? La France va effectivement recevoir la prochaine Ryder Cup, un spectacle surtout télévisuel.

Géographique ? La France est quoi on en dise au centre de la vieille Europe. Toujours annoncée comme morte, l’Europe tient toujours debout, et ce même après une crise de la dette, une crise grecque, et un Brexit.

Economique ? Bien que les dernières années aient été globalement difficiles un peu partout dans le monde pour la pratique du golf. Ce sport a toujours de l’avenir, et son business peut encore se régénérer. Investir dans le golf n’est pas une pure perte. L’avionneur HNA peut miser sur la France, car bien que la situation d’aujourd’hui soit préoccupante (dette du pays proche de 100%, chômage qui tarde à baisser, secteur du tourisme en crise, Etat d’urgence) …

La France a pourtant de nombreux atouts, et son économie est malgré tout en phase de redémarrage. Son aura dans le monde reste intacte. La France a du potentiel et démontre un grand dynamisme dans les nouvelles technologies, et donc le monde de demain…

open-france.jpg

Avant chaque grande décision économique, il y a souvent une analyse des opportunités/menaces.

Au chapitre des menaces, si la FFG s’embourbait avec son Open de France, c’est l’European Tour qui aurait été mis en difficulté. Après un échec éventuel dans un des plus grands pays d’Europe, quel autre candidat aurait pu être tenté par la coûteuse aventure Ryder Cup ?

Au chapitre des opportunités, l’Open de France a tout pour être porté au niveau des plus grands tournois au monde. La France du tennis a bien Roland-Garros !

C’est ce qui explique pourquoi Keith Pelley, le patron du circuit européen a selon les dires du journaliste du Figaro pris personnellement le dossier en mains, pour non seulement négocier l’arrivée d’HNA, mais aussi reprendre en direct l’organisation de l’Open de France.

Non seulement, la FFG va pouvoir souffler, car la pression aurait été énorme à supporter au niveau financier, et même médiatique, au cas où elle n’aurait pas trouvé de sponsor titre pour 2017 et jusqu’à la Ryder Cup.

Même si les réserves de la FFG sont suffisantes, le coût financier l’aurait mise à mal pour plusieurs années.

Une situation que ne lui aurait probablement pas pardonné les licenciés qui contribuent depuis une petite dizaine d’années à financer son projet de Ryder Cup, sans finalement un autre retour que le prestige d’accueillir le plus bel événement qui soit.

En admettant que le golf National accueille 50 000 spectateurs à Paris pour la Ryder Cup. La moitié des places seront allouées aux spectateurs américains, ce qui est bien normal.

Ensuite, l’European Tour va redistribuer 25 000 places pour moitié aux Britanniques, puis aux Allemands, aux Scandinaves, aux Espagnols, des pays majeurs de la compétition.

En réalité pour les 400 000 licenciés Français, si 5 000 d’entre eux peuvent assister à la semaine de Ryder Cup à Paris, ce sera un maximum. (Soit potentiellement 1.3% de licenciés).

Là où le calcul de la fédération est bon...C’est que globalement 3 euros de licence en plus, ce n’est pas un enjeu majeur pour 80/90% d’entre nous, et que par ailleurs, nous sommes tous très heureux de voir notre sport reconnu comme tel, et sorti des rubriques golf-sport de riches de la presse nationale.

De plus, cet accord lui permet de sortir grandi de cette impasse avec un effet d’annonce qui non seulement ne fait pas que remplacer Alstom, mais en plus, projette le tournoi dans un futur inenvisageable quelques années auparavant.

Un changement de propriétaire et de sponsor titre 

La vérité, c’est que le tournoi ne passe pas sous pavillon chinois, comme certains esprits chagrins se plaisent à l’affirmer sur les réseaux sociaux, mais d'abord sous pavillon European Tour.

A compter du prochain tournoi, le circuit européen sera le promoteur de l'Open de France en lieu et place de l'association ASO-FFG.

Est-ce grave ? Est-ce important pour le golfeur du dimanche ? Est-ce que cela va se sentir en salle de presse ?

Pour avoir vu l’avant/après de l’Evian Masters devenu Evian Championship, nous avons vu le tournoi devenir de plus en plus américain, et de plus en plus contrôlé par le LPGA Tour.

Etait-ce une mauvaise chose ? Non, pas nécessairement, car les américains ont apporté beaucoup de professionnalisme. Et encore une fois, c’est invisible pour le public !

Nous ne doutons pas que l’European Tour va vouloir faire de même.

De toute façon, en salle de presse, l’anglais était déjà majoritaire par rapport au français.

Et quelque part, la Fédération va peut-être pouvoir se concentrer sur d’autres missions que l’organisation de l’Open de France.

Elle a réussi son pari, et il n’était pas gagné d’avance !

Faire du golf National à Saint-Quentin-En-Yvelines, le point central du haut niveau français en Europe.

Pourquoi HNA investit dans le Golf et En France ?

Ce nom ne vous dit peut-être pas encore grand-chose.

Cela va changer. En 20 ans, ce groupe chinois d’abord avionneur a réussi à devenir un conglomérat majeur à l’international.

De compagnie d’aviation, le groupe est devenu un acteur global du tourisme avec des actions dans le transport, l’immobilier, la logistique, et même la Finance.

Son expansion est surtout très rapide, et très récente. En avril dernier, HNA rachètait les marques Radisson et Country Inn & Suites pour porter à plus de 500, le nombre d’hôtels en sa possession dans le monde.

Encore plus récemment, le groupe vient de prendre 25% de participation dans la chaîne hôtelière Hilton (octobre 2016).

Désormais classé 353 eme entreprise dans le top 500 des entreprises les plus fortunées du monde, le groupe a déjà commencé à investir dans le domaine du golf, en achetant un golf en Chine, et plusieurs aux Etats-Unis, notamment du côté Pacifique, près de Seattle pour créer une passerelle entre les deux continents.

Depuis Hong-Kong, siège de la holding qui a des vues sur l’international, l’objectif est aujourd’hui de devenir une entreprise mondialement reconnue.

Après avoir déboursé près de 137 millions pour acheter des golfs aux Etats-Unis, signe que le golf reste un excellent vecteur de communication, on peut imaginer que l’entreprise a saisi l’occasion de l’Open de France pour mettre un pied en Europe, et imaginer une autre passerelle.

Soit pour faire venir des golfeurs chinois près de Paris, soit pour commencer une nouvelle stratégie de conquête hôtelière et touristique dans notre pays, actuellement en grande difficulté en raison de l’état d’urgence, et avec sans doute des opportunités d’hôtels à racheter à un bon prix…

En apportant son soutien à Keith Pelley dans cette opération, le groupe HNA peut espérer conclure de futurs deals sur le continent européen…

Pelley s'impose vraiment comme le big-boss du golf en Europe, en plus d'être un brillant négociateur.

Une bonne nouvelle pour le Golf En France ?

Bien entendu, cette annonce ne concerne pour l’instant que le tournoi Open de France, et n’est pas en soi un projet de développement du golf en France.

Pour autant, nous sommes enclins à penser que c’est une bonne nouvelle, car le fait de passer la dotation du tournoi de 3.5 millions d’euros à 7 millions d’euros va permettre d’augmenter encore la reconnaissance du tournoi dans le monde, et à un niveau que peu d’événements peuvent atteindre.

Bien entendu, Roland-Garros reste loin avec ses 30 millions d’euros de dotation en 2016.

L’Open de France ne peut pas encore rivaliser avec un majeur de tennis, mais il peut envisager de combler une partie de l’écart médiatique entre le golf et le tennis.

D’ailleurs, ce n’est peut-être qu’un début.

quesne-langasque.jpg

Le pari de la FFG a toujours été de séduire le grand public par le prisme du haut niveau.

D’accord ou pas d’accord, l’arrivée d’HNA va permettre de voir si cette stratégie peut porter des fruits, ce qui aura le mérite d’apporter au débat.

Toute la question est de savoir si la montée en puissance de l’Open de France sera suivie dans les clubs, sur le terrain auprès des jeunes, et ceux qui ont à la fois le plus besoin de soutien, et sont porteurs d’avenirs.

Si l’Open de France devient grand mais que les jeunes ne se mettent toujours pas plus au golf. Cela risque d’être une déception, et en particulier pour les acteurs de la filière golf au quotidien : les clubs.

Une bonne nouvelle pour le haut niveau ?

A nouveau, les réseaux sociaux permettent de relayer les opinions, et en particulier, celles des pros qui s’en servent pour s’exprimer auprès des fans.

A commencer par Gregory Havret « Si c'est confirmé quelle incroyable nouvelle. Notre open national va prendre une toute autre dimension !! Le golf français va de mieux en mieux contrairement à ce que certains peuvent dire ou penser, encore plus de joueurs sur le European tour l'année prochaine, une Ryder Cup qui approche à grands pas, et maintenant un open national qui devient un rendez-vous incontournable…Bravo à la FFG qu'on entend peu mais travaille beaucoup, bravo Pascal et bienvenu à ce nouveau partenaire chinois HNA !! 
Tellement content de faire parti de l'aventure !!! »

Pour le coup, on ne peut pas douter de son enthousiasme concernant cette nouvelle.

Dans cette phrase, le pro dit beaucoup de choses.

« Le golf français va de mieux en mieux contrairement à ce que certains peuvent penser… »

Qui Havret veut-il viser ?

Mieux, cela reste encore à démontrer surtout après une année 2016 en recul de licences, d’achats de matériel, et encore une fois touchée dans les zones littorales par le recul du tourisme.

« Plus de joueurs sur l’European Tour »

C’est vrai ! Quatre nouveaux joueurs vont arriver sur l’European Tour en 2017 (Langasque, Stalter, Perrier et Pavon). Ils ont gagné sur le terrain le droit de monter dans l’élite européenne.

matt-pavon.jpg

La France a résolu la question de la quantité de joueurs au plus haut niveau, mais pas encore la question de la qualité sans vouloir faire offense.

En 2016, elle ne compte plus aucun joueur dans le top-50 mondial, et peine à en conserver un seul dans le top-100.

L’augmentation de la dotation de l’Open de France pourra aider ceux qui seront qualifiés, et passeront le cut.

En revanche, combien d’entre eux pourront être au départ ? Surtout des golfeurs d’autres pays s’alignent, en particulier des américains attirés par la perspective d’un gain plus important.

Quel sera le niveau de concurrence en 2017 ? Sans doute plus élevé et donc plus exigeant, les pros français pourront-ils faire face ? Eux-seuls ont la réponse.

« Bravo à la FFG qu'on entend peu mais travaille beaucoup, bravo Pascal… »

On peut lire entre les lignes, et imaginer que le pro français souligne les récents événements ayant trait avec le départ de François Illouz de la FFG, et son opposition frontale avec Jean-Lou Charon et Pascal Grizot.

La question du haut niveau en France est visiblement un sujet qui divise toujours.

D’un côté, ceux qui pensent que le développement du golf passe par un champion, et de l’autre, ceux qui pensent que cela passe d'abord par plus de golfeurs dans les golfs, et effectivement plus de jeunes.

HNA n’est peut-être pas là pour répondre à toutes ces questions franco-françaises.

Il n’en demeure pas moins que c’est plutôt une bonne nouvelle pour l’Open de France, la FFG, les spectateurs (particulièrement les téléspectateurs), et ceux qui aiment le haut niveau.

S’agissant du développement du golf en France, c’est encore un autre sujet. Le temps apportera des réponses, et notamment sur la création des nouveaux golfeurs après 2018.

En attendant, Keith Pelley et l'European Tour ne sont-ils pas les grands gagnants de cette opération, là où la FFG semble perdre le contrôle de son tournoi, sans doute pour avoir voulu conquérir à tout prix la Ryder Cup ?

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2977
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.