Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

HNA Open de France 2017 - Jour 1 : Waring dynamite Paris !

Sur le green du 18, Thomas Linard et Paul Waring se saluent !

Pour le compte du premier tour de l’Open de France de golf désormais Rolex Series, à savoir un tournoi d’envergure avec une dotation très nettement revue à la hausse, 7 millions de dollars, l’anglais Paul Waring a fait trembler les fairways pourtant souples du golf National. Sur le premier tour, ils sont déjà 45 à avoir joué sous le par. La dotation aiguiserait-elle les appétits ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Quelques mois en arrière, Tony Jacklin se moquait de la culture golfique française, ne voyant pas d’un bon œil l’attribution de la Ryder Cup aux « mangeurs de grenouilles ». Il faut croire que la France est redevenue une destination désirable, à en juger, par le nombre de britanniques au sommet du leaderboard au soir du premier tour.

Paul Waring, il faut le dire illustre inconnu, sauf pour les plus fans des fans, 32 ans, 279eme mondial, souvent gêné par des blessures par le passé, a martyrisé les fairways et les greens du national pour rendre une carte de 64, et occuper seul la tête du tournoi francilien.

Il devance de deux coups une meute de jeunes loups à -5, dont le belge Thomas Pieters, le suédois Alexander Bjork, et l’anglais Nathan Kimsey.

Deux choses ont joué en faveur de scores relativement bas sur ce premier tour : la météo moins catastrophique que prévu (pas trop de pluie et du vent par intermittence), et des fairways plus souples que par le passé (très arrosés la semaine précédente à cause des fortes chaleurs).

Les joueurs ont été forcés de sortir le driver plus souvent, faute de roule. En contrepartie, j’ai trouvé les roughs beaucoup moins impressionnants que par le passé.

Certes, plus denses, mais nettement moins hauts, et donc moins impressionnants à l’inverse des fameux fescues que nous avons pu voir à l’occasion du dernier US Open.

Paul Waring a émergé du lot en fin de journée.

L’anglais étant parti à 14h10 dans une certaine forme d’anonymat. Les quelques personnes suivant sa partie étaient surtout là pour soutenir son partenaire du jour, Thomas Linard, finalement 46eme en 71 pour ce tour.

Paul Waring au départ du 18.

L’anglais ne bénéficie pas d’une grande notoriété et pour cause, en l’espace de deux saisons, ll n’a disputé que 12 tournois du circuit européen en raison d’une sévère blessure à l’épaule.

Depuis le début de la saison 2017, sans bruit mais avec ténacité, il est remonté à la 43eme place de la Race avec déjà trois top-10 à Hong-Kong, Johannesburg, et au Maroc.

En salle de presse, le joueur a créé l’effervescence ! Personne ne le connaissait vraiment, et pire, les rédactions n’avaient pas ou peu de photos du joueur.

Présent sur le terrain pendant les trois quarts de la journée, j’ai pu le suivre sur l’ultime trou de sa journée.

C’est sans doute sur ce trou qu’il a reçu le plus d’attention de la part du public et des quelques photographes encore présents en fin de journée. Précision, car finalement, personne n’attendait une telle carte à ce stade du premier tour.

Dernier putt à rentrer pour une journée sans bogey

Il aurait été dommage que cette soudaine attention abîme sa concentration, et lui coûte un bogey sur le 18. Fort heureusement, au mérite de sa belle partie, l’anglais est resté dedans jusqu’au bout, comme vous pourrez en juger par son attitude sur son dernier putt.

« Je n'avais pas joué l'an passé car j'étais blessé et je dois avouer que les changements faits sur le parcours sont magnifiques. Je suis ravi de mon score mais cela a été animé car je n'ai touché que cinq fairways. En revanche, mon petit jeu a été incroyable et j'ai rentré de nombreux putts pour sauver le par. Quoiqu'il en soit, je suis ravi et j'espère bien garder ce rythme les jours prochains. »

Le meilleur tricolore, Adrien Saddier, rend un score de -2, 69. Saddier avait fini à la deuxième place la semaine dernière au Danemark sur le Challenge Tour et il confirme sa bonne forme du moment.

« J'ai fait un départ d'anthologie : il est certain que birdie-birdie-eagle, cela met dans un bon rythme. Mais la clef sur ce parcours, c'est vraiment de prendre les fairways. Le parcours est dans un état parfait, c'est incroyable. J'aimerais vraiment bien figurer cette semaine et  maintenant que l'HNA Open de France fait partie des Rolex Series, c'est un peu comme si c'était un Majeur pour nous Français. »

saddier-hna17.JPG

Plus tôt dans la journée, on a d’abord cru que le suédois Broberg tiendrait la corde. En milieu de journée, ils étaient d’ailleurs deux suédois au sommet du classement avec le rookie Alexander Bjork.

Le rookie, et vainqueur des qualifications, encore un nom relativement peu connu, Nathan Kimsey, a lui aussi été haut dans le classement une bonne partie de la journée.

A croire que Paris ne se gagne plus à l’expérience, mais au contraire subit une cure de jouvence avec que des noms nouveaux en tête.

De ce premier tour très loin d’être décisif, on pourra retenir les débuts encourageants de Jon Rahm sur le national, bien qu’à deux reprises, je l’ai vu passablement s’énerver après avoir poussé franchement deux drives sur la droite du fairway, dont une balle dans l’eau au 15 !

Le premier coup de fer de la journée de Jon Rahm au National ce jeudi 29 (trou 10)

Le joueur le plus coté du plateau s’en est finalement bien tiré pour une première avec un score de 70 (-1 sous le par). Le signe des champions que de ramener une carte de score tout à fait convenable dans des circonstances moins favorables. Sur le 15, il finira par faire le par…

Waring a été l’homme du jour ou plutôt du soir… sera-t-il encore l’homme de la situation demain ? Avec plus de pluie au programme, et un nouveau statut d’homme à chasser, cela promet d’être intéressant.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 637
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.