Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Henrik Stenson : Un golfeur qui ne fait rien comme les autres

Henrik Stenson : le phénomène de la saison - un golfeur atypique

Depuis quelques semaines, on ne parle plus que du suédois Henrik Stenson pour ses performances sur et en dehors des parcours de golf. Actuellement en tête du Tour Championship après le premier tour, découvrez en quoi Stenson est un peu à part… 

En l’espace de quelques jours seulement, Henrik Stenson a remporté un tournoi des play-off de la Fedex Cup (Deutsche Bank Championship), cassé un driver, et pris la 6ème place mondiale au Official World Golf Ranking. 

Ce jeudi pour le compte du premier round du Tour Championship 2013, dernier tournoi de la saison sur le PGA Tour, Henrik Stenson a marqué les esprits, et en particulier celui de son partenaire du jour, un certain Tiger Woods… 

Auteur d’une carte dans la même veine que celle qu’il rend depuis quelques semaines, et notamment sa deuxième place à Houston au Shell Open en Avril, Stenson a tout simplement mis neuf coups d’écarts en seulement 18 trous au Tigre. 

Depuis sa qualification in-extremis pour le Masters 2013, Henrik Stenson marche sur l’eau !

Tombé à la 230ème place mondiale, le suédois a réalisé une saison incroyable pour remonter à la 6ème place, un exploit assez rare pour être noté ! 

Alors que la plupart de ses confrères sont en contrat avec une marque de matériel de golf, Stenson ne se limite pas, et au contraire se sent très libre dans ses choix. 

Stenson a-t-il de très bons résultats sur le parcours parce qu’il joue avec les meilleurs clubs ? 

Découvrons les clubs qui composent le sac d’Henrik Stenson ? 

Stenson a défrayé la chronique et rompu l’image du golfeur calme, plein de sang-froid et toujours propre sans lui en fracassant la semaine dernière son driver TaylorMade R1 ! 

Pour le Driver, Henrik Stenson joue un TaylorMade R1…à non, il vient de la casser, et donc il utilise depuis seulement quelques jours, le TaylorMade SLDR d’un loft de 9 degrés avec un shaft Grafalloy Blue X-flex (grip = golf pride). 

C’est en fait le seul club TaylorMade que Stenson utilise. 

Pour les bois de parcours, le longiligne suédois d’1m85 utilise deux clubs Callaway : Un bois 3 Diablo Octane tour en 13 degrés de loft légèrement rallongé de 0.5 inches, et un bois 5 X Hot Pro de 17 degrés. 

Seul point commun entre tous les clubs de Stenson, il utilise systématiquement les mêmes grips, à savoir Golf Pride Tour en cordage plein, qu’il fait monter avec deux bandes de scotch entre le shaft et le grip. 

Concernant la série de fers, Stenson utilise encore des clubs Callaway ! Et en particulier, des Legacy Black du fer-3 au pitch. 

Par contre, pour les shafts, il utilise des Nippon Shafts Pro Modus3 120X.

Stenson a sans doute choisi ses combinaisons de clubs et de shafts après de minutieuses heures de practices et de fitting.

Et pour aller dans le sens de ce qu’une majorité de golfeurs pensent, il utilise des sandwedges de la marque Cleveland : Les 588 RTX en 51 et 58 degrés avec des shafts Nippon Shaft Pro Modus 3 120x. 

Seule fantaisie dans le sac de Stenson, on retrouve un putter Piretti Cottonwood II prototype d’une longueur de 34 inches. 

Enfin concernant les balles, sans surprise, il utilise des Titleist Pro V1x.

On peut donc considérer que Stenson prend le meilleur de chaque marque ! 

Un driver TaylorMade, des bois de parcours et fers Callaway, des wedges Cleveland, et une balle Titleist pour peut-être la meilleure combinaison actuellement possible sur le marché des clubs de golf… 

Stenson change de driver pour passer du R1 au SLDR de manière un peu précipitée ! 

Obligé en dernière minute d’utiliser le nouveau driver TaylorMade SLDR, Henrik Stenson n’a pas vraiment eu le temps de se familiariser avec son nouveau joujou. 

Après avoir pulvérisé son club contre le sol, Stenson a admis ne pas avoir eu le temps de vraiment tester le SLDR. « J’y ai à peine jeté un coup d’œil au Scottish, mais je n’ai pas eu le temps de le tester. Ensuite, j’ai tapé quelques balles au Firestone mais sans plus. Maintenant, j’admets qu’il donne moins de spin et c’est parfait pour mon jeu. J’ai l’impression de parler comme un commercial (rires). Plus sérieusement, il est indéniable que cela me donner des balles plus pénétrantes dans le vent, et effectivement, je pense être un joueur qui joue avec assez peu de spin, ce club peut vraiment bien me correspondre. » 

A en juger par sa première sortie en compétition, Stenson semble avoir effectivement trouvé une arme supplémentaire pour son jeu, déjà terriblement efficace. 

Avec 64% de fairways touchés en régulation, et un driver mesuré à 290 mètres, pas étonnant que le suédois est pris d’entrée les commandes du Tour Championship. 

Stenson est-il le meilleur golfeur du monde actuellement ? 

Pour commencer, il est déjà l’un des plus assidus sur le tour. Il a joué en compétitions sept semaines lors des dix dernières semaines. 

De retour au plus haut niveau, il semble déterminé à ne plus quitter les sommets, et notamment la deuxième place de la Fedex Cup qu’il peut tout à fait remporter ce dimanche. 

La question qui brûle toutes les lèvres est comment un joueur peut passer du néant au sommet en l’espace de quelques semaines, surtout sans avoir gagné de tournois sur le PGA tour pendant près de quatre ans ? 

Amusé, le suédois répond « Je vois que vous ne connaissez pas très bien les suédois… ». 

D’accord, mais cette petite boutade ne suffit pas expliquer comment un golfeur peut mentalement et physiquement passe de rien à l’un des meilleurs joueurs pour les fairways en régulation, les greens en régulation, et le putting, soit tous les compartiments du jeu de golf. 

Pour ceux qui suivent les tours professionnels depuis une petite dizaine d’années, en fait, la succès de Stenson n’est pas surprenant. C’est l’inverse qui l’aurait été ! 

Pour certains de ses partenaires de jeu, Stenson a énormément de talent, et il est même surprenant qu’il ne gagne pas plus souvent. 

Alors si ce n’est pas la technique ou le physique, l’explication est peut-être à recherche du côté du mental.

Il l’avoue lui-même « Je suis un peu une tête brûlée ». 

Une chose est sûre, Stenson a beau ressentir de la fatigue du fait d’avoir beaucoup joué ces dernières semaines, mais il sait qu’il a la mains chaude, et veut en profiter pour récolter tout ce qu’il peut durant cette période. 

Alors que la saison 2013 touche à sa fin, Stenson est certainement le favori pour la victoire dimanche.

Si son succès pourrait surprendre en dehors des frontières du golf, pour les initiés, au contraire, ce serait enfin la confirmation d’un golfeur d’un très grand talent, mais un peu à part dans le milieu, ne serait-ce parce qu’il ne s’est pas totalement lié à une seule marque.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3500
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.