Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Henrik Stenson : Le meilleur golfeur européen de la saison 2016

Henrik Stenson : Le meilleur golfeur européen de la saison 2016

« Iceman » a remporté à 40 ans The Open Championship, sans doute, pour nous européens, le plus grand tournoi de golf. Le suédois Henrik Stenson mène actuellement la Race To Dubaï 2016, et devrait être sacré dans une semaine meilleur golfeur en Europe, surtout après une nouvelle solide performance au Nedbank Golf Challenge. Retour sur une saison très productive pour le géant venu du froid, modèle pour de nombreux golfeurs !

Découvrez nos formules d'abonnements

Au cours du Nedbank Golf Challenge disputé en Afrique du Sud, le suédois Henrik Stenson a géré son tournoi pour finalement terminer huitième, et glaner encore quelques euros pour conforter sa première place à l’ordre du mérite européen, soit 300 000 points devant Willett.

Un écart qui semble trop important pour être comblé, surtout que l’anglais ne joue pas au mieux depuis quelques semaines, et sa déroute en Ryder Cup, qui semble l’avoir plus marqué que lui ne semble l’admettre.

A quelques jours de la fin de saison 2016, alors que le rideau va tomber, on retiendra de nombreux faits d’armes à mettre au crédit du suédois.

Bien entendu, en premier lieu, sa première victoire en majeur, la première d’un suédois, un grand pays de golfeurs, qui aura attendu bien longtemps pour se hisser au sommet de la hiérarchie golfique.

Ce rôle ne pouvait échapper à son plus grand talent, et espoir.

Depuis 20 ans, Stenson figure en bonne place des joueurs à la fois charismatiques, et plus important, s’agissant de se faire un palmarès, d’un talent incommensurable.

1m85 et 90 kilos à 40 ans, le moins que l’on puisse dire, c’est que Stenson est « fit » !

Longiligne, athlétique, justement il ne parait pas quarantenaire, et au contraire, tout à fait en mesure de rivaliser encore longtemps avec la génération des McIlroy Spieth et Day, tous dans la vingtaine.

Bien qu’il ait connu cette année quelques blessures, contrairement à des Jason Day ou surtout Tiger Woods, cela ne paraît jamais l’affaiblir au point de le tenir longtemps éloigné des parcours, et de la performance.

stenson-major-winner16.jpg

A haut niveau, le golf semble pourtant un sport de « jeunes ». Cependant, Stenson n’a jamais paru aussi fort. Comme le bon vin, en vieillissant, Stenson a calmé certaines de ses pulsions qui en ont parfois fait un joueur capable de briser un driver en deux en plein tournoi.

Ce n’est pas arrivé qu’une seule fois !

Pourtant, aujourd’hui, de l’avis des chroniqueurs de golf, Stenson joue à 80% !

Il ne paraît jamais avoir besoin de se mettre dans le rouge, et à 100% ! Il semble en avoir sous le pied. Il n’a pas besoin de sortir systématiquement le driver. Son bois 3 ou ses longs fers lui permettent très souvent de faire la distance tout en restant sur la piste.

Sa précision pour toucher les fairways et les greens est sa principale arme pour scorer bas.

De l’avis de certains observateurs, il y a du Jack Nicklaus dans le jeu du suédois.

En privilégiant un maximum le bois 3 par rapport au driver, il gère ses coups ratés ! Ses coups manqués sont plus facilement gérables. Il se met moins souvent en danger, et sous pression. Moins souvent dans le rough, il tape moins que d’autres dans son réservoir mental pour justement durer plus longtemps dans la saison.

Un autre parallèle peut être fait avec un golfeur de légende : Bernhard Langer. Ce dernier comme Stenson était et est toujours sur le senior tour un vrai passionné de golf, et de compétitions.

Sans doute, ce qui fait la différence entre un golfeur qui joue sur le tour pour dire qu’il participe et profiter de la vie d’un golfeur professionnel, et celui qui joue pour toujours gagner.

En 2016, le suédois a pris 80% de greens en régulation ! Seul McIlroy a fait mieux avec…80,1% !

Sur 430 fairways à toucher sur l’European Tour en 2016, il en a pris 329 !

Le meilleur total possible pour un joueur du circuit européen, et ce, alors que Stenson a aussi joué aux Etats-Unis, lui qui reprend le flambeau des Ernie Els et Retief Goosen, golf-trotteurs qui n’hésitaient pas à jouer sur tous les circuits pour gagner sous toutes les latitudes.

En 2016, il a joué 15 tournois pour le compte du circuit européen et 14 pour le compte du PGA Tour.

Aux USA, il n’a manqué que 2 cuts, et terminé deuxième du Shell Houston Open.

Il a pris la deuxième place du tournoi le plus international qui soit : Les Jeux Olympiques de Rio.

Seulement battu par l’intraitable Justin Rose, Stenson ne s’est pas dégonflé comme d’autres pour aller en plus de son calendrier chargé, jouer les Jeux, et ramener la première médaille d’argent de son pays pour du golf.

stenson-rio.jpg

Aux Etats-Unis comme en Europe, Stenson a joué le même jeu. 70% de fairways pris en régulation, et 72% de greens en régulation pour terminer dans le top-15 du circuit américain, et au passage 5eme mondial.

Ce n’est pas un hasard s’il se trouve aussi en tête du classement européen avec notamment la moyenne de score la plus basse, à savoir 69,15 coups par parties.

A l’image de ce qu’il a produit ce week-end à Sun City sur les terres d’une légende du golf, Gary Player, Stenson a montré son meilleur visage. Celui du golfeur impassible qui lui a valu le surnom « d’Iceman », mais aussi ce visage qui montre qu’il domine les événements.

Impassible, surtout parfaitement concentré, jamais dans le rouge, Stenson sait répondre présent quand l’histoire l’exige, comme par exemple lors d’un week-end de pluie quasi-torrentielle, pour battre le meilleur Phil Mickelson qui soit pour remporter un Open Championship, et là où d’autres auraient largement explosé.

Double vainqueur sur le tour en 2016 avec en prémisse, sa victoire au BMW International Open à Pulheim, quatre semaines avant de connaître la consécration sur le parcours de Troon pour une partie contre « Lefty » qui restera dans les annales de la saison.

La seule question qui s’impose, n’est plus « Est-ce que Stenson est un grand golfeur de sa génération ? », mais « Combien de temps encore ? »

Combien de temps ? Stenson pourrait-il jouer à ce niveau alors qu’à mesure que les années vont passer, logiquement, comme la plupart des autres joueurs, il devrait lentement décliner.

Cependant, cette année, Stenson n’a jamais démontré qu’il pourrait être en fin de cycle. Au contraire, il n’a jamais semblé aussi consistant.

Sa rigueur d’entraînement, et en particulier, sa régularité à la gym, lui a permis de conserver le niveau suffisant d’énergie pour non seulement scorer bas sur un tour, mais aussi tenir sur quatre tours.

Il est rare de parler de la condition physique d’un golfeur. Pourtant, c’est bien cet élément qui lui a permis de disputer 30 tournois cette année en 52 semaines, et rester performant jusqu’au bout.

Moins porté à communiquer sur ses séances de gym que McIlroy, Stenson partage pourtant ce point commun avec l’autre européen star de la Ryder Cup.

Son physique est donc un des éléments clés de la consistance de Stenson, en plus du fait qu’il joue rarement à 100%, et pourtant près de son potentiel maximum sans trop taper dans son mental.

Dans ces conditions, Stenson semble pouvoir durer…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1223
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.