Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Accessoires Golf

Grips de putters Superstroke: Tout le monde s’y met !

Les nouveaux grips Superstroke ! Plus qu'un effet de mode ?

En 2013, les grips de putters superstrokes se sont fait une place au soleil ! En l’espace de quelques mois, et surtout deux victoires en Majeurs, ces grips « oversized » se sont invités au milieu des putting-greens d’entrainements un peu partout dans le monde.

Certains commentateurs vont même jusqu’à ironiser sur le fait que la propagation des grips superstrokes sur le PGA Tour est aussi fulgurante que l’avènement du téléphone portable ! 

Le principe est assez simple ! Il s’agit d’équiper un putter avec un grip surdimensionné pour en fait alléger la pression de grip mise par le joueur, tranquilliser les mains et les poignets, pour permettre un mouvement de putting encore plus naturel. 

L’idée est simple ! Le résultat est probant ! 

Les fans de ces grips Supertrokes apprécient le fait que cela limite les à-coups pendant le swing, mais aussi le fait que la marque propose différentes tailles (4), et coloris pour que chacun puisse trouver son bonheur. 

A l’inverse, les antis leurs reprochent le fait que la prise en main ne soit pas totalement intuitive. 

Quand on interroge les concepteurs de ces grips oversized, le principal argument mis en avant est le fait que cela permet au joueur d’être plus relax !

Et c’est bien tout l’enjeu du putting ! 

Encore plus que tous les autres compartiments de jeu, le putting est affaire de sensations et de confiance. 

Or jusqu’à présent, les marques se sont essentiellement concentrées sur les têtes des putters, pour nous proposer une quantité astronomique de formes, d’aides à l’alignement ou de gestion des poids. 

Pourtant, le grip qui est le premier contact du golfeur avec le putter était resté jusqu’à présent un sujet très/trop conventionnel. 

Par exemple, les grips Superstrokes ne sont pas seulement plus larges, ils sont d’une seule dimension alors que la plupart des grips de putters sont plus étroits à la base, et plus larges au sommet. 

Interrogé sur le sujet, la marque affirme que ce contre-pied permet justement de mieux répartir la pression du grip, aussi bien sur la main gauche que sur la main droite, pour un swing mieux contrôlé, et plus doux. 

Et ce quel que soit le putter utilisé puisque ces grips s’adaptent parfaitement à tous types de putters : Belly-putter, putters classiques, etc. 

Enfin, pour les installer, rien d’extraordinaire, c’est le même principe que pour un grip normal.

Bien sûr, il existe une différence avec un grip standard : le prix ! 

Un grip Superstroke est vendu autour de 25 dollars, quand un grip classique entrée de gamme coûte moins de 10 euros. 

L’origine du phénomène Superstroke

La légende voudrait qu’un soir, le sud-coréen KJ Choi soit tombé par hasard sur une publicité pour les grips superstrokes, en aurait commandé un, et l’aurait testé sur un tournoi du PGA Tour. 

Il aurait découvert avec surprise que ce grip l’aidait à maintenir ses poignets joints avec pour effet immédiat de rentrer plus de putts. 

Pour comprendre le phénomène, il faut comprendre quelques principes élémentaires liés au putting. 

De nombreux golfeurs n’ont pas une très bonne mécanique de swing au putting. Certains ont une main trop dominante, d’autres modifient involontairement le loft de leur putter avec des mains trop avancées ou l’inverse, et enfin certains serrent tout simplement trop le grip. 

Tous ces problèmes peuvent être traités par le grip superstroke ! 

Le fait que ce grip ne soit pas conique comme la plupart des modèles actuellement sur le marché, permet aux golfeurs de garder les paumes des deux mains face à face, avec surtout comme bénéfice, le fait de laisser poser le pouce dans une position plus agréable. 

Comme on l’expliquait déjà plus haut, le seul reproche que l’on peut faire au grip superstroke, c’est le fait que cela ne soit pas complètement intuitif. Il faut apprendre à putter avec ce type de produit. 

Le mieux étant d’en tester plusieurs (il existe quatre tailles différentes), pour trouver le modèle qui convient le mieux. 

Superstroke n’est pas la première marque à s’aventurer sur ce thème des grips oversized. Mais jusqu’à présent, personne n’avait réussi à autant pénétrer le marché. 

La raison tient peut-être dans le fait que cette fois, Superstroke a trouvé la bonne formule (simplicité et fun) pour apporter une réponse positive à la majorité des défauts du putting. 

Envie de tester les grips de putter Superstroke

Grips Superstrokes : Les succès sur le PGA Tour à la source d’une notoriété soudaine 

On a beaucoup parlé des bois de parcours et wedges de Phil Mickelson lorsqu’il a remporté le British Open, pourtant, un autre élément a joué un grand rôle dans les performances de lefty : son grip de putter Superstroke ! 

L’histoire retiendra qu’il a gagné son premier majeur britannique, mais elle retiendra aussi la première grande victoire internationale pour la marque de grip surdimensionné. 

Et on peut ajouter qu’elle est encore à ce jour invaincue en Majeur, puisque dans les semaines qui ont suivi la victoire de Mickelson, c’était autour de Jason Dufner de remporter le PGA Championship avec un grip de putter Superstroke. 

Le phénomène prend une telle ampleur qu’il vient de toucher l’un des golfeurs les plus conservateurs du circuit : Tiger Woods. 

Cette semaine, lors de séances d’entraînements au putting, on a surpris le tigre en train de faire des essais sur son putter Nike Method 001. 

Pour être précis, il a utilisé un grip superstroke Ultra Slim 1.0, soit un grip deux fois plus volumineux que celui qu’il utilise d’habitude. 

A titre de comparaison, Mickelson et Dufner ont tous deux utilisé le modèle Slim 3.0, beaucoup plus volumineux que le modèle testé par Woods. 

Le tigre serait-il à la recherche d’une solution pour rentrer plus de petits putts sous pression ?

Ce dernier a toujours utilisé le même type de putter au cours de ses 14 victoires en Majeurs.

Depuis 2008, il n’a plus réussi à faire tomber la balle du bon côté en majeur, un nouveau grip légèrement plus large et aussi plus lourd de six grammes peut-il l’aider à mettre fin à cette mauvaise série.

Un changement de grip qui devra s’accompagner de petits ajustements, car ce poids supplémentaire peut engendrer un léger effet de contre balancement sur le putter du Tigre, mais cela peut aussi lui donner un zeste de stabilité en plus dans son swing.

Woods qui est plutôt l’un des meilleurs au putting sur le PGA Tour mène sans doute une réflexion sur l’évolution de son matériel.

Dans la mesure où il a commencé la saison avec des statistiques excellentes pour peu à peu décliner, et terminer 22ème dans la catégorie des points gagnés au putting, la question méritait d’être posée.

Premier de cette catégorie dans les premiers mois de la saison, il a justement remporté ses plus importantes victoires, ce qui nous fait nous rappeler la période 2004-2009, où justement il a empoché six majeurs !

Dans cette phase de sa carrière, il était régulièrement dans les trois meilleurs.

Ces dernières années, beaucoup ont critiqué ses choix concernant son swing, et le travail qu’il a effectué avec Sean Foley.

Pourtant si on regarde les choses dans le détail, c’est plutôt dans le domaine du putting que Woods a faibli dans les tournois majeurs depuis son retour en 2010.

Encore cette saison, il a manqué des putts décisifs au Masters et au British Open qu’il a respectivement terminé à la 4ème et 6ème place.

Plus la pression a monté sur les derniers tours, et plus ses scores au putting se sont dégradés.

Pour preuve, en majeur, ses scores au putting le mettent à la 48ème place sur le troisième tour, et même 93ème sur le quatrième tour !

Pas étonnant qu’en fin de saison, dans une période plus propice à faire des tests et d’éventuels changements, le tigre s’intéresse à ce problème, et recherche plus de confiance, et plus de résistance sous pression.

Les grips superstrokes peuvent-ils l’y aider ? Réponse dans les prochaines semaines...

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3961
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.