Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Greens d’hiver : Le pour et le contre

Green d'hiver, un mal nécessaire pour jouer au golf par tout temps

Alors que certains sont dans les préparatifs de Noel, d’autres continuent à profiter de quelques belles journées pour jouer au golf. Pourtant, même si l’hiver n’est pas encore très rigoureux, certains parcours défendent leurs greens en passant en mode hiver. Quel intérêt de jouer sur des trous raccourcis sur des greens qui n’en sont pas ?

Greens d’hiver : Pour quelle raison ?

Généralement, la décision de passer en green d’hiver est prise par le greenkeeper ou le directeur du golf sur recommandation du responsable de l’entretien du parcours.

Il s’agit de protéger la surface du green, mais aussi et surtout, sa consistance interne.

La qualité visible d’un green, à savoir la surface dépend grandement de la qualité des différentes couches qui composent cette partie spécifique d’un parcours de golf.

En jouant sur les greens en hiver, et en particulier, en marchant dessus, nous risquerions de casser des brins qui mettraient des semaines à être réparées.

Sur un parcours, les greens sont les parties qui coûtent les plus chers à concevoir, et à entretenir.

Or l'un des éléments qui est déterminant dans la conception d'un green est sa porosité, soit sa capacité à absorber l'eau. En hiver, le taux d'humidité est non seulement élevé, mais en plus, le froid gèle le green en surface, mais aussi en profondeur. 

Si l'eau se transforme en glace, et quand nous marchons dessus, nous la cassons, et par la même occasion, nous rompons les couches qui composent les greens, provoquant des dégâts difficilement réparables sans complètement refaire le green.

Pour jouer au golf sur des greens d’hiver

Le premier argument pour militer en faveur des greens d’hiver, c’est déjà le fait que cela permet de jouer, même dans une période où le temps ne s’y prête pas forcément.

En France, de décembre à février, mis à part dans le sud de la France, les conditions météo ne sont pas idéales pour jouer au golf.

Trois mois, ou parfois plus sans pratiquer son sport favori est un long intermède.

Le golf est une activité qui est bien différente du vélo. Au niveau amateur, et même au plus haut niveau, quand on ne pratique pas, on perd petit à petit le rythme du parcours, les repères de distances visuels,  et d’une certaine manière, le score baisse.

Pour un golfeur passionné, il est important de pouvoir limiter ces périodes d’interruptions forcées.

Et finalement, pendant l’hiver, les parcours de golf, moins fréquentés pour différentes raisons, permettent de s’entraîner en prenant son temps, et en se fixant d’autres objectifs techniques.

Les trous sont plus courts. Les greens d’hivers sont aussi plus étroits, et représentent des cibles demandant plus de précisions.

Dans cette configuration, le petit jeu, les chips, les approches lobées prennent toutes leurs importances, d’autant plus que souvent les terrains sont gras, lourds, humides.

La science du petit jeu est à l’épreuve.

Green d'hiver au golf de Miribel

Comme déjà précisé plus haut, l’hiver, les golfeurs se font plus rares. Vous pourrez donc justement prendre du temps sans risques de gêner une autre partie pour taper plusieurs coups, faire des essais, et plus globalement, vous entraîner autrement qu’en enchaînant les coups au practice.

Et ce sera notre dernier argument, si les greens d’hiver permettent de pratiquer le golf même en hiver, le fait de s’entraîner sur le parcours a toujours une beaucoup plus grande valeur que le fait de s’entraîner au practice.

Cibles, topographies, obstacles, pour bien jouer sur le parcours, mieux vaut s’entraîner sur le parcours ! C’est d’ailleurs la théorie adoptée par le numéro un français, Victor Dubuisson qui préfère largement jouer 18 ou 36 trous dans une journée, plutôt que d’enchaîner des heures au practice à peaufiner le swing.

En somme, jouer au golf en hiver est un excellent entrainement pour jouer au golf le reste de l’année !

Contre jouer au golf sur des greens d’hiver

La finalité du golf est de rentrer une petite balle blanche au fond d’un trou avec le moins de coups possibles.

Sur les greens d’hiver, le putting n’a pas d’intérêt du fait que ces fameux greens sont en fait des ronds tondus sur un morceau de fairway.

La surface de ces greens d’hivers ne permet pas de bien putter, car elle n’est pas plane, ni même adaptée au roulement d’une balle de golf.

Au contraire, elle saute et sa trajectoire est assez peu prévisible, et en tout cas imprécise.

Dans certains cas extrêmes, il nous arrive de comparer les greens à des patinoires. Dans ce cas, c’est complètement l’inverse.

Sans le putting, soit 50% du jeu, le golf perd une grande partie de son intérêt.

Comment évaluer son score quand nous ne pouvons pas correctement terminer les trous ? Si, dans la première partie de cet article, nous avons défendu le principe de jouer au golf, dans cette seconde partie, nous ne vantons pas le fait de jouer au golf pour baisser son index ou enchaîner les birdies.

Pour avoir appris à jouer au golf en hiver, j’ai personnellement eu l’occasion de jouer au golf fin décembre, et justement pour les raisons évoquées plus haut.

En revanche, cette formule a quand même une limite physique : le froid !

Les greens d’hiver n’y sont pour rien, mais le fait de jouer en hiver est limité par la météo, et même si les vêtements de golf, et de bons gants permettent de surpasser un peu le problème, ce n’est pas nécessairement agréable.

A vous de vous faire une opinion…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2542
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.