Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Graeme McDowell au départ de l’Alstom Open de France 2015 pour la passe de 3

Graeme McDowell au départ de l’Alstom Open de France 2015 pour la passe de 3 !

Pour la 99ème édition du tournoi francilien qui aurai lieu au Golf National du 2 au 5 juillet, le vainqueur des deux dernières éditions, Graeme McDowell aura l’occasion de tenter un historique triplé alors que les organisateurs vont placer le tournoi à l’heure Olympique en prévision des JO 2016.

Dans l’histoire de l’Open de France, un seul golfeur a déjà réussi la passe de trois, il s’agit du français Marcel Dallemagne.

Sommaire de l'article sur l'Alstom Open de France 2015

  1. McDowell sur la ligne de départ à Paris
  2. Dubuisson va-t-il mener le camp tricolore ?
  3. L’autre star du tournoi, c’est bien le parcours!

McDowell sur la ligne de départ à Paris

 « Bien entendu, je serai là pour remettre en jeu mes deux titres, avec comme objectif de réaliser la passe de trois ! Ce serait quelque chose de magnifique. Je vous donne donc rendez-vous au Golf National. »

C'est par ces mots que Graeme McDowell a confirmé aux organisateurs son retour l'Alstom Open de France cet été.

La 99e édition du plus ancien open national d'Europe continentale sera pour le Nord-Irlandais l'occasion d'égaler Marcel Dallemagne.

Sacré en 1936 à Saint-Germain, en 1937 à Saint-Cloud et en 1938 à Fourqueux, le Français est en effet le seul joueur à avoir gravé trois années de suite son nom sur la coupe Edward George Stoïber.

McDowell, 21e mondial au 23 février et vainqueur de dix titres sur le circuit européen dont l'US Open en 2010, sera donc l'une des principales têtes d'affiche à suivre sur les fairways du Golf National du 2 au 5 juillet prochain. 

À un peu plus d'un an du retour du golf aux Jeux Olympiques, l'Alstom Open de France 2015 sera également placé sous le signe des cinq anneaux.

Positionné au milieu du processus de qualification pour Rio 2016, qui a débuté le 14 juillet 2014 et s'achèvera le 11 juillet 2016, le tournoi permettra à tous les joueurs de marquer des points en vue d'une participation à l'épreuve masculine, qui aura lieu du 11 au 14 août dans la métropole brésilienne.

En 2014, les organisateurs avaient invité l’américain Kevin Stadler, vainqueur du Phoenix Open en début de saison, et fils de Craig Stadler. Ce dernier avait fait bien plus qu’honorer son invitation en étant tout près de remporter le tournoi.

Dominateur pendant près de trois tours, Stadler avait fini par bafouiller son golf dans les derniers trous du terrible parcours de l’Albatros pour laisser McDowell finalement conserver son titre.

En 2015, ASO devrait nous réserver une belle surprise avec une nouvelle tête d’affiche américaine en visite à Paris, surtout que les américains auront à cœur de prendre leurs marques en prévision de la Ryder Cup 2018 disputée sur le même parcours.

Pour le public, plus que le nom de la prochaine tête d’affiche, la question importante sera de savoir si Victor Dubuisson sera bien présent.

Dubuisson va-t-il mener le camp tricolore ?

Quelques mois auparavant, le meilleur français au classement mondial a été au centre d’une polémique bien malgré lui.

Interrogé sur sa participation au plus grand tournoi français, le jeune pro a concédé qu’il avait senti une très forte pression s’exercer sur lui.

Rapidement, ses mots ont été déformés ou mal compris (il sera toujours difficile de savoir le vrai du faux), et l’idée a parcouru le web qu’il pourrait ne pas revenir à Saint-Quentin-En-Yvelines.

Pris par le mouvement, le cannois a rapidement mis fin à la polémique, et confirmé sa participation.

A sa décharge, en 2014, le public n’a eu d’yeux que pour lui…un peu trop d’ailleurs.

Sur le trou numéro un, devant une foule immense et intense, il rate son coup de départ, et arrive difficilement à boucler le premier trou de son tournoi, ce qui donnera le ton de la suite, à savoir un enchainement de bon et de moins bon.

Pourtant, les mois précédents, Dubuisson, inconnu du public américain avait fait preuve d’une très grande insouciance pour jouer le golf de sa vie en plein désert d’Arizona.

Attendu à Paris, il a eu beaucoup plus de mal à se protéger.

Dubuisson aura-t-il la pression ?

En 2015, Dubuisson subira la même pression si ce n’est plus. Ce sera pour lui un test de passage intéressant après avoir depuis joué la Ryder Cup à Gleneagles, un événement très pressurant.

Pour autant, le Cannois pourrait être bien aidé par la montée en puissance des autres stars du golf français, Alexander Levy et Gary Stal qui devraient capter une part de l’attention des spectateurs.

Levy a fait une très belle année 2014 avec deux victoires, et Stal, vient tout juste de remporter le tournoi d’Abu Dhabi. Ce dernier avait d’ailleurs été l’un des animateurs du tournoi 2014, terminant 18ème.

Trois français qui pourraient se hisser dans le top-10 à Paris, et peut-être mieux pour succéder à Levet, vainqueur en 2011.

A moins que la surprise vienne d’ailleurs. Souvenez-vous de l’incroyable Victor Riu, huitième dans le par qui aurait même pu faire mieux sans une dernière carte en 76 qui lui a coûté de jouer pour la gagne.

L’autre star du tournoi, c’est bien le parcours!

En 2014, seul sept joueurs ont réussi à finir sous le par, et contrairement à certains parcours, le vainqueur finit rarement à -10.

Cette année, la préparation du parcours sera encore un des points clés de l’épreuve, et passée au crible par les experts qui guettent l’organisation de la Ryder Cup.

Rough laissé haut, fairway etroitisé, et green ultra-rapide seront au programme.

Rien qui n’effraie McDowell, finalement très à l’aise dans ses conditions.

En 2014, le nord-irlandais avait justement dompté le parcours en ne sortant jamais réellement des clous, et c’est tout le secret d’une performance à Paris.

Victor Riu en évidence à Paris

Jamais au-dessus de plus un au-dessus du par, McDowell a su faire preuve de constance quand ses rivaux alternaient les hauts et les bas, à l’image de Stadler capable de jouer 64 le premier jour, et de finir 76 lors du crucial dernier tour.

Une chose à ne surtout pas faire…sous-estimer ce parcours qui réserve bien des pièges.

Demandez à l’allemand Martin Kaymer pourtant épatant à Pinehurst, parcours redoutable de l’US Open 2014 !

77 sur le dernier tour pour terminer finalement 12ème alors que lui aussi aurait pu se mêler à la victoire finale, Kaymer a fait les frais de l’Albatros !

Plus que quelques mois avant le début du tournoi phare de la saison pour le golf français, en espérant que le champ de joueurs sera à nouveau relevé, et que nos golfeurs tricolores se montreront à leur avantage.

Crédit photo : ASO

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1846
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.