Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Accessoires Golf

Google glass et golf: Ce que peuvent apporter les lunettes GPS

Google Glass et golf : l'application Icaddy s'apprête à révolutionner le jeu de golf

Le progrès technologique est en marche ! Et il marche de plus en plus vite. En quelques années, on est passé des jumelles, aux télémètres, aux montres GPS, aux applications smartphones, et très bientôt aux lunettes GPS.

Si l’outil développé par la firme américaine Google, leader mondial des moteurs de recherche sur Internet, disposant en France d’une part de marché de plus de 90%, pose de nombreuses questions sur l’évolution de l’homme et son rapport au numérique et au monde connecté, cet outil fascine, car c’est peut-être la plus grande révolution à venir.

Bien sûr, les google glass, lunettes essentiellement connectées aux applications du moteur de recherche comme Google Maps, Google Agenda ou encore Google+ (réseau social) n’ont pas été initialement imaginées pour le golf, mais bien pour la vie quotidienne.

Cependant, très rapidement,  de nombreux développeurs à travers le monde ont vu dans cette paire de lunette, de nouvelles opportunités, et de nouvelles façons de révolutionner le jeu de golf.

Reste encore à savoir comment vont réagir  les instances supérieures que sont l’USGA et le Royal & Ancient, qui définissent les règles du golf, et surtout comment nous pouvons, ou nous ne pouvons pas jouer.

Google Glass : Qu’est-ce que c’est ? Et quels enjeux ?

Sur le principe, les Google Glass fonctionnent avec une caméra intégrée, des mini-écrans, un micro, un pavé tactile sur l’une des branches, et bien sûr un accès à internet via wi-fi ou Bluetooth.

Au départ, ce projet semblait un peu fumeux et tout droit sortie d’un film de science-fiction. Peu d’entre nous donnaient du crédit à une telle idée quand elle fut annoncée en 2001 par la société américaine, déjà géante du web.

Il ne s’agissait pas d’un projet philanthrope, même si les fondateurs de Google, sont des fous d’espaces, et rêvent un jour de l’explorer, ce qu’ils pourront bientôt faire au vue des profits colossaux, déjà réalisés par la firme.

Après avoir détruit, asséché, épuisé, le marché publicitaire en ligne, depuis le lancement de sa plate-forme publicitaire Adsense/adwords,  Google a compris que l’avenir n’était pas forcément dans l’internet d’aujourd »hui.

A terme, la très/trop faible rentabilité de la toile va entraîner de profondes mutations, et même d’une certaine manière la fin des moteurs de recherche sous la forme actuelle.

Ce phénomène n’est qu’embryonnaire, mais enclenché par le succès massif des applications pour smartphone, qui contournent complètement le diktat imposé par Google sur le web.

C’est pour éviter de se faire dépasser par ce phénomène, et pour rester dans les années à venir aussi incontournable qu’actuellement, que Google a misé sur le projet Glass, anticipant de nouveaux usages du web.

Après dix ans de travaux, Google a rôdé ses lunettes tout au long de l’année 2012, commençant au passage un savant teasing de son produit.

Rappelons que jusqu’à présent, Google n’avait jamais commercialisé d’autres choses que de l’immatériel.

Le principe des Google Glass

En mai 2012, Sergei Brin, l’un des fondateurs de Google a présenté ce projet pour la première fois à la télévision US, faisant passer cette idée de concept à prochaine réalité du quotidien.

En juillet 2013, deux chirurgiens ont opéré avec des Google Glass pour partager leurs visions d’une opération.

Nous ne sommes donc plus qu’à quelques semaines de la commercialisation de ce nouvel outil numérique, et l’excitation monte  tout comme les premières polémiques et inquiétudes !

Pour en arriver au golf, très rapidement, une société – Goldstein Technology -  s’est emparée du sujet pour proposer un système comparable à une application smartphone ou une montre GPS pour assister les golfeurs dans leurs parties.

Fervent adepte des applications smartphones, pourtant, pas encore admises en compétitions officielles,  ce projet a du sens et devrait encore bouleverser les usages, et la pratique du golf.

Le parcours de golf comme vous ne l’avez jamais vu !

Appelé GolfSight, littéralement la vision du golf, il s’agit du premier système développé spécifiquement pour le golf sur la base du système SkyDroid.

Fonctionnant comme un GPS pour le golf, ce système appliqué aux Google Glass donne les distances aux greens (entrée, milieu et sortie) sur près de 25 000 parcours dans le monde, tout en utilisant des images par satellites.

Les utilisateurs pourront aussi enregistrer leurs cartes de scores et les partager avec des partenaires.

Soit un véritable « Game Changer » pour Paul Goldstein, Président de l’entreprise.

Et en effet, il s’agit bien d’une toute nouvelle façon de jouer au golf, et ce quel que soit le niveau. 

Quel sera le principe de fonctionnement ? 

Une fois les lunettes sur le nez, le système GolfSight va trouver le golf le plus proche. 

La plupart des parcours ont déjà été cartographiés depuis plus de deux ans, en prévision du lancement.

Et si un golf n’est pas disponible, l’utilisateur peut en ajouter un nouveau.

Sur l’écran principal, GolfSight fournit les distances exacts pour aller au green à partir d’images satellites fournies par Google Maps. 

Vue avec une lunette équipée du système GolfSight

L’affichage des distances se fera en tenant compte de la position du joueur, et celles-ci s’afficheront de manière déroulante. 

L’application développée spécialement pour le golf se connectera à l’application MyGlass pour utiliser le GPS, et le transfert de données. 

Sur l’écran principal, nous pourrons trouver une carte qui nous permettra d’interagir avec les lunettes. 

D’une simple tape sur l’écran, on pourra afficher des images des principaux obstacles comme les bunkers ou les plans d’eaux.

Des lunettes qui n’ont pas fini de faire débat concernant leurs usages sur un golf

Le golf est un sport très ancien qui a su garder à travers les années, et les révolutions industrielles, une philosophie assez terre à terre.

Même si le matériel a profondément progressé depuis les premiers niblicks, le golfeur de 2013 n’est pas si éloigné du golfeur de 1913, 1813 ou avant…

En réalité, deux questions doivent se poser sur l’intégration de la technologie dans ce sport :

  • Doit-on aller vers plus de facilité pour favoriser la pratique du plus grand nombre ?
  • Le golf et surtout les parcours peuvent-ils assumer des outils qui raccourcissent en permanence les trous, et de fait la difficulté ?

Sur la première question, nous pourrions être tentés de répondre oui !

Le golf doit être une détente. Ramener des quadruples bogeys à la pelle n’a rien d’amusant et de motivant, surtout pour une activité qui est coûteuse.

Sur la deuxième question, nous pourrions être tentés de répondre non !

Selon Jack Nicklaus, depuis trente ans, le plus gros progrès imputable au matériel de golf ayant un impact direct sur le jeu est indiscutablement lié à la balle de golf qui vole plus loin, et plus longtemps.

A tel point, que les parcours ne cessent de s’allonger, comme par exemple le légendaire parcours d’Augusta, joué par les meilleurs golfeurs de la planète, une fois l’an pour le Masters.

Problème, au-delà du coût exorbitant que cela représente, il ne sera pas toujours possible d’allonger les 35 000 parcours dans le monde entier.

D’autre part, c’est aussi prendre le risque de creuser encore plus les écarts entre pros et débutants, car tous ne sont pas égaux devant la distance à parcourir.

Qu’est-ce que cela peut réellement changer dans l’approche du golf ?

Pour utiliser une application smartphone, je peux réellement témoigner du fait que c’est déjà en soi un grand bénéfice pour son jeu, et pour le golf.

Le fait de connaître instantanément les distances permet de gagner beaucoup de temps par rapport à un golfeur qui utilise un télémètre, et doit faire la mire.

Sans parler des outils type shot tracking qui permet d’enregistrer les distances réelles de vos coups, et donc vous proposer le bon club pour les coups à venir.

Même si ces gadgets ne tiennent pas encore les clubs, ils contribuent beaucoup à faire baisser son score, en évitant des erreurs de choix de clubs et en réduisant le nombre de coups joués, et donc le temps passé sur le parcours.

Autre bénéfice indiscutable, plus besoin de carnet de parcours, et d’un crayon pour mémoriser les scores, sans compter que cela permet d’analyser en temps réel sa partie.

En proposant les mêmes bénéfices, mais cette fois sans manipuler un appareil en mains, mais en portant des lunettes, cela promet d’aller encore un peu plus loin dans l’ergonomie, et la rapidité d’utilisation.

Reste quelques questions ? Quid des personnes portant des verres de correction, surtout pour les corrections les plus fortes ?

Quid aussi des lunettes de soleil et des verres teintées ? Et enfin, quid de l’utilisation et de porter des lunettes qui vous affichent en permanence des données dans les yeux pendant que vous contemplez le parcours ou jouez  vos coups ?

Nous pouvons aussi imaginer de futures déclinaisons, avec pourquoi pas un radar permettant de visualiser exactement le point de chute de la balle, afin de la retrouver plus facilement…

Pour toutes ces questions, et sans parler des problèmes de respect de le vie privée des utilisateurs, les premières Google Glass ont encore du chemin à faire pour convaincre de les porter sur un parcours de golf, mais le changement semble bien en marche, si toutefois les législateurs du golf autorisent de tels outils.

Dans d’autres domaines, comme la conduite automobiles, les casinos, et les cinémas, les Google Glass commencent déjà à être interdites, avant même d’être mises sur le marché.

PS : Un autre système concurrent à SkyDroid et dans la même optique, serait sur le point de voir le jour. Son nom : Icaddy

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3275
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.