Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

L’avenir du golf : Des Pitch & putt en gazon synthétique ?

golf-compact-green-synthetique.jpg

Alors que de 1985 à 1995, la France a connu un fort développement du nombre de parcours de golf 18 trous, en parallèle de la croissance du nombre de licenciés, un nouvel élan prend forme depuis quelques mois autour de la création de pitch & putt, et parfois en gazon synthétique, comme par exemple à Andrézieux-Bouthéon, près de Saint-Etienne.

Les constats faits par la Fédération Française de golf

Selon les chiffres de la fédération française de golf, le nombre des licences a connu une forte accélération en 2002, rythme qui a été assez soutenu pendant une dizaine d’années.

Cependant, il semble bien que l’activité, comme d’autres loisirs en France ait besoin de composer avec de nouvelles contraintes pour les utilisateurs : manque de temps, et contraction du budget loisirs.

Pourtant, le besoin est bien présent ! 

La demande actuelle des Français est en faveur de sport loisir vert, de nature, à des prix modérés, proches des lieux de vie, pouvant se pratiquer rapidement en famille et entre amis.

Si le nombre de licenciés a augmenté de 40% sur les dix dernières années, le nombre d’équipements golfiques n’a progressé que de 10% sur la même période.

Sur 581 golfs en France, il ne semble pas évident que le besoin soit de créer de nouveaux parcours 18 trous, mais au contraire, des structures plus petites, moins coûteuses, plus proches des zones de vies, mais qui conservent les attraits de la pratique du golf, à savoir la nature, la détente, et la vie de club.

Actuellement, en France, on dénombre que 72 golfs compacts et pitch & putts, et c’est dans ce domaine que la FFG et les différents entrepreneurs vont porter leurs efforts d’ici à 2018, avec un projet en fil rouge qui consiste à construire une centaine d’équipements de ce type.

Et toujours selon la Fédération française de golf, il existe dans notre pays une demande potentielle conséquente, qui pourrait être mieux servie, et déclencher une hausse substantielle des licences, justement par la compréhension de ce besoin, et donc l’augmentation des terrains pouvant accueillir de nouveaux pratiquants, et pratiquantes.

En dehors du problème posé par la crise économique sur le budget des ménages, la fédération considère que le golf en France pâtit d’une forme d’inadéquation de son offre de grands terrains avec une catégorie de golfeurs, qui ne sont pas nécessairement des experts ou des joueurs classés.

L’offre de parcours est jugée trop monotype !

A savoir, plus de 80% des golfs en France sont des parcours 18 trous de championnat occupant plus ou moins 50 hectares de terrains, dimensionnés pour accueillir les très bons joueurs.

Répartition des golfs en France (source FFG)

Comme ces parcours sont très grands, ils sont souvent assez éloignés des centres urbains, et engendrent en plus du temps pour les jouer, des frais de déplacements plus ou moins conséquents.

Au final, les principaux freins au développement du golf populaire sont : le temps, l’éloignement,  la difficulté et le coût !

En développant des solutions adaptées, la fédération estime que le golf en France pourrait connaitre un nouvel élan de la pratique, partant du principe que nous avons un grand potentiel de joueurs, et aussi du fait que dans des pays plus petits, cette stratégie a déjà porté ses fruits, comme dans les pays Anglo-Saxons, du nord de l’Europe et de la Scandinavie.

La valeur ajoutée d’une petite structure golfique de proximité

En définissant les golfs compacts ou les pitchs & putts d’équipements ouverts à tous les publics, accessibles en prix, facile et rapide à jouer, le golf pourrait attirer une toute nouvelle clientèle qui pour l’instant est intimidée et découragée par l’accès au grand golf.

Structurant au plan local, ces structures créent du lien social en proximité des zones de vies, et permettent donc de lever la plupart des freins liés à la pratique du golf.

Autre avantage, ces structures contournent les problèmes actuellement rencontrés par les golfs, à savoir une certaine forme d’impopularité pas toujours justifiée, concernant le développement durable, et la consommation en eau.

Ces nouveaux équipements ont effectivement l’avantage d’être valorisant pour certains territoires, car nous pouvons imaginer qu’ils soient construits en zones inondables, sur d’anciennes décharges municipales, sur des friches industrielles ou d’anciens sites militaires désaffectés.

Viable d’un point de vue écologique, ce type de projet peut aussi être rentable d’un point de vue économique, alors que justement les grands parcours ont du mal à joindre les deux bouts du fait des coûts extrêmement importants liés à l’entretien.

Les chiffres des "petits golf" source FFG

Nous pouvons même imaginer que l’afflux de nouveaux débutants via les petits parcours finisse par alimenter la croissance des grands parcours.

Sans oublier que les communes ou communautés urbaines, dans le cadre de leur schéma d’aménagement du territoire, notamment depuis le déploiement du Plan Local d’Urbanisme souhaitent bâtir des équipements structurants à vocation sportive et loisir, touchant les jeunes et prenant en compte le développement durable. 

Pour le débutant : Découvrir 70% du jeu de golf à moindre coût 

Avec un prix de green-fee qui peut varier entre 10 et 15 euros pour jouer entre 1h et 1h15, la pratique du golf redevient une activité attractive, et populaire.

Jouer au golf facilement avec des amis

De plus, ces structures peuvent permettre de favoriser l’apprentissage du technique, au moins jusqu’à un certain niveau.

En organisant des compétitions, en facilitant le passage de la carte verte, en mettant en place des tests de progression pour les enfants, ces structures peuvent décharger les grands parcours de joueurs qui pourraient poser des problèmes de jeu lent ou de manque de connaissance du jeu, et au contraire, former les très bons joueurs de demain.

Le pitch & putt d’Andrézieux-Bouthéon

Actuellement en construction, ce projet validé par la mairie a d’abord dû répondre à plusieurs critères de viabilité.

Après une analyse précise des données techniques, le Maire a fait le choix d’un golf 9 trous « pitch & putt ».

Un golf « aspire » toutes les populations locales pourvu qu’elles soient proches de l’équipement. 

Sa zone de chalandise prioritaire (son modèle économique en dépend) vise les populations situées à 20 minutes de son implantation. 

Chantier du golf d'Andrézieux-BouthéonLa ville d’Andrézieux-Boutheon compte 9 000 habitants, et les villes proches permettent de comptabiliser 40 000 personnes dans ce bassin de vie. 

En « recrutant » seulement 1% de cette population, soit 400 golfeurs et golfeuses, le golf pourra être tout à fait viable, alors qu’un grand parcours aurait été difficilement rentable.

Le parcours sera situé sur un espace de 8 hectares en face du Centre Technique Municipal à côté duquel sera bâti le club house.

L’étude et la réalisation de ce projet sont assurées par les services techniques municipaux, et sa gestion sera également municipale avec le recrutement d’un personnel spécifique.

La Municipalité encourage la création d’une association sportive qui aura pour but de mettre en place une politique sportive destinée à la fois aux scolaires, aux jeunes des centres de loisirs, aux seniors, aux joueurs expérimentés et également aux personnes à mobilité réduite.

L’ouverture est programmée au printemps 2014.

Une révolution technique : les greens en herbe synthétique

Une des raisons qui explique un coût de fabrication réduit de ce type de parcours est l’utilisation de greens ou de fairways en herbe synthétique.

Et c’est justement le choix qui a été opéré par la municipalité Andrézieux-Bouthéon pour les greens de son futur 9 trous !

En plus de réduire les coûts d’entretiens, cela permet une pratique quasi-permanente de l’activité !

L’entretien est simplifié, pas de consommation d’eau, et en plus de réduire la facture, pas de conflits potentiels avec les associations ou les écologistes locaux !

Bien entendu, pour pouvoir utiliser un tel procédé, il fallait qu’il puisse être compatible avec la pratique technique du golf !

Le gazon synthétique présente beaucoup d’avantages à condition de garantir un toucher et un aspect similaire au gazon naturel, ce qu’un fabricant comme Desso Sports System entend démontrer.

Cette société explique que son gazon synthétique est constitué à partir de technologie de fibres qui retiennent l’eau, mais permet aussi une expérience normale du jeu de golf avec l’absorption des chocs, et aucune entrave au pivotement.

Autre grand argument en faveur du synthétique : le temps de jeu !

Selon Desso Sports System, le gazon naturel est praticable 250 heures par saison avant d’être traité.

Ce n’est pas le cas avec le gazon synthétique qui ne subit pas de problèmes d’usures ou de conditions climatiques.

100 nouveaux parcours d’ici à 2018

A ce jour, et en attendant l’inauguration du golf d’Andrézieux-Bouthéon, 27 parcours ont déjà été créés, il en reste donc 73 à concevoir d’ici à 2018, date de la prochaine Ryder Cup disputée en France.Un projet ambitieux pour la France du golf

Onze devront être réalisées en Ile-de-France, dix en région Rhône-Alpes, huit dans le Nord-Pas-de Calais, six en PACA, cinq en Languedoc-Roussillon et région Centre.

Sachant qu’il faut entre trois et quatre ans pour construire de tels projets, la FFG joue donc sur 2013/2014, une grande partie de l’atteinte de cet objectif, et d’une certaine manière, l’avenir du développement de la pratique golfique en France.

Souhaitons-lui de réussir, car à bien y réfléchir, ce projet ne présente que des avantages pour toute la filière golf dans son ensemble.

Ressources : Rapport SDDTE FFG et Mairie d'Andrézieux-Bouthéon

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2892
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.