Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Golf et Cancer: Peut-on jouer pendant ou après la maladie?

Le cancer n'est plus un sujet tabou dans les clubs-houses

Les maladies chroniques, et le cancer en particulier, font partie de la vie, et touchent les golfeurs, les golfeuses et les non-golfeurs. Interrogé sur ce sujet par nos internautes, nous avons décidé d’y consacrer cet article pour répondre aux interrogations  de certains d’entre vous.

Faire de l’exercice, et en particulier du golf pour les malades atteints d’un cancer : un challenge pour le sport en tant que traitement !

Dans un passé encore récent, les spécialistes recommandaient aux malades atteints de maladies chroniques de surtout se reposer, et d’éviter les efforts physiques.

Ces recommandations étaient empiriques.

Comme la plupart des maladies chroniques sont souvent associées à des changements moteurs, qui ont pour conséquences des incompatibilités avec des performances sportives, la pratique sportive pour ce type de patients laissait penser qu’elle pourrait générer de la fatigue, des problèmes respiratoires, et même de la tachycardie.

Ainsi, le fait de ne pas pratiquer d’activité sportive permettait de réduire les effets inconfortables de la maladie.

Cependant, ces dernières années, certains faits scientifiques ont profondément changé la vision des choses concernant l’exercice physique pour les malades atteints du cancer ou d’autres maladies chroniques.

Un tournant dans la perception du sport pendant et après le traitement

Au cours des années 60, le fait d’inclure des pratiques sportives dans des programmes de convalescence pour des patients ayant soufferts d’une infection du myocarde a créé un préalable, et ouvert de nouvelles perspectives pour l’utilisation du sport dans le traitement de maladies chroniques.

Désormais, il est entendu que le fait de trop se reposer, et même manquer d’activité physique engendre de sévères conséquences sur la condition physique générale, et sur la qualité de vie du patient.

De nombreuses études ont démontré que l’exercice, et pourquoi pas la pratique du golf, peut avoir de nombreux bienfaits pour lutter contre les effets négatifs de la maladie.

Le sport est donc de plus en plus considéré comme essentiel dans le traitement de beaucoup de maladies comme les problèmes vasculaires, ou les problèmes subies au cœur.

Pour autant, jusqu’à encore très récemment, on ne savait pas très bien si la pratique sportive pouvait être réaliste, et avoir des effets positifs sur les malades atteints d’un cancer, pendant, et après le traitement.

Et pour le cancer ?

L’exercice physique ou la pratique du golf ont longtemps été limité dans les programmes de traitement du cancer, du fait par exemple des opérations chirurgicales supposées par le traitement de cette maladie.

Et là aussi, dans le domaine du traitement du cancer et la pratique sportive, les mentalités changent très rapidement.

Les exemples de sportifs de très haut niveau, ayant été traités pour des cancers ont attiré l’attention de tous sur les effets de l’entrainement sur les performances physiques des malades atteints d’un cancer.

En France, le dernier exemple en date est celui d’Eric Abidal, footballeur professionnel, jouant dans le plus grand club de la planète : le FC Barcelone.

Un an après une greffe du foie, ce footballeur a retrouvé les terrains, et joue actuellement à l’AS Monaco, et a même retrouvé, le plus haut niveau, à savoir l’équipe de France de football.

A 34 ans, il démontre qu’un sportif de haut niveau peut subir un très lourd traitement contre le cancer, et retrouver une activité physique extrêmement soutenue.

Plus loin, on se souvient aussi du cas de Lance Amstrong qui a subi une intervention pour un cancer des testicules, et par la suite, gagner de manière illicite plusieurs Tour de France cycliste, puisqu’il a été ensuite confondu pour dopage.

Pardonnez l’exemple, mais cela permet d’illustrer que depuis plus de dix ans, certains sportifs de haut niveau ont repris une activité physique après, et malgré un cancer.

Pour en revenir à l’aspect purement médical, certaines études ont démontré que l’activité physique pouvait améliorer la qualité de vie, l’humeur, et les performances sportives d’un malade atteint d’un cancer, pendant et après le traitement.

Par exemple, il est prouvé qu’une activité physique régulière accroît la forme générale de patientes atteintes d’un cancer du sein, et traitées par de la chimiothérapie conventionnelle. 

Il a aussi été démontré que cela peut réduire le stress et la fatigue psychologique des patients soignés à l’aide de techniques de radiothérapie, ou ayant subi de hautes doses de chimio avec des transplantations sanguines. 

Dans certains cas, on a même observé une réduction des complications liées au traitement du cancer pendant  le traitement par des patients faisant du sport. 

Le sport est-il bénéfique ? Le golf est-il recommandé ?

Les premières recherches laissent penser qu’une activité régulière peut améliorer les défenses immunitaires. 

Le golf correspond complètement à cette notion d’activité régulière que l’on peut pratiquer finalement assez facilement, surtout quand on n'a jamais fait de sport de sa vie. 

Marcher 18 trous, et taper une centaine de coups de golf deux à trois fois par semaine n’est pas forcément contre-indiqué. 

Ne pas décider seul, et valider le choix d'un sport avec son oncologue

Le golf, et le sport en général, est donc de plus en plus considéré comme un moyen thérapeutique complémentaire pour récupérer d’un cancer. 

A vérifier pour chaque type de cancer avec son oncologue, car le cancer peut poser de très nombreux problèmes spécifiques pour différents patients. 

La chimio peut endommager la moelle osseuse, et réduire la production de globules rouges, ce qui peut engendrer une réduction de la capacité du sang à transporter de l’oxygène. 

Certains traitements du cancer peuvent avoir des conséquences sur le myocarde, et réduire les capacités du cœur. 

Dans d’autres cas, la baisse des protéines et des calories peut engendrer de l’anorexie ou des nausées. 

Tous ces effets négatifs peuvent affecter la condition physique du patient, et réduire ses performances. 

C’est pourquoi, il faut les prendre en considération attentivement avant de choisir un sport à pratiquer. 

Enfin, il ne faut pas oublier que les recherches effectuées à propos du sport, et ses impacts sur les fonctions immunes dans la prévention et la rémission du cancer en sont au tout début.

Il y a fort à parier que pour la prochaine décennie, le thème « Cancer et sport » soit l’un des domaines de recherches les plus actifs, et probablement un des plus grands challenges à venir pour la médecine. 

En attendant d’autres résultats, les associations qui lient golf et médecine continuent de monter un grand nombre d’opérations dans la plupart des golfs de France.

Alors si le golf ne soigne pas du cancer, il se préoccupe fortement du moral des patients. 

Nous avons tous un parent, un ami, un proche qui a dû faire face à cette maladie, alors il nous a semblé que ce sujet pouvait être utile pour les golfeurs, les golfeuses, et ceux qui éventuellement voudraient découvrir le golf comme thérapie.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2810
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.