Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Fichardt perpétue le bon début de saison 2017 de TaylorMade sur le tour

Fichardt perpétue le bon début de saison 2017 de TaylorMade sur le tour

Jon Rahm, Sergio Garcia, Dustin Johnson, Graeme Storm, Fabrizio Zanotti, et désormais Darren Fichardt qui remporte le Joburg Open 2017. Cela porte à six le nombre de victoires pour l’équipementier TaylorMade en 2017. Au-delà du nombre important de joueurs sous contrats avec la marque, ce nombre de succès lance parfaitement la saison des ventes de clubs… et de balles.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le cas Jon Rahm et la balle TP5x

Quand j’étais aux Etats-Unis, et notamment chez TaylorMade, Jon Rahm, la nouvelle icône TaylorMade venait de gagner le tournoi de Torrey Pines, situé à quelques miles de Carlsbad, en Californie.

Pour sa première victoire chez les professionnels, l’espagnol avait livré une belle démonstration de golf, utilisant à merveille et pour la première fois en compétition, la nouvelle balle TaylorMade TP5x.

Il était pourtant très réticent à jouer cette balle, ayant toujours joué depuis l’enfance, la Titleist Pro V1.

Il se disait prêt à jouer tous les équipements de TaylorMade sans restriction, sauf la balle.

Après une séance de fitting de balle interne chez TaylorMade, publicité ou pas, Rahm a découvert qu’il gagnait plusieurs yards avec tous ses clubs jusqu’au driver, sans perdre en capacité de spin autour du green, ce qui est le plus important pour un professionnel.

De l’essai pour voir à la victoire éclatante, Rahm a franchi le pas !

La lutte des marques pour les victoires sur le tour

Sur les tours européens et américains, plusieurs marques se livrent à un duel sans merci pour engranger le maximum de victoires, et donc de couvertures médiatiques.

Que l’on apprécie ou pas TaylorMade pour son marketing ou son ingénierie sur les produits, force est de constater que depuis le début 2017, c’est la marque qui enregistre le plus grand nombre de succès, et peut donc marquer le plus souvent les esprits.

Après Rahm, Sergio Garcia a remporté une belle victoire à Dubaï, vantant lui aussi les mérites de la nouvelle balle très stable dans le vent.

Surtout, après avoir à moitié perdu Jason Day, désormais vêtu de Nike de la tête au pied, mais jouant toujours du TaylorMade, la marque de Fermi Court a repris la place du numéro un mondial de golf avec un joueur 100% maison, Dustin Johnson, vainqueur du Genesis Open.

Pour l’avoir vu de près sur le parcours, Dustin Johnson a surclassé le champ de joueur, notamment par une longueur au drive exceptionnelle, et un superbe petit jeu infaillible.

Sur le circuit européen, après 10 épreuves déjà disputées, avec le dernier succès de Darren Fichardt sur ses terres en Afrique du Sud, à l’occasion du Joburg Open, TaylorMade compte déjà 4 victoires (40% à elle seule, c’est beaucoup).

Comme écrit plus haut, si TaylorMade compte beaucoup de joueurs sous contrats, c’est aussi le cas de Titleist et de Callaway, les principaux concurrents.

C’est un peu moins vrai pour Srixon et Cobra qui doivent plus souvent s’en remettre à Hideki Matsuyama et Rickie Fowler, justement respectivement vainqueurs du Waste Management Open à Scottsdale, et du Honda Classic sur le PGA National.

Même si dans les faits, c’est sans rapport avec le jeu des amateurs, ces nombreux succès, répétitifs en particulier en début de saison, vont clairement avoir un impact sur les ventes d’équipements.

Même si vous n’avez pas le jeu de Dustin Johnson, vous aurez envie d’avoir ses clubs. Tout du moins, vous serez interpellé par l’idée qu’avec du matériel TaylorMade, si les pros gagnent plus, quelque part, vous devriez aussi pouvoir en bénéficier. C’est une réaction tout à fait humaine.

kingdom-taylormade.JPG

Pour avoir testé les balles TaylorMade TP5 au Kingdom, le centre d’essai de la marque à Carlsbad, j’ai été impressionné par leurs performances, et notamment en distance.

A l’heure actuelle, la marque semble encore hésiter à m’envoyer les données trackman du test. Je sais de mon contact que j’ai gagné en distance versus une Pro V1 de 2016, mais visiblement pas pour les raisons que l’équipementier espérait.

Message pour vous mettre la pression Messieurs de chez TaylorMade, de toute façon, je referais le test…mais cette fois contre une Pro V1 de 2017 !

Ayant aussi testé la nouvelle balle Titleist, mais cette fois au TPI et en situation de wedging autour du green, quel plaisir de voir la balle voler et s’immobiliser immédiatement sur le green avec un niveau de backspin incroyable même pour un simple amateur.

Un bon wedge avec des rainures parfaites, une bonne balle premium et un bon green ferme mais soft, et le tour est joué.

En attendant de pouvoir affirmer quoi que ce soit, TaylorMade fait donc le plein de victoires.

Le Joburg Open ne pouvait pas échapper à TaylorMade

Sur un tournoi réduit à 54 trous où les sud-africains ont souvent et même toujours l’avantage versus le reste des joueurs, notamment les européens, Fichardt a rentré un ultime birdie sur le dernier trou pour remporter sa cinquième victoire sur le circuit européen, sa 21eme comme golfeur professionnel tous circuits confondus.

Fichardt jouait l’ensemble de la gamme M2 dans son sac.

La septième victoire pour les nouveaux bois de la famille M2 2017 alors que j’imagine que c’est surtout la balle le dénominateur commun.

Pourtant, avec son driver M2, Fichardt qui était présent à Paris l’an passé ou à l’Omega European Masters en Suisse, golfeur qui n’a pas un gabarit hors norme, s’est classé 7eme cette semaine pour la distance et la précision au drive.

Selon la marque, depuis son changement de driver intervenu à Dubaï plus tôt cette saison, il aurait gagné 5 yards par rapport au modèle de 2016 !

TaylorMade ! Qu’est-ce que vous avez fait l’année dernière pour que le précédent driver ne soit pas aussi bon ?

C’est une autre façon de voir les choses…

Bref, Fichardt aurait gagné 2 mph de vitesse de balle avec le nouveau M2, ce qui au niveau d’un professionnel est un écart énorme.

Surtout pour un golfeur de 41 ans qui n’est pas forcément dans une forme physique ascendante ou tout du moins arrivé à maturité.

Ses perspectives de gains de distances sont théoriquement minces par opposition à des jeunes loups tels que Justin Thomas ou justement Jon Rahm.

Pour Fichardt, c’est certain… cela vient du driver !

« Le driver ne la manque pas ! Je peux être plus agressif depuis le tee, et quoi qu’il arrive, je prends le fairway. »

Fichardt n’est pas Jacques Séguéla, mais quel bon publicitaire pour son équipementier et son nouveau driver M2 2017 de 9,5 degrés monté sur un Mitsubishi Rayon 70 extra stiff !

Les 2 mph de plus peuvent provenir d’un gain de vitesse de swing (peu probable) ou d’un meilleur centrage de la balle dans la face, du coup une optimisation du smash factor ou alors la combinaison de la balle avec le driver, sachant que ce dernier est tout de même limité au niveau du COR.

Ceci étant, l’USGA n’est plus obsédée par cette mesure, lui préférant celle du « characteristic on time » ce qui toutefois doit aboutir à la même finalité.

Alors c’est vrai, les drivers sont plus performants ou pas ?

En réalité, ce débat sur la performance au drive tombe au moment où les législateurs ont publié un nouveau rapport sur la distance au drive, affirmant que globalement, elle n’avait pas tant changé depuis 10 ans.

Un véritable pavée dans la mare des fabricants qui pourtant vous l’assurent : Leurs drivers vont plus loin d’année en année !

Il faut comprendre qu’il y a ici une véritable lutte d’influence entre d’un côté, l’USGA et le R&A, et de l’autre, les marques, sachant que chacun veut défendre ses propres intérêts au détriment de l’autre partie.

Pour les organisateurs, reconnaître de trop importants gains de distances reviendrait à admettre que les tournois sont de plus en plus faciles.

A l’inverse, pour les marques, une stabilité des distances mesurées reviendrait à dire que les clubs n’ont pas vraiment contribué à la performance additionnelle des pros.

Comme toujours, la vérité n’est pas aussi facile à lire.

Les organisateurs oublient de dire qu’ils ne mesurent pas tous les drives mais seulement deux par parties, et surtout, comme me le rappelait Alan Hocknell (Callaway), les fairways ont été préparés de manières différentes depuis dix ans, pour justement freiner les gains de distances.

A l’inverse, en dix ans, c’est assez mensonger de laisser croire qu’il n’y a pas eu de gains de performance, notamment au drive. Par contre, d’une année sur l’autre, c’est tout de même très relatif.

Zanotti vainqueur d'un tournoi en 2017 avec les clubs TaylorMade - Crédit photo ; Getty Images

Au passage, il faut savoir que le marché américain pèse 25 millions de joueurs qui renouvellent leurs équipements une fois tous les 5 ans en moyenne. Cela fait 5 millions de clubs à sortir chaque année !

Au-delà de la performance, les marques ne pourraient pas se permettre de ne pas renouveler leurs produits face à des golfeurs en recherche de… nouveautés.

Avec cette victoire, Fichardt assure sa place pour le prochain Open Championship 2017, le 146eme du nom qui aura lieu cet été au Royal Birkdale.

TaylorMade confirme sa position de marque numéro un sur le tour avec 42% des joueurs engagés qui de toute façon jouaient un driver de sa marque.

Soit 89 en tout contre 53 pour la deuxième marque la plus représentée.

Cela fait tout de même pratiquement une chance sur deux de sortir vainqueur le dimanche.

Cette fois, c’est tombé sur Fichardt qui a mieux géré les péripéties de la semaine, départs retardés, intempéries… le local de l’étape a encore démontré que le circuit sud-africain sert surtout à ce que des joueurs sud-africains s’y imposent. Une fois sur le sol européen, on ne les revoit pas si souvent à pareille fête…

Dans ce contexte, un autre golfeur TaylorMade a eu du mérite : Romain Langasque termine premier français à la onzième place.

A lui de prochainement profiter de la qualité des équipements TaylorMade…

Crédits photos : Getty Images

Posté par le dans European Golf Tour
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 937
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.

Découvrez la nouvelle gamme XXIO10

Découvrez nos formules d'abonnements