Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Fers RSi 1, RSi 2 et RSi TP: TaylorMade mise sur la speed pocket

Fers RSi 1, RSi 2 et RSi TP: TaylorMade mise sur la speed pocket

Avant la fin de cette année, TaylorMade mettra sur le marché une toute nouvelle offre de fers  héritée du premier modèle équipée d’une speed pocket, le RocketBladeZ. Quels gains peuvent apporter ces nouveaux clubs, et quelle série choisir ?

Sommaire de l'article consacré aux fers TaylorMade RSI :

  1. Du RocketbladeZ au RSi en seulement deux ans
  2. TaylorMade au rebond
  3. L’enjeu n°1 pour faciliter la pratique du golf : Résoudre les problèmes de coups décentrés
  4. Des clubs pour un certain profil de golfeurs
  5. Fers TaylorMade RSi 1
  6. Fers TaylorMade RSi 2
  7. Fers TaylorMade RSi TP

Du RocketbladeZ au RSi en seulement deux ans

En 2012, TaylorMade créait la sensation avec l’avènement de tous nouveaux fers censés augmenter la distance et la tolérance sur les coups décentrés, les fameux RocketbladeZ.  

Ces fers se distinguaient du reste des produits du marché par une fente située sous la semelle, permettant une meilleure frappe sur les coups frappés trop bas dans la face.

Deux ans plus tard, TaylorMade enfonce le clou ou plutôt creuse d’autres fentes dans ses fers pour aller jusqu’au bout du concept.

Si on était taquin, on dirait qu’il s’agit du premier « fer gruyère » au monde.

En termes techniques, les fentes sont appelées « Speed pocket ».

Elles ont pour principales caractéristiques de favoriser la déformation de la face au contact du club avec la balle, et donc apporter un boost de performance, phénomène recherché par tous les golfeurs, amateurs ou professionnels.

De manière plus convenu, on parlait alors de coups avec des trajectoires plus hautes sur les coups frappés décentrés, et bas dans la face.

Pour avoir fortement relayée cette information, criant même au génie, nous avions par la suite découvert que l’idée n’avait rien de nouveau, puisque la marque Wilson avait travaillé sur ce concept dans les années 80.

Au cours des tests que nous avions effectué par la suite, les gains ne nous avaient pas sauté aux yeux, si ce n’est que le rocketbladeZ était techniquement plus abordable que d’autres produits concurrents…et c’était peut-être déjà là le but recherché.

TaylorMade au rebond

En 2014, la marque numéro 1 dans le monde se cherche un second souffle après avoir essuyé de sérieux revers cet été, notamment avec les pertes sèches de très importants distributeurs de matériel aux USA,

Pour cela, TaylorMade entend poursuivre sa stratégie à deux niveaux.

D’une part, défendre son importante part de marché sur les fers (pas de loin de 23% des fers vendus aux Etats-Unis et en Europe sont des TaylorMade), et d’autre part, démontrer sa capacité à offrir des clubs plus faciles à utiliser, tout en ne s’écartant pas des meilleurs joueurs.

Pour atteindre le premier objectif, TaylorMade est contraint de bouger, notamment à cause de la réaction de la concurrence, qui à l’image de Callaway veut absolument profiter de l’occasion pour rebattre les cartes.

Et vous noterez que les fers RSi portent l’accent d’un point de vue technologique sur la face, tout comme les nouveaux fers Big Bertha.

L’année 2015 devrait démontrer une nouvelle fois que les grandes marques traitent globalement les mêmes sujets, qu’elles s’épient, se collent aux shorts, et se lancent les mêmes challenges.

En sortant ces nouveaux fers, seulement quelques semaines après les SLDR, TaylorMade met une réponse en face des Big Bertha de Callaway pour ce qui s’annonce être le match de l’année.

Maintenant, du point de vue des golfeurs, TaylorMade devra démontrer que ces nouveaux produits créent un écart substantiel avec les fers « dernière génération ».

Comme déjà évoqué dans d’autres articles, ne doutez pas qu’un fer 2014 apporte techniquement des solutions clairement supérieures à un club 2004 !

En revanche, le gain est-il spectaculaire par rapport à un produit 2012 ? Nous sommes plus dubitatifs…

L’enjeu n°1 pour faciliter la pratique du golf : Résoudre les problèmes de coups décentrés

Si on croit au phénomène des « speed pockets », l’argument mis en avant par TaylorMade sur les nouveaux RSi est logique.

Initialement, la fente sous la semelle avait pour objectif d’apporter plus de performance sur les coups frappés trop bas.

En ajoutant de chaque côté de la face, une nouvelle fente, le but recherché est d’apporter le même bénéfice sur les coups frappés trop prêt de l’extrême gauche ou l’extrême droit de la face.

Et dieu sait que nous les amateurs sommes concernés par ce phénomène de décentrage latéral de la frappe.

Pas plus tard qu’il y a une dizaine de jours, je procédais à un test d’un nouvel équipement de mesures, et au cours de réglages avec un driver en mains, je me suis trouvé  trop loin de la balle avec pour effet immédiat de taper la balle avec la partie extérieure droite de la face (toe).

Résultat des coups mal tapés, désagréables en sensation, et une perte de distance minimum de 20% par rapport à mon potentiel réel !

Le fait de favoriser la performance sur les coups décentrés est clairement un enjeu majeur pour la pratique du golf par les amateurs.

Précisons pour les amateurs, car plus l’index des golfeurs a tendance à descendre, et plus la qualité du centrage de la balle dans la face, augmente comme un lien direct de cause à effet.

Plus vous centrez la balle régulièrement, et mieux vous jouer…déjà parce que vous êtes plus précis en termes de distances réalisés, et aussi de trajectoires contrôlées.

Des clubs pour un certain profil de golfeurs

Le RSi n’est pas un club particulièrement nécessaire pour les golfeurs professionnels, bien que TaylorMade n’hésite pas à mettre en scène Sergio Garcia, et d’autres de ses « staffs players » pour nous louer ces nouveaux clubs.

Seulement un argument devrait suffire à nous convaincre « La technologie des speed pockets fournit une plus grande consistance sur toute la surface de la face, donnant de meilleurs rendements sur les coups décentrés » dixit Tomo Bystedt, directeur de la création chez TaylorMade, en charge des fers, wedges et putters.

Son deuxième argument étant plus tiré par les cheveux « Aucun golfeur n’est parfait. Même les meilleurs joueurs du monde ne touchent pas toujours le centre de la face à chaque coup. Avec le RSi, nous donnons l’opportunité à tous les golfeurs d’être aussi performant sur les coups légèrement décentrés que sur les coups parfaits. »

Il est démontré que Sergio Garcia ou d’autres golfeurs de ce niveau vont prendre le centre de la face entre 8 et 9 fois sur 10, si ce n’est pas 9 fois sur 10, quand un golfeur d’index inférieur à 10 va se situer autour de 6 à 7 fois, et qu’un amateur classé 20 va voir son score être inférieur à 4…

D’ailleurs, cette remarque nous permet d’introduire le fait que le bénéfice annoncé par la marque doit être proportionné avec le fait qu’un coup tapé à l’extrémité gauche ou droit de la face restera quand même un mauvais coup, en distance perdue, mais surtout en trajectoire.

Ce système mis au point par TaylorMade ne fait pas non plus de miracles. Il ne remet pas droite une balle tapée en slice !

Physiquement, les fentes sont situées juste à l’extérieure des lignes de scores classiques de tous fers.

Elles permettent une meilleure torsion de la face à l’impact, et donc une plus grande vitesse de balle par rapport à d’autres clubs, mais sur des balles tapées dans un périmètre cohérent.

Si vous tapez une balle dans les zones totalement externes de la face, le coup restera mauvais.

Le gain est surtout pour les coups qui ne sont pas tapés pile poil au centre, mais légèrement décalés du centre de la face.

Si cette problématique ne concerne pas les professionnels, elle ne concerne pas non plus les grands débutants ou ceux qui n’arrivent pas à centrer plus d’une balle sur dix.

Ce club s’adresse à une majorité de golfeurs compris entre 15 et 30 d’index qui ne centrent qu’entre 3 et 6 balles sur 10 tapés.

Comme tous les golfeurs ne décentrent pas de la même façon, TaylorMade ne va pas se contenter de proposer un seul club pour tous les besoins, mais au contraire, trois offres distinctes.

C’est cela la grande différence avec feu le RocketbladeZ qui était unique quel que soit le profil du joueur.

Fers TaylorMade RSi 1

Proposé autour de 800 dollars, cette série du fer 3 au lob wedge sera la plus tolérante des trois.

Le dessin des faces de clubs sera plus large, et la série sera séparée en deux types de clubs.

Les fers 3 à 7 seront conçus avec un acier stainless 450 tandis que les fers 8 à lobwedge seront produits en acier 17-4 stainless.

Des trois séries RSi, la version n°1 aura la face la plus fine tout en étant couplée à la technologie du cône inversé déjà vu sur les précédents fers TaylorMade.

Selon leurs ingénieurs de la marque, il s’agit du club potentiellement le plus long de la gamme 2015 !

Pour accompagner cette nouvelle tête, TaylorMade proposera un nouveau shaft REAX (disponible en regular et en stiff) pour créer des trajectoires légèrement plus plates qu’avec l’actuel shaft 85 monté sur le Speedblade.

Fers TaylorMade RSi 2

Déjà 200 dollars plus coûteuse que la RSi 1, cette deuxième série va proposer la plus grande progression entre les fers avec pas moins de cinq constructions différentes pour les neuf clubs qui la composeront.

Objectif : Offrir la meilleure combinaison possible entre distance, précision et touché.

Pour y parvenir, les ingénieurs ont ajouté du tungstène sur les longs fers (3 au 5), afin d’accroître la tolérance.

Les longs fers y compris les fers 6 et 7 sont moulés à partir d’un acier 450 stainless.

Les fers 8 à pitching wedge sont moulés avec un acier 431 stainless auxquels s’ajoutent des inserts forgés 1025 censés apporter un touché plus doux, apprécié par les meilleurs joueurs.

A vérifier, mais les longs fers de cette série offriraient déjà des vitesses de balles accrues par rapport aux fers SLDR.

Les golfeurs qui ont récemment acheté ces fers apprécieront…

Fers TaylorMade RSi TP

TP pour Tour Player ! 

Le fameux badge distinctif fera son retour avec cette troisième version de la série RSi, d’autant qu’il faudra encore ajouter 200 dollars de plus par rapport à la série RSi2. 

Conçu pour les meilleurs joueurs, cette série a surtout un objectif d’images. 

A savoir, ne pas couper TaylorMade des golfeurs d’index inférieur à dix, qui représentent peu de golfeurs en quantités, mais qui ont une influence cruciale sur les autres joueurs. 

Dans tous les clubs de golf du monde entier, les amateurs ont tendance à regarder les sacs des meilleurs joueurs. 

La plus grande frayeur d’une marque obsédée par le fait de vendre au plus grand nombre, c’est d’être catalogué « Marque pour golfeurs de tous les jours », et de perdre l’aura d’une marque de prestige. 

D’où, cette série de lames RSi TP dont les fers 3 à 7 sont forgés en acier carbone 1025 soudés au plasma au niveau du hosel avec l’arrière des faces en acier 431 stainless. 

Objectif : Offrir la sensation du forgé avec la tolérance des fers à cavité… 

Ceci dit, si le club est assemblé, par définition, il n’est pas forgé ! Mauvaise habitude des marques que de jouer sur les mots… 

A l’inverse, du fer 8 au pitching wedge, le reste de la série est complètement et seulement forgé en acier carbone 1025. 

Spécifiquement, ces têtes seront proposées avec des shats KBS Tour en regular, stiff et extra-stiff. 

Les séries RSi 1 et RSi 2 seront en démo à partir du 15 octobre pour être commercialisées à partir du 14 novembre, alors que la RSi TP sera en vente le 15 janvier 2015.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4292
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.