Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Fers PING S55 : Les premiers clubs arrivent sur le circuit pro

Les futurs fers PING s55

Programmés pour sortir en magasin au mois de novembre, les premiers fers PING S55 arrivent cette semaine sur les différents circuits professionnels pour être utilisés par Hunter Mahan au Barclay’s ou Gregory Havret à Gleneagles.

Après un été 2013 marqué par le duel Callaway-TaylorMade, et les annonces de sorties de nouveaux clubs de golf, Mizuno et maintenant Ping entendent ne pas se laisser distancer dans la course aux armements.

Le PGA Merchandise Show d’Orlando est déjà loin (théâtre de présentation des principales nouveautés des marques pour l’année), et désormais, chaque marque essaie de créer l’événement à tout moment pour grappiller des parts de marché dans un secteur ultra-concurrentiel.

A ce stade, on peut distinguer deux grandes stratégies : la prise de risque par l’innovation ou la sécurité avec l’amélioration d’une valeur sûre.

Avec les fers s55, Ping s’inscrit dans la deuxième catégorie en s’appuyant sur la conviction que les golfeurs ne cherchent pas seulement des clubs toujours plus innovants.

Pour Mike Nicolette, ingénieur en chef chez Ping, la philosophie de la marque n’est pas de seulement proposer un club plus tolérant, mais aussi un beau club maniable, et offrant un bon touché.

Il faut savoir qu’à l’origine la plupart des clubs de golf sont d’abord conçus en droitier pour éventuellement dans certains cas, être déclinés en gaucher.

Dans le cas du S55, PING a écrit l’histoire à l’envers puisque ce club a d’abord été pensé pour le gaucher Bubba Watson qui a donné son feedback, participant ainsi à la conception de ces nouveaux clubs.

Et à première vue, les S55 ne proposent pas beaucoup de changements techniques par rapport à leurs prédécesseurs, les S56 qui étaient déjà très réputés pour le feeling offert aux joueurs de golf.

D’un point de vue look, on distingue très peu de signes distinctifs entre les deux clubs.

Pourtant, le champion du monde 2012 de Match-Play, Hunter Mahan, lui-aussi chargé de donner son avis sur les nouveaux clubs de son équipementier, admettait ressentir des sensations assez différentes en comparant les deux séries de fers.

Première explication possible : Ping a changé l’insert du club pour passer d’un TPU à un TPE, soit un insert thermoplastique en uréthane pour un insert thermoplastique en élastomère.

Selon Mike Nicolette, le bénéfice se fera essentiellement sentir au contact, car ce nouveau matériau absorbe beaucoup mieux les vibrations.

Résultat ! La plupart des golfeurs constateront un touché plus doux.

Cet insert en TPE aussi appelé CTP (Custom Tuning Port) est aussi plus large que sur le modèle précédent, ce qui  favorise une plus grande place au centre de la tête du club.

Ce gain permettant surtout aux ingénieurs PING de redistribuer différemment le poids du club pour accroître de 0.5% le MOI du club par rapport au S56.

Sur le papier un bénéfice d’un demi-point de MOI ne semble pas incroyable, mais selon Mike Nicolette, cela suffit pour sentir la différence.

Pour affirmer son point de vue, l’ingénieur PING prend l’exemple d’un fer-7 pas très bien frappé avec un club de la série S55, qui gagnerait tout de même entre un et un mètre cinquante par rapport au même coup tapé avec un S56.

Nicolette poursuit en affirmant que ce gain substantiel pourrait bien faire la différence pour un joueur professionnel sur le circuit pour un putt pour par ou pour birdie.

Autre argument mis en avant par PING, ce MOI plus élevé n’affecterait pas la maniabilité du club.

De ce point de vue, la définition de la maniabilité d’un club de golf est en fait l’énergie nécessaire pour déplacer le club dans la zone d’impact.

Selon Nicolette, on retrouve les mêmes données entre le S55 et le S56, malgré le changement de MOI.

Les dernières sorties de clubs PING ont montré que la marque avait un goût prononcé pour les séries de clubs utilisant des semelles de plus en plus larges, plus on avance dans les chiffres.

Soit un fer-3 avec une semelle plus large qu’un fer-9 pour aider les amateurs de golf à lever les balles plus haut avec ces clubs réputés plus difficiles à manier.

Ce ne sera pas le cas avec la série S55, encore identique sur ce point au S56, car destiné aux handicaps les plus bas.

Le S55 présente un autre changement assez invisible à l’œil nu, mais qui peut avoir son importance : le réglage du centre de gravité.

Sur les fers les plus longs, ce centre de gravité a été baissé pour des coups plus longs, tandis que sur les fers les plus courts, le centre de gravité est positionné plus en avant de la tête pour favoriser un vol de balle légèrement plus bas.

Cependant, le plus gros changement observé sur cette nouvelle série de clubs de golf sera sans doute du côté des lofts qui ont été modifiés d’un degré pour un gain potentiel de trois mètres par rapport aux clubs précédents.

Autre élément à retenir concernant les nouveaux s55 : la barre de stabilisation arrière !

Sur le s56, PING en avait disposé deux ! Il n’y en aura plus qu’une seule sur le s55.

Plus petite sur les longs fers, cette barre a pour principale fonction de garder le centre de gravité du club assez bas, alors que sur les fers d’approches, cette barre de stabilisation sera plus large pour favoriser des trajectoires plus basses, et plus de contrôle sur les coups d’approches. 

Les nouveaux PING s55 bientôt commercialisés

Le fer-6 S55 est annoncé pour un loft de 30 degrés, soit plus fermé de 0,5 degrés. A l’inverse, le fer-4 est plus ouvert de 0,25 degrés.

Sur ce dernier point, PING entend réduire les écarts de coups observés entre les clubs de la même série.

Comme les fers S56, les S55 sont produits en acier stainless 17-4, et la taille globale de la tête est légèrement réduite sur le s56 à la demande des joueurs du tour.

Ces clubs seront disponibles à partir du 1er novembre du fer 3 au Pitching wedge.

Les shafts proposés en série seront les KBS TOUR, True Temper Dynamic Gold, et Project X avec un supplément.

Concernant le prix, à ce stade, pas d’informations officielles de la part de PING, seulement des présomptions pour un tarif autour de 1000$ la série.

L’avis de la rédaction :

Dans la bataille du matériel de golf, PING n’entend pas se laisser distancer par TaylorMade ou Callaway, et à travers cette nouvelle série S55, continue à marteler son message de clubs de bon niveau pour joueur à un chiffre jusqu’à amateur débutant.

Dans l’ADN de la marque, même sur une série plutôt typée bons joueurs, les ingénieurs continuent à proposer des solutions de facilités pour une meilleure maniabilité.

Par contre, le fait de modifier les lofts (avec l’honnêteté de le dire) démontre que toutes les marques jouent sur cet élément pour créer de la distance supplémentaire, ce qui en réalité, semble de plus en plus difficile à promettre, tant le matériel est pour l’instant arrivé à un stade où il est difficile de faire mieux.

Enfin, on comprend le plaisir non dissimulé de Gregory Havret qui découvre ses clubs à Gleneagles ce week-end sur l’European Tour, dans la mesure où les têtes sont plus petites que sur les modèles précédents…une véritable demande des joueurs professionnels, qui à l’inverse des amateurs cherchent plutôt à réduire les têtes qu’à les augmenter.

Pour en avoir le cœur net, nous attendrons notre prochain test des fers S55 PING pour constater les bénéfices réels de ces clubs comparés à notre panel actuel.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4575
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.