Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Prendre les fairways n’est plus l’objectif numéro 1 pour les meilleurs golfeurs du tour

Prendre les fairways n’est plus l’objectif numéro 1 pour les meilleurs golfeurs du tour

Pour scorer sur un parcours de golf, vous avez sans doute déjà lu ou entendu qu’il était primordial de prendre un maximum de fairways en régulations. Des études ont même démontré une corrélation entre le nombre de fairways touchés par parties et le score sur 18 trous. Pourtant, les faits observés récemment sur le PGA Tour, et notamment en 2018, laissent penser qu’à haut niveau, ce n’est plus un critère déterminant pour gagner. Bien entendu, c’est à relativiser avec la nature et la préparation des parcours de golf aux Etats-Unis. A l’occasion de la Ryder Cup à Paris, l’équipe américaine a essentiellement perdu son match contre l’équipe européenne sur le nombre de fairways pris en régulation…

Découvrez nos formules d'abonnements

A bien regarder la statistique du nombre de fairways pris en régulation sur le PGA Tour en 2018, on peut constater à quel point les plus longs frappeurs ne sont pas les plus précis.

A l’inverse, les golfeurs les plus précis depuis le tee de départ sont très loin d’être les plus longs frappeurs. Il y a deux camps qui s’opposent, les longs frappeurs, et les golfeurs précis.

Force est de constater que la première catégorie surclasse la seconde quand on prend en compte le classement mondial, et avant cela, le nombre de coups gagnés sur le parcours.

Pour l'illustrer, retrouvez ci-après un tableau résumant quelques-uns des plus longs frappeurs, et en même temps les stars du golf mondial.

Rory McIlroy est par exemple le numéro un de la distance au drive en 2018 avec 319,8 yards de moyenne (292,4 mètres).

Pour cette distance exceptionnelle, il ne touche pas plus de 55,5% fairways en régulation, ce qui le classe seulement 165eme dans ce registre sur environ 200 golfeurs mesurés par le PGA Tour chaque année.

Classement de quelques-uns des plus longs-frappeurs sur le tour

Malgré la faiblesse de sa précision, on peut voir qu’il est 6eme pour le classement des coups gagnés depuis le tee de départ.

La statistique des coups gagnés a été inventé il y a quelques saisons pour analyser en détail et par compartiments du jeu, le nombre de coups que gagnent un pro par rapport aux autres joueurs dans le même exercice.

En moyenne, malgré une précision relativement faible, la distance supérieure de McIlroy lui permet d’être parmi ceux qui sont les plus performants avec un driver.

On peut en conclure que la pondération de la distance par rapport à la précision lui est plus favorable.

Cette statistique est aussi révélatrice du set-up des parcours de golf sur le PGA Tour, et de manière générale aux Etats-Unis.

Pour le coach anglais Dan Whitaker, consultant pour des médias anglais, la télévision donne parfois l’impression que les parcours américains sont étroits, mais en réalité ils ne le sont pas.

Si vous avez déjà joué aux USA, peut-être avez-vous remarqué la faiblesse des roughs.

Pour caricaturer, et mis à part l’exemple d’Erin Hills, un parcours américain pourrait se comparer à un large boulevard sans trop d’herbes hautes autour.

Il faut jouer vite, trouver sa balle vite, taper fort et avancer.

En revanche, la vitesse des greens est souvent le critère de difficulté numéro un.

Si on revient aux dix golfeurs parmi les plus longs sur le PGA Tour, on peut constater que ce panel représentatif drive en moyenne à 312 yards.

J’ai ajouté Woods qui est dans les 40 premiers pour la distance au drive, mais 4eme pour le nombre de coups gagnés sur l’ensemble du jeu de golf.

Historiquement, au début des années 2000, Woods a été le pionnier de la distance comme élément prépondérant pour gagner des tournois de golf.

Aujourd’hui, dans cette même logique, il est surpassé par la nouvelle génération, dont Brooks Koepka est certainement l’un des golfeurs les plus emblématiques.

Aujourd’hui, dans cette même logique, il est surpassé par la nouvelle génération, dont Brooks Koepka est certainement l’un des golfeurs les plus emblématiques.

A la suite da sa victoire au PGA Championship, il a déclaré que le nombre de fairways pris en régulation était désormais une statistique à reléguer à un second plan.

Sur le tableau précédent, qui regroupe quelques-uns des meilleurs golfeurs de la planète, on peut constater qu’ils drivent tous au-dessus de la barre symbolique des 300 yards, et qu’ils sont en même temps tous très mal classés pour la précision.

En moyenne, sur 200 joueurs, ils seraient 139eme, mais pourtant 27eme pour le nombre de coups gagnés depuis le tee de départ, ce qui laisse entendre que Koepka a raison.

Aujourd’hui, il est plus important de driver loin que de chercher absolument à prendre des fairways en régulations.

Toutefois, ces golfeurs sont parmi les meilleurs parce qu’ils sont aussi très performants dans d’autres domaines, comme le petit-jeu ou le putting.

L’australien Jason Day est actuellement le numéro un pour le nombre de coups gagnés sur les greens.

On pourrait résumer les choses ainsi : Les meilleurs joueurs du monde sont suffisamment bons au petit-jeu pour se permettre de taper fort et un peu n’importe où…

Cette formule fonctionne sur le PGA Tour car les parcours le permettent. A l’occasion de la Ryder Cup sur le Golf National, cela n’a pas du tout fonctionné, et au contraire, hautement pénalisé l’équipe américaine.

Sur un parcours étroit avec des roughs vraiment pénalisants, Koepka, Woods et Dustin Johnson n’ont pas paru au niveau que l’on pourrait leur prêter, à en juger par leurs classements mondiaux.

Classement des golfeurs les plus précis sur le PGA Tour pour les fairways en régulation

Si on s’intéresse à contrario aux dix golfeurs les plus précis sur le PGA Tour, la moyenne de distance au drive chute au moins de 20 yards (18 mètres).

Aucun ne dépasse la barre des 300 yards. En revanche, les taux de fairways pris en régulation grimpent à plus de 70%.

Si on prend en compte le nombre de coups gagnés depuis le tee, à l’inverse des longs frappeurs, il est frappant de constater que c’est loin d’être suffisant.

Alors que la moyenne des longs-frappeurs se classe 25eme pour les coups gagnés au drive, dans le même exercice, les 10 golfeurs les plus précis ne se classent que 78eme.

A nouveau, cela démontre que la pondération de la distance est très supérieure à la précision.

Cela se retrouve dans le classement mondial entre ces deux listes de golfeurs.

D’un côté, vous avez des golfeurs dans le top-10, et de l’autre, une liste de joueurs classés en moyenne 150eme, avec le meilleur Henrik Stenson, 26eme, mais aussi un cas particulier, car il utilise très peu le driver pour privilégier le bois 3.

Clairement, le jeu de golf a déjà changé.

Sur le PGA Tour, dans les années 70 à 90, les meilleurs étaient les golfeurs les plus précis. Depuis, Woods, la distance a pris le dessus, et désormais, la nouvelle génération pousse encore plus loin, à l’image de Koepka, double vainqueur en majeur cette année.

Il mène une nouvelle école de pensée du golf qui considère que pour gagner, il faut taper aussi loin que possible et peu importe où la balle va se poser.

Selon Koepka, l’avantage d’être sur le fairway est surestimé.

Il a récemment expliqué que peu importe où la balle se pose tant que le coup d’approche vers le green sera plus facile par rapport aux autres joueurs, et même si la balle est dans le rough.

« Vous pouvez la frapper comme une bombe, et pas trop vous soucier de la direction. Je sais que je vais avoir un wedge quand d’autres joueurs vont avoir un fer 6 sur le coup suivant. Ce n’est pas plus compliqué que cela. Je peux toujours arrêter la balle sur le green en sortant du rough avec un fer 9, alors que ce sera plus difficile pour un autre joueur avec un fer 6, même venant du fairway. »

Koepka est effectivement un des golfeurs les plus longs du PGA Tour, mais aussi l’un des plus mauvais sur le critère de la précision (158eme sur 205).

En moins de dix ans, alors qu’un seul golfeur dépassait les 310 yards, et 12 les 300 yards par saison, ils sont aujourd’hui 18 à taper à plus de 310 yards, et 73 à dépasser les 300 yards.

Clairement, le PGA Tour s’est musclé, et à tel point que certains voudraient limiter la performance de la balle de golf.

Pourtant, la préparation du Golf National à Paris a démontré qu’il était possible de contrer les bombardiers imprécis, sans avoir besoin de toucher à la balle de golf.

Vous devez juste être capable de taper aussi loin que possible, et tout simplement parce qu’il vaut mieux jouer un wedge depuis le rough plutôt qu’un fer 7 depuis le fairway.

Le plus inquiétant pour le jeu de golf est aussi le fait que cette nouvelle génération ne se sent même pas obligé d’être plus précise, à l’image de l’espagnol Jon Rahm qui déclare :

« Nous en sommes arrivés au point où vous n’avez même plus besoin d’être précis. Vous devez juste être capable de taper aussi loin que possible, et tout simplement parce qu’il vaut mieux jouer un wedge depuis le rough plutôt qu’un fer 7 depuis le fairway. »

Il y a une exception à cette nouvelle règle, et elle concerne Jordan Spieth qui en 2015 a remporté deux majeurs.  Sans être un long frappeur, il avait été en mesure de scorer très bas sur la saison.

Il y a une exception à cette nouvelle règle, et elle concerne Jordan Spieth qui en 2015 a remporté deux majeurs.  

Sans être un long frappeur, il avait été en mesure de scorer très bas sur la saison, justement à la faveur d'une plus grande précision dans l'ensemble de son jeu.

Le graphique ci-dessus illustre clairement la relation de cause à effet entre la distance depuis le tee, et la tendance à scorer bas sur le parcours.

Tant que le PGA Tour ne durcira pas de manière notable les roughs autour des fairways, et notamment à moins de 100 mètres des greens, les longs-frappeurs vont de plus en plus dominer le jeu de golf.

Dan Whitaker qui a suivi l’équipe américaine pendant la Ryder Cup pouvait déclarer dans un édito pour un journal anglais « La précision au drive est un art perdu pour les américains ».

Pour l’observateur et coach anglais, la domination de l’équipe européenne parfaitement illustrée par Molinari et Fleetwood était imputable à une meilleure qualité de frappes (Ball Striking).

« L’Europe a été nettement supérieure dans le jeu du tee au green. »

Ajoutant « Plutôt que d’essayer de frapper à fond pour avoir des coups de wedges, et essayer de transformer le match dans une compétition de putting, ils ont démontré que le match se jouait avant tout sur une bonne qualité de frappe de balle. »

Il met lui aussi en avant la préparation du parcours comme facteur explicatif « Si vous vouliez préparer un parcours pour l’équipe américaine, c’était plutôt simple. Il fallait un parcours extrêmement long et très large avec des greens très softs »

Dans le cas du Golf National, la puissance depuis le tee a été annulée par le besoin supérieur de précision.

Dans le cas du Golf National, la puissance depuis le tee a été annulée par le besoin supérieur de précision.

L’évolution actuelle du classement mondial dominé par les longs-frappeurs illustre surtout que les parcours américains ne présentent plus assez de difficultés sur les abords des fairways.

Nous faisons face le cas présent à une véritable question de philosophie autour de la pratique du golf. Aux Etats-Unis, la distance au drive est un critère très apprécié par les professionnels mais aussi les amateurs.

En l’état, c’est difficile d’imaginer un changement de conception du jeu…

Crédit photo : Doug Buffington/Icon Sportswire

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 447
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Commentaires   

Avec
 
jmvitiello@gmail.com
+1 #2 Quelle statistiquejmvitiello@gmail.com 21-10-2018 13:40
Bonjour,
Ce débat que vous décrivez, nous l'avons eu il y a qq mois avec des amis...mon analyse des chiffres publiés sur pga stat était proche de la vôtre. Cependant un de mes amis m'a signalé que seuls certains trous servaient au statistiques de Drive. Si oui comment ce choix s’opère-t-il?
Ensuite les distances sont elles annoncées au carry ou à la roule?
Pcq 260 mètres avec la roule on en voit tous les dimanches en amateur...et pas forcément sur des parcours roulant avec des joueurs à 1 chiffre.
Quelle est donc la statistique auboetut jeu des meilleurs (donc long frappeur selon vous)?
Pcq moi ce que j'ai compilé ne donne pas les greens en régulation ou les bon putters devant...
Merci
Jm
 
 
a.delaune@outlook.fr
+1 #1 Distance et précision : les américains ont ils raison ?a.delaune@outlook.fr 21-10-2018 12:04
Si à haut niveau les américains privilégient la distance, les européens ont prouvés que sur des parcours plus exigeants techniquement la distance était un inconvénient majeur pour la gagne ... la Ryder coup au national l’a prouvé. Cependant cela ne vaut qu’au haut niveau. Or 99% des joueurs de golf sont des amateurs et 95% cherchent d’abord à prendre du plaisir ... et donc à frapper fort (même s’ils ne maîtrisent rien) tout en espérant retrouver leur balle... et ce sont-ils ces joueurs là qu’on font vivre le golf au quotidien. Les golfs à « l’americaine » risquent donc de devenir la norme ne fut-ce que pour permettre un développement économique viable, en particulier en Europe. Dommage pour la beauté du jeu mais tellement bien pour amener des joueurs .... car rien de plus énervant que de perdre des balles dans des rouges de malade.
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.