Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Expérience type d’un spectateur à Paris pour la Ryder Cup 2018

L’expérience type d’un spectateur à Paris pour la Ryder Cup 2018

Je vous propose de dérouler l’expérience d’un spectateur muni d’un billet pour aller à la Ryder Cup au Golf National de Saint-Quentin-En-Yvelines. J’ai pu mener l’expérience mercredi pour une journée d’entraînement. L’objectif était de pouvoir suivre l’entraînement de Tiger Woods, et des membres des deux équipes, comme par exemple, Sergio Garcia ou Rory McIlroy.

Découvrez nos formules d'abonnements

Se rendre à la Ryder Cup quand on n'habite pas à Paris

En partant de Lyon, et après deux heures de TGV, vous arrivez à Gare de Lyon au centre de Paris. De là, il faut encore se rendre au Golf National à Saint-Quentin-En-Yvelines.

Etant donné les conditions d’accès au Golf, le choix de la voiture paraît vraiment à proscrire.

Le train régional est sans doute la meilleure solution, en priant pour qu’il n’y ait pas de grève ou d’interruptions de services.

Après une légère erreur d’orientation dans le Métro Parisien, je débute mon voyage depuis la Gare d’Austerlitz au lieu de la Gare de Lyon.

Depuis cette grande gare parisienne, j’ai compté exactement 20 minutes d’attentes du train en direction de Saint-Quentin puis 58 minutes de trajet.

Une fois arrivée en Gare de Saint-Quentin, le golf est très bien indiqué par un marquage au sol déjà présent depuis quelques années, et notamment pour l’Open de France.

Les équipes de gestion des flux sont souriantes, aimables, et vous informent sur la suite du chemin.

A 200 mètres de la gare sur la gauche, vous pouvez accéder aux bus. Vous passez un premier « check point », notamment si vous avez un sac à dos.

IMG_8496-mini.JPG

Première surprise, je constate que malgré l’interdiction d’emmener un appareil photo, une perche à selfie ou un ordinateur, ce qui me posait une grosse contrainte, de très nombreux spectateurs ont pu passer avec leurs appareils, et parfois des appareils semi-professionnels.

Dommage pour mon reportage, j’ai suivi les instructions sur le site de l’European Tour. Je n’avais emmené que l’iPhone. 

Qu’importe, nous attendons 30 minutes pour l’arrivée d’un bus.

Objectivement, les personnes en charge du flux indiquent que c’est la première fois qu’il y a un raté dans l’organisation. Logiquement, les organisateurs s’engagent à proposer des bus toutes les 5 minutes.

Dans la foule, pour cette journée d’entraînement, personne ne s’énerve du délai. Les personnes sont à la fois françaises, espagnoles, mais je remarque surtout très peu d’américains.

Dans la foule, pour cette journée d’entraînement, personne ne s’énerve du délai.

La plupart sont habillés en tenues de golf ou de bureau…. Assez peu de golfeurs en tenues de parades… finalement, ce que j’espérais voir.

Une fois le bus arrivé, il vous faudra compter environ 25 minutes pour arriver à la gare du golf situé derrière le trou 17.

Encore un « check-point » cette fois plus précis avec un portique de contrôle pour les objets métalliques.

Encore un « check-point » cette fois plus précis avec un portique de contrôle pour les objets métalliques.

A noter, il y a une file pour les personnes avec un sac, et une file pour les personnes qui n’ont pas de sac.

Objectivement, le contrôle a duré moins de 10 minutes, surtout si vous sortez dans les premiers du bus.

Les équipes de fouilles sont très courtoises. Le public est aussi assez patient. Tout cela se passe dans une relative bonne ambiance.

Passé le dernier « check-point », vous êtes enfin dans l’enceinte du Golf National, et de la Ryder Cup.

Il vous faut marcher encore 5 minutes pour rejoindre le centre du village, et son immense boutique.

Sur le chemin, j’ai remarqué sur la droite, une série de cabines WC. Pour avoir l’expérience de tournois aux Etats-Unis, c’est le détail qui peut vous angoisser.

Pour ce jour d’entraînement, l’état des WC est encore d’un niveau acceptable.

Pour ce jour d’entraînement, l’état des WC est encore d’un niveau acceptable. De mon point de vue, ce sera très vite Tchernobyl… je ne serai trop vous conseiller d’y penser avant, si possible.

A ce stade, il m’a donc fallu 2h10 depuis le centre de Paris pour rejoindre l’entrée réelle de la Ryder Cup, à savoir l’immense boutique.

C’est d’ailleurs une des choses à voir absolument sur ce village éphémère.

A ce stade, il m’a donc fallu 2h10 depuis le centre de Paris pour rejoindre l’entrée réelle de la Ryder Cup, à savoir l’immense boutique.

Elle est bondée, mais on peut circuler relativement facilement dans les allées.

En revanche, le passage en caisse peut prendre du temps, malgré le très grand nombre de postes de paiements.

le passage en caisse peut prendre du temps, malgré le très grand nombre de postes de paiements.

Toutes les équipes ne vous parlent plus alors en Français, mais en anglais, vous entrez de pied ferme dans l’univers de l’European Tour.

IMG_8213-2-mini.JPG

Passé la boutique, un immense village a été installé tout autour de la scène où auront lieu toutes les cérémonies.

On peut voir des tables à pertes de vues, et de très nombreux spectateurs en train de se restaurer.

Tout autour, il y a de nombreuses animations, comme le fait de taper des balles dans un simulateur.

On peut voir des tables à pertes de vues, et de très nombreux spectateurs en train de se restaurer.

De là, j’ai voulu tester le temps qu’il me faudrait pour acheter une bouteille d’eau et de coca.

Sur le fond à droite en partant de la boutique, j’ai trouvé un vendeur de jus de fruit. Il m’a fallu à peine 2 minutes pour m’y rendre, et laissé 8 euros pour une bouteille de Coca, et une bouteille d’eau.

Le service est à nouveau proposé par un jeune britannique sympa.

Après un bref tour de la zone, je décide de rejoindre le parcours.

Le village est situé près du trou numéro 17, il faut donc s’orienter vers le trou numéro 1 et le centre névralgique du jeu, facilement repérable avec les grandes tribunes.

On entend déjà au loin la voix de Thomas Levet en animateur en chef, notamment de la présentation des équipes de la Ryder Cup Junior.

A mon arrivée, les parties d’entraînements sur le parcours étaient déjà terminées. Les joueurs étaient en fait au putting green, situé juste derrière l’immense tribune du trou numéro 1.

 Les joueurs étaient en fait au putting green, situé juste derrière l’immense tribune du trou numéro 1.

Autour du putting-green, la foule commence à être importante, sans pour autant être étouffante. Ce n’est qu’une journée d’entraînement.

Du village au putting green, il m’a fallu environ 5 minutes de marche sur les chemins pavés.

Au passage, j’en ai profité pour photographier de près la hauteur des roughs.

Du village au putting green, il m’a fallu entre 5 et 8 minutes de marche sur les chemins pavés.

La journée est particulièrement ensoleillée et chaude. Si les fairways et les greens sont vraiment très « verts », les alentours ont souffert de la canicule comme partout ailleurs.

Autour du putting-green, j’ai trouvé facilement une place parmi le public pour observer les joueurs.

Toutefois, ceux-ci et notamment Tiger Woods ont tendance à se poster au centre.

On se trouve donc entre 50 et 70 mètres des joueurs. Sans le téléobjectif, la distance est tout de même un peu trop importante pour vraiment bien voir.

Heureusement, Henrik Stenson tape des putts plus près des barrières.

Les joueurs sont disséminés à différents points du putting-green.

Les joueurs sont disséminés à différents points du putting-green.

Je suis resté environ 30 minutes, ce qui m’a permis de voir Woods se rendre dans différents petits groupes sur le putting-green. Il a longuement discuté avec Tony Finau, puis réalisé quelques putts, puis discuté 20 mètres plus loin avec Patrick Reed.

L’ambiance est à la fois studieuse et détendue.

Rory McIlroy arrive sur le putting-green. Tiger s’en va…le tout sans que la foule ne soit particulièrement bruyante. Je m’attendais d’ailleurs à plus de vacarme ou plutôt de fantaisie de la part du public.

Les spectateurs sont au contraire plus observateurs, et presque trop bien élevés, comme si nous n’en revenions pas d’assister à un tel spectacle.

Tout autour de cette zone, on trouve encore des marchands ambulants, principalement des échoppes de « Fish and chips » ou de « burgers ». A nouveau, tout est organisé par l’European Tour. Ne vous attendez pas à manger français à Paris.

J’ai suivi Woods jusqu’à la zone de chipping. 

Là-encore, je suis bien resté environ 30 minutes. Une estrade vous permet de suivre l’action debout, mais justement sans être gêné par les personnes devant vous, puisque vous êtes légèrement surélevé.

Une estrade vous permet de suivre l’action debout, mais justement sans être gêné par les personnes devant vous, puisque vous êtes légèrement surélevé.

Woods est encore plus impressionnant. Il n’enchaîne pas les coups. Pour une situation donnée, il varie tous les coups. Pour 12 balles tapées vers un drapeau, il réalise 12 coups différents pour réaliser la même distance, lob, balle roulée, balle à mi-hauteur….

Il varie tous les coups sachant que le plus impressionnant reste le coup où il lève la balle à l’extrême pour lui donner un spin maximum.

Sur le green d’entraînement, la balle tombe, et spin en arrière immédiatement de quelques dizaines de centimètres.

Le public ose à peine s’écrier quand il rentre la balle dans le trou de temps à autre.

Il tourne autour du green, et varie encore les situations, notamment les lies ou les pentes.

Il finira par une séance dans le bunker avec encore la même capacité à travailler la balle pour qu’elle s’immobilise quasiment instantanément.

Il varie tous les coups sachant que le plus impressionnant reste le coup où il lève la balle à l’extrême pour lui donner un spin maximum.

De là, je décide de continuer à marcher pour aller voir le parcours, et notamment les trous numéros 9, 11 et puis revenir vers le trou numéro 1.

Je croise enfin quelques britanniques avec des pantalons aux couleurs du drapeau britannique.

Je croise quelques américaines, mais finalement assez peu. Pour l’instant, je ne sais pas où sont les futurs adversaires.

Autour de moi, pour cette journée d’entraînement dont le billet était vendu 45 euros, le public était majoritairement français.

Je croise enfin quelques britanniques avec des pantalons aux couleurs du drapeau britannique.

Après 2 heures passées au Golf National, et conscient du temps pour retourner à la Gare de Lyon, je suis reparti dans le sens inverse.

Le retour vers la gare de Saint-Quentin a d’ailleurs été un peu plus rapide. Des bus attendaient en gare, et il n’y avait plus de check-point à passer.

Si en semaine, il y a encore des RER toutes les 5 minutes en gare de Saint-Quentin, je ne suis pas certain du même rythme en week-end.

De là, vous pouvez attraper un train vers la Défense, et changer pour la ligne A, reprendre un RER pour la Gare de Lyon, fin de l’aventure.

Je tenais à faire ce sujet dans la peau d’un simple spectateur.

Journaliste, ce n’est pas qu’être invité et privilégié. C’est surtout rapporter l’information telle qu’elle est, et ne jamais oublier de se mettre dans la peau de ses lecteurs.

Je dirai en conclusion que j’ai beaucoup d’admiration sincère pour les bénévoles, et les spectateurs. Vous êtes les véritables héros de ce type de rendez-vous qui n’aurait aucun sens sans vous.

Vous allez marcher, vous déplacer, suivre parfois de loin l’action, pas forcément manger la nourriture de votre vie, mais en contrepartie, vous allez être témoin d’un événement historique, non par parce que c’est à Paris, mais parce que vous allez y être.

L’équipe américaine sera de mon point de vue, la plus forte qui n’ait jamais été composée, et l’affrontement promet des histoires et des scénarios incroyables.

Pourquoi JeudeGolf.org ne couvrira pas la Ryder Cup ?

IMG_8484-2-mini.JPG

Pour donner quelques chiffres, JeudeGolf.org, ce n’est pas « un petit site ». C’est l'un des quatre médias golf régulièrement cités en France, sur le canal digital.

C’est 450 000 visites par an… 1,5 millions de visites et 3 millions de pages lues depuis sa création en 2010. C’est 13 000 abonnés sur Facebook et 11 000 abonnés à la newsletter.

C’est aussi MyGolfLab, un « show » qui a été vu par 550 000 personnes en France en 2018, et Paroles de Légende avec Jean Garaialde qui a été vu par 120 000 personnes l’an passé.

Dans quelques semaines, ce sera aussi JeudeGolf.tv, une WebTV entièrement dédiée au golf, aux golfeurs, et aux golfeuses.

Après avoir respecté scrupuleusement les règles pour être accrédité à la Ryder Cup en tant que média professionnel, ce qu’est JeuDeGolf par l’intermédiaire la SAS Greenweb, code NAF des éditeurs de presse professionnel.

A ce titre, la société paie ses impôts et taxes en France, et n’a jamais bénéficié d’aide public ou de subventions.

Reconnue en juin 2018 "publication d’intérêt public" par le Ministère de la Culture, la plus haute distinction en France pour un média professionnel, et non pas un blog personnel, l’European Tour, avec l’aval de la FFG, a donc refusé d’accréditer JeudeGolf.org pour la Ryder Cup, au motif du manque de places pour accueillir la presse.

L’information est tombée en juillet.

En conséquence, j’ai informé la direction de la FFG et Pascal Grizot dès le mois de juillet par courrier, que JeudeGolf.org cesserait toute publication en lien avec la Ryder Cup, et renonçait à faire appel, préférant ne pas être redevable à la FFG, pour préserver notre indépendance journalistique.

Je considère qu’en cette occasion, je n’ai donc pas les moyens de faire mon métier, et surtout la possibilité de vous apporter une valeur ajoutée, et c’est pourtant l’essence de la rédaction de JeudeGolf.org

Couvrir un événement n’est pas une récompense, mais une responsabilité.

Le golf ne va pas s’arrêter dimanche soir. Dès lundi prochain, JeudeGolf.org publiera des sujets en lien avec votre actualité, vos préoccupations, et vos centres d’intérêts.

Le golf ne va pas s’arrêter dimanche soir. Dès lundi prochain, JeudeGolf.org publiera des sujets en lien avec votre actualité, vos préoccupations, et vos centres d’intérêts.

Je vous souhaite à tous et à toutes, une très bonne et belle Ryder Cup. Vous l’avez bien mérité.

A bientôt pour de prochaines aventures,

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 459
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Commentaires   

Avec
 
mdcenti@orange.fr
+1 #2 mdcenti@orange.frmdcenti@orange.fr 30-09-2018 16:10
Nous golfeurs sommes choqués par le fait que jeudegolf ne puisse pas couvrir la Ryder Cup d'autant que le golf en France est en pleine récession . Une des causes (pas la seule malheureusement) est la stratégie de la Fédération (hausse des licences et instauration d'une super licence pour les grands prix) Aucune prise en compte des problèmes terrain (Pub, aides aux golfs etc... et je pense très sincèrement que ce n'est pas la Ryder Cup qui fera émerger de nouveaux golfeurs et de nouveaux talents car la France en a bien besoin. mais ceci ne nous fera pas quitter Jeudegolf qui j'espère conservera toute son objectivé et merci pour vos articles.
Un lecteur assidu
 
 
jihemguj@gmail.com
+1 #1 Joueur frustréjihemguj@gmail.com 29-09-2018 18:46
Merci pour votre sincèrité et votre honnêteté. Je peux vous affirmer que de nombreux licenciés n'ont pas pu aller à la Ryder Cup au vu des prix d'entrée trop excessifs. Pour cet évènement se déroulant en France, la FFG a agi pour l'argent et non pour le sport que nous pratiquons régulièrement en club...
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.