Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf Senior

Exercices d'un pro de golf pour travailler sa rotation et son swing

Exercices d'un pro de golf pour travailler sa rotation et son swing

Vue sur le parcours pendant le tournoi de l’Omega European Masters à Crans-Sur-Sierre, Raphael Jacquelin patiente avant de pouvoir reprendre sa partie. Au départ du trou 14, contraint à l’attente, le français en profite pour répéter ses gammes, notamment en prévision d’un gros drive à effectuer sur l’un des trous les plus compliqués pour la mise en jeu.

Découvrez nos formules d'abonnements

Troisième tour d’un des tournois les plus importants de la saison, le plus expérimenté des golfeurs français connait ce type de situations.

Ayant une dizaine de minutes à attendre, il prend le temps de manger, reste concentré dans sa bulle, et en profite pour effectuer quelques mouvements.

Alors que le prochain coup à jouer est un drive qui devra à la fois être puissant pour parcourir une longue distance (le par 5 mesure 512 mètres), et aussi précis pour éviter l’écueil d’une balle perdue alors que la tombée de drive est en aveugle.

Sur ce tournoi, les scores sont très serrés. Même une carte sous le par ne vous assure pas une bonne place au leaderboard.

Les 58 premiers vont d’ailleurs conclure le tournoi sous le par !

Le départ du 14 peut se révéler crucial pour le classement final.

Demandez à Brett Rumford qui a égaré deux drives sur ce trou pour rendre un dix sur ce seul trou, plombant non seulement sa carte, mais tout son tournoi, terminé à la 77 eme place et dernière des joueurs ayant passé le cut.

Dans le laps de temps à sa disposition, Jacquelin a pris le temps de réaliser deux exercices qui pourraient être utiles pour n’importe quel golfeur amateur.

Le premier exercice consiste à glisser sa main gauche sous son aisselle droite, et à tenir son driver de sa seule main droite, et de le déplacer lentement tout en sentant l’action du haut du corps en relation avec la rotation des épaules, et le déplacement du club dans l’espace.

epaule1.JPG

Dans cet exercice de connexion, il cherche à conserver le bras droit armé avant l’impact collé contre la partie latérale de son buste (les côtes).

Soit un exercice de pure coordination que tout un chacun peut simplement effectuer, surtout dans la même situation que le pro, à savoir pendant un temps mort où souvent un golfeur peut « papillonner » et surtout sortir de sa partie.

epaule2.JPG

Cela peut paraître anodin, mais même au plus haut niveau, tous les pros ne profitent pas d’un temps d’arrêt pour rester focalisé sur un aspect technique du jeu.

A bientôt 43 ans, et plus de 20 années à jouer sur le tour, Jacquelin n’a rien d’un débutant ou d’un golfeur en mal de confiance au drive.

Si pendant ce temps mort, il en profite pour répéter des gammes, c’est aussi un excellent moyen pour ne justement pas sortir de sa concentration.

Résultat, sur ce trou, le français sera l’un des rares à sortir avec un birdie ! Et sur ce trou, la mise en jeu est primordiale…

Deuxième exercice longuement effectué par Jacquelin, toujours dans un objectif de concentration, et de répétition, le français glisse son club sous ses aisselles.

amont2.JPG

Une nouvelle fois, son objectif est de sentir la connexion entre le buste, les bras, et les épaules.

connexion1_20160904-142620_1.JPG

Bien entendu, il ne s’arrête pas à une concentration sur seulement l’action du haut du corps.

En parallèle de fixer ses bras avec le buste, il mime une action forte des hanches pour faire passer la partie gauche vers l’avant.

fin.JPG

Ainsi, selon le coach Michel Delbos, c’est bien entendu un excellent exercice de coordination et de rotation que vous pouvez reproduire avant une séance d’entraînement ou même, comme Jacquelin, avant de taper un drive sur le parcours, surtout si vous avez le temps.

Le coach poursuit l’explication ci-dessous.

Passé 50 ans, la plupart des golfeurs amateurs connaissent comme principal problème, la limitation de la rotation de leurs épaules. C’est ce qui conduit à des pertes de distances, mais aussi et surtout des problèmes d’inconstances.

La perte de rotation des épaules est aussi associée à la perte de mobilité du dos.

Dans le cas présent, Jacquelin ne travaille pas que sa connexion, il optimise la rotation des épaules, et du dos.

Notez jusqu’à quel point son dos se retrouve dans la direction inverse de sa cible.

A 42 ans, il n’est pas encore confronté aux problèmes que vous et moi pouvons avoir quand on dépasse 50 et même 60 ans.

Les muscles et les tendons deviennent beaucoup moins souples, surtout si vous ne faites pas régulièrement du stretching pour vous étirer.

En réalité, votre capacité à tourner va être limitée selon votre propre activité physique plus ou moins régulière.

Autre point qui vient avec l’âge, nous perdons en mobilité de la colonne vertébrale.

Non seulement avec les années on perd en rotation, mais on perd aussi en capacité de dissocier les différents segments, et en particulier, les hanches, et les épaules pour ne plus tourner qu’en bloc.

Autant dire qu’il n’y a plus aucune possibilité de créer de la vitesse !

Je pourrai vous recommander beaucoup d’exercices de stretching. Je l’ai d’ailleurs déjà fait dans de précédents articles.

En complément de l’exercice illustré par Jacquelin, je vous en propose un autre qui est parfaitement adapté.

chaise1.JPG

Il s'agit tout simplement de l'exercice de la chaise. Je tiens un club avec mes bras croisés sur ma poitrine, et une fois assis, je pose un bâton sur mes jambes avec pour objectif de ne pas le faire tomber pendant ma rotation.

chaise2.JPG

Notez sur ce second cliché que je cherche une rotation maximum de mes épaules, et de mon dos. Du fait d'être assis, on peut aussi noter une dissociation de rotation entre le bas, et le haut de mon corps.

chaise3.JPG

Il me suffit ensuite de tourner jusqu'à être dans la position inverse. Ainsi, j'ai travaillé la rotation des mes épaules, et de mon dos. 

En répétant régulièrement ce type d'exercices simples, un senior peut réduire les limitations physiques liées à l'âge, et conserver une bonne capacité de rotation, et donc de création de vitesse.

Surtout, si la rotation n'est pas monobloc du bas vers le haut du corps, mais en dissociation segmentaire, un concept que je ne cesse de répéter en cours ou dans mes articles.

Pour mémoire, j’organise plusieurs stages dans l’année, notamment à l’Etranger, et particulièrement en Espagne où vous pourrez profiter de conseils plus personnalisés.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 5286
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.