Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Etat du golf en 2015: Stop à la morosité! Les raisons d'espérer

Etat du golf en 2015: Stop à la morosité! Les raisons d'espérer

Concomitamment, la pratique du golf a baissé dans les pays matures, et en France avec le démarrage de la crise des années 2008 à nos jours, surtout pour la force et la durée de cette dernière. Dans cette période, les raisons de s’inquiéter se sont amoncelées. Pourtant, il y a de forts motifs d’espoirs pour le développement du jeu pour les années à venir.

Sommaire de l'article sur l'économie du golf et les raisons d'espérer un retournement positif

Un sport ne meurt jamais vraiment !

Au milieu des années 90, certains médias sportifs se demandaient si le tennis, au creux de la vague,  n’était pas en train de s’éteindre à petit feu, après avoir connu l’âge d’or des Borg, McEnroe, Connors et plus proche de nous, Yannick Noah.

Cette époque dorée où les tennismen étaient bien plus que des joueurs de tennis, mais des rocks stars dont l’image finissait par dépasser le cadre du sport.

Après cette période creuse, le nombre de pratiquants tennis aux USA a bondi de 31% entre 2002 et 2012.

La progression du tennis ne s’est d’ailleurs pas limitée aux seuls Pays « développés ».

Bien au contraire, l’Inde, la Chine et beaucoup d’autres pays émergents en matière de tennis ont connu des progressions spectaculaires de la pratique par les amateurs.

Cette progression a été en partie alimentée par le grand barnum de l’ATP tour, et le quatuor Federer, Nadal, Murray, Djokovic qui ont fortement relancé la passion autour du tennis.

Le parallèle avec le golf est qu’un sport peut rencontrer des difficultés à un moment de son histoire, ce n’est pas pour autant qu’il s’effondre, et disparaît.

Le golf est-il vraiment déclinant ?

En 2014, les panélistes se sont interrogés pour savoir si notre sport qui a cru dans le monde entier pendant près de 500 ans était bel et bien, en voie de disparition.

Bien sûr, les chiffres du nombre de pratiquants sont incontestablement à la baisse.

Rien qu’aux USA, premier pays golf au monde, en dix ans, le nombre de golfeurs est passé de 32 millions à 25 millions.

En France, depuis 2013, on ressent réellement l’impact sur le nombre de licences qui au global commence à reculer. (-2% l’an passé).

Naturellement, il y a toujours des gens qui arrêtent de joueur au golf, mais ce phénomène a toujours été compensé par le nombre de nouveaux qui démarrent.

Si cela semble un peu moins vrai aujourd’hui, il faut prendre du recul, et constater que sur une tendance long terme, la pratique du golf suit finalement sa courbe historique.

En France, les années 2000 ont été un accident positif de l’histoire du golf. A savoir, une croissance très supérieure à ce que notre sport avait jusqu’à présent connu.

Les années 2010, moins bonnes (moins de 35 heures dans les faits, moins de moyens économiques pour les ménages….) sont en quelque sorte une correction de la première tendance qui nous ramène dans la moyenne.

C’est vrai en France, et un peu partout dans le monde.

Le facteur Tiger

Ceux qui doutent du golf ont souvent pointé du doigt les difficultés sportives ou extra-sportives de Tiger Woods, et l’impact que cela avait sur le jeu.

Evidemment qu’une icône planétaire comme Tiger Woods est bonne pour le golf, car il a entraîné dans son sillage beaucoup de personnes qui se sont intéressées à la pratique de ce sport.

Nous avions déjà publié par le passé un sujet consacré l’impact de ses performances sur la filière golf tout entière. Le lien est indéniable.

Alors justement, 2015 devrait être une bonne année !

woods-approche.jpg

Tiger est sur le point de revenir, et face à lui, il va retrouver une pléiade de talents qui vont le forcer à jouer à son meilleur niveau pour notre plus grand plaisir de spectateur.

A commencer par Rory McIlroy qui a marché sur la planète golf en 2014.

Son jeu est un régal pour les yeux.

Sa puissance et sa souplesse sont tout simplement époustouflantes, et il ne semble pas avoir fini de progresser.

Si ce dernier remporte le Masters d’Augusta en avril prochain, il aura complété un premier grand chelem à seulement 25 ans !

Le duel entre Woods et McIlroy pourrait tout à fait alimenter l’intensité théâtrale dont un sport a besoin pour susciter la passion.

Rappelez-vous du duel Senna-Prost en Formule 1 ou Connors-Agassi en Tennis…et l’impact que cela a pu avoir sur la médiatisation de ces sports.

L’éventualité d’un scénario identique pour le golf prend de plus en plus de crédit à mesure que Woods paraît en mesure de redevenir le tigre.

D’une part, il semble qu’il soit définitivement débarrassé de ses problèmes de dos récurrents, et d’autre part, il se murmure qu’il se prépare intensément, et de manière très disciplinée pour justement revenir au top.

L’autre bonne nouvelle le concernant étant le fait qu’il ait décidé de changer d’approche concernant son swing. Chris Como étant plus un consultant qu’un swing coach à temps plein.

Personne ne peut réellement prédire si Woods va battre le record de 18 majeurs remportés par Jack Nicklaus, mais une chose peut déjà être affirmée, il est bien le golfeur le plus doué jamais vu.

Et les meilleurs golfeurs (Nicklaus, Palmer, Player, Trevino, Ballesteros, Faldo ou encore Raymond Floyd) n’ont pas réellement besoin de coach. Ils sont leurs propres coachs.

Les femmes ont aussi leur mot à dire !

L’été passé, la victoire de Michelle Wie sur l’US Open de golf féminin n’a pas été quelque chose d’anodin.

Ses dix dernières années, beaucoup d’attentes ont été placées sur les épaules de cette jeune femme, et comme rarement auparavant pour une golfeuse, et peut-être d’un niveau justement comparable à celui de Woods.

C’est ce qui peut nous faire dire qu’à seulement 24 ans, elle peut encore devenir le phénomène que l’on prédisait à ses 14 ans.

Un phénomène qui comme Woods dépassera alors le seul cadre du golf pour repousser encore une fois les frontières de ce sport.

Le développement du golf féminin est l’avenir du golf.

Pour qu’un sport soit fun, il faut qu’il soit incarné, porté par des athlètes funs, à la mode, tendance…Michelle Wie comme Tiger Woods avant elle, peut incarner le nouveau visage du golf, et créer un nouvel élan international, et notamment en Asie.

Je suis aussi tout à fait convaincu que plus de golfeuses signifiera automatiquement plus de golfeurs, notamment pour les couples composés d’un seul golfeur, ou les couples qui se formeront dans les clubs de golf.

Les années qui viennent sont pleines de promesses pour la pratique du golf…

Le retour du golf aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 va contribuer au développement de l’activité à l’échelle mondiale.

L’exposition du jeu auprès de millions de téléspectateurs ne pourra pas être sans effets.

Ensuite, et plus particulièrement pour la France, l’organisation de la Ryder Cup 2018 à Paris va être une formidable chance pour ouvrir l’activité à un nouveau public.

Enfin, de mon point de vue, le golf de demain pourra s’appuyer sur trois nouveaux relais de croissance :

- Plus de « techno » autour du jeu avec les applications mobiles, le matériel connecté, les google glasses…qui vont piquer au vif tous les férus de nouvelles technologies.

Nous vivons une époque « techno » et ce n’est que le commencement. Le golf est une activité qui se prête formidablement bien à cela.

Les aides comme les instruments de mesures, les radars, les pointeurs de scores, et que sais-je encore vont largement contribuer à rendre le golf encore plus fun.

- Plus de connaissance du jeu qui justement grâce aux nouvelles technologies vont faire que les amateurs vont comprendre plus de choses concernant le swing, la technique, mais aussi le physique, le mental, et la tactique.

L’amateur des années à venir sera meilleur, plus informé, plus conscient et donc mieux préparé. In fine, il prendra encore plus de plaisir.

-       Et plus de relationnel client de la part des clubs et parcours qui devront réellement réussir le challenge d’une stratégie où le client est au centre du dispositif, alors que jusqu’à présent, c’est le seul 18 trous qui était le cœur de l’offre.

J’ajouterai même « Les clients » dans toutes leurs diversités : familles, parents, seniors, juniors, femmes, etc, avec pour chacun des réponses adaptés à leurs besoins, et leurs contraintes.

Exemple : Ouvrir des garderies pour les parents golfeurs.

Avec ces trois relais, et deux événements majeurs à venir, le golf peut largement dépasser ce qui lui est reproché régulièrement : trop vieux, trop difficile, trop long, trop cher…et au contraire, rebondir vers un avenir prometteur.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2213
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.