Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Et pendant ce temps-là que devient Tiger Woods ?

Et pendant ce temps-là que devient Tiger Woods ?

Absent des parcours depuis plusieurs semaines, Tiger Woods n’est plus numéro un mondial, et son pouvoir d’attraction sur certains sponsors commence à s’en ressentir. Habitué à jouer au Moyen-Orient en début de saison, moyennant des droits d’apparitions quels que soient ses résultats, Woods pourrait bien être amené à revoir son programme de rentrée.

Découvrez nos formules d'abonnements

Depuis qu’il manqué le cut au PGA Championship en août dernier, Tiger Woods n’a plus mis un crampon sur un parcours en compétition officielle, mettant un terme à de longs mois de contre-performances, et de souffrances au dos.

De son année 2014, on ne retiendra qu’une seule belle partie de golf, et encore, en amicale lors d’un séjour en Inde (février) sur le Delhi Golf Course où il a joué 63 (par-72).

Sa saison sportive n’aura pas été du même acabit à l’image du Honda Classic, tournoi au cours duquel, il a pourtant rendu sa meilleure carte de la saison en compétition avec un score de 65, et où le lendemain, il était contraint à l’abandon.

Après plusieurs saisons en dents de scies, même si lui ne laisse rien transparaître sur ses ambitions futures, le doute commence à s’installer dans la tête de quelques grands argentiers de la planète golf.

A commencer par les organisateurs des tournois de début de saison au Moyen-orient, le Abu Dhabi HSBC Golf Championship et le Omega Dubai Desert Classic qui considèrent qu’il n’est plus possible de donner à Woods des chèques de l’ordre de deux à trois millions de dollars en l’échange de sa simple présence au départ du tee numéro 1.

Cette information est un véritable signe des temps comme l’a déclaré un membre de l’European Tour au Daily Telegraph « Bien sûr, Tiger est toujours un grand nom de ce sport, mais ces tournois ne veulent plus investir autant d’argent sur un seul homme. Désormais, il y a d’autres grands golfeurs qui sont intéressants, et pas seulement Rory McIlroy. Aux conditions actuelles du marché, à ces prix, Tiger ne représente plus la valeur, et le retour sur investissement qu’il a eu par le passé. »

Cette nouvelle fait écho à une autre information publiée quelques jours auparavant dans le rapport annuel de Forbes sur les marques sportives individuelles les plus rentables, où c’est Lebron James, le basketteur star de la NBA qui est apparu en première position à la place de Woods…Un événement puisque le golfeur était habitué à la première place depuis 2007 sans discontinuer.

Il y a donc fort à parier que Woods revoit son calendrier 2015 en conséquence.

Une situation qui ne serait pas nécessairement pour le chagriner, ni même le pénaliser financièrement.

woods-cardonal.jpg

Les organisateurs d’un tout nouveau tournoi, l’America’s Golf Cup qui se tiendra en Argentine lui aurait déjà proposé quatre millions de dollars pour s’aligner, tout comme des industriels chinois pour quelques jours de golf en sa compagnie et pour la même somme.

Deux sollicitations auxquelles il a choisi de ne pas répondre favorablement pour se donner du temps dans sa récupération, en vue de faire son retour en décembre pour son tournoi, le World Tour Challenge, et sans doute encore plus désireux de limiter ses apparitions aux seuls épreuves qui servent son ultime objectif, remporter les quatre majeurs qui lui manque pour égaler le record de Nicklaus.

Le contact de l’European Tour qui juge Woods trop cher a peut-être parlé un peu rapidement…

A bientôt 39 ans, Woods a largement les moyens de revenir à son meilleur niveau, et rien n’interdit de penser qu’il pourrait à nouveau dominer le golf mondial comme il l’a fait dans un passé pas si lointain…

En 2013, Woods avait remporté la bagatelle de cinq tournois pour reprendre à McIlroy, son auréole de numéro un mondial.

Un Tiger enfin libéré de ses problèmes de dos peut très bien renouveler cette performance, et comme par hasard, les organisateurs de tournois au Moyen-Orient trouveront certainement les dollars pour le faire revenir…sauf que lui en aura certainement de moins en moins envie.

Car, une chose est certaine à ce stade de la carrière de Woods, il ne joue plus pour l’argent.

Ce qui ne l’empêche pas d’imaginer sa carrière sur un autre aspect, et directement inspiré de ses illustres prédécesseurs, Arnold Palmer, Gary Player, et Jack Nicklaus, à savoir devenir à son tour architecte de golf, et poser son nom sur les prochains plus gros projets golfiques internationaux.

woods-cardonal4.jpg

Plus que l’argent, Woods veut laisser une empreinte durable, indélébile, inaltérable sur son sport.

Dans la même veine que la course au record de Nicklaus qui l’anime depuis bientôt 20 ans, il commence à investir un autre terrain  propice à rentrer dans la légende.

Le 16 décembre prochain, Woods pourra couper le ruban rouge inaugural de son premier parcours à Cabo San Lucas.

Après plusieurs projets avortés à Dubaï, au Mexique, et en Caroline du Nord, El Cardonal sera sa première contribution.

Fait rassurant pour les amateurs, l’américain s’inscrit dans la mouvance actuelle qui consiste à ne pas dégoûter les joueurs. « Je ne veux pas que les golfeurs perdent une douzaine de balles quand ils vont jouer sur ce parcours. »

Poursuivant « Le parcours de Pinehurst est un bel exemple de parcours difficile pour les pros, mais jouable pour n’importe quel golfeur amateur. Ce type de parcours invite le joueur à réfléchir avec plusieurs options autour des greens. Nous voulions apporter une grande variété de coups. Pour moi, le parcours de Saint-Andrews est le meilleur au monde. Il y a tant de façons de le jouer, et de poser la balle sur le green. »

Après ce premier projet, Woods devrait très rapidement enchaîner avec un premier parcours aux Etats-Unis, près de Houston (le Bluejack National) avec une ouverture prévue pour octobre 2015.

Des destinations qui en portant le seul nom de Woods devraient devenir rapidement de nouveaux hauts lieux de pèlerinages pour des milliers de golfeurs.

woods-cardonal2.jpg

Pas nécessairement sur le parcours, l’américain continue toujours à forger sa légende…McIlroy and co ont beau l’avoir rattrapé sur le terrain de la performance, lui a repris de la hauteur, et semble-t-il pour lui, cela a plus de valeur que les pétrodollars du golfe…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2254
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.