Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Essai Driver Titleist 910 D2 et fer Titleist AP2 à Mionnay

Journée Démo Titleist à Mionnay

En déplacement sur le golf de Mionnay dans l’Ain, nous retrouvons sur le tout nouveau practice Golflower, le stand TITLEIST, présent pour une journée fitting au service des golfeurs amateurs.

Par un bel après-midi de juin, profitons de l’expérience et l’expertise d’un professionnel, pour tester le driver 910 D2 en 9.5°, et le fer 6 AP2  par rapport à nos clubs de golf Nike Forged et Driver Nike Sasquatch 9.5°.

Avant de vous livrer le compte-rendu de cet essai matériel, on a envie de vous faire partager la réflexion suivante sur l’achat de matériel de golf en 2012 : Acheter un club de golf sans passer par le conseil avisé, méthodique et structuré d’un fitteur professionnel, c’est 100% de chances de se tromper ! Non pas 80 ou 90% mais bien 100% !

Le matériel de golf évolue à grande vitesse !

Le but des fabricants est d’aider le golfeur amateur à utiliser au mieux son savoir-faire sans pour autant essayer de changer son swing.

Nous avons passé un temps précieux avec Quiton (fitteur pour la marque Titleist) à tester différentes configurations de clubs pour affiner la composition des différents éléments (têtes et shafts). La démonstration est saisissante !

Au cours de cet essai matériel, nous avons commencé à utiliser un fer 6 Titleist AP2.

Démonstration Titleist

Pourquoi ce club de golf ?

Un index de 15 qui ne descend pas faute de jouer au golf régulièrement, et les conseils de Quiton, qui nous oriente sur le club de la marque Titleist, qui correspond le mieux à notre profil de joueur.

Les autres clubs de la marque CB, MB, AP1 sont des « Serious clubs for Serious Golfers ». En dehors de la formule amusante, il est vrai que Titleist est une marque connotée depuis l'origine pour les joueurs à 1 chiffre.

Pour effectuer un test intéressant, on frappe alternativement des balles de practices avec un fer 6 AP2 (shaft stiff dynamic gold en ES300) et un fer 6 Nike Forged qui avait été fitté sur mesure (shaft stiff dynamic gold).

A la prise en main des 2 clubs, on ressent une certaine légèreté dans le Titleist, club de conception plus récente.

Les premières balles frappées nous donnent une agréable sensation. On pourrait presque dire de facilité !

La traversée de la balle et le "frottement avec le sol" donne plutôt confiance dans son propre swing.

Mais surtout, après quelques balles, il apparaît que l’AP2 permet de poser la balle entre 4 et 8 mètres plus loin que le Nike Forged (club, il faut le dire normalement dévolue à un golfeur 5 d’index).

La bonne combinaison

Les 2 clubs sont de toute façon d’excellents produits, mais il est clair que dans le cas d’un joueur classé 15 de handicap, l’AP2 va apporter un soupçon de tolérance en plus, qui va se retrouver dans un résultat un peu plus probant en distance, et aussi en direction.

Après cet essai concluant de l’AP2, nous sommes passés au driver 910 D2 en 9,5° comparable à notre Driver Sasquatch 9,5°, qui secoue déjà très bien la balle.

A nouveau, en main se dégage une impression de légèreté, ou en tout cas, un équilibrage du poids mieux réparti sur toute la longueur du club.

Côté frappe, les premières impressions sont aussi bonnes que celles proposées par le Nike Sasquatch, qui est pourtant un excellent driver.

En revanche, ce qui est intéressant, c’est le temps que nous avons passé optimiser le choix du shaft.

Le 1er shaft  utilisé était en fait un stiff (pour un joueur de plus de 1mètre80 et costaud) de la marque Diamana (stiff 65 grammes) qui donnait finalement des trajectoires de balles avec une tendance à finir en courbe à droite en fin de course.

Un effet plutôt sympa visuellement mais largement optimisable !

En tant que testeur, notre jeu de golf a tendance à donner beaucoup « trop » de spin à la balle.

Le rôle du conseiller fitteur n’est pas de changer votre swing mais bien d’adapter le bon matériel au bon golfeur.

C’est pourquoi, on a monté en quelques secondes un 2ème shaft (diamana stiff 72 grammes) sur le driver 910 D2.

Un shaft dont le torque (point de flexion) va être plus bas afin de corriger la trajectoire des balles, qui filent doucement à droite en fin de course.

Le résultat tient dans un club plus résistant, et des balles qui d’un coup partent dans l’axe sans sourciller d’une alvéole !

On a encore essayé 2 autres shafts, afin de chercher la meilleure configuration possible, et à partir de données mesurés à l’aide d’un petit ordinateur utilisé par notre hôte, le CG2.

Un outil qui flashe votre swing, et vous livre toutes les clés techniques de votre geste.

CG2 pour mesurer votre swing au practice

Dans notre cas, sur plusieurs drives, on constate un niveau élevé de spin.

Un excès de spin a tendance à enlever au drive de la « perforation dans l’air à la balle », et donc à lui enlever de la distance.

C'est pourquoi, nous sommes allés jusqu'à tester le shaft Project X qui équipe les golfeurs du Pôle Espoir de la FFG, et un shaft aldila RIP 90 grammes.

Finalement dans ce test, on s’est plus intéressé au shaft, car pour citer Quiton « Il est important de comprendre que le shaft est le moteur du club ! ».

Alors pourquoi présenter de nombreux shafts au cours des journées démos ? Tout simplement parce qu’il y a chez les amateurs de très grandes variétés de vitesse de swing, d’angle de décollage, ou de taux de spin…

Pour le fabricant conseil, le but est donc d’aider le golfeur à trouver la configuration idéale adaptée à son swing pour placer la balle au milieu du fairway.

Bien sûr, on peut espérer gagner de la distance, mais ce n’est pas le seul argument, car de ce point de vue, notre conseil reconnait avec sincérité, que l’on ne peut pas faire gagner 50 mètres à un joueur simplement en optimisant sa configuration. Cependant, Quiton nous rappelle que le résultat d’un bon coup de golf, c’est  "l’association parfaite entre le bon club, et aussi la bonne balle de golf".

On a donc testé différents shafts, mais aussi porté notre attention sur le réglage du lie pour optimiser les performances de ce driver ajustable.

Contrairement aux idées reçues, la modification du lie sur un driver ajustable ne consiste pas ouvrir ou fermer la face du driver.

Il s’agit de faire bouger sur une ligne droite, la semelle du club, qui repose au sol entre FLAT (complètement plat) jusqu’à ouvert au bout, c’est-à-dire que le club ne soit pas tout à fait plat au sol.

Visuellement, la partie la plus éloigné de soi de la tête du driver peut être légèrement décollé par rapport au sol à la différence du talon du club, qui lui bien entendu reste appuyé au sol.

En conclusion, les clubs Titleist que nous avons pu tester cet après-midi, nous laissent une excellente impression, et nous sommes obligés d'admettre : Aujourd’hui, il est indispensable de bien choisir ses clubs de golf avec un professionnel.

Tant et si bien, que si on ne l’a pas fait auparavant, il est possible de jouer au golf avec un matériel obsolète en considération des nouvelles technologies.

Bien sûr, certains golfeurs pourront toujours penser que le jeu de golf est simple : Une balle, des clubs, un parcours….à quoi bon compliquer !

Mais d’autres, pourront considérer que pour bien jouer au golf, il faut un matériel adapté.

A savoir : Sur la France, de mars à octobre, Titleist met à disposition des golfeurs, 5 commerciaux fitteurs, qui se déplacent sur les practices pour présenter leurs produits, et faire des préconisations sur le bon choix du matériel de golf.

Un grand merci à Quiton pour son temps et ses explications,

Prochain rendez-vous essai de matériel de golf, le 9 juin avec Mizuno à la Tour de Salvagny

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4123
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.