Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Du golf d'Esery au Qatar Masters: Adrien Saddier – le parcours météorique!

Adrien Saddier tout en haut du leaderboard du Qatar Masters

Sixième des cartes européennes lors des Q-School en décembre dernier, Adrien Saddier, originaire d’Annemasse en Haute-Savoie, a gagné un droit de jeu pour l’European Tour en 2014, dont il entend bien faire bon usage. Sixième du Nelson Mandela Championship, Adrien Saddier occupe provisoirement la troisième place du Qatar Masters, son seulement troisième tournoi sur le grand circuit !

Le Qatar Masters n’est pas une petite étape au menu du calendrier de l’European Tour 2014.

Au contraire, cette épreuve marque même la rentrée de quelques grands noms du golf professionnel qui quelques jours après l’épreuve d’Abu Dhabi, profitent de l’occasion pour jouer au soleil…en plein hiver européen.

Stenson, Donald, Garcia, Olesen, Lawrie, Grace, Siem, Kaymer, Els, Karlsson, Olazabal, Cabrera-Bello sont présents, et côté français, Romain Wattel, Thomas Levet, Raphael Jacquelin Gregory Havret, Julien Quesne ont aussi fait le déplacement pour composer l’un des plus beaux champs de joueurs de ce début d’année sur un tournoi professionnel.

Ce vendredi, alors que le troisième tour est en cours, et que toutes les parties ne sont pas rentrées au club-house ou passées par la table de marque, Adrien Saddier pointe le bout de son nez à la troisième place du tournoi en -11, suite à une troisième carte exceptionnelle de 64.

La meilleure carte du jour au moment où nous écrivons ces lignes. La meilleure carte de la semaine avec celle du sud-africain George Coetzee qui avait pris la tête du tournoi aux termes du premier tour avec une carte de 64.

Sur les 54 trous déjà disputés par le jeune haut-savoyard, ce dernier a tout bonnement réussi seize birdies, pour trente-quatre pars, et seulement trois bogeys et un double !

Plus impressionnant, les neuf premiers trous de son aller joués en 30 coups, soit six sous le par après six birdies et trois pars !

Souvent, après un tel départ, un golfeur peut connaitre une période de moins bien et commettre quelques malheureuses petites fautes. Pas aujourd’hui pour Adrien Saddier qui au contraire, réussit encore à rentrer deux birdies au 10 et au 12, et finir sa partie du jour, vierge de tout bogey !

Sur douze trous, il a tout simplement joué -8, soit pratiquement la perfection au golf.

Sacré exploit pour ce jeune homme qui découvre le parcours, et dispute pourtant son seulement troisième tournoi chez les professionnels de l’European Tour après avoir passé avec succès toutes les embûches des cartes de qualifications européennes en décembre dernier.

Une journée très satisfaisante ! dixit Adrien Saddier

"J'ai très bien démarré en commençant par deux bons birdies au un et au deux. J'étais très bien dans la balle, et à la fin, j'ai raté quelques balles, mais bon, on ne va pas se plaindre. Aujourd'hui, j'ai vraiment joué très prêt des drapeaux dès le début. Un mètre au un, deux mètres au deux. J'ai joué sans me prendre la tête. Hier, c'était plus tendu. A cinq trous de la fin, j'étais hors du cut. J'ai donc essayé de jouer plus relâché. Prenant les coups, les uns après les autres, en jouant à 100%. Pour demain, si je rejoues 64, c'est sûr que je serais très prêt du haut du tableau."

La France du golf qui se remet à peine des exploits de Victor Dubuisson pourrait donc se découvrir un nouveau champion précoce en la personne d’Adrien Saddier.

Adrien Saddier joue 64 sur le 3ème tour du Qatar Masters

Pour Saddier, l'objectif de la saison, c'est déjà de sauver la carte pour 2015, avant de certainement viser plus haut...

Saddier : Une ascension spectaculaire !

Fan de golf depuis l’âge de quatre ans, virus transmis par son papa, Adrien est habitué aux départs canons en compétitions.

Dès sa première compétition à l’âge de huit ans, il avait déjà fait tombé son handicap de vingt unités.

Coaché par Sabine Etchevers, il n’a alors de cesse de s’entraîner avec une seule idée fixe en tête : passer professionnel de golf.

A 21 ans, il a déjà atteint son premier rêve. Il ne lui reste plus qu’à l’agrémenter de belles histoires.

Cette éclosion spectaculaire n’est pourtant pas une surprise aux regards du parcours d’Adrien chez les amateurs.

Vainqueurs de plusieurs grand prix, il a représenté la France avec brio à la Coupe des Nations, remportant même le titre individuel en 2013.

Dixième meilleur amateur dans le monde avant son passage chez les professionnels, ce joueur qui a particulièrement arpenté les fairways du golf d’Esery aux portes de Genève en Haute-Savoie, avant de jouer en équipe pour Ormesson et Lyon, représente le bel avenir du golf français.

Lors de notre interview en juillet dernier de Pascal Grizot, patron du comité Ryder Cup 2018, ce dernier ne faisait pas mystère de l’éclosion prochaine de plusieurs très bons golfeurs amateurs français. Il pensait sans doute déjà très fort à Adrien !

Tout de même ! Quelle allure de voir son nom en tête du leaderboard d’un grand tournoi, devant des garçons comme Sergio Garcia, dixième en -9 ou Henrik Stenson, 43ème en -3 !

Sergio Garcia au Qatar Masters 2014

Les autres français suivent le rythme !

Paradoxalement, les joueurs français les plus expérimentés n’ont pas passé le cut, à l’image de Thomas Levet, Gregory Havret ou Raphael Jacquelin, alors qu’à l’inverse, les jeunes loups emmenés par Saddier sont plutôt bien placés, comme François Calmels  (32 ans) qui pointe à la 20ème place, Gary Stal à la 23ème place ex-aquo avec Romain Wattel, et enfin Julien Quesne 33ème , dernier des français à avoir passé le cut sur ce tournoi très relevé.

Pour Wattel, ce troisième tour lui coûte cher avec un +3 qui lui fait perdre treize places au classement général, alors qu’il aurait pu être dans le top-10, et idéalement placé pour la dernière journée.

Cabrera-Bello : Solide leader ?

En -13, jouant actuellement dans le par, l’Espagnol semble avoir fait le plus difficile, lors des deux premiers tours.

Martin Kaymer au départ du trou numéro 11

Cependant, il pourrait se retrouver rapidement sous la menace de l’anglais Steve Webster très régulier dans la performance depuis trois jours.

Déjà vainqueur à deux reprises sur l’European Tour, Cabrera-Bello est l’homme en forme du « tour des sables », semaine des parcours joués au Moyen-Orient puisqu’il vient de terminer à la quatrième place lors du Abu Dhabi HSBC Championship, tournoi qu’il a justement remporté deux ans auparavant.

« Je me sens comme à la maison. J’aime jouer dans une petite brise. J’aime voir les palmiers, et j’aime voir le soleil partout autour du parcours ». C’est sûr que cela doit changer des habituels tournois du circuit européen !

« Cela me rappelle les Canaries. J’ai un peu l’impression de ne pas être parti de chez moi, c’est sans doute pourquoi je joue toujours aussi bien ici. »

Pourtant la belle histoire entre le désert Qatari et l’espagnol pourrait être ternie par l’anglais Webster qui semble être le golfeur à qui tout réussi cette semaine.

Pour son premier trou du tournoi, Webster a rentré un albatros qui a donné le ton de sa semaine.

« Je ne drive pas très bien, par contre j’ai un solide jeu de fers, tout en puttant et en chippant très bien. C’est pourquoi j’ai bien joué mon premier tour. »

Habitué au haut du tableau au Qatar (4ème l’an passé), Webster se pose comme un sérieux challenger sur ce parcours à sa main.

« C’est un des parcours que j’ai bien dans l’œil. Je peux voir un bon nombre de birdies ici, si seulement je drive un peu mieux. Comme les greens sont très roulants, je peux réellement scorer très bas. »

A 39 ans, l’anglais qui n’a plus remporté de tournoi sur l’European Tour depuis 2007, et compte plusieurs places de second, pourrait bien profiter d’un relachement de la part de Cabrera-Bello pour virer en tête au soir du troisième tour.

John Daly : le patient américain

A 47 ans, encore à chacune de ses apparitions sur un tournoi de golf professionnel, John Daly arrive à captiver son audience.

John Daly en guest-star au Qatar Masters

Bien que d’un point de vue purement sportif, la star américaine n’ait plus remporté de succès probant depuis un certain temps, et trop jeune pour faire ses débuts sur le Champions Tour, il n’en demeure pas moins qu’il fascine, et malgré la présence de stars plus performantes, il reste une forte tête d’affiche pour un tournoi.

Dixième au soir du premier tour, Daly arrive encore à faire illusion sur un tour ou deux, en se hissant au niveau des meilleurs.

S’il y a bien un sport où rien n’est jamais définitivement perdu à condition de beaucoup travailler, c’est bien le golf.

Quatrième du Qatar Masters en 2012 pour sa précédente venue, Daly n’en finit pas de surprendre.

Capable du meilleur comme du pire, il vient justement d’exploser sur le troisième tour avec une carte de 77(+5) qui gâche deux premiers tours très réussis.

44ème, son putting ne lui a pas permis ce jour de sauver ses problèmes récurrents de driving, lui qui était justement si fort dans ce compartiment de jeu au moment de ses victoires en majeurs au milieu des années 90.

« J’aime venir jouer ici. Cela me rappelle Palm Springs. Les gens sont si gentils, et tout est si propre… »

Curieux, ce parcours Qatari qui évoque Palm Springs ou les Iles Canaries…

Crédits photos : Qatar Masters & Adrien Saddier

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3176
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.