Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Driver TaylorMade SLDR 430 : Une tête plus petite, vraiment plus de performances ?

justin-rose-sldr430.jpg

TaylorMade égrène ses nouveautés au fur et à mesure ! Quelques jours après avoir annoncé l’arrivée d’un nouveau driver SLDR en version 14° de loft, voilà que nous découvrons une nouvelle tête en 430cc au lieu du traditionnel 460cc, avec le commentaire suivant : Plus petit mais toujours autant de performances.

Une affirmation que nous venons de contredire dans notre dernier sujet consacré au choix entre le driver et le bois 3 pour assurer un coup de départ !

Dans cet article, nous expliquions comment les drivers de l’ère moderne ont apporté un plus grand confort d’utilisation, notamment du fait de la légèreté des nouveaux matériaux, et l’augmentation des têtes au niveau maximum, par rapport aux anciens drivers Persimmon en 200cc.

Pour mettre les pieds dans le plat, un driver en 460cc est parfait pour 85% des golfeurs amateurs.
Nouveau driver TaylorMade SLDR 430cc

Nous aimerions penser que nous sommes capables de toujours taper en plein milieu de la face, dans la partie que l’on appelle le sweet spot, qui restitue le meilleur rendement à la balle, mais ce n’est pas exactement le cas.

Plus la tête d’un driver sera volumineuse, et par conséquence, plus nous serons en mesure de trouver de la tolérance par rapport à ce sweet spot, et donc de la performance.

En revanche, les drivers en 430cc sont à réserver aux golfeurs d’index négatif, à disons dix de handicap, bien qu’il n’y ait pas de règles en la matière.

Moins volumineux, ils offrent en théorie moins de résistance dans l’air aux swings les plus rapides.

Plus la vitesse de swing est élevée, et plus la vitesse de balle à l’impact risque d’être élevée, ce qui accroît la distance potentielle que la balle pourra parcourir.

Bien entendu, à condition de bien centrer la balle dans la face, ce qui est en fait, un petit peu plus ardu avec une tête plus petit.

Plus que la question de l’index, c’est surtout la capacité d’un joueur à régulièrement prendre la balle dans le centre de son sweet spot qui doit prévaloir au moment d’hésiter entre un driver 430cc ou 460cc.

Par raccourci, il est vrai que nous pouvons penser qu’un golfeur d’index 5 à plus de chances de maîtriser le swing de golf qu’un golfeur d’index 36.

Pour TaylorMade, il s’agit essentiellement de proposer une nouvelle version de son driver, et surtout de capitaliser au maximum sur les effets d’annonces.

Lancé cet été, le SLDR s’impose petit à petit comme le driver le plus joué sur le PGA et l’European Tour, en remplacement du prestigieux, mais compliqué à régler, R1.

Plus simple à fitter, le SLDR est donc au centre de la communication de TaylorMade, et d’une certaine manière de l’industrie du golf depuis quatre mois.

En ces temps de ventes difficiles, le marché en volume est -15% en France sur l’année 2013. (De source non officielle)

TaylorMade entend pousser le bouchon à fond pour tirer le maximum de ventes de ce nouveau produit, surtout en période de fêtes, et avant de passer à un éventuel nouveau driver d’ici à juin 2014.

Les pros ne jouent pas les mêmes clubs que les amateurs

Quand nous avons la chance de rencontrer des professionnels de golf jouant sur le tour, comme par exemple, Jean-Nicolas Billot qui s’apprête à passer les cartes de l’Asian Tour, nous pouvons constater qu’ils utilisent des drivers légèrement différents de ceux vendus en magasin, notamment au niveau des têtes.

Et ce n’est pas seulement le fait d’être en 430cc par rapport au 460cc traditionnellement vendu aux amateurs.

Cependant, TaylorMade commercialise un club sur la base de retours d’expériences réalisés auprès des pros.

Pour Brian Bazzel « Nous avons déplacé le centre de gravité vers la partie basse du driver pour répondre aux attentes des pros. »

Avant d’ajouter « Le driver SLDR 430 leur permet de plus facilement travailler les trajectoires de balles comme ils l’entendent, sans toutefois sacrifier en distance. »

Conçu sur les memes principes technologiques que son “big brother”, le SLDR 430 a pour mission de proposer des trajectoires plus hautes avec moins de spin, et sur des balles plus rapides, pour au final, un gain notable de distance.

Une tête plus petite pour le SLDR 430ccSur ce point, nous tenons à préciser que lors de notre test au trackman de la version 460cc, nous n’avions pas réellement découvert de gains incroyables sans rien changer aux caractéristiques du produit, à savoir un loft laissé à 10.5, et pas de manipulations du rail servant à donner du draw ou du fade.

En revanche, postérieurement à notre test, nous avons pu constater que pour un golfeur professionnel tel que Jean-Nicolas Billot, le gain était vraiment substantiel entre le R1, et donc le driver SLDR en version 460cc à l’époque.

Encore une démonstration du fait que les grandes marques de matériel de golf produisent assurément de bons produits, répondent souvent parfaitement aux cahiers des charges des meilleurs golfeurs dont les professionnels, mais qu’il existe un décalage entre la performance de ses produits, et la capacité, de nous les amateurs de golf à pouvoir parfaitement les exploiter.

Il ne s’agit pas de dénigrer.

Au contraire, nous pouvons nous féliciter des progrès réalisées par les marques dont TaylorMade, qui est effectivement souvent en pointe.

Simplement, au niveau de la communication, gare à ne pas nous induire en erreur, et trop nous faire croire qu’un nouveau driver pourra à chaque fois nous proposer des performances incroyables.

La vérité, c’est que si vous voulez vraiment gagner en précision et en distance au driver, il n’existe qu’une seule solution : Prenez des cours de golf !

Driver SLDR 430cc : Un concentré de technologies

En plus du centre de gravité abaissé, le nouveau leitmotiv des marques depuis 18 mois, le SLDR 430 est équipé du même système d’ajustement des trajectoires, introduit sur le SLDR 460.

Soit un poids de vingt grammes qui coulisse sur un rail sous la semelle pour favoriser des effets de draw (près du heel de la tête du driver) ou des effets de fade (près du toe de la tête du driver).

En réalité, nous pourrons ajuster six réglages, soit deux fois plus que sur le driver R1, pour accroitre la dispersion latérale possible des coups de près de 27 mètres.Vue de la couronne du driver SLDR 430cc

Le poids situé sous la semelle bouge sur un rail qui comporte 21 points d’ancrages, et il n’est pas possible de perdre ce poids.

Pour le déplacer, il suffit de dévisser le poids, de sélectionner la nouvelle position, puis de revisser le poids sur son nouvel emplacement, le tout pouvant se faire en moins de dix secondes.

Dix ans que TaylorMade cherchait à simplifier et améliorer son système de poids ajustables !

Soit, depuis la sortie du R7,  premier driver lancé sur ce concept.

Prix, options et disponibilité

Les golfeurs pourront toujours choisir entre douze positions de lofts et de lies pour ce driver, en augmentant ou en réduisant le loft de 1.5 degrés.

Existant de base en trois versions, à savoir 9.5°, 10.5° et 12°, le SLDR 430 sera monté de série avec un shaft Fujikura Speeder 67 graphite.

A noter, TaylorMade proposera aussi une version TP (Pour Tour Player), qui concerne les meilleurs des meilleurs golfeurs.

La tête du driver sera la même. Simplement, le shaft sera différent, puisqu’il s’agira d’un Fujikura Speeder Tour Spec 7.3 en graphite.

Précisons que d’autres shafts seront disponibles.

Prix de vente annoncé…449 euros.

Crédit photos : Justin Rose teste le nouveau driver SLDR 430 – TaylorMade Golf

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 3963
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.