Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Actus marques

Driver Callaway BIG BERTHA V SERIES pour vraiment plus de vitesse?

Driver Callaway BIG BERTHA V SERIES pour vraiment plus de vitesse?

Les marques de matériel de golf le savent bien. Il y a bien des manières de générer de la distance avec un driver, et souvent, la vitesse de swing est le premier argument mis en avant pour générer cette fameuse distance depuis le tee. Mais pourquoi un nouveau Big Bertha et maintenant ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Sommaire de l'article "Nouveau driver Callaway Big Bertha V-Series"

 

  1. Retour en arrière : L’Optiforce à l’origine des nouveaux Big Bertha V Series
  2. Vendre toujours plus ou au moins se maintenir
  3. En 2014, Callaway reproduit le modèle commercial de la saison précédente
  4. Nouveau Driver Big Bertha V SERIES : Quels arguments ?
  5. Qu’en sera-t-il pour ce nouveau driver ?

Retour en arrière : L’Optiforce à l’origine des nouveaux Big Bertha V Series

En 2013, Callaway avait profité du British Open pour surprendre le marché, et lancer le driver Optiforce, un club que nous avions pu tester assez rapidement.

Le principe technique de ce club se voulait assez simple par opposition au navire amiral de la flotte Callaway à l’époque : la très pointue série des bois RAZR Fit Xtreme.

L’Optiforce n’avait pas d’autre objectif que de produire une très grande vitesse de swing pour aller dans le sens de plus de distance sans chercher à compliquer le set-up du club, notamment au niveau de l’ajustement du poids ou d’autres paramètres.

Mais surtout ce que la marque ne pouvait dire, c’est que l’Optiforce se devait d’être plus simple à jouer que sa gamme RAZR, très performante, mais réservée à une élite de très bons joueurs .

Plus simple à jouer pour être aussi plus performante et au niveau du principal rival TaylorMade sur le cœur de cible : les golfeurs amateurs classés entre 10 et 30.

En effet, pour l’avoir aussi testé, pour trouver de la performance avec le RAZR, il fallait être en mesure de parfaitement centrer la balle dans la face.

Toute frappe décentrée était fortement pénalisée au regard du smash factor ou du degré d’efficacité (ratio distance sur vitesse de swing).

Or, nous les amateurs, et en grand nombre, principaux clients de ce type de produits, nous décentrons fréquemment, ce qui n’a pas fait du RAZR Fit Xtreme, une grande vente.

Vendre toujours plus ou au moins se maintenir

Les marques de matériel de golf ne sortent pas systématiquement des clubs parce qu’elles découvrent de nouveau procédé technique incroyable.

Elles ont aussi besoin d’animer commercialement leurs ventes à plusieurs moments de l’année, et jusqu’à présent, on n’a jamais trouvé meilleur argument que le bon vieux « Découvrez notre tout nouveau club qui va plus loin que plus loin… »

Callaway comme toutes les autres marques utilisent cette ficelle, parce qu’en vérité, nous y sommes très sensibles.

Ce serait mentir que de ne pas admettre que nous cherchons tous le petit plus qui nous permettra de mieux jouer et de baisser notre carte de score, et de ce point de vue, le driver flatte particulièrement bien notre égo.

Quand nous avons testé le driver Optiforce, nous avions effectivement constaté un gain de vitesse par rapport aux précédents drivers Callaway, soit 1 à 2 mph par rapport aux XHOT et RAZR de l’époque.

Intrigué, nous avions rapidement compris que cela tenait essentiellement en une raison : la longueur du manche légèrement plus longue par rapport à un driver standard.

Comme nous l’écrivons souvent dans nos pages matériels ou tests, en matière de clubs de golf, le club parfait n’existe pas. Seul existe le bon compromis, d’où d’ailleurs le succès légitime du fitting chez les amateurs.

Par rapport aux gammes précédentes de Callaway, l’Optiforce constituait bien un progrès en termes de vitesse de swing, mais à quel prix ?

Au cours du test, nous avions aussi pu constater que la dispersion avait sérieusement pâtit de l’augmentation de la longueur du shaft.

L'Optiforce : un club plus rapide mais aussi plus dispersant

Ce que vous gagnez d’un côté, vous pouvez le perdre de l’autre…le tout c’est de savoir ce que vous voulez faire avec un club.

En 2014, Callaway reproduit le modèle commercial de la saison précédente

A la place du RAZR Fit Xtreme, au passage un excellent driver pour excellent golfeur (son principal problème), Callaway a ressuscité le BIG Bertha, et à la place du XHOT, Callaway a misé sur la continuité avec le X2HOT, dans ce cas, une bien meilleure version que la précédente.

Entre ces deux saisons, deux éléments non négligeables sont à prendre en compte.

  • En premier lieu, TaylorMade a créé la sensation avec son nouveau driver SLDR, et sa réglette sous la semelle. Ce club sorti à peine un mois après l’Optiforce a rapidement supplanté tous les autres clubs du marché en termes de notoriété.
  • En second lieu, et malgré la performance de son nouveau driver, TaylorMade a semble-t-il atteint un palier de part de marché, laissant à d’autres marques la possibilité de sortir la tête de l’eau, et notamment Callaway.

Du coup, la marque américaine peut se permettre d’annoncer son nouveau driver en août pour le sortir en septembre, soit plus d’un mois après la sortie de l’Optiforce en 2013.

Et surtout, au lieu de capitaliser sur le nom d’Optiforce, Callaway a parfaitement compris que seul le nom Big Bertha suffit à titiller les golfeurs, d’où un Optiforce 2014 déguisé en Big Bertha V Series.

Enfin, depuis l’été 2013, les sorties de nouveaux drivers ont été bon train, et si les gains mesurés avec l’Optiforce étaient vrais à cette époque, depuis d’autres clubs ont fait aussi bien, voire mieux, à commencer par le JetSpeed de TaylorMade, finalement positionné sur le même créneau que l’Optiforce, à savoir tout pour la vitesse de swing sans être un maestro de la technique.

A juste titre, les marques communiquent des gains de performances par rapport à leurs précédents produits, mais elles prennent aussi le soin de tester les produits de la concurrence pour se situer, en se gardant toutefois de jouer aux jeux des comparaisons.

Si Callaway a amélioré ses drivers d’une année sur l’autre, la marque n’en est pas encore au point d’avoir trouvé le club qui supplante tous les autres.

C’est pourquoi chaque nouvelle sortie de produit est un espoir pour eux d’y parvenir, et d’atteindre un objectif encore plus important : redevenir le numéro un des ventes de matériel de golf.

Et le driver est la pierre angulaire de cette ambition.

Nouveau Driver Big Bertha V SERIES : Quels arguments ?

Le discours de la marque accompagnant la sortie de ce nouveau driver se veut plus raffiné que ce que nous pouvons laisser entendre.

Selon la marque, il s’agit du driver Callaway le plus rapide jamais proposé, en raison de l’usage de matériaux hyper légers, et une meilleure aérodynamique.

Objectif : Proposer un MOI nettement amélioré !

Pour y parvenir, Callaway mise sur ce qu’ils appellent « Speed Optimised Technology » ce qui indique que les BIG Bertha V Series seront plus rapides que les actuels Big Bertha et Big Bertha Alpha.

Toutefois, nous ne pouvons vérifier cette information sans tester le club…

Combiné au système d’ajustement Callaway Optifit qui permet de régler le loft du driver sur quatre positions (moins un, plus un, plus deux ou standard), vous trouverez aussi deux angles de set-ups différents (neutre ou draw).

En plus des arguments avancés précédemment, les V Series seront montés sur des shafts plus légers (y compris avec des grips plus légers).

Sans doute, la principale raison de l’accroissement de vitesse…

Soit 42 grammes seulement pour le driver au loft le plus élevé, et 53 grammes pour la tête en 9°, pour un poids réduit en moyenne de 20 grammes par rapport aux têtes Big Bertha actuels.

La réduction globale du poids a donc été le principal élément travaillé sur ce club (à vérifier : la longueur du shaft) et à l’exclusion de la question du poids ajustable, justement le principal cheval de bataille des drivers à succès SLDR et Big Bertha classique.

Sur les V Series, point de réglette ou de système pour modifier le centre de gravité.

Ce club s’adressant à une clientèle qui recherche moins à paramétrer finement le driver, et plus à trouver un club facile à utiliser.

En 2013, de nombreux pros sous contrat avec Callaway avaient décidé de remplacer leurs clubs avec l’Optiforce, avant de rapidement repasser aux Big Bertha et X2Hot.

Qu’en sera-t-il pour ce nouveau driver ?

A la lecture des précédentes sorties de clubs chez Callaway, les V Series semblent donc être des intermédiaires qui permettront d’animer les ventes de Big Bertha jusqu’à la fin de l’année, et l’arrivée d’un nouveau produit phare en 2015.

Pour le consommateur, la seule chose qui doit rester prioritaire (sauf à acheter un driver à 400 € tous les six mois), c’est de tester la configuration la plus adaptée en termes de gains de distances, mais pas seulement, car si plus de distance signifie plus de dispersion, le gain n’est pas pertinent.

De notre point de vue, changer de driver tous les six mois ne se justifie absolument pas.

En revanche, ne pas changer de driver tous les 5 ou 6 ans peut être limitant d’un point de vue des performances proposées par les nouveaux produits.

Reste à déterminer le bon moment, la bonne marque, et le bon produit…

En sortant régulièrement des produits en différentes variantes, Callaway espère surtout se rappeler à votre bon souvenir le moment voulu…

*Les nouveaux V Series seront proposés en 9, 10.5 et 13.5 degrés au prix de 399 euros à partir du 12 septembre.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2846
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.