Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Défilé de starlettes à Singapour pour le HSBC Women’s Champions 2015, le majeur de golf asiatique!

hsbc-womens-champions-2015-2.jpg

L’élite des meilleures golfeuses de la planète est sur le point de se retrouver au Sentosa Golf Club pour le premier gros événement de la saison de golf féminin. Tour d’horizon des prétendantes et décryptage d'une tournoi qui dépasse le cadre du golf.

Huit des meilleures golfeuses du monde se sont données rendez-vous à Singapour pour donner le coup d’envoi d’un des championnats les plus attendus, et les plus glamours de l’année.

Sommaire de l'article sur le HSBC Women's Champions 2015

  1. Que d’ex ?
  2. Un tournoi glam’
  3. Le retour de la guerrière
  4. Un tournoi qui se forge une réputation de Majeur

Emmenée par la nouvelle numéro un mondiale, la néo-zélandaise Lydia Ko qui semble déjà en très grande forme du haut de ses 17 ans, et de son record de plus jeune joueuse de l’histoire à avoir atteint ce rang, le plateau sera une nouvelle fois très relevée.

Inbee Park (numéro 2), l’ex-meilleure joueuse du monde, tout du moins pour les deux années passées, et l’une de ses grandes rivales, la norvégienne Suzann Pettersen (actuellement 5ème mondial), seront très déterminées à l’idée de faire chuter l’adolescente.

Sans oublier, la tenante du titre, Paula Creamer, jeune mariée qui portera haut les couleurs du golf américain en l’absence de Stacy Lewis, une autre championne, et ex-numéro un mondiale.

Que d’ex ?

C’est bien ce qui caractérise le golf professionnel féminin actuellement, puisqu’en l’espace de 5 ans, ce titre a été porté tour à tour par la sud-coréenne Jiyai Shin, la taiwanaise Yani Tseng, la sud-coréenne Inbee Park, et enfin  la néo-zélandaise Lydia Ko.

Et si on ajoute à cela, les joueuses qui ont porté le titre pendant plusieurs semaines sans tenir jusqu’au terme de la saison, le trône n’a pas cessé de changer de propriétaire depuis la période Février 2011 – Mars 2013, interlude de 109 semaines consécutives où Yani Tseng a tenu le rang le plus longuement.

Avant elle, il faut remonter à la période avril 2007 – mai 2010 pour retrouver une période de relative stabilité au sommet de la hiérarchie du golf mondial.

Période dominée par la mexicaine Lorena Ochoa, à ce jour, la numéro un mondiale qui a tenu le plus longtemps le job depuis l’avènement du Rolex Ranking.

Autrement dit, la bataille pour la première place mondiale fait l’objet d’un véritable suspense à l’inverse de ce qui peut se passer pour les hommes.

Lydia Ko a beau avoir pris les commandes depuis 5 semaines, rien ne garantit qu’elle occupe le fauteuil à la fin de l’année, si ce n’est la qualité de jeu insolente qu’elle affiche depuis plusieurs mois, et qui fait d’elle un véritable prodige de précocité.

Autre titre qu’elle va finalement ravir Michelle Wie, qui a longtemps été considérée comme la future Tiger Woods du golf féminin.

Wie actuellement 6ème mondiale sera elle-aussi du rendez-vous asiatique, certes plus considérée comme le phénomène annoncée, mais dans la peau d’une joueuse titrée en majeur.

Depuis sa victoire lors du dernier US Open à Pinehurst, la jeune américaine a enfin retiré son étiquette d’espoir pour se muer dans la peau d’une joueuse confirmée, à qui justement, il ne manque plus qu’ un titre de numéro un mondiale…

Pour compléter ce plateau de stars du golf, et du tapis rouge, le majeur asiatique comptera sur la présence d’Anna Nordqvist (Suède), Jessica Korda (USA), et Chella Choi (Corée du Sud) pour proposer un scénario à suspense jusqu’à dimanche.

Un tournoi glam’

hsbc-womens-champions-2015-1.jpg

Le tournoi sera aussi l’occasion de lancer en grande pompe une nouvelle ligne de vêtements féminins d’une marque Lifestyle de Shanghai, cependant, les joueuses auront surtout en tête la dotation d’1.5 millions de dollars en jeu sur ce premier grand rendez-vous du calendrier LPGA.

Le Women’s Champion ayant la particularité d’être un tournoi joué sans cut sur 72 trous,  du fait qu’il soit exclusivement réservé à un maximum de 63 joueuses.

Un nombre de participant, deux fois moins important que pour un tournoi classique du tour.

Sont automatiquement invitées, les 20 meilleures joueuses du Rolex Ranking, toutes les gagnantes de tournoi LPGA de l’année précédente, la tenante du titre des deux éditions précédentes, les gagnantes des tournois de début de saison en Australasie et trois invitées par les sponsors.

Le reste du champ de joueuses étant déterminée par un classement des meilleures joueuses non présentes dans les critères ci-dessus.

Le retour de la guerrière

Vous vous souvenez sans doute de la rocambolesque victoire de Paula Creamer en 2014 !

La panthère rose avait littéralement marqué les esprits en rentrant un putt de 14 mètres pour la gagne en play-off, et elle sera encore présente cette année pour conserver son titre.

« Revenir à Singapour me rappelle des bons souvenirs. Chaque année, le sponsor nous permet de vivre une expérience intéressante qui mélange culture et traditions.  L’an dernier, j’avais été transformée en guerrière asiatique, ce qui d’ailleurs avait été une très bonne préparation mentale pour remporter l’un des tournois les plus difficiles du circuit féminin. »

Poursuivant dans un autre registre « J’adore la mode, donc le fait d’essayer des nouveaux vêtements tendances d’Asie a vraiment été une expérience amusante. »

Et avant de conclure plus dans le cœur du sujet « C’est une grosse semaine pour moi, et je suis clairement ici pour défendre mon titre. »

Un tournoi qui se forge une réputation de Majeur

Mondialement reconnu comme l’un des meilleurs tournois de golf féminin, le Women ‘s Champions entend continuer à construire son image de majeur, et de tournois pour championnes, justement en restreignant le champ de participantes aux toutes meilleures.

Evian ayant réussi à passer en mode majeur, et s’installer dans la peau du cinquième événement de la planète golf pour les filles, l’Asie se prend à rêver d’un rôle de sixième majeur dans la foulée de « l’event » français.

Le fait que la numéro un mondiale, Lydia Ko soit la tête d’affiche du tournoi au milieu d’une dizaine des meilleures joueuses du monde (19 des 20 meilleures joueuses seront en fait présentes à Singapour) offre une visibilité exceptionnelle à un tournoi joué pourtant très loin de l’épicentre du golf mondial : les Etats-Unis.

Déplacement géographique qu’a très bien compris et anticipé le sponsor titre, HSBC qui accompagne ce type d’événements depuis plus d’une décennie, œuvrant pour le développement du golf en Asie comme personne.

Un bon moyen de changer l’actualité et les titres des journaux pour une société en proie aux affaires.

Pour le Women’s Champions, la seule affaire qui compte, c’est le fait que les joueuses engagées représentent près de 200 victoires sur le LPGA Tour dont 36 majeures.

Et dimanche, les yeux seront braqués sur Lydia Ko, qui est dans une série impressionnante de deux victoires consécutives au New Zealand Open Championship, et au Australian Open.

En toute logique, elle est favorite pour la passe de trois !

« J’adorerai pouvoir gagner ce tournoi pour la première fois de ma carrière, et je ne pense pas qu’il puisse y avoir un meilleur endroit pour tenter de remporter trois victoires consécutives. Il y a vraiment quelque chose de spécial sur ce championnat, et l’atmosphère qui y règne. La foule est toujours géniale avec toujours beaucoup d’énergie. Le parcours est particulièrement difficile surtout quand le vent s’accentue, tandis que le champ de joueuses est toujours très relevé. Mais, ce challenge est très excitant à relever. C’est ici que les championnes gagnent, et j’ai déjà hâte d’y être ! »

Seul tournoi LPGA disputé à Singapour et avec une dotation plutôt conséquente, le public devrait largement répondre présent ce week-end pour assister à un véritable festival de golf !

Michelle Wie n’en doute pas !

« J’ai beaucoup de souvenirs sur et en-dehors du parcours concernant Singapour. C’est vraiment un endroit où j’ai plaisir à me retrouver. J’adore la mode alors c’est génial de pouvoir associer mes deux passions. Pourtant, ne vous y trompez pas, jeudi, ce sera sérieux sur le parcours pour tenter de remporter un des plus gros tournois de l’année. »

Sur la photo de présentation du tournoi, les huit joueuses ont toutes été habillées avec la dernière collection Printemps/été du styliste de Shanghai « Tang ».

Objectif : Evoqué le modernisme, la sophistication, et la féminité.

Des mots qui raisonnent à propos du majeur asiatique…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1699
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.