Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Début de saison délicat pour les golfeurs français sur l’European tour

Soutenir les golfeurs français sur l'European Tour !

Déjà cinq tournois disputés au calendrier de l’European Tour 2013, et mis à part une très belle cinquième place de Julien Quesne au Volvo Golf Champions, les golfeurs français connaissent des débuts de saison assez contrasté.

Si Quesne (19ème de la Race to Dubai) et Bourdy (26ème) semblent dans un bon rythme, en ayant chacun disputé quatre tournois, les autres golfeurs français sont encore en rodage, et Gregory Havret semble même le plus inquiet, quant à son niveau de jeu actuel.

Sur les cinq premiers tournois du calendrier de l’European Tour, à la décharge des tricolores, aucun ne s’est encore joué sur le continent européen, et au contraire, sur des tournois sud-africains, où les champs de joueurs sont dominés par les sud-afs qui jouent à domicile avec un net avantage sur la connaissance du parcours, ou alors sur des tournois au Moyen-Orient (Dubai, Doha, Abu Dhabi), qui réunissent des golfeurs que l’on a peu l’occasion de retrouver en temps normal sur l’European Tour, à l’image de Tiger Woods, Justin Rose, Jason Dufner et Rory McIlroy.

Sans chercher à leur fournir des excuses, il est certain que le calendrier de l’European Tour ne leur est pas forcément favorable, même si vous n’en trouverez aucun pour se réfugier derrière un tel argument, vu qu’il s’applique à tous les golfeurs pros du circuit européen, français ou pas.

Cependant, comme chaque année, les golfeurs sud-africains remportent leurs épreuves à domicile, à l’image de Schwartzel au Alfred Dunhill Championship, où d’ailleurs Bourdy a plutôt bien joué (7ème et premier top-10 français de la saison), ou encore Oosthuizen, vainqueur du Volvo Golf Champions, disputé Durban, et où, Julien Quesne a réalisé à ce jour la meilleure performance tricolore de la saison 2013.

Sauf exploit, les bleus devraient monter en puissance d’ici à fin mars, et la fin du périple sud-africain, et même être à leur meilleur niveau en mai, avec le véritable début des tournois européens de la Race to Dubai.

Bien qu’ils s’agissent de professionnels, rompus aux fréquents et lointains voyages imposés par le calendrier insensé et stupidement prétentieux de la Race to Dubai, les golfeurs français, et surtout les moins expérimentés, doivent faire face à des changements climatiques et thermiques importants, entre la fin de saison 2012 disputé en Europe, et le début de la saison 2013 disputé aux antipodes du climat français.

Certes sportifs de haut niveau, ils n’en demeurent pas moins des êtres humains, qui soumis à des contraintes d’éloignements aussi importants, peuvent ne pas être au maximum de leurs rendements habituels.

Ce scénario peut sembler curieux, mais les golfeurs de haut niveau ne doivent pas oublier qu’ils sont aussi des hommes comme les autres, et pour performer, toutes les conditions idéales doivent être réunies.

C’est simplement plus difficile de le faire à 10 000 kilomètres de chez soi, quand c’est l’été alors que l’organisme est habitué à gérer l’hiver au mois de janvier !

Dans ces conditions, Quesne et Bourdy s’en tirent plutôt bien loin des yeux de leurs supporteurs, et espèrent sans doute pouvoir continuer à capitaliser de bons points en prévision du finale de la Race To Dubai 2013, qui cette année présente l’inconvénient d’être encore plus sélective avec moins d’épreuves à disputer.

Autre hérésie du calendrier de l’European tour, qui à l’image de son ainé, le PGA Tour entend récompenser plus les meilleurs, et moins les autres, dans un contexte où pourtant, il devient de plus en plus difficile de boucler le budget d’une saison pro, quand on ne figure pas dans le top-50 mondial.

Comme une entreprise, il n’est pas rare de voir un golfeur professionnel mettre la clé sous la porte !

Classement après 5 tournois des golfeurs français sur la Race to Dubai

Inquiétude pour Havret concernant ses résultats immédiats

Légitimement inquiet par rapport à son niveau de jeu actuel sur le tour, Gregory sera sans doute l’un des golfeurs qui bénéficiera le plus de retrouver les vrais greens européens, où il sait se montrer particulièrement à l’aise.

Comptant sur le soutien de son copain, Raphael Jacquelin, il y a de grandes chances pour qu’il puisse sortir grandi de cette mauvaise passe, et en tire des leçons pour la suite de sa saison.

Combien de golfeurs professionnels ont traversé de très grands déserts sportifs avant de revenir à bon port ? Les exemples sont tellement nombreux qu’une page ne suffirait pas à tous les énumérer.

Un autre français peut en témoigner en la personne de Thomas Levet, qui a déjà traversé plusieurs épreuves avant de remporter, certains des plus beaux titres qu’un golfeur français puisse rêver de remporter, à commencer par l’Open de France.

Alors que débute cette semaine, le sixième tournoi de la saison, l’Omega Dubai Desert Classic, Thomas Levet a déjà rentré une carte de -4 sur le premier tour, suffisant à le rassurer sur sa forme, et ses capacités du moment, alors qu’il ne s’agit pour lui que de son premier tournoi de la saison, mais plus significatif aussi, son 500ème départ sur un tournoi de l'European Tour !

Chapeau Monsieur Levet !

Quand Thomas va, tout va !

Bien souvent, le parisien fait office de locomotive du golf français, et c’est peut-être lui qui peut souffler un enthousiasme nouveau sur le team français.

Bien que l’on ne vive pas au quotidien dans l’intimité des golfeurs français, et alors que ce sport fait l’apologie de l’individualisme, il semblerait bien que les bleus se rassemblent, et fassent preuve de solidarité dans un sport tellement anglo-saxon, où ils peuvent facilement se sentir très seuls.

Etre un golfeur professionnel français dans ce sport n’est pas une évidence, c’est même un défi pour un non-anglophone !

Cet élan d’entre-aide entre golfeurs français est déjà une belle réponse de sportivité et d’humanité de la part de ces garçons, essentiels au développement du golf français dans l’hexagone et ailleurs.

Tout au long de la saison 2013, on tâchera de suivre et soutenir les golfeurs tricolores dans leurs quêtes de performances et de reconnaissances dans un sport qui ne fait pas toujours la place à d’autres cultures que celle des anglo-saxons.

Cependant, en France, on a toujours tendance à être trop dans le négatif, alors qu'à l'inverse, les britanniques sont souvent trop dans le positf !

En l'occurence, presse, médias, bloggeurs, supporteurs, inspirons-nous des anglais pour supporter les notres.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2458
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.