Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Daniel Berger : De rookie à primo-vainqueur sur le PGA Tour !

Daniel Berger : De rookie à primo-vainqueur sur le PGA Tour !

Dimanche, pendant une interruption du jeu de près de trois heures, Phil Mickelson taquinait Daniel Berger sur le fait qu’il ait remporté l’an passé le titre de meilleur rookie de la saison sans pourtant avoir remporté la moindre victoire sur le PGA Tour. Piqué au vif, le golfeur de 23 ans revint sur le parcours pour mettre tout le monde d’accord, et s’adjuger sa première victoire sur le Fedex St-Jude Classic. Découvrez ce qu'il a du surpasser pour devenir un champion !

Découvrez nos formules d'abonnements

Une fois les risques d’orages, et les éclairs éloignés, Daniel Berger a répondu de la manière la plus directe possible en signant une carte de 67 pour maintenir Phil Mickelson, Steve Stricker et Brooks Koepka à trois coups.

Berger en a ainsi profité pour valider son ticket pour le prochain US Open à Oakmont.

Jamais dans sa carrière, il n’avait encore réussi à se situer dans une dernière partie jusqu’à ce dimanche.

Berger a particulièrement bien géré cette première occasion.

D’abord, parce qu’il ne s’est pas laissé impressionné, et Mickelson ne s’est pas privé de lui mettre la pression pendant l’interruption du jeu, et d’autre part, du haut de ses 42 victoires sur le PGA Tour, Lefty a su se rapprocher à seulement un coup du futur vainqueur sur le retour.

Pas de quoi décontenancé Berger ?

Après la charge de son illustre ainé, le golfeur originaire de Floride a répondu par trois birdies sur les quatre trous suivants avec au passage un superbe putt de 10 mètres sur le green du 14, un par 3 qui lui a permis de se situer à -13 sous le par, le score qui lui sera finalement nécessaire pour s’imposer.

En -13 à 267 total pour quatre tours, Berger est devenu le 13 eme primo vainqueur de la saison sur le tour, prenant au passage le chèque de 1.1 millions de dollars pour son cinquantième départ en carrière.

Amateur de chiffres ronds, il ne pouvait que savourer cette grande première « Gagner avec tous ses illustres champions derrière moi, c’est certainement quelque chose que je n’oublierai pas. J’ai adoré la façon dont j’ai joué, et le fait d’avoir été capable de gagner. »

Berger n’a pas été le seul à jouer 67 ! Mickelson, et Stricker, les vieux briscards du circuit ont fait de même, tant et si bien que l’écart s’était réellement fait sur les tours précédents. Simplement, Berger a dû hisser son niveau de jeu au niveau de ses poursuivants pour éteindre leurs velléités de victoires.

Mickelson revient donc en forme au meilleur moment de la saison, surtout qu’il ne rêve plus que de remporter le seul majeur qui manque à sa collection.

Dans une semaine à Oakmont, il peut écrire l’histoire…

Tout comme une autre star du tour qui par contre cherche son premier majeur, Dustin Johnson, qui lui a joué du feu sur le retour du TPC de Southwind (Memphis – Tenessee) théâtre de ce Fedex St-Jude Classic.

DJ a tout simplement battu le record du parcours sur les 9 trous du retour avec seulement 29 coups pour un total de 63 pour la journée !

Avec un tel finish, il a bouclé son week-end à -9 en cinquième position. Là-aussi, un bon présage pour celui qui avait d’un putt de gagner l’US Open 2015 contre Jordan Spieth.

Alors que Mickelson s’était évertué à provoquer son jeune rival pour éventuellement le faire craquer sous la pression, une fois de retour au club-house, Lefty salua la performance de son jeune rival.

Content d’avoir été dans le coup pour la gagne, bien que finalement pas en mesure de reprendre les trois coups de retards…

« Pour la majeure partie de la journée, j’ai tapé de vraiment très bons coups, j’ai joué de manière très solide, et finalement, il semble que l’US Open s’est joué une semaine plus tôt… » dit-il amusé lui qui justement est trop souvent habitué à la deuxième place lors de ce majeur qui manque à sa collection.

D’une autre façon, il était écrit que ce tournoi n’échapperait pas à un primo-vainqueur sur le tour.

Lors des six dernières éditions, quatre vainqueurs en ont profité pour gagner un premier tournoi sur le PGA Tour !

En revanche, le week-end prochain, les choses risquent de se compliquer pour Daniel Berger. En effet, aucun golfeur n’est jamais parvenu à remporter l’US Open après avoir remporté une victoire la semaine précédente.

Ils ne sont que onze à avoir réussi à remporter un tournoi avant une nouvelle victoire en majeur, et le dernier n’est autre que Rory McIlroy quand il a gagné coup sur coup le championnat du monde Bridgestone et le PGA Championship 2014.

Pour Berger, les chiffres sont contre lui, alors que pour Mickelson, c’est peut-être un signe.

Ceci étant, cela ne semble pas ébranler la confiance du jeune rookie « Quand j’ai joué le Masters pour la première fois, j’ai terminé à la dixième place, à seulement cinq coups de la tête, et pourtant je n’avais pas si bien joué. » ajoutant « Donc, si je peux aller à Oakmont la semaine prochaine dans le même état d’esprit, et jouer bien mieux… Je pourrai penser que j’ai ce qu’il faut pour gagner.»

Pas impressionné pour un sou !

Seuls les éclairs ont déstabilisé le jeune joueur, et encore seulement sur un trou.

Il n’avait tapé que trois coups quand l’interruption du jeu a été déclarée.

Quand il est revenu sur le green du trou numéro un, il eut besoin de deux putts à trois mètres pour commettre un premier bogey qui aurait pu en désarçonner plus d’un.

Berger ayant déjà terminé deux fois à la deuxième place d’un tournoi, et à neuf reprises dans le top-10, ne se démonta pas.

Il enchaîna par quatre pars d’affilés. Koepka le rattrapa bien au huit en -9, mais c’était avant qu’il ne commette un bogey fatal.

Pendant ce temps, Berger planta deux nouveaux birdies pour attaquer le retour en -11.

Son principal rival fut alors Mickelson qui avait parfaitement démarré son retour avec deux birdies sur les trois premiers trous.

Alors capable de rentrer un putt de 13 mètres au douze, c’est pourtant le putting du champion qui l’a lâché sur les trous treize et dix-sept.

Mickelson devra encore attendre pour renouer avec une victoire que le fuit depuis le British Open 2013, une trop longue disette pour un champion de sa trempe.

A l’inverse, Berger n’a pas failli au putting pour être le héros américain de la semaine.

Dustin Johnson et Phil Mickelson se sont mis en place pour tenter d’être celui du week-end prochain sur un parcours qui promet d’être redoutable…

Le sac de Daniel Berger 

Driver: M2 10.5* Fujikura Pro Series 53X 
Bois de parcours : M2 17* UST Mamiya Elements Chrome 75 
Long Fer : RocketBladez Tour 3 Project X 6.5 
Fers: Tour Preferred MC Forged (‘11)  4-PW Project X 6.5 
Wedges: Tour Prefereed EF Wedges 50* (Tour Grind) & 56* & 60* (ATV Grind) 
Putter: Corza Ghost 
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1206
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.