Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Chronique de golfeurs

Comment progresser plus vite au golf et baisser son index?

Des conseils pour progresser rapidement au golf

Pour beaucoup de golfeurs amateurs qui sont très motivés à l’idée de mieux jouer au golf, et prêt à y consacrer le temps nécessaire, le but du jeu est aussi de se faire plaisir le plus rapidement possible. De tous les conseils les plus détaillés possibles sur tous les aspects du jeu, je vous propose ci-dessous d’appliquer seulement cinq principes vraiment fondamentaux.

Quelques éléments du jeu de golf ont plus d’importances et de conséquences que tous les autres, encore faut-il les identifier !

Avec cet article, vous aurez un véritable résumé de ce qui est prioritaire quand on veut gagner du temps, et progresser rapidement.

Le plus frustrant pour un golfeur motivé, c’est d’atteindre un palier de progression, et de désespérer d’y rester collé sans avoir le sentiment d’aller de l’avant, voire pire de régresser.

Le chemin de la face de club

Le premier élément à avoir en tête quand on souhaite progresser au golf est le comportement de la face de club, que ce soit pour un plein swing, un pitch ou même un chip.

Quand vous démarrez votre swing, la face du club s’ouvre par rapport au chemin du swing de telle façon que lorsque le shaft est parallèle au sol au départ du backswing, la partie extérieure de la face du club pointe vers le ciel, dans une position plus connue sous le nom de…square.

Sur le chemin du retour, le downswing, le golfeur va dérouler son club jusqu’à l’impact de manière inverse au backswing. La partie supérieure de la face du club (the toe en anglais) va se retrouver à pointer vers le ciel à nouveau quand le shaft sera parallèle avec le sol.

Instinctivement, le golfeur veut conserver sa face de club le plus square possible par rapport au chemin de swing, en particulier dans la zone d’impact.

Mais voilà, justement à ce stade, le problème le plus communément rencontré par les amateurs est une action des mains excessives dans cette zone.

Une action qui pourrait se résumer par « enrouler les mains ».

A partir du moment, où vous limiter l’action des mains dans la zone d’impact, et que donc, c’est tout le corps à travers les hanches qui déclenchent la descente des bras vers le sol, et non pas les bras qui dirigent le swing, vous allez gagner immédiatement en consistance dans vos frappes, le tout, sans passer des heures au practice, ou même à devoir entretenir votre swing pour ne plus perdre le bon geste.

C’est le premier pilier fondamental du swing : les bras au golf ne servent que de leviers, pas de moteur !

Si vous rencontrez des difficultés au swing, la première chose à faire est de regarder la rotation de la tête de club.

Gardez le contrôle de votre swing !

Disciplinez-vous à toujours taper des coups de golf dont vous gardez le contrôle. Sur le tour, il est rare que les pros tapent à 100 ou 110% de leurs capacités.

Drivez à votre rythme

Au contraire, ils cherchent à jouer dans la zone des 80-90%, et donc en conservent sous la pédale.

Quel que soit le coup à jouer, un pitch, un chip, un putt ou un plein coup, conservez toujours la maitrise de ce que vous faites.

Mettez de côté l’égo de celui qui veut taper fort pour aller le plus loin possible.

Le fait de produire un swing sous contrôle permet au contraire de jouer un coup mieux équilibré, plus consistant au contact de la balle, une plus grande vitesse de tête de club, et par conséquent, un coup plus long.

Pour baisser son handicap, il n’est pas nécessairement obligatoire de toujours taper des coups parfaits.

En réalité, pour baisser son handicap, il faut surtout diminuer la dispersion moyenne, et avoir de moins mauvais coups ou de coups qui coûtent des pénalités.

Différents pros ont donné bien des noms à ce principe. Certains ont parlé de mouvement pendulaire, d’autres du fait de ne jamais dépasser un point qui entrainerait un déséquilibre au moment du swing…

De mon côté, je voudrai insister sur le niveau de tension que vous pouvez mettre sur votre grip, et qui se matérialise par une trop forte pression des mains, mais aussi par conséquences une trop grande tension musculaire dans les bras.

A « trop vouloir en mettre », un golfeur se contracte tellement qu’il perd en fluidité et en souplesse, et finit par produire l’inverse de ce qu’il cherche.

Pour taper plus loin, soyez plus release…comprenez relax ou relâché !

Pas de pression excessive sur le grip

Pour identifier à quel stade, vous pouvez perdre le contrôle, faites le test suivant.

Sur un practice équipé d’un radar de swing, tapez des coups à votre vitesse usuelle, puis tapez des coups au maximum de vos capacités.

Dans la majorité des cas, vous constaterez que l’écart en termes de vitesse de swing se situe autour de 8 à 12%.

En revanche, à votre vitesse maximum, votre degré de précision va considérablement s’amoindrir.

Au golf, en particulier au drive, mais aussi sur les autres coups, il s’agit toujours de compromis entre la distance et la dispersion.

Le coup le plus long n’est pas nécessairement celui qui paie le plus, surtout s’il est à vingt mètres à droite dans le rough !

Taper à pleine puissance peut vous faire gagner 10% en distance, soit pour un drive à 200 mètres, un gain de 20 mètres, mais peut vous coûter un mauvais coup en termes de dispersion, et pire une pénalité pour balle perdue.

Quand on est amateur au golf, le meilleur moyen de baisser son handicap n’est pas de gagner 20 mètres au drive, mais de baisser drastiquement le nombre de pénalités.

A vous de mesurer à partir de quelle vitesse de swing, vous perdez en contrôle, et donc en précision.

Adaptez votre matériel à vos caractéristiques de golfeurs

Au golf, le matériel a une très grande importance !

Il n’est pas possible de bien jouer et de progresser rapidement avec un matériel inadapté, alors que c’est tout le contraire quand les clubs sont fittés pour vous.

Jouer avec des clubs trop difficiles ne sert à rien, et par expérience, cela ne fait pas progresser le golfeur.

A contrario, jouer avec des clubs dont les shafts sont trop souples pour un golfeur ayant un vitesse de swing élevé produit aussi de mauvais résultats.

Pour être imagé, prenez le cas d’un homme qui voudrait courir un 100 mètres avec des palmes contre un autre avec des baskets adaptés à la course sur piste…Imaginez le résultat !

En utilisant des radars comme le Flightscope ou le Trackman, vous pouvez arriver à mesurer tous les paramètres d’un club par rapport à votre swing.

Certains magasins proposent de faire un fitting en utilisant ces outils.

Ne vous en privez pas, et constatez réellement l’impact d’un changement de shaft ou de tête.

Idem, passez un peu de temps à mesurer quel type de rebond vous est le plus adapté au bord du green pour choisir vos wedges, ou quel loft doit avoir votre putter pour que la balle roule de manière optimum sur le green.

Cela coûte un peu plus cher d’acheter de bons clubs bien adaptés, mais, cet article vous a intéressé, car il s’agit de mieux jouer plus rapidement, n’est-ce pas ?

Soyez consistant, toujours consistant, de plus en plus consistant 

Pour bien jouer au golf, il faut être régulier. 

Parfois, pour aller dans un endroit où vous n’êtes jamais allé, il faut savoir emprunter des chemins que vous n’avez jamais pris. 

En fonction de vos objectifs, et du temps dont vous disposez pour atteindre ces objectifs, il peut être intéressant de procéder à quelques changements techniques ou d’équipements. 

Mais ce n’est pas toujours le cas. 

Parfois, il arrive qu’un golfeur arrive à très bien jouer au golf avec une interprétation très personnelle du swing de golf. 

Le fait de changer pour se rapprocher d’une conception plus normative du swing pour un motif qui m’échappe, et du type « avoir un swing plus conventionnel » peut avoir un effet inverse à ce qui est recherché, à savoir la performance. 

Combien de pros qui ont procédé à des changements de swings en plein milieu de leurs carrières se sont en fait cassés les dents ? 

Même, le grand Tiger Woods qui a procédé à plusieurs changements dans son swing n’y a pas toujours trouvé un bénéfice. 

Si dans un aspect du jeu de golf, vous trouvez de la performance, à savoir de la régularité (consistance) dans vos coups. 

Ne changez pas sans un motif vraiment valable, et pas seulement esthétique ! 

Concentrez-vous sur l’amélioration de ce qui ne marche pas, plutôt que de reprendre ce qui marche déjà. 

Ne travaillez pas vos points forts, mais vos points faibles ! 

Augmentez la vitesse que vous produisez avec la tête de votre club 

Un des grands thèmes qui animent les têtes pensantes du golf dans le monde est la difficulté du jeu, la longueur des parcours, et la taille des trous. 

Swing de Rickie Fowler

Prisonniers d’un débat entre conservatisme et modernisme, les instances peuvent discuter encore longtemps, il n’en demeure pas moins qu’en moyenne un parcours de golf dit de championnat est long de 6000 à 6500 mètres. 

Pour jouer ce type de parcours, les golfeurs ont besoin d’avoir une bonne mise en jeu, et donc un driver qui leur permet de taper des coups de départs entre 180 et 220 mètres. 

Pour parcourir une telle distance, cela suppose de produire une vitesse de swing comprise entre 80* et 90 mph (entre 130 et 145 kmh) avec le driver. 

Un bon coup de départ signifie des seconds coups plus accessibles, de bonnes ouvertures vers les greens, et logiquement des approches plus près des drapeaux. 

Sur de tels parcours, il faut non seulement bien driver, mais aussi être performant sur les bois de parcours, les longs fers, et avoir un bon petit jeu pour sauver des pars, et tenter des birdies. 

Concernant la vitesse de la tête de club, les pros du tour swinguent en moyenne autour de 115 mph (185 kmh), soit près de 40 kmh en moyenne de plus qu’un simple amateur.

*En moyenne, la vitesse de la tête de club produite par le swing d'un amateur est de 80mph. 

Il n’est pas réaliste de penser pouvoir atteindre une telle vitesse pour un amateur de golf pratiquant ce sport comme un loisir. 

Viser entre 90 et 100 mph (145 à 160 kmh) est déjà un objectif plus raisonnable en soi. 

Pour bien jouer au golf, il est en fait important d’avoir une vitesse suffisante. 

La corrélation entre les deux facteurs a été largement démontrée par différents pros de golf. 

Ce qui est en revanche intéressant, c’est de connaitre justement sa vitesse de swing pour savoir sur quelle longueur de parcours, le joueur est en mesure de scorer ! 

Partant du principe écrit plus haut, si on admet cette corrélation entre vitesse de swing et difficulté du parcours que l’on peut résumer dans cet exemple à la distance totale d’un 18 trous par 72, le tableau ci-dessous va vous éclairer sur ce lien. 

Un de mes élèves classé index 15 qui a plutôt un bon drive, et un petit jeu moyen produit une vitesse moyenne de 90 mph au drive. 

Je considère qu’il se situe dans une bonne moyenne pour le drive, dans la mesure, où cette vitesse lui permet d’atteindre en moyenne 212 mètres. 

Pour que ce joueur soit en capacité de bien scorer sur un parcours, tenant compte de sa vitesse de swing, et donc de sa distance au drive, il doit privilégier des parcours entre 5200 et 5500 mètres au maximum. 

Au-delà,  de cette longueur totale, sa vitesse de swing, et donc sa distance potentiel au drive ne lui permettra pas de se situer en bonne position concernant son jeu du tee au green, et donc de scorer. 

Au contraire, en-dessous de 5200 mètres de longueur, son jeu va devenir un atout. 

Si vous connaissez votre vitesse de swing moyenne au drive, à l’aide de ce tableau, vous pouvez identifier le type de parcours que vous pouvez jouer pour baisser votre index, et à l’inverse, les parcours où vous risquez d’être en grande difficulté. 

Sur une partie amicale, vous pouvez choisir de partir des boules jaunes, blanches ou noires en tenant compte de ce paramètre. 

En compétition, c’est votre index qui fait ce choix pour vous. 

Dans certains cas, il peut arriver qu’un amateur baisse très fortement son index, sans toutefois avoir une vitesse de swing très importante. Cela finit par se retourner contre lui, et le faire plafonner, car à force de jouer sur des parcours trop longs, il est mis en plus grande difficulté.

C’est pourquoi, améliorer sa vitesse de swing tout en restant dans sa zone de contrôle est un enjeu important au golf. 

Rapport entre la vitesse de swing et la distance 

J’espère que ce tableau vous fera regarder à l’avenir votre carnet de parcours de manière différente. 

Dans cet article, il s’agissait de se cantonner cinq conseils qui peuvent réellement avoir un gros impact sur votre jeu de golf pour progresser rapidement.

Derrière, ces cinq conseils (chemin de la face du club, swing contrôlé, matériel adapté, consistance du swing, et amélioration de la vitesse du swing), vous trouverez les principes fondamentaux les plus importants du golf.

Cela peut paraître très impressionnant dit comme cela, mais en réalité, c’est à la portée de beaucoup de joueurs amateurs motivés.

Ne jouez pas au golf sans réfléchir sur ce que vous faites, surtout si vous voulez progresser.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4755
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Master Class PGA en petit jeu et entrainement de haut niveau certifié par la TPI (Titleist Performance Institute), Michel a dirigé la section Sport Études Golf Rhône Alpes de 1995 à 2001, et a formé plusieurs joueurs actuellement sur le tour européen.


Sur le site, il intervient comme consultant technique pour les questions liées à la pratique du golf pour les amateurs.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.