Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Comment jouer les très longs putts? Les conseils d'une pro

Paula Creamer partage ses conseils putting pour éviter les trois putts

Au cours de ce week-end de compétitions professionnelles de golf autour du monde, de l’Australie à l’Amérique, en passant par l’Afrique du Sud, nombreux ont été les très longs putts qui ont fait la différence sur les greens, offrant même parfois la victoire à leurs auteurs.

European Tour, PGA Tour, et LPGA Tour, ce week-end, les longs putts ont fait la différence.

Retour sur les trois tournois et leurs vainqueurs, avec en fil rouge, une histoire de putting et en conclusion, les conseils de Paula Creamer pour mieux appréhender cet exercice si particulier.

Thomas Aiken remporte l’Africa Open sur un putt de 9 mètres

Le sud-africain, Thomas Aiken, a connu la joie de la victoire après avoir justement sorti un putt monstrueux pour remporter son tournoi maison, l’Africa Open, tournoi comptant pour l’European Tour et la Race To Dubai, au bout d’un seul trou de play-off contre l’anglais Oliver Fisher.

Pour y parvenir, rien de tel que de rentrer un putt de plus de neuf mètres pour ne laisser aucune chance à son rival du jour.

Les deux hommes se sont retrouvés en play-off après avoir tous deux joués vingt sous le par au bout de quatre tours.

Sur le premier trou de play-off, ils touchent tous les deux le green en deux !

La différence s’est faite sur un seul petit putt…mais pas n’importe quel putt…un putt de neuf mètres qui permet au sud-africain de 30 ans de remporter sa troisième victoire sur le circuit européen, après l’Open d’Espagne 2011 et l’Avantha Masters 2013.

De quoi fêter la victoire avec son cadet qui n’est autre que sa femme, Kate, qui l’accompagnait pour la première fois sur son sac. Une expérience à renouveler visiblement pour le couple Aiken, tout heureux de s’imposer à domicile devant les amis, et le public sud-africain, tout acquis à la cause du joueur maison.

Au-delà du putt victorieux, la chance a souri au golfeur qui était dans le meilleur rythme.

En effet, si Oliver Fisher a connu une journée un peu chaotique alors qu’au départ du dernier tour, il comptait deux coups d’avances sur Aiken, sa carte de 69 émaillée de cinq birdies et trois bogeys ne lui a pas permis de tenir à distance son vainqueur en play-off.

Avec un eagle, et trois birdies, Thomas Aiken était déjà dans la bonne dynamique avant d’entamer le play-off.

Northern Trust Open au Riviera Country Club : une autre histoire sud-africaine

Coïncidence, le même jour à des milliers de kilomètres du East London Golf Course, théâtre de l’Africa Open, Charl Schwartzel, golfeur sud-africain, vainqueur du Masters d’Augusta en 2011, et régulièrement au sommet des leaderboards de tournois de golf aux USA, dans le cadre du PGA Tour, rentre un putt monstrueux de quatorze mètres en montée, et avec une pente latérale importante.

Au moment où nous écrivons ces lignes, Schwartzel est justement second du tournoi américain en -12, à seulement un coup du leader, l’américain Bubba Watson à mi-parcours.

D’une très grande régularité depuis le début de la semaine, Schwartzel a rendu des cartes de 69, 68 et 68 avant de jouer -4 sur les trous de l’aller du Riviera Country Club.

Certes, la performance du sud-africain ne se résume pas à un putt de quatorze mètres sur le cinquième trou du jour (un par-4), mais cela a sans doute contribué à mettre le joueur en confiance pour la suite.

Derrière ce putt, il a encore rentré deux birdies sur les trois trous suivants.

Australian Ladies Masters : Karrie Webb pour la cinquième fois

Comme souvent au golf, la victoire dans un tournoi professionnel joué en strokeplay, la victoire est une affaire de putts !

Karrie Webb remporte l'Australian Ladies Masters pour la 5ème fois

Parti avec cinq coups de retards sur la tête, l’expérimentée australienne a petit à petit refait son retard à mesure que ses rivales commettaient d’importantes erreurs à l’image de Chella Choi qui driva hors limite ou alors Minjee Lee qui fut à la peine sur les greens australiens du parcours de Victoria Golf Course.

Comme ce week-end, le thème est au long-putt, Karrie Webb a profité du trou numéro onze pour s’illustrer avec un putt de quinze mètres pour birdie, ce qui lui a permis de rejoindre la tête du tournoi.

Au final, elle attendra le trou 18 pour rentrer un dernier birdie pour -12, un score que plus personne ne pourra rattraper, même pas la française Karine Icher, troisième ex-aequo en -10 avec Paula Creamer, qui est justement notre conseillère pour jouer les longs putts sur le green, en cherchant au maximum à éviter les trois putts.

Cinquième victoire sur l’Open d’Australie pour la grande championne de 39 ans qui voit son total monter à cinquante-deux dont quarante pour le seul circuit de la LPGA.

Une joueuse qui sait comment gagner, qui sait fermer le jeu au bon moment, et surtout contrôler la balle dans le vent.

Mes conseils pour jouer les très longs putts ! Par Paula Creamer

Pour rendre une meilleure carte de score, rien d’extraordinaire à vous apprendre, quand je vous incite lutter contre les trois putts.

La clé pour éviter les trois putts est en fait le contrôle de la vitesse.

Si votre vitesse est bonne sur les deux putts, le premier long putt, et espérons le second plus court, vous pouvez espérer sauver le deux-putts.

Quand je me prépare pour n’importe quel putt, je me concentre sur la cible puis sur la balle pour appréhender la distance.

Visualiser le putt

Je réalise quelques coups d’entraînements tout en regardant le trou pour avoir une image mentale ou un feeling de la longueur du coup dont je vais avoir besoin, surtout sur les longs putts, et je suis la ligne imaginaire de mon putt avec les yeux.

Sur les putts les plus courts, je visualise où je souhaite faire entrer la balle dans le trou, comme par exemple, le centre droit pour un putt qui part de droite à gauche.

Le point de rupture d’un putt en pente dépend totalement de la vitesse que vous imprimez à votre balle.

Ci-dessous deux petits conseils que j’utilise :

Les putts à longue traînée : la puissance du freinage

Sur le putting green, plantez deux tees à soixante centimètres l’un de l’autre.

Postez-vous sept mètres plus loin en contre bas, et commencez à putter.

Dès que vous arrivez à arrêter trois balles d’affilée entre les deux tees, changez pour des putts en descente de la même distance, puis répétez l’exercice avec des putts de côtés.

Pour ajouter de la pression, vous pouvez recommencer à chaque fois que vous manquez les tees.

Les putts courts : Gardez le club bas

Pour éviter de rester court sur des petits putts en frappant trop faiblement, je m’entraîne putter uniquement avec ma seule main droite, tout en gardant ma main gauche pendante le long du corps.

Le fait d’essayer de swinguer ainsi me permet de rester en place, et de conserver la tête du club au plus près du sol, et d’éviter de remonter le club trop vite.

Putter avec la seule main droite

Cette technique me permet d’avoir un bon contact et une vitesse mieux maîtrisée.

Conclusion, de ce week-end de compétition sur le PGA Tour, le LPGA Tour, et l’European Tour, nous retiendrons plus de longs putts que de coups de drivers tapés à 290 mètres sur le fairway…

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2374
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeuse, je joue au golf en tant que loisir. J'apporte ma contribution en faveur des lectrices du site jeudegolf.org sur des sujets autour de la mode, des relations sociales, et de tout ce qui peut concerner les filles au golf !!!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.