Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Comment intéresser le public aux compétitions de golf en France ?

Qui a entendu parler de l'Allianz Golf tour de Lyon ?

Alors que quelques jours auparavant, la Ryder Cup disputée aux Etats-Unis sur le parcours de Medinah (Chicago) a démontré toute la ferveur du public anglo-saxon, et américain, pour le golf, qu’en est-il en France ?

La venue de l’Allianz Tour, cette semaine, à Lyon sur le golf du Gouverneur est à l’opposé révélatrice de l’intérêt relatif des golfeurs francophones pour les tournois disputés à la « maison ».

Certes, l’Allianz Tour n’a pas le prestige de la Ryder Cup, mais c’est tout de même un évènement du challenge tour (2ème division du golf européen) disputé en France.

Ce vendredi, sur le très beau parcours du Gouverneur, situé à Monthieux, près du Parc aux Oiseaux, en plein cœur des Dombes (département de l’Ain), les meilleurs jeunes golfeurs français se mesuraient avec les futurs meilleurs golfeurs européens.

Soient les probables successeurs de Paul Lawrie, Nicolas Colsaerts, Martin Kaymer, Ian Poulter, etc. qui défendront un jour les couleurs européennes dans la plus prestigieuse compétition de golf par équipes.

L'avenir du golf tricolore et européen sur les greens du golf du Gouverneur

Trop de public ou pas assez autour des greens ?

A propos de Paul Lawrie, ce dernier a eu l’occasion de revenir sur le comportement du public américain pendant la dernière Ryder Cup.

Il avouait sur Golfchannel.com, propos repris depuis par le journal l’Equipe, qu’il avait trouvé le comportement du public très limite, avec des commentaires parfois acerbes du type « loser ! Tope la balle ! Tu vas perdre ! Tu vas la gratter ! » alors qu’il se présentait au tee de départ ou même sur le parcours en plein jeu !

Certes, la Ryder Cup déchaine les passions, et en l’occurrence, les frustrations d’une partie du public, qui cherche à être le 13ème homme à domicile, pour influer sur le résultat d’une compétition de golf comme peuvent le faire des supporteurs dans un match de football.

Cependant Paul Lawrie a en fait tort de critiquer le public !

Quand on peut jouer la Ryder Cup, on n’est pas sans ignorer le contexte particulier de cet évènement hors norme pour le golf.

Cela fait partie du jeu, et ceux qui ont disputé ou suivi la Ryder Cup 1999 à Brookline peuvent en témoigner.

Ce n’est donc pas un fait nouveau, et il faut plutôt saluer au contraire, l’attitude extraordinaire d’un Ian Poulter, qui s’est fabuleusement servi de cette ambiance électrique, et même parfois négative pour se surpasser et en jouer.

Le golf gagne à voir Ian Poulter interagir avec la foule, et créer de l’émotion.

En revanche, on peut se poser la question de l’intérêt de compétition de golf, qui se dispute sans public, dans le plus grand désintérêt général.

Ce n’est pas « politiquement correct » de le dire, mais la vérité, c’est que le monde du golf français réussit parfaitement son opération de discrétion !

Certes, une épreuve de golf de l’Allianz golf tour, disputé en région lyonnaise, un vendredi après-midi n’a pas forcément tous les atouts de son côté pour réunir les foules, mais justement, cela devrait appeler à réfléchir sur le format de ce type de compétition.

La foule des grands jours sur une partie de l'Allianz Golf tour 2012 !

A l'inverse, soulignons pour une fois, la volonté des organisateurs de sillonner toute la France, de ne pas se contenter d'intéresser que les seuls golfeurs parisiens ! Pour une fois qu'un événement golf se passe en dehors de Paris...

Ce qui nous renvoie d'ailleurs à un exemple de succès populaire pour le golf français, porté exclusivement par le groupe Danone et son passionné de Pd-g, Franck Riboud, l'EVIAN Masters, qui pour une épreuve de golf féminin organisé en-dehors de Paris, arrive justement à attirer un public local et international.

Et pourtant, se transporter à Evian n'est pas si simple !

Doit-on adapter le golf au public ou le public au golf ?

Dans le 2ème cas, c’est alors plutôt un échec dans un pays qui compte 600 000 pratiquants, mais pas encore de véritable ferveur pour ce sport, comme les autres pays anglo-saxons ou asiatiques.

La Ryder Cup 2018 arrive bientôt en France, et les patrons du golf français devraient commencer à se poser des questions concernant le fait d’attirer un nouveau public autour des fairways.

Pour le moment, le golf français se complaît dans une certaine confidentialité, comme si le golf était un sport élitiste !

Cette étiquette pèse et révèle que bons nombres d’acteurs fonctionnent encore aux clichés du golf : sport de riches ou sport pour riches, alors que partout ailleurs dans le monde, c’est un sport tout court !

Les jeunes écossais ne se posent pas ce genre de questions, quand ils jouent au golf aux coins des rues de leurs quartiers dits populaires !

Revenons en France, quel intérêt pour des marques comme Allianz de sponsoriser des événements aussi bien organisés, aussi bien préparés en partenariat avec des golfs comme celui du Gouverneur pour attirer un public moins nombreux que les golfeurs présents sur le parcours ?

Pas de problème de concentration sur l'Allianz Golf Tour 2012 !

Ne faut-il donc pas tirer un enseignement de la Ryder Cup, et de ce constat de désintérêt pour les compétitions de golf semi-professionnelles ?

Pourquoi continuer à organiser des épreuves sur 4 jours, et dont la lisibilité pour le profane n’est pas si simple.

Pourquoi ne pas organiser plus de match-play, et moins de strokeplay ?

Le monde du golf ne doit pas s’adresser qu’aux golfeurs pour réunir un public plus large autour de ses évènements.

Formule de jeu, temps de jeu, accueil et information du public, autant de sujets qu’il faudrait remettre sur la table avec un véritable objectif, attirer des spectateurs !

Car cela semble bien la seule chose que l’on oublie sur ce type d’évènements.

Pour les personnes habitant à Lyon, pas sûr qu’elles aient entendu parler de l’Allianz Golf Tour dans les médias spécialisés ou non…

L’objectif de confidentialité et de discrétion est parfaitement atteint !

Et pourtant, on peut rentrer gratuitement sur le golf pour suivre les joueurs sur le parcours. Or, pour le public, cette simple question du tarif n’est pas forcément connue !

Sur le parcours, on aurait presque l’impression que le peu de public présent pourrait presque déranger ces jeunes golfeurs, très (trop ?) sérieux sur le parcours pour essayer de vivre de leurs passions.

Car à ce stade, le golf n’est plus un jeu, ni une passion mais un potentiel gagne-pain…Ce n’est plus du tout une question d’amusement…

C’est d’ailleurs quelque chose qu’un public peut ressentir ! Trop de sérieux, tue l’intérêt du golf !

Encore une fois, l’exemple de décontraction et de « fun » incarné par Ian Poulter mérite d’être suivi par les meilleurs jeunes golfeurs européens.

Ce n’est d’ailleurs pas leur rendre service que de se préparer à participer à des compétitions de premier ordre dans ces conditions, alors que justement, dans l’élite, ils seront confrontés à des situations plus complexes, et notamment le bruit du public qui fait ou fera partie du jeu.

C’est d’ailleurs cette maitrise de l’élément extérieur (le public) qui peut faire la différence entre deux golfeurs de même niveau !

Attention, le golf c'est du sérieux !

Les plus belles heures du tennis ont été écrites par des hommes aux comportements plus enfantins que professionnels à l’image de John McEnroe, Jimmy Connors, Yannick Noah ou Boris Becker, et non pas, par des machines sans âmes à gagner des matchs les uns après les autres.

Le golf a le même besoin de se trouver des leaders, limite « mauvais garçons », comme Ian Poulter ou Darren Clarke, pour créer du lien avec le public, qui veut voir jouer des hommes, et pas des machines.

Comme quoi, la réflexion qui consiste à se demander comment attirer le public sur des évènements golfs interpelle tous les acteurs de ce sport : organisateurs, fabricants, distributeurs, parcours, joueurs, médias, sponsors…

Le golf est peut-être un sport de riche mais visiblement pas un sport à la mode ! Roland-Garros arrive à faire le plein le vendredi après-midi pour des matchs de 3ème tour (certes de l'élite du tennis mondial).

A l’heure actuelle, à part la sauvegarde des clichés, on ne voit pas très bien comme le golf français va sortir de sa confidentialité bien entretenue!

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2623
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.