Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf en France

Comment augmenter la fréquentation des parcours de golf en France ?

Un practice de golf désert : juste une question de fatalité ?

Dans un secteur globalement à -15% en France en 2013, comment faire revenir les golfeurs à la pratique de ce sport en 2014, et ce dans un contexte économique et social dépressif ? Acteurs du secteur, ne sombrez pas dans la morosité et l’immobilisme, il y a des solutions !

Découvrez nos formules d'abonnements

Des constats édifiants sur l'état de la relation entre golf et golfeurs

Récemment, l’entreprise Global Turf of Syngenta a commandé un sondage sur la situation du golf au Royaume-Uni, et les réponses ont été édifiantes !

65% des personnes interrogées se sont déclarées prêtes changer de club de golf (comprenez parcours et non pas de matériel).

25% des golfeurs ne se rappellent pas quand ils se sont sentis reconnus comme des clients estimés, et 50% se sentent intimidés par les règles du club, et le personnel.

Pour conclure, ce rapport indique que si le personnel d’accueil, les pros, et l’ensemble des personnes travaillant sur le golf y compris les greenkeepers, étaient sympathiques et amicaux, le business du golf pourrait facilement doubler !

Pour beaucoup de golfeurs et golfeuses français, ce constat serait sans doute le même avec le business du golf en France.

Sur des forums donnant la parole aux golfeurs concernant les parcours de l’hexagone, globalement peu de reproches sur l’entretien, et la qualité des parcours, par contre, il est étonnant de constater que dans une majorité des cas, les pratiquants dénoncent des conditions d’accueils déplorables.

Et depuis plus de dix ans, cette situation est globalement inchangée.

Trop longtemps, les parcours de golf ont considéré à tort que les golfeurs venaient à eux sans qu’ils aient à faire le moindre effort de communication, et de séduction pour inverser la relation.

La crise a au moins un mérite ! Celui de remettre à plat, ce qui est de la bonne pratique commerciale, de ce qui est de la mauvaise pratique commerciale.

C’est aussi une formidable opportunité qui est offerte aux directeurs de golf qui seront malins de se démarquer, et de créer un lien fort avec les clients par un accueil avenant et sympathique.

La clé du succès, et même de la survie des golfs en France en passe par là.

Alors que l’actualité braque notre attention sur le secteur de l’équitation avec l’augmentation soudaine de la TVA à 20%, provoquant la colère des centres équestres contre cette Equitaxe, le secteur du golf français meurt en silence.

Une prochaine loi visant à demander aux parcours de golf de payer une taxe professionnelle pourrait tout simplement avoir pour effet d’entraîner la fermeture de 50% des golf en France, ces derniers étant tout juste à l’équilibre financier ou déjà en pertes.

Quelles solutions pour s'en sortir ?

Pour gagner de l’argent dans le domaine du golf, il va falloir commencer faire du commerce !

Une balle qui se sent bien seule sur le parcours

Dans ce sport, le seul qui est réellement argenté, c’est le golfeur !

Malgré les apparences, le secteur du golf tire globalement la langue : parcours, réseaux, distributeurs, enseignants…rares sont ceux qui roulent réellement sur l’or grâce à la seule activité golf.

Si on en revient à l’étude citée ci-haut, un simple sourire et un abord plus accessible permettrait de doubler le chiffre d’affaire.

En situation de crise, il faut savoir chercher les solutions les plus simples et les plus rapides à mettre en œuvre, avec pour objectif d’avoir un effet de levier le plus important.

En l’occurrence, pas besoin de chercher très loin !

Au lieu d’attendre les golfeurs sans leur porter de considération, pour survivre, le milieu du golf Français va devoir radicalement changer de philosophie.

Le golfeur ne viendra bientôt plus, il faudra donc aller le chercher.

Et dans cette révolution, la FFG devra jouer un rôle clé !

Celui de l’impulsion, et des actions spectaculaires comme l’organisation d’événements en plein cœur des centres villes pour attirer les débutants, mais aussi communiquer, et changer l'image du golf en France.

Faire revenir les jeunes, et en particulier les femmes, trop minoritaires.

Le tout à condition que tout le monde travaille dans le même sens : golfs, médias et fédération.

Une question de motivation ?

Pourtant, si le problème est identifié, et les solutions assez simples à mettre en place, on peut douter que l’ensemble des golfs appliqueront la recette.

Beaucoup de parcours se considèrent encore trop comme élitiste dans le mauvais sens du terme.

A savoir des clubs qui se disent ouverts aux greens-fees, mais qui en réalité, pour des raisons d’images, préféreraient rester dans un fonctionnement fermé, exclusivement dédié à des membres.

Il ne s’agit pas de faire un procès à tel ou tel golf, nous n’en citerons pas ici bien que beaucoup de golfeurs auront en tête des clubs près de chez eux.

Ensuite, certains golfs sont gérés par des entreprises qui ont un jour acheté un golf sans réellement savoir quoi en faire.

Si à la tête de l’entreprise, il n’y a pas un réel stratège qui pense golf, peu de chances que tout le personnel adhère à un plan pour développer le golf.

En management, l’escalier se balaie par le haut !

C’est aux directeurs de golf de montrer l’exemple, en étant sur le terrain, et au contact des golfeurs. A condition aussi que l'actionnaire est conscience des enjeux du terrain.

C’est lui l’acteur moteur et majeur de la relation entre le club et les clients-golfeurs.

Malheureusement et à sa décharge, trop d’administratif l’éloigne de sa mission première, alors que les golfeurs sont en forte demande de ce contact.

2 golfeurs sur 3 sont prêts à changer de club !

Première information qui ressort de l’étude britannique, et qui doit inciter chaque directeur de golf à la vigilance.

En 2013, certains parcours de golf ont constaté une hémorragie de plus de 20% de golfeurs qui n'ont pas renouvelé leurs abonnements.

Entre le déclaratif et le passage à l’acte, il peut encore exister un écart. Pourtant, deux abonnés sur trois sont susceptibles de partir à la fin de la saison 2013.

Au Portugal, au golf d’Aroeira, la direction commerciale du golf a mis en place une politique de réabonnement avant fin décembre qui lui permet de valoriser ses clients.

Ils offrent des bouteilles de vins, des invitations, des locations de buggys à moitié-prix et d’autres petits cadeaux. Cette formule fonctionne très bien car elle répond à l’une des problématiques exprimées par les golfeurs : la reconnaissance.

2 golfeurs sur 3 sont prêts à changer de club !

1 golfeur sur 4 ne se sent pas apprécié comme un client VIP !

C’est le résultat d’un fossé grandissant entre les abonnés et la direction du club.

A force de créer une image faussement élitiste du golf, les golfeurs pensent trouver dans les clubs de golf, un accueil et une ambiance qui les chouchoutera à l’extrême.

Sans doute, faut-il revenir à plus d’humilité et plus de convivialité dans les golfs, abandonner l’image ultra-élitiste pour retrouver des valeurs de proximité.

1 golfeur sur 2 se sent intimidé par le personnel !

Pour une activité commerciale, et pour les parcours de golf, cette appréciation est sans doute la plus dramatique, et la plus révélatrice d’un vrai problème de savoir-faire, et de logique commerciale.

Les golfs sont bien des entreprises à but lucratifs, et nous souhaitons tous qu’ils gagnent de l’argent pour se pérenniser.

Comment peut-on admettre qu’un golfeur sur deux se sent intimidé par le personnel travaillant sur un golf ?

Bien sûr, ce sont des chiffres propres à la Grande-Bretagne, mais peut-on sincèrement penser que le résultat sera très différent en France ?

Quelles solutions pour inverser la tendance en 2014 ?

Le constat sera en fait très proche, et c’est là où il faut agir le plus rapidement par du management, et par une véritable vision stratégique de la relation client.

Les jeunes : l'avenir du golf

Prenons l’exemple des golfs au Portugal, et par exemple, le golf de Quinta do Peru, où chaque membre du personnel, de l’hôtesse d’accueil au pro, en passant par le personnel du restaurant, se veut très souriant, et très à l’écoute du moindre besoin du client.

C’est sans doute une recette du succès qu’il faudrait appliquer plus souvent en France.

Autre exemple, combien de parcours en France ont organisé une petite réunion d’information vis-à-vis des abonnés pour présenter l’équipe des greenkeepers, et plus généralement l’ensemble des personnels aux abonnés ? Le but étant de créer du lien entre golfeurs et personnels du golf.

Ainsi, peut-être que le greenkeeper ne mettra plus les boules de départs dans une pente en pensant à un client qu'il connait.

Les abonnés connaissent-ils le prénom de chaque personne travaillant sur le golf ?

Enfin, le pro est-il capable de descendre de son piédestal, saluer chaque golfeur sur le practice, lui donner un petit conseil amical et accueillir des nouveaux pour leur parler du golf ?

Le développement d’un golf devrait passer par un intéressement de chaque membre du personnel à tout faire pour que chaque personne qui rentre sur le golf, n’en sorte pas avec une mauvaise image.

La question posée dans ce sujet qui ne se veut pas prétentieux et donneur de leçons, mais au contraire très concerné par des solutions concrètes, et peu coûteuses pour inverser la mauvaise tendance de 2013.

Avis aux directeurs de golf, en réalisant les bons constats, vous pourrez appliquer les bons remèdes, et faire la différence dans un marché où tous les golfs ne pourront malheureusement pas être à l’équilibre financier fin 2014.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 5355
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.