Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Comment attirer plus de femmes au golf en 2017 ?

 Comment attirer plus de femmes au golf en 2017 ?

On entend souvent que la femme est l’avenir de l’homme. En matière de golf, c’est encore plus vrai. A un moment où globalement dans le monde, le nombre de pratiquants golf stagne, ce qui est aussi le cas en France, il est peut-être grand temps de se poser la question « Comment attirer plus de golfeuses ? ». Selon les pays, la gente féminine représente déjà entre 20 et 25% de la population golfique. Passer de 25 à 50%, cela équivaudrait en France à 200 000 joueuses de plus ! Exactement ce dont la fédération aurait besoin pour atteindre son objectif de dynamisation, et renouvellement de la filière !

Découvrez nos formules d'abonnements

Une question qui n’est pas nouvelle pourtant…

La place des femmes dans le golf est souvent au centre de débats, mais pas toujours les bons.

Ces dernières années, certains clubs de golf « men’s only » au Royaume-Uni se sont fait remarqués dans le mauvais sens du terme, en confirmant la permanence de cette règle d’un ancien temps.

Parallèlement, aucun club n’a eu l’idée d’un « women’s only » qui au-delà de la boutade aurait eu le mérite de mettre les préoccupations des golfeuses au centre du club.

Les femmes sont stratégiques pour le développement du golf dans le monde, et particulièrement chez nous.

Stratégiques, car elles représentent à la fois une population sous-représentée dans le golf, et donc un fort potentiel inexploité.

En 2017, ce constat n’est pas nouveau.

Dès 2013, l’association des propriétaires européens de parcours tout comme la PGA of America identifiaient les femmes comme un relais de croissance indispensable pour dynamiser la filière à horizon 2020.

En plus d’être une évidence, une étude Syngenta « The Global Economic Value of increased Female participation in golf » a récemment mis en exergue les atouts et les handicaps liés à la participation des femmes.

Dans ce cadre, 14,000 personnes ont été interrogées dans huit pays majeurs du golf, allant des USA à l’Australie, en passant par le Canada, le Royaume-Uni, la Suède, la Corée du Sud, le Japon, et la France.

Qu’est-ce que disent les chiffres ?

Comme évoqué plus haut, 24% des golfeurs sont bien des golfeuses ! La moyenne européenne se situe autour de 25% avec la Suède en premier de la classe avec 29% de femmes.

La France est d’ailleurs dans les bons élèves ou les moins mauvais avec 28% de golfeuses.

Les Etats-Unis ont globalement commencé leur révolution passant de 19% en 2013 à 23% récemment, ce qui est plutôt une belle performance dans une période globale de récession-stagnation pour l’activité.

Grosso modo, pour obtenir 4% de progression des golfeuses par rapport aux golfeurs, cela traduit une progression pratiquement deux fois plus rapide des nouvelles pratiquantes par rapport aux nouveaux pratiquants.

Les femmes sont donc déjà source de plus de dynamisme outre-Atlantique.

Toujours selon cette même étude, 37 millions de femmes sont potentiellement de futures golfeuses aux USA !

kerr.JPG

La population interrogée ayant entre 18 et 64 ans, soit en mesure de découvrir le golf de manière autonome !

Comparez ce chiffre au nombre de golfeurs américains (24 millions en 2014), et vous avez largement la possibilité de doubler la population golfique !

Au cours de l’enquête, 29% d’ex-golfeuses ont été interrogés (sur la base des 14,000 sondés) sur le fait de reprendre éventuellement le golf dans les deux prochaines années.

Les enquêteurs ont mesuré que la demande potentielle la plus forte se situait en Corée du Sud avec 45% de joueuses potentielles, suivie…de la France avec 40%, et les USA à 31% !

Nous sommes donc un gisement sous-exploité qui en plus s’ignore !

Clubs de golf, axez vos futures stratégies de recrutement sur les femmes. Vous avez une demande latente forte qui attend une offre adaptée, et qui lui parle.

Surtout qu’au-delà des clichés, les femmes démontrent généralement une participation aussi forte que les hommes.

En matière de matériel, les femmes dépensent sensiblement le même budget annuel pour leur équipement, soit 256 dollars par an.

En matière de cours de golf, les femmes dépensent même 25% de budget en plus.

Le budget moyen d’une débutante est estimé à 950 dollars pour sa première année.

Pour la filière golf, le fait de faire correspondre une meilleure offre aux femmes permettrait de globalement lever 35 milliards de dollars de chiffre d’affaires en plus.

Pour les Etats-Unis, cette valeur se monterait à 16,5 milliards de dollars alors qu’au Royaume-Uni, l’exploitation du potentiel latent serait estimée à 3,5 milliards de dollars.

Pourquoi les femmes ne jouent pas plus au golf ?

Sans véritable suspense, les trois principales raisons identifiées ne diffèrent pas franchement de celles remarquées par les hommes : coût global de l’activité, les responsabilités familiales, et le temps nécessaire pour jouer.

Trois raisons qui depuis le temps où elles sont mises en avant ne trouvent pas facilement de réponses.

Surtout que l’ensemble des acteurs de la filière, nous, marques, distributeurs, clubs, fédérations, médias, ne nous mettons jamais autour de la table pour enfin en parler, et imaginer une stratégie de conquête globale.

Il peut encore se passer beaucoup de temps à répéter les constats.

golfeuses-france.JPG

Tant qu’il n’y aura pas une volonté politique et économique d’affronter les problèmes posés, on pourra encore en parler dans dix ans. Et pendant ce temps, le potentiel latent sera toujours latent…ou pire, passé à autre chose.

Autre raison évoquée qui explique pourquoi les ex-golfeurs/golfeuses ont arrêté : le jeu n’était pas assez amusant !

Ce point a le mérite d’être le plus facile à contourner, et peu inspirer beaucoup de créatifs pour imaginer de nouvelles formules. Le golf ne manquant pas de règles, et donc d’opportunités pour faire autrement en faveur de néo-pratiquants et pratiquantes.

Concernant les moyens de relayer de l’information auprès d’une population non-golfeuse, la télévision reste le média le plus évident et le plus direct (exprimé par 62% des sondés) pour informer sur la pratique golfique.

De même, les sondés délivrent un des axes majeurs à développer pour les attirer : Avoir des amis qui jouent au golf (pour 43% des sondés).

Le golf en solitaire, ce qui pourtant peut être un attrait d’un sport qui n’oblige pas à avoir un partenaire qui vous renvoie la balle, n’est pas plébiscité ! C’est bien l’ambiance, et le partage qui sont les clés du développement.

75% des personnes interrogées seraient prêtes à partager une expérience positive autour du golf.

Autrement dit, il suffit d’une étincelle pour allumer le feu. Les non-golfeurs/golfeuses recherchent des amis/amies pour se lancer dans une nouvelle pratique golfique.

Si les clubs de golf résolvent l’équation de clubs qui favorisent vraiment les rencontres amicales, ils tiennent la clé du problème.

Certains le font sans doute déjà très bien, mais le plus souvent, les non-pratiquants l’ignorent, ou n’ont aucun moyen de pouvoir l’imaginer et l’identifier.

On en revient à la problématique, non pas de l’image du golf, mais de l’image des clubs de golf, jugés austères, fermés, et même hostiles.

Alors que peut-on faire pour amener les femmes au golf ?

Il faut déjà identifier les points clés qui sont les vestiaires, la difficulté du parcours, la flexibilité de temps pour accéder au parcours, le parking…bref tout ce qui rentre dans l’expérience d’une personne qui arrive sur un golf, et va passer un moment du début à la fin…

Il faut considérer tous les éléments de l’expérience client de son entrée sur le golf à sa sortie.

S’agissant d’une femme, il faut déjà se concentrer sur ses problématiques propres, comme par exemple la garde d’enfants, la santé, le shopping, ou son activité professionnelle.

Les clubs de golf qui ont de la place devraient par exemple s’inspirer des centres commerciaux qui ont réussi le tour de force de rassembler en un endroit la plupart des besoins des consommatrices.

Pourquoi ne pas imaginer un club-house avec un espace enfant, des mini-boutiques, une pharmacie, et un espace de travail individuel ?

Plus complexe, mais ne doit pas être sous-estimé, les femmes ne sont pas un tout ! Au contraire, elles ont différentes problématiques selon les âges, et leurs parcours professionnels. A chaque profil, une stratégie marketing à mettre en œuvre !

Il faut d’ailleurs éviter d’être dans l’incantation au moment de leur parler de golf pour plutôt privilégier une approche plus relax.

nordqvist_20170102-180250_1.JPG

Plus que les hommes, elles ont besoin de support pour appréhender le jeu. Elles ne sont pas nécessairement tombées dedans quand elles étaient petites, et n’ont pas appris par cœur les livres de Leadbetter, Norman ou Harvey Penick ! Elles sont plus friandes de contenus vidéos explicatifs sur le jeu, le parcours, et le club.

Et si vous ne savez pas comment contacter les femmes pour développer votre club de golf, pensez aux réseaux sociaux ! A titre d’exemple, 25% des fans de la page jeudegolf.org sont des femmes !

Pour un club, un magasin ou une entreprise qui voudrait mieux répondre aux attentes des femmes, commencez par mettre en avant les rayons dédiés aux femmes au même niveau que ceux pour les hommes, tout en apportant une touche plus accueillante, et plus féminine.

L’avenir du golf est incontestablement féminin à condition de s’en donner les moyens, et de mettre en face de la demande latente forte qui existe, une offre clairement affichée et en cohérence avec les attentes.

25% de femmes dans un club de golf aujourd’hui, c’est 25% de golfeuses qui manquent et n’ont actuellement pas été suffisamment servies pour équilibrer 50% d’hommes golfeurs.

Le golf, c’est fait connaître par le passé par le « Men’s Only », demain pour son développement, l’activité devra se faire connaître par le « Women’s and Men’s friend club ».

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1322
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.