Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Classement mondial de golf 2013 : Tiger Woods numéro 1 !

Tiger Woods au sommet du golf mondial en 2013

Bien que la planète golf n’arrête jamais de tourner, nous pouvons faire un point à mi-décembre sur l’année 2013, et les positions en tête de la hiérarchie golfique mondiale pour les hommes.

2013 : Tiger Woods de retour au sommet

Cinq victoires sur le PGA Tour, aucun autre golfeur n’a pu faire mieux !

Avec de belles victoires au Players, à Bay Hill, à Torrey Pines, et sur deux championnats du monde (WGC-Cadillac et WGC-Bridgestone), Tiger Woods pourrait considérer qu’il a réussi une belle saison.

Pourtant, il n’a toujours pas renoué avec le succès sur les Majeurs. Au Masters, il a frôlé l’exclusion pour un drop illégal et une carte signée avec une erreur.

Au centre de polémiques, et de critiques de certains de ses confrères, le tigre a repris le siège de numéro un mais pas encore l’unanimité, et le soutien de tous.

Son attitude distante, froide et parfois robotisée, commence à agacer outre-atlantique. Alors qu’une victoire de Mickelson déchaîne les passions. Celles de Woods ne suscitent plus la même résonnance qu’au milieu des années 2000.

De nouveau assis sur le trône de numéro un, il lui reste à reconquérir le public et les sommets du golf.

Quant à savoir s’il peut perdre sa place de numéro un, rappelons qu’il compte plus de cent points d’avance sur son dauphin, l’australien, Adam Scott qui a disputé le même nombre de tournois que le tigre, à savoir 41 !

Qui pour contester la suprématie du tigre ?

Actuellement numéro deux mondial, Adam Scott a réussi la prouesse de remporter son premier majeur à Augusta pour enfiler la veste verte du Masters 2013.

Sur la suite de la saison, il semble avoir mis du temps à digérer sa victoire, et redescendre sur terre.

Il réussira tout de même à remporter le Barclays Championship en fin de saison, ce qui lui a permis d’asseoir sa place du numéro deux.

Cependant, Scott semble plus un golfeur capable de coups, plutôt que de durer dans une saison.

Difficile de l’imaginer, rivaliser sur plus de dix mois avec un Woods ou un Stenson.

Justement, Henrik Stenson, actuellement numéro trois mondial, semble avoir les armes, le mental et la détermination pour aller encore plus loin en 2014.

Stenson : un redoutable adversaire pour Woods

Toujours orphelin d’une victoire en Majeur, le suédois aura donc une motivation décuplée, alors qu’il a déjà réussi à remporter la Fedex Cup, et la Race To Dubai, la même saison.

Un autre argument milite pour en faire un sérieux candidat au titre de numéro un : sa constance sur sept mois !

D’avril à octobre, il a tout simplement été l’un des meilleurs joueurs sur tous les grands tournois qu’il a disputé, ce qui lui a justement valu de remporter les ordres du mérite américain et européen.

A noter, Woods, Scott et Stenson présentent curieusement des profils très similaires : athlétiques, puissants, solides dans tous les compartiments du jeu, à savoir du driving au putting, sans doute la clé pour devenir numéro un ?

Qu’en est-il du big 5 ?

Dans les années 2000, on vantait les mérites de cinq golfeurs qui pouvaient changer la destinée de tous les tournois dans le monde : les deux américains, Tiger Woods et Phil Mickelson, le fidjien Vijay Singh, et enfin les deux sud-africains, Retief Goosen et Ernie Els.

De ce fameux big-five, seuls Woods et Mickelson ont survécu et traversé deux décennies.

Singh et Goosen ont chuté au-delà de la cinquantième position se rapprochant à grand pas du senior tour.

Vainqueur d’un majeur en 2012, Ernie Els arrive à se maintenir à la 27ème place.

Au sommet du classement mondial 2013, des cinq meilleurs joueurs qui composent ce nouveau big-five, nous ne trouvons plus de sud-africains, mais au contraire deux européens, le suédois Stenson et l’anglais, Justin Rose, vainqueur de l’US Open.

Néanmoins, il faudra un peu de temps au nouveau big-five pour faire régner sa loi comme avait pu le faire le précédent.

Rose, Scott, et Stenson n’ont pas encore un palmarès aussi fourni que leurs illustres aînés.

golf-classement-mondial-2013.jpg

Victor Dubuisson : Un français dans le top-50 mondial  

Qui aurait parié sur un français à la 32ème place du classement mondial au 11 décembre 2013 ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi le jeune antibois en remportant le Turkish Airlines Open, tournoi important en fin de saison.

Peu de français avaient réussi à se hisser si haut avant lui. Ni Levet, Ni Van De Velde, les précédents leaders du golf français ne semblaient aussi armés pour durer.

Complet, « Dubush » pourra disputer plusieurs tournois très importants aux Etats-Unis comme les WGC, et poursuivre son ascension en 2014.

Attention, toutefois de ne pas se brûler les ailes comme avant lui, le belge Nicolas Colsaerts  qui après une belle saison 2012 est parti sur le PGA Tour pour finalement dégringoler au classement, sans briller une seule fois aux USA.

Désormais, 67ème mondial, l’exemple du jeune golfeur belge devra faire réfléchir Dubuisson qui comme le belge a pourtant toutes les qualités pour réussir aux USA.

Les grandes nations du golf mondial 

Années après années, les Etats-Unis restent la grande nation du golf mondial.

golfeur-pays.jpgEn 2013, vingt-un joueurs sur cinquante portent les couleurs de l’oncle Sam. Aucun autre pays n’arrive à fournir autant de stars du golf.

Avec dix-neuf golfeurs dans le top cinquante, on peut mieux comprendre pourquoi l’Europe arrive à briller en Ryder Cup !

Dans le détail, le Royaume-Uni reste la plus grande pourvoyeuse de très bons golfeurs par rapport au vieux-continent, qui comptent notamment sur les espagnols et le suédois.

L’Afrique du Sud compte toujours cinq golfeurs dans le top-50, ce qui reste une belle performance, mais plus aucun dans le top 15 mondial, ce qui traduit un léger déclin.

Dans le futur, la grande question sera de savoir si l’Asie arrivera à placer plus de deux golfeurs dans ce classement mondial masculin, et autant qu’elle arrive à le faire dans le golf féminin.

McIlroy peut-il revenir à la première place ?

Numéro un mondial l’an passé à pareille époque, le nord-irlandais, Rory McIlroy a vécu une saison blanche jusqu’à une victoire dans un tournoi du circuit australien, bien loin de son standing de nouvel espoir du golf mondial.

Abandon au Honda Classic, rumeurs sur sa relation avec la joueuse de tennis Caroline Wozniacki, rupture avec son précédent agent, problème de clubs, bref, McIlroy a tout raté en 2013.

Peut-il redevenir le golfeur de 2012 ? Techniquement, il en a le potentiel. Mentalement, c’est une autre question.

En 2012, McIlroy drivait à 310 yards de moyenne. Un an plus tard, il n’a perdu que 8 yards.

En termes de précision au drive, il a même réussi à progresser entre son meilleur exercice et ce dernier.

Premier pour les birdies en 2012, il recule à la dixième place en 2013. Pas de quoi dégringoler au classement mondial. Intrinsèquement, le jeu du Nord-Irlandais n’est donc pas nécessairement la cause de son échec.

En revanche, pendant les différents grands tournois qu’il a disputé et perdu, nous avons pu constater une certaine inconsistance entre les tours joués.

McIlroy peut-il rebondir en 2014?

Capable de jouer 65 et 75 sur le même parcours entre deux jours, pour redevenir le numéro un, McIlroy devra sans doute améliorer sa concentration sur tout un week-end, chose qu’il a su faire par le passé.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2275
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.