Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Ces golfeuses qui valent des millions

Ces golfeuses qui deviennent millionnaires ! Crédit photo : Phillipe Millereau

Elles s’appellent Lydia Ko et Inbee Park. Elles représentent toutes deux l’avenir du golf féminin au plus haut niveau. En l’espace de quelques jours, elles semblent avoir scellés leurs destins financiers pour les prochaines saisons du LPGA Tour.

Lydia Ko : tout faire très (trop) vite !

Le 12 décembre dernier, Lydia ko, 16 ans, tout juste passée professionnelle signait son premier contrat avec un agent sportif, et pas n’importe lequel : IMG.

La numéro quatre mondiale à l’ordre du mérite est un véritable phénomène.

Né à Séoul en Corée du Sud mais élevée en Nouvelle-Zélande, Lydia Ko est devenue en quelques années seulement la meilleure golfeuse amateur du monde.

En 2012, elle a remporté à seulement 15 ans et 4 mois son premier tournoi sur le LPGA Tour au Canada, devenant du même coup, la plus jeune joueuse de l’histoire à remporter une telle épreuve.

Un an plus tard, elle récidive et défend son titre avec succès, devenant la première joueuse amateur à remporter deux tournois du LPGA Tour dans l’histoire.

Au niveau mondial, elle a même remporté quatre tournois professionnels toujours avec le statut amateur.

De même qu’elle est la plus jeune joueuse à avoir remporté un tournoi du LPGA Tour, en remportant le ISPS Handa Women New Zealand Open, elle est aussi devenue la plus jeune joueuse à avoir remporté un tournoi sur le circuit européen.

Et nous avons bien failli assister à un nouvel exploit au cours du dernier Evian Championship qu’elle a terminé à la seconde place, s’inclinant seulement sur les derniers trous contre la star Suzann Pettersen.

Le début de carrière de Lydia Ko est donc tout simplement météorique.

Nous ne parlons pas d’une joueuse douée ou dotée d’un potentiel qui va éclater dans les années à venir, mais bien d’une jeune joueuse qui a déjà fait éclater son talent au plus haut niveau.

Concernant le choix de son agent sportif, IMG, il ne pouvait y avoir de suspense ou d’autres choix. La société de marketing et de management sportif est incontournable dans le monde, et vu que Lydia Ko veut rayonner au niveau international, les deux parties étaient faites pour s’entendre.

Lydia Ko : le nouveau prodige du golf féminin

Lydia Ko rejoint ainsi d’autres stars féminines de la petite balle blanche comme Paula Creamer, Jessica Korda, Michelle WIe ou encore Beatriz Recari.

Signée le 12 décembre, ce nouvel accord n’a pas tardé à avoir des conséquences financières et sportives sur la carrière de l’adolescente.

A commencer par une rupture avec son coach de toujours, celui qui l’a formé depuis l’âge de 5 ans : Guy Wilson !

Soit onze ans d’une fructueuse collaboration !

Ce dernier s’est déclaré incroyablement déçu par cette rupture, tandis que la joueuse n’a émis aucun commentaire à ce sujet.

Pour faire semblant de rattraper le coup, son agent chez IMG, Michael Yim a déclaré que par le passé Lydia Ko avait déjà travaillé avec de nombreux coachs, notamment lors de son passage à la Leadbetter Academy en Floride.

Michael Kim et Lydia Ko ont prévu de se voir pour aborder la question du futur coach, et une liste de noms célèbres est en train d’être mise sur pied.

De son côté, Guy Wilson peut se consoler en se disant qui l’ai aidé la jeune fille à remporter cinq tournois chez les pros, dont quatre en tant qu’amateur !

« Quand je l’ai rencontré pour la première fois, les clubs de golf qu’elle portait, étaient plus grands qu’elles, et elle ne savait pas faire la différence entre un putter et un driver, et maintenant, elle a un des swings les plus enviés du golf féminin mondial » dixit Wilson.

Dans la foulée de cette surprenante rupture avec son coach, Lydia Ko a signé ses premiers contrats de sponsoring, et le tout à nouveau en moins de quinze jours.

Sachant que ses quatre victoires en tant qu’amateur ne lui ont pas rapporté un dollar, la néo-zélandaise ou ses parents avaient sans doute envie de rattraper le temps perdu (à 16 ans) !

Depuis qu'elle joue des tournois professionnels avec le statut amateur, nous estimons qu'elle a un manque à gagner d'un million de dollars, sur les dotations qu'elle n'a pas pu encaisser du fait de son statut d'amateur.

Lydia Ko lors du dernier Evian Championship. Elle va donc devoir changer sa casquette

Premier sponsor et pour trois ans, ANZ, un groupe bancaire majeur en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Toute heureuse de ce premier partenariat, Lydia Ko semble envisager la saison 2014 plus sereinement.

Mais plus important, elle serait aussi sur le point de s’engager avec Callaway pour son matériel de golf.

Selon les rumeurs, son idole, Phil Mickelson aurait œuvré pour faciliter la rencontre entre le géant du golf et le nouveau phénomène.

Lorsqu’elle était amateur, son équipement ne portait pas de mention d’une marque en particulier.

Puis petit à petit au cours de cette saison, elle a commencé à jouer des clubs Callaway, et en particulier, les wedges Mack Daddy 2, puis plus récemment encore, le nouveau driver Callaway X2 Hot.

En intégrant le team Callaway, Lydia Ko rejoint un groupe de golfeuses plutôt talentueux avec Morgan Pressel, Momoko Ueada, et Sandra Gal, mais il y a de fortes chances qu’elle devienne très rapidement la tête d’affiche numéro une.

Et finalement tout ceci aurait pu être prévisible ! En 2009, un jeune golfeur prodige, Danny Lee, déjà néo-zélandais, avait lui aussi signé avec Callaway après être passé chez IMG, le tout pour un contrat

L’avenir nous dira si Lydia Ko est une nouvelle star mondiale du golf dont l’image sert les intérêts de firmes multinationales ou si les voix impénétrables du golf referont tomber le soufflé aussi vite qu’il est monté.

Un premier indice qui peut nous laisser sceptique : le fait d’avoir virer son coach de toujours !

Rappelons que Rory McIlroy qui lui a juste changé de clubs de golf en 2013 est descendu de son piédestal alors qu’il se croyait arrivé au sommet du golf masculin.

A haut niveau, le golf ne pardonne aucun écart !

Inbee Park : la numéro un mondial représente un très grand enjeu commercial

Sud-coréenne, elle partage en commun avec Lydia Ko, le fait d’être née à Séoul.

L’actuelle meilleure golfeuse du monde a créé une véritable sensation dans le monde du golf qui dépasse même le cadre du sport féminin, en manquant de très peu, d’être la première femme de l’ère moderne à réaliser un grand chelem, à savoir remporter tous les tournois majeurs la même saison.

Inbee Park : le nouveau visage du golf féminin

Inbee Park a commencé son périple en remportant le Kraft Nabisco Championship, puis le Wegman’s et enfin l’US Women ‘s Open, avant finalement de céder sur le British Women’s Open, battu par le vent, et le terrible old course de Saint-Andrews.

Pendant plusieurs mois, elle a tenu le monde du golf en haleine avec cet exploit.  Et même si elle n’y est pas parvenue, elle en a profité pour ravir la place du numéro un mondiale du jour au lendemain à Yani Tseng et Stacy Lewis.

A 25 ans, son ascension a été fulgurante, et désormais, elle est considérée comme la meilleure joueuse du monde, alors que la concurrence au sommet du golf féminin professionnel n’a jamais été aussi élevée.

Du temps d’Annika Sorenstam ou Lorena Ochoa, les deux grandes stars du tour féminin sur ces dernières années, jamais une numéro un n’avait eu autant de rivales crédibles.

Cette année, tour à tour, Stacy Lewis et Suzann Pettersen ont bousculé l’ordre établi, et remporté chacune, un tournoi majeur.

Le British Open pour l’américaine, Stacy Lewis qui a occupé un temps en début de saison, le fauteuil de numéro un mondiale, et l’Evian Championship pour la norvégienne qui a alimenté le scénario à suspense de la fin de saison 2013.

Au final, Inbee Park a bien été déclarée meilleure joueuse de l’année, et terminé la saison sur la plus haute marche du podium.

Une telle concurrence ne pouvait que souligner l’importance de cet exploit.

Déjà en contrat avec Srixon, la marque détenue par SRI (le groupe d’origine japonaise qui détient la marque Dunlop) n’a donc pas tardé à confirmer son engagement auprès de la championne.

Le 23 décembre, Srixon a donc confirmé avoir prolongé le contrat de sa championne.

Si Nike a bâti sa stratégie dans le golf autour du numéro un masculin, Tiger Woods. Pour une marque telle que Srixon, la présence d’Inbee Park sous les feux des spotlights est une aubaine.

La prolongation du contrat d’Inbee Park a été annoncée par Leslie Hepsworth, présidente de Srixon Sports Europe qui a reconnu que la golfeuse avait réalisé une extraordinaire saison en remportant six victoires sur le LPGA Tour, dont trois majeurs d’affilés, et le fait de poursuivre avec Srixon était une très belle marque de confiance de la part de la championne envers les produits de la marque.

Dans le cadre de ce contrat, la championne continuera à utiliser des balles et des clubs de golf Srixon, mais aussi des sandwedges Cleveland, autre filiale du groupe.

Elle portera aussi des gants logotés Srixon, ainsi qu’une casquette qui fera mention de la marque.

Inbee Park poursuit l'aventure Srixon

 A la différence de Callaway qui signe Lydia Ko après qu’elle ait été reconnue comme un phénomène, Srixon profite pleinement du bénéfice du succès d’Inbee Park, qui elle, est devenue une championne avec les produits de la marque.

Ces deux joueuses ne sont sans doute pas encore très connues en France, mais notre pays n’est pas non plus, le marché le plus déterminant de la planète golf.

En Asie, en Grande-Bretagne, et surtout en Asie, ces deux nouvelles stars devraient marquer les années à venir, et faire tourner la planche à billet.

Crédit photo : Phillipe Millereau - KSMP - The Evian Championship

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2082
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.