Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Insolites sur le golf

Ce que vous ne savez sans doute pas à propos du Masters d’Augusta

Ce que vous ne savez sans doute pas à propos du Masters d’Augusta

A moins d’une semaine du début du premier majeur de la saison de golf, retour sur ce qui a contribué à faire la légende du Masters d’Augusta, des faits qui ont marqué l’histoire, et d’autres un peu moins…

Sommaire de l'article sur les histoires insolites du Masters d'Augusta

Pour ceux qui sont connaisseurs, l’expression « Amen Corner » s’apparente à un passage du parcours considéré comme le juge de paix. Si vous jouez bien sur ces quelques trous, généralement trois, vous avez une chance de ramener une bonne carte de score au club-house. A l’inverse, vous risquez de rentrer bredouille !

Si vous suivez régulièrement le Masters à la télévision, vous avez sans doute déjà entendu les commentateurs parler d’Amen Corner à propos des trous 11, 12 et 13 d’Augusta…C’est en fait une légère imprécision !

Le véritable Amen Corner d’Augusta est en fait l’approche qui mène au green du 11, l’ensemble des coups à jouer sur le par-3 du 12, et surtout le coup de départ du 13 !

Dans le même registre, saviez-vous que le Masters a été le premier tournoi de golf disputé sur quatre jours et 72 trous ?

De nos jours, tous les grands tournois de golf professionnels sont disputés selon cette formule de jeu. Sachant que le Masters a aussi été le premier tournoi à être joué sous le régime du par !

A savoir, les joueurs sont classés selon leur capacité à jouer sous ou au-dessus du par.

Rien d’étonnant à ce que le Masters, soit le tournoi de référence dans le monde puisqu’il a inspiré l’organisation de ces derniers.

Les golfeurs de légende à Augusta

Pour créer une légende, il faut donc un parcours mythique, mais aussi des joueurs qui marquent l’histoire.

Et quatre golfeurs resteront à jamais dans les mémoires !

De tous les joueurs qui ont joué plus de trente tours au Masters, soit au moins 8 participations, seulement quatre ont une moyenne de score sous le par !

  • Tiger Woods : 70,86
  • Phil Mickelson : 71,21
  • Fred Couples : 71,91
  • Jack Nicklaus : 71, 98

A Augusta, on les appelle les quatre fantastiques !

Tiger a remporté l’épreuve à quatre reprises (1997,2001, 2002 et 2005).

Mickelson a réussi à s’imposer trois fois (2004,2006, et 2010)

Couples a remporté une veste verte en 1992.

Et Nicklaus a le record de victoires avec six succès (1963, 1965, 1966, 1972, 1975, et 1986).

legende-augusta.jpg

Pour autant, aucun de ces quatre golfeurs de légendes n’a réussi un trou en un comme Jeff Sluman !

L’américain a réalisé cet exploit sur le trou numéro 4 du parcours, surnommé Flowering Apple Crab, un par-3 de 219 mètres jugé plutôt difficile par Bobby Jones en personne.

Protégé par une paire de bunkers, l’attaque du green demande un très long coup de fer. Et c’est justement, ce qu’a su faire, Jeff Sluman  en 1992 qui trouva le chemin du drapeau avec un coup de fer 4 à 194 mètres !

Depuis le trou a été rallongé de 32 mètres, histoire que l’exploit ne se répète pas trop souvent…

Dire que le Masters n’est pas un tournoi facile à gagner, n’est pas un euphémisme, surtout pour le leader du premier tour !

En près de 78 éditions, seulement quatre golfeurs ont réussi dominer le tournoi de bout en bout.

Craig Wood, Arnold Palmer, Jack Nicklaus, et Raymond Floyd se partagent ce mérite depuis 38 ans, car plus personne n’a jamais réussi à les imiter.

Ni Tiger Woods, ni Phil Mickelson n’ont encore réussi à être aussi dominateur sur toute une semaine…

Les petites histoires du Masters qui font un grand mythe

A la différence de tous les autres tournois de golf dans le monde, les caddies ont une place spéciale à Augusta.

Le fait qu’ils portent tous une combinaison blanche avec une casquette verte, et le nom du joueur pour qui ils portent le sac dans le dos créé un signe de reconnaissance inégalé sur aucun autre tournoi.

Cet uniforme pourrait paraître avilissant, au contraire, c’est un signe de reconnaissance pour une profession qui contribue largement à la beauté de ce sport.

Pour les remercier, le parcours d’Augusta leur est ouvert de manière gratuite sur toute une journée, le dernier jour de l’ouverture, juste avant la fermeture estivale.

caddies-masters.jpg

Si les caddies font parties intégrantes de l’histoire du Masters, un autre événement peut être un peu moins connu en France, marque la semaine du premier majeur de la saison : le dîner du champion !

Traditionnellement, le mardi soir, le tenant de la veste verte choisi le menu du repas qui sera servi le soir au club-house. Seuls les anciens vainqueurs peuvent choisir de ne pas le manger !

En 1988, Sandy Lyle avait mis au menu un ragoût de mouton, spécialité écossaise que Jack Nicklaus avait eu le plaisir de ne pas goûter…

Les petits jeux avant le grand affrontement 

Cela fait aussi partie de la tradition à Augusta, avant les quatre jours de compétitions, le club organise différentes épreuves qui permettent aux joueurs de se montrer devant un large public, venu communier avec eux, et sans la pression du tournoi. 

De nos jours, tout le monde connaît le concours de par-3, épreuve qui finit par porter malheur à son vainqueur, car aucun golfeur ayant gagné ce concours n’a jamais gagné dans la foulée le Masters. 

Mais il faut savoir qu’un autre concours est organisé et quatre golfeurs l’ont remporté tout en gagnant un Majeur la même année : le Nine-Hole shoo-out ! 

concours-par3.jpg

Tom Watson a eu ce privilège en 1982, signant même au passage un doublé US Open – British Open. 

David Toms a remporté l’ US PGA en 2001, tout comme Hubert Green en 1985. Et plus récemment, le sud-africain, Louis Oosthuizen a triomphé au British Open 2010. 

Comme quoi, tous les petits jeux du Masters ne sont pas maudits ! 

Le concours de Par-3 aura quant à lui, lieu mercredi comme chaque année depuis 1960. Auparavant, les golfeurs s’affrontaient dans un concours de distance au drive, des épreuves de précision et de meilleures balles…

Comme quoi, depuis ses débuts, le Masters a toujours été l’occasion de petits jeux entre amis… 

Le Masters et l’argent 

Un grand tournoi dans n’importe quel sport est irrémédiablement lié aux dollars sonnants et trébuchants… 

Le fait qu’un individu puisse gagner de l’argent simplement en pratiquant son sport préféré a toujours fasciné la foule.

Le dernier vainqueur à Augusta, Bubba Watson, lauréat en 2014 de la veste verte est reparti avec un chèque de 1,62 millions de dollars.

Saviez-vous que les neuf premiers vainqueurs n’avaient pourtant pas encaissé un chèque de plus de 1500 dollars ? 

Cela nous fait une jolie inflation de 100 000 % en 81 ans de Masters ! 

Surtout que le club d’Augusta est très strict en matière de publicité sur son parcours ! Vous ne verrez jamais de banderoles ou de pancartes vous vantant une marque de montres, ou de bières ! 

A tel point que quand les camions de livraisons de sodas arrivent dans l’enceinte du club, ils sont recouverts par une bâche verte aux couleurs du Masters. 

Les membres de ce club très "select" d’Augusta peuvent se le permettre ! 

Surtout pour les membres d’origines du club qui détiennent des actions qui à l’origine valaient 350 dollars l’unité (4000 dollars en équivalence d’aujourd’hui). 

Le parcours d’Alister MacKenzie, Bobby Jones, et Clifford Roberts

Ces trois hommes sont les pères fondateurs des lieux. Le premier a été l’architecte du parcours, le second, le joueur qui a donné son crédit et sa notoriété au lieu, et le troisième, le co-fondateur a été le président du club de 1931 à 1976.

Après le Masters de 1934, première édition du tournoi que nous connaissons, MacKenzie a milité pour changer la configuration du parcours.

Il a tout simplement inversé les neuf premiers trous avec les neuf derniers !

Au départ, il avait construit le parcours de façon à ce que le green du 18 soit près du club-house.

Aujourd’hui, l’ancien 18 est le nouveau 9, essentiellement parce que l’architecte craignait des problèmes de drainage et de gel des trous situés dans la partie la plus basse du parcours (trou 10 à 12).

En inversant les trous, cela permettait de démarrer les parties plus tôt le matin !

augusta-parcours.jpg

Ce n’est d’ailleurs la seule chose pour laquelle, MacKenzie a laissé son nom dans l’histoire du club. Il a aussi conçu le 19ème trou !

Un petit trou long de 82 mètres appelé quitte ou double pensé pour les golfeurs qui jouent de l’argent au cours de leurs parties.

Et dire que MacKenzie n’a jamais vu un Masters de son vivant ! Sa dernière visite sur le parcours remonte  à l’été 1932 !

Décédé en janvier 1934, le premier tournoi des maîtres a eau lieu trois mois après…

Si Bobby Jones a quant à lui pu jouer sur le parcours, et en compétition, il n’a pas pour autant remporté son tournoi !

En onze participations, il n’a jamais pu rentrer dans le top-10. Sa meilleure performance reste la première, en 1934, où il termina 13ème

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2014
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Fondateur du site www.jeudegolf.org en juillet 2010, découvre le golf à l'âge de 10 ans au travers d'une première expérience de caddy en Angleterre (Golf d'Uckfield/Essex) en 1985. Golfeur amateur depuis les années 90, d'abord en région parisienne, puis depuis 2005 en région lyonnaise.


Journaliste professionnel sur le golf, co-auteur du livre Tiger Woods, l'homme aux deux visages aux éditions SOLAR en septembre 2018.


Dans ce cadre est intervenu sur la Matinale de RTL dans la rubrique 3 minutes pour comprendre animée par Yves Calvi, et sur un reportage réalisé par la direction des sports de M6 pour le magazine du 12.45 du samedi 29 septembre.


Se déplace chaque année aux Etats-Unis pour interviewer les principaux acteurs de la filière Golf, aux sièges des marques en Californie ou au PGA Merchandise Show à Orlando.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.