Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans European Golf Tour

Ce que nous apprend la victoire de McIlroy sur le BMW PGA Championship

Ce que nous apprend la victoire de McIlroy sur le BMW PGA Championship

Engagé ce week-end sur le BMW PGA Championship disputé sur le célèbre parcours de Wentworth, Rory McIlroy n’était en revanche plus engagé avec Caroline Wozniacki depuis le début de la semaine, ce qui a été l’objet de toutes les attentions médiatiques. 

A l’inverse de joueurs de golf qui parfois se déclarent incapable de bien jouer au golf après un événement personnel, comme par le passé, David Duval après son divorce ou plus récemment Michael Campbell. 

Rory McIlroy a remporté ce dimanche un étonnant succès, remontant pas moins de sept coups de retards sur le leader de la veille, le danois Thomas Bjorn que nous pensions solidement accroché à sa place de potentiel vainqueur. 

Combien jouer au golf quand un événement personnel triste nous affecte ? 

Nous allons profiter du succès de McIlroy pour faire des parallèles avec les situations que les amateurs peuvent rencontrer. 

Etre bien dans sa tête ou faire le vide pour bien jouer au golf 

Pour la plupart des amateurs, pour très bien jouer au golf, il faut la plupart du temps des conditions idéales. 

Il est de coutume de penser que le golf est un sport très exigeant, et notamment d’un point de vue de la concentration. 

Les golfeurs pros sont des êtres humains. Ils peuvent tout à fait être en proie aux mêmes peines, aux mêmes doutes, et ainsi, être par moment plus fragile, ce qui affecte potentiellement la concentration. 

A croire que McIlroy était au contraire libéré ! 

Depuis le début de sa relation avec la championne de tennis, Caroline Wozniacki, les médias n’ont eu de cesse de corréler la perte de son titre de numéro un mondial avec son idylle amoureuse. 

Ce dimanche, sur le parcours West de Wentworth, McIlroy est redevenu le temps d’un après-midi, le meilleur golfeur de la planète. 

Nous ne pouvons pas penser qu’il était dans ses conditions idéales, mais en revanche, il sans doute su se concentrer sur ses fondamentaux. 

Les ingrédients pour performer malgré les contraintes

Que vous essayez de jouer 69 ou 90, peu importe, l’idée est la même : Jouer au mieux de ses possibilités.

Plus vous serez préparés, et meilleurs seront vos résultats.

Les meilleurs golfeurs du monde, dont Rory McIlroy ont en réalité un système spécifique pour l’entrainement, la préparation, et l’approche mentale.

Ce système comprend au moins quatre étapes !

Première étape : Se mettre en condition physique et mentale pour le parcours. Avant la partie, ils profitent de l’échauffement pour se détendre, et se mettre en confiance.

Pendant la mise en route, ils ne travaillent pas sur le swing ou ne se déconcentrent pas, et au contraire, se mettent dans leurs bulles. Ils répètent au practice les premiers coups qu’ils vont jouer sur les premiers trous.

Deuxième étape : Ils mettent au point un plan de jeu ou une stratégie. Ils planifient chaque trou en fonction des difficultés et des distances. Ils analysent les largeurs des fairways et les meilleurs angles d’attaques pour jouer les drapeaux.

Enfin, en fonction du vent, ils définissent quels trous, ils vont attaquer, et quels trous seront joués au centre du green. Une fois sur le parcours, ils ne dévient pas de leurs plans.

Troisième étape : Ils contrôlent leurs émotions sur le parcours. A la différence d’un amateur, quand ils ratent un coup, ils se reprennent très rapidement. Faire un mauvais coup fait partie du jeu. Le problème au golf, c’est quand on suréagit sur un mauvais coup. C’est cela qui entraîne une mauvaise série. Même les meilleurs golfeurs de la planète ratent des coups, ce qui fait la différence, c’est leurs réactions.

Pour éviter d’enchaîner les bogeys, les pros les plus aguerris savent réagir avec modération.

Quatrième étape : Les pros ont une routine des plus solides. En premier lieu, elle a pour objet de les mettre en confiance, ensuite elle permet de se concentrer sur ce qu’il faut faire, et enfin, elle doit permettre d’avoir confiance en soi au moment de l’exécution.

Les ingrédients d’une bonne routine :

  1. Définir le coup et la distance avant de se mettre à l’adresse.
  2. Programmez une image mentale ou une sensation d’un coup réussi que vous allez utiliser systématiquement
  3. Répétez physiquement et mentalement le coup que vous allez effectuer.
  4. Alignez-vous et ciblez de manière rigoureuse. Trouvez le moyen d’avoir confiance dans votre alignement en cherchant vos repères.
  5. Visualisez la cible et le dosage pour l’atteindre. Enfin, ne variez jamais de routine, sinon, ce n’est plus une routine, et cela ne vous permet pas de travailler votre confiance avant le coup.

Conséquence : McIlroy renoue enfin avec la victoire sur le West Course de Wentworth 

Auteur d’une carte de 66, la plus basse du jour, il a pris le meilleur d’un coup sur son ami Shane Lowry. 

McIlroy renoue enfin avec la victoire sur le West Course de Wentworth

Un eagle sur le trou numéro quatre (un par 5 qu’il a joué en birdie tous les jours précédents) avait parfaitement lancé sa journée. 

Néanmoins, deux bogeys au six et au neuf allait rendre son aller dans le par, loin de laisser penser qu’il allait par la suite casser la baraque. 

Tout s’est alors joué sur le retour où le nord-irlandais allait jouer moins cinq sans plus commettre la moindre faute, tandis que le favori, Thomas Bjorn perdait le fil avec deux bogeys au quatorze et au quinze qui ne lui permettait plus d’espérer effacer son triple au six. 

A la sortie du dix-huit, McIlroy paraissait confus « Pour être honnête, je ne suis pas exactement sûr de ce que je ressens à cet instant. Evidemment, je suis content d’avoir gagné…mais c’est un drôle de mélange d’émotions ». 

Avant ce week-end, nous pouvions nous interroger sur le mental de McIlroy, avec cette victoire, nous avons des réponses assez claires sur sa capacité à faire abstraction. 

D’autant qu’il a rentré plusieurs très longs putts, qui démontrent justement une étonnante capacité mentale. 

Paradoxalement, McIlroy semblait dès le début de la semaine, le moins inquiet concernant ses propres performances « J’ai très bien joué cette semaine. Je savais en venant ici que je jouerais bien, car j’avais déjà enchainé plusieurs bons résultats aux USA. » 

Avant d’ajouter « J’ai dû un peu batailler vendredi (en référence à son 71), mais j’ai vraiment super bien joué pendant le week-end. Je sais aussi que j’ai eu un peu de chance aujourd’hui car certains de mes rivaux ont fait quelques erreurs.» 

Révélant « Mon caddie m’avait indiqué de cibler -15 pour être sûr de l’emporter. Je n’y suis pas parvenu, mais cela a quand même suffit à -14. Tant mieux pour moi. » 

D'une rupture sentimentale à une victoire...

Le 31 décembre dernier, il demandait Caroline Wozniacki en mariage, et une semaine avant de faire partir les faire-parts, les deux tourtereaux ont annoncé leurs ruptures. 

Dans ces cas-là, les protagonistes ont plutôt envie de se faire oublier, et d’aller se cacher sur une île déserte, le temps que les choses se tassent.

Impossible pour des personnalités aussi médiatiques, bien obligés de faire face à leurs engagements devant des dizaines de caméras et centaines d’appareils photos. 

Personne n’en aurait voulu à Rory de louper le cut dans de telles circonstances. 

D'une rupture sentimentale à une victoire...

Bien entendu, ce dimanche, McIlroy a eu un petit coup de pouce du destin avec la faillite de Bjorn (75) et le fait que Luke Donald a lui aussi laissé passer sa chance (70). 

Vainqueur surprise, vainqueur humble, McIlroy a démontré que le golf pouvait être un très bon remède à un chagrin amoureux. 

Dix jours plus tôt, Michael Campbell fraîchement divorcé annonçait via tweeter qu’il n’était pas mentalement en état de jouer. 

Pour McIlroy, plus le temps de se poser ce type de questions, il devrait s’engager dès jeudi au Memorial, et se positionner comme favori pour le prochain US Open Pinehurst dans deux semaines. 

« Je voulais vraiment remporter une victoire avant d’arriver sur le second majeur de l’année. Je ne pouvais donc pas rêver pour une meilleure préparation. » 

Cette victoire est donc la sixième de sa carrière sur le circuit européen, tout en étant sa première au Royaume-Uni. 

De là, à le relancer dans la course à la place de numéro un mondial ? 

Un mot spécial pour Gary Stal, qui a eu la peine d’apprendre le décès de sa maman ce samedi, veille de la fête des mères. Le lyonnais a réussi un formidable tournoi pendant trois tours avant de finalement baisser pavillon dimanche avec un 77 qui lui fait perdre 23 places le dernier jour. 

Mais quelle importance du golf par rapport à la vie ? Nous lui adressons nos très sincères condoléances.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 2037
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Consultant depuis plusieurs années pour des sociétés françaises et étrangères, Marc Lefevbre transpose les stratégies mentales de la réussite des grands champions dans le monde de l’entreprise, et assure des séminaires de gestion du stress

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.