Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Cape Wickham Links : l’une des plus belles destinations de golf au monde…

Crédit photo : Cape Wickham Links

Cape Wickham Links a ouvert ses fairways sur l’île de King Island en novembre 2015, et a été classé par Golf Digest 24ème parcours au monde dès 2016. C’est exceptionnel, quand on sait qu’il y a environ 32000 parcours de golf dans le monde, et son concepteur, l'architecte de golf américain Mike DeVries ne pouvait pas rêver d’une plus belle consécration pour son chef d’œuvre.

Découvrez nos formules d'abonnements

Très vite les critiques ont été unanimes, à titre d’exemple nous retiendrons cet extrait du magazine Hong Kong Golfer : « Pour les puristes du golf en tout cas, ce parcours doit sûrement être parmi les parcours de golf les plus importants à avoir ouverts de mémoire d'homme ».

Le Journal Mondial du Design et de l'Architecture de Golf a déclaré que King Island et Cape Wickham étaient « la plus grande destination de golf au monde ».

Au milieu du détroit de Bass, sur la pointe nord-ouest de la lointaine île King, se trouve le plus haut phare d'Australie et l'un des sites de golf les plus spectaculaires au monde, Cape Wickham Links.

King Island est situé à mi-chemin entre l'Australie et la Tasmanie continentale, l’île est réputé pour ses fromages, ses bœufs, et ses fruits de mer. Il y a également une histoire maritime fascinante, avec un certain nombre de naufrages au début du 19ème siècle, conduisant à la construction des deux phares, Cape Wickham et Currie.

Les architectes de Cape Wickham Links sont Mike DeVries et Darius Oliver.

Mike DeVries est installé dans le Michigan, aux États-Unis. Mike a passé des mois sur le site dans les premiers temps, pour développer et planifier le tracé du parcours.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Cape Wickham est l'un de ces merveilleux sites naturels où il y a littéralement des centaines de trous de golf potentiels à concevoir. Le grand dilemme était d'en extraire la meilleure disposition, et qui soit également compatible avec l'exigence du propriétaire, qui souhaitait que ce soit un pur golf, mais facilement praticable.

Darius Oliver, est un joueur local passionné par le golf, il a collaboré avec Mike à la conception du parcours et a soutenu Mike alors qu'il était aux Etats-Unis.

Darius est l'auteur d'un certain nombre de livres de golf et exploite le populaire Planet Golf. C'est Darius qui a reconnu le potentiel du site et convaincu le propriétaire Duncan Andrews et Mike DeVries de s'impliquer dans le projet.

Tous les trois sont convaincus que le site de Cape Wickham est le meilleur qu'ils n’ont jamais vu pour y créer un parcours de golf exceptionnel.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Le long du détroit de Bass, Cape Wickham est construit sur les dunes, l'océan, les falaises et les plages les plus spectaculaires que Darius Oliver ait jamais vus au cours de ses dix années à étudier plus de 1.200 projets dans 45 pays, et en font certainement l'un des observateurs les plus respectés dans le monde du golf.

Il y deux parcours sur King Island, cette petite île de 1600 habitants, le second étant Ocean Dunes. Le parcours de Cape Wickham est surmonté par le plus haut phare du monde présent sur un parcours de golf. Ce phare datant de 1861 fait partie de l’image de Cape Wickham, et il visible depuis presque tous les trous du parcours.

Avec son phare, la comparaison avec Old Head à Kinsale en Irlande est évidente, et pour la beauté pure du site côtier peut-être également avec le chef-d'œuvre de Mackenzie,  Cypress Point.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Les comparaisons avec les parcours côtiers jumeaux de Tasmanie près de Bridport, juste un peu plus au sud à travers le détroit de Bass est inévitable. Mais les ambitions du propriétaire ne s'arrêtent pas à ces comparaisons, il reconnaît clairement que pour être viable, le parcours devait atteindre une renommée mondiale.

Il n'y a pas un arbre, une maison ou même une ferme en vue. Une civilisation inexistante sauf pour la sentinelle de la côte, ce très impressionnant phare « Cape Wickham Lighthouse », avec ses 48 mètres, c’est le plus haut d'Australie. À lui seul, c'est déjà un haut lieu touristique pour ses paysages océaniques, même sans le golf !

Crédit photo : Cape Wickham Links

Bien qu'il soit difficile d'imaginer une toile de fond plus spectaculaire pour jouer au golf, il est tout aussi rare de découvrir un parcours qui incorpore autant l'océan et ses côtes que Cape Wickham.

Le parcours est souvent comparé à Pebble Beach, en raison de son littoral irrégulier et de la conjugaison de plages et de falaises, mais les trous intérieurs de Cape Wickham ont beaucoup plus de caractère que Pebble Beach.

Il y a huit trous qui longent la côte et deux autres avec des greens qui surplombent directement l'eau.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Les trous sont essentiellement organisés en trois sections principales.

Les cinq premiers sont implantés sur un promontoire à l'ouest, connu par les habitants sous le nom de Cape Farewell.

S’en suit une section centrale à travers les dunes du sud, qui présentent un mouvement et un caractère plus complexe.

La dernière boucle de cinq trous s'étend au nord du clubhouse surélevé, et se termine par un déjà célèbre par-4, le long de la plage de Victoria Cove.

Depuis le clubhouse, on peut voir au moins huit greens, y compris le trou final spectaculaire qui longe Victoria Cove, avec la plage de sable qui fait partie intégrante du parcours, et qui est en jeu.

Tout autour ce sont des fairways se déroulant au milieu de la côte accidentée. Par temps clair, on peut regarder au delà du détroit de Bass et voir les Otways à environ 100 km.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Les trous se fondent naturellement dans le paysage et ont l'air d'être là depuis toujours. On ne peut s’empêcher alors de penser au slogan de The Dune : « Dieu l'a fait, nous ne faisons que tondre l'herbe ».

Les vues sur l'océan sont superbes depuis chaque trou sur le parcours. Le dénivelé de chaque fairways est important, et pourtant le parcours est facilement praticable à pieds.

Il n'y a pas de trou faible. Au contraire, chaque trou est exceptionnel et sans jamais paraître artificiel. Presque la moitié des trous passent juste à côté de l'océan, et les autres ont aussi la côte en toile de fond.

Chaque départ est impressionnant, avec des trous exigeant que la balle soit jouée avec efficacité pour lui permettre d’atteindre les fairways, et pourtant il y a souvent plus d'espace qu'il n’en paraît pour la réception.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Ceux qui se contentent de jouer les coups que leur permet leur handicap ne risquent pas grand chose s'ils restent modestes.

Le vent dictera souvent pour beaucoup le choix du club, mais les fairways sont particulièrement généreux pour les mises en jeu, et exigent rarement une portée démesurée depuis les tees de départ.

Le trou n° 9, un Par-5, est sans doute le trou signature, si l’on voulait à tous prix en distinguer un parmi ces 18 trous d’exception. Le fairway serpente depuis le point le plus élevé du parcours jusqu’au green.

Au-delà du chemin, un profond ravin mord dans le fairway à partir de la gauche, et bien que les plus téméraires pourront tenter un coup héroïque, la plupart chercheront à placer leur deuxième coup à droite.

Près de la zone idéale, une haute dune protège le côté gauche, une autre dune escarpée et un bunker perché protègent l'avant droit, et les deux encadrent parfaitement un green immense avec l'eau bleue derrière. C'est un cadre incroyable, mais une approche quelque peu angoissante.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Quel que soit votre score, vous n'oublierez jamais le dernier trou de Cape Wickham Links, où la plage de Victoria Cove suit le fairway sur sa droite, avec une fin hors pair pour ce qui est destiné à devenir un parcours hors concours à l'échelle mondiale.

Heureusement, pour ne pas rendre les choses encore plus difficiles, les greens sont assez faciles et le putting est relativement simple. La qualité des surfaces de greens, malgré leur jeunesse, est déjà proche de la perfection.

Parmi les aspects les plus agréables de ce parcours, on retient sa jouabilité, sa variété, et la possibilité de le faire à pieds sans trop d’efforts. Les concepteurs ont judicieusement dessiné les fairways assez larges, pour s'assurer qu'ils permettent un jeu agréable dans toutes les conditions.

Crédit photo : Cape Wickham Links

Cape Wickham n'est pas le parcours le plus long ou le plus difficile du monde, et King Island n'est pas l'endroit le plus facile d'accès, mais ceux qui ont participé à ce projet ont toujours pensé, que si le parcours était autant attractif, les golfeurs feraient l'effort d’y venir.

Outre le magnifique littoral, le parcours de golf exceptionnel et son phare mythique, Cape Wickham comprend des zones sanctuaires réservées aux oiseaux migrateurs de Mutton,  qui migrent chaque année vers et depuis l'Arctique, ce qui constitue une autre attraction touristique.

L’île de King Island est bien desservie par avion, avec 3 compagnies aériennes proposant des vols quotidiens à partir de 3 aéroports différents depuis Melbourne.

Posté par le dans Insolites sur le golf
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 562
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Golfeur depuis les années 90, j'ai eu la chance de faire un grand nombre de voyages golfiques en France, en Europe, ainsi qu'aux Caraïbes, pour jouer sur plus d'une centaine de parcours. J'ai partagé les parties de très bons golfeurs amateurs, et de pros. Au cours de mon expérience, j'ai été proche des professionnels du secteur, enseignants, dirigeants de golf, organisateurs de Pro-Am, architectes de golf, et sponsors.


Professionnel du monde de la communication, j'ai obtenu un premier prix pour la réalisation de sites internet de parcours de golf.
Aujourd'hui, je mets à profit mon expérience golfique sur le site jeudegolf.org en apportant ma vision sur l'évolution du golf sur près de trois décennies.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.