Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Golf féminin

Caddy: où sont les femmes ?

Caddy: où sont les femmes ?

Le caddy, c’est l’acteur incontournable de la réussite du golfeur professionnel. Présent à ses côtés sur les fairways et les greens pendant les compétitions, il porte le sac, mais est aussi le stratège qui évalue les facteurs extérieurs comme le vent ou la distance pour in fine donner le bon conseil au joueur. Une profession très reconnue mais essentiellement masculine, même auprès des golfeuses…

Découvrez nos formules d'abonnements

Le caddy professionnel est l’homme de l’ombre du golfeur

Les grands joueurs ne sont pas seuls sur le green et leur réussite dépend beaucoup de cette personne qui les accompagne dans tous leurs déplacements, portant leur sac mais prodiguant aussi leurs bons conseils sur la stratégie à adopter.

On les appelle « Caddy », « Cadet » voire « Cad’ » et ils doivent avoir l’œil partout : trajectoire, clubs, alignement... Ils suivent un entraînement physique digne des joueurs pro et connaissent les parcours comme leur poche.

Une bonne condition physique est même indispensable puisque le caddet porte le sac, qui pèse une vingtaine de kilos, sur une distance de plusieurs dizaines de kilomètres !

Le duo passe beaucoup de temps ensemble et les relations sont fortes. Les caddys sont aussi des amis, des conseillers, voire des psy pour le golfeur.

Ils connaissent les points forts et les travers et sont capables de les anticiper. Ils partagent les réussites et les gains. Mais aussi les défaites quitte à servir de défouloir selon les egos et les caractères des golfeurs.

La profession est rémunératrice

Les cad’ touchent entre 5 et 10% des gains des joueurs, ce qui peut représenter beaucoup d’argent quand on travaille aux côtés des plus grandes stars du sport.

Ainsi, Steve Williams, qui est considéré comme la star des caddys, a notamment porté le sac de Tiger Woods entre 1999 et 2011.

Pendant cette période, ce Néo-Zélandais a empoché 8,8 millions de dollars (8,1 millions d’euros), et était alors le « sportif » le mieux payé en Nouvelle-Zélande !

De son côté, Michael Greller a touché pas moins de 870 000 dollars en 2015 grâce à son rôle de caddie aux côtés de Jordan Spieth.

Quant à J.P Fitzgerald, il est le caddie le mieux payé au monde avec 1,48 million de dollars gagnés en 2015, en suivant Rory McIlroy.

JP Fitzgerald sur le sac de McIlroy

Des contrats de sponsoring permettent également d’accroître les revenus des caddys, même s’ils sont moins importants que pour les joueurs.

Ces jolis chiffres ont de quoi faire naître des vocations. Même si le cad’ n’est pas médiatisé et que son nom rentre rarement dans l’histoire (connue) du golf.

Certains cad’ sont d’anciens joueurs comme Olivier Elissondo originaire de Saint-Jean-de-Luz.

D’autres sont enseignants comme Cyril Miranda, cadet de Benjamin Hébert depuis mai 2015.

Beaucoup sont des membres de la famille du golfeur : le père fait ainsi souvent office de cadet. C’est le cas pour la jeune Indienne Aditi Ashok.

Certaines joueuses choisissent leur concubin ou leur mari, à l’image de Karine Icher qui s’entoure de son mari Fred Bonargent.

Karine Icher avec son cadet

Et de Marianne Skarpnord qui est accompagnée de son fiancé Richard Green. Ce dernier est également golfeur professionnel.

Men only

Par contre, les femmes cadets sont sous-représentées, au niveau pro. Elles sont même quasiment invisibles.

caddy-pour-femmes.JPG

Particulièrement dans le classement des caddies les mieux payés dans le monde, dressé par le magazine Forbes.

Aucun nom féminin n’y figure. Tous les cad’ semblent être des hommes.

Difficile d’expliquer la raison de cette absence de représentativité féminine.

Le poids du sac peut être une première justification et on peut aisément imaginer la difficulté de transporter 20 kg sur l’épaule sur plusieurs kilomètres.

caddy-golf-feminin.JPG

Quelques-unes font quand même figures d’exception à l’étranger.

La plus connue ? Fanny Sunesson. La Suédoise a été la caddy de Nick Faldo. Elle a pris sa retraite en 2011 pour se concentrer sur le métier d’entraîneur.

Elle se rappelle qu’à ses débuts, personne ne voulait d’elle comme caddy.

Finalement, elle a mené une belle carrière professionnelle et fait toujours l’admiration de nombreux joueurs.

Une autre femme évolue aujourd’hui à haut niveau en tant que caddy sur le circuit européen : Janet Squire.

Elle a notamment travaillé avec Jeev Milkha Singh et a rejoint début 2016 Alejandro Canizares.

Elle est aujourd’hui considérée comme la seule caddy femme sur l’European Tour.

Le couple Marianne Skarpnord-Richard Green inverse aussi la pratique de temps en temps et la golfeuse pro devient la caddie de son fiancé.

De l’autre côté de l’Atlantique, Brittany Henderson porte le sac de sa sœur Brooke Henderson, une jeune et prometteuse canadienne qui a remporté en 2016 le majeur PGA Championship.

De l’autre côté de l’Atlantique, Brittany Henderson porte le sac de sa sœur Brooke Henderson, une jeune et prometteuse canadienne qui a remporté en 2016 le majeur PGA Championship.

Quelques groupes de femmes caddies sont pourtant visibles sur internet, principalement aux États-Unis.

À l’image des « Caddy Girls » qui proposent les services de cad’ « expérimentées et professionnelles ».

Il est ainsi possible de choisir une caddie, ou plusieurs, à l’occasion d’événements ou pour sa pratique personnelle.

Et le choix des filles se fait sur photos !

Belles et jeunes et parfois dénudées sur des calendriers, on a plutôt l’impression de faire appel à un service d’escort girls que de professionnelles du golf en consultant ces sites.

Les filles sont vêtues de rose et affichent des décolletés plongeants. On est bien loin de l’image traditionnelle des caddies.

Certains organisateurs de tournois ont d’ailleurs interdit la venue de ce type de « groupes » sur leurs événements car ils nuiraient l’image professionnelle et sérieuse du golf.

Il est en effet dommage de tomber dans de pareils clichés dès qu’il s’agit de promouvoir la pratique féminine dans une activité où elles sont largement sous-représentées.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 1887
  • 0 commentaires
  • Imprimer
Modifié le

Restez informé

Recevez notre newsletter

Auteur

Journaliste professionnelle, Charlotte Vincent a travaillé pour le mensuel lyonnais Mag2 Lyon en charge de la rubrique économie pendant 3 ans, et précédemment pour le magazine hebdomadaire InterMédia dédié à la communication, et au marketing pendant 5 ans. Jeune golfeuse, Charlotte Vincent intervient plus particulièrement pour jeudegolf.org sur les rubriques golf féminin, et économie du golf.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.